QUELLE DIFFÉRENCE DE CLASSE ET DE COMPORTEMENT ENTRE LES FAMILLES LÉON MBA ET BONGO !




Comme vous pouvez l’observer, les images que nous publions sont de l’émission Pluriel. Emission de propagande par excellence du régime en place. En effet, depuis que La Lettre Du Continent a mis sur la place publique les désaccords de certains membres de la famille Léon Mba, en tête desquels, Jean Eyeghe-Ndong, pour la succession héréditaire au Gabon, l’émission Pluriel fait des pieds et des mains pour aider Ali Bongo à véhiculer un message conciliateur à l’endroit de cette famille. Il s’agit de démontrer qu’Ali Bongo fasse des pieds et des mains pour préserver la mémoire du président Léon Mba. Mais sans le vouloir, les bonshommes de Pluriel nous ont permis de mesurer l’énorme écart d’éducation et de comportement entre les Mba et les Bongo. Lors du dépôt de la gerbe de fleur au mausolée Léon Mba, Pluriel a tendu son micro à certains membres de la famille Léon Mba. Mais quelle différence avec ce dont nous ont habitué les Bongo !







1. Une famille sobre qui respecte et comprend ce qu’est son droit et devoir de réserve
C’est une tradition planétaire. Les grandes familles de pouvoir sont encouragées à cultiver la discrétion et la sobriété. La famille Léon Mba ne déroge pas a la règle car tous les gabonais s’accorderont a dire que cette famille se distingue dans le fait que ses membres soient si discrets qu’ils restent tous autant qu’ils sont, inconnus des gabonais. Ce n’est certainement pas un Mba qui vous dira : « est-ce que vous savez à qui vous avez à faire ? ». Quand les commentateurs de Pluriel ont demandé à un des ainés de cette famille de s’expliquer sur l’absence à cette cérémonie de Jean Eyeghe-Ndong, il leur a simplement répondu que peut être que ce dernier avait d’autres préoccupations en ce jour de 16 Aout 2010. Voici une réponse qui a complètement désarçonné les gens de Pluriel car habitués aux bongoïsme, ils s’étonnèrent que quelqu’un puisse avoir d’autres priorités que de venir à une telle cérémonie. Pluriel ne comprît pas non plus que la famille Mba trouva l’absence de Jean Eyeghe-Ndong normale, car ils insistèrent en demandant à la même personne si le courant passait bien avec Jean Eyeghe-Ndong. A la surprise manifeste de Pluriel, le membre de la famille Mba a dit que le courant passait bien avec Eyeghe-Ndong, et qu’il lui avait rendu visite a la suite d’un récent retrait de deuil. Et de rappeler à Pluriel de séparer les relations familiales de la politique. Nous comprenons toute la difficulté de Pluriel à appréhender la séparation entre famille et politique, car baignant dans le bongoïsme farouche où il n’y a pas de différence entre l’état gabonais et la famille Bongo ; et par voie de conséquence, un problème avec la famille Bongo se répercute immédiatement en affaire d’état. Dans un climat où le destin de la famille Bongo s’est identifié à celui du pays, il n’est pas surprenant que des animateurs comme ceux de Pluriel ne comprennent pas la leçon de civisme que leur donnaient les membres de la famille Mba. Une des filles de Léon Mba leur a même raconté que leur père leur disait souvent que c’est lui qui était président et non sa famille. Des enseignements dont se moquent les bongoïstes pour qui, le pouvoir et la main mise sur les ressources du pays doivent se conserver et se consolider dans la famille ; et tous ceux qui pensent autrement ne sont que des aigris !





2. Non, nous n’avons pas de privilèges. La famille Mba n’est pas connue pour les privilèges.
A notre avis, l’intervention la plus remarquable, fut celle d’un jeune homme (image ci-dessus), descendant de Léon Mba qui répondait aux questions très révélatrices de l’état d’esprit bongoïste des commentateurs de Pluriel. Nous reproduisons l’échange qui nous a le plus marqué, ci-dessous :

a. Question de Pluriel : fréquentez-vous les Bongo ?
Réponse du jeune homme : non, nous ne nous fréquentons pas, mais chacun sait qui est qui. On se connait.

b. Question de Pluriel : avez-vous des privilèges ?
Réponse du jeune homme : non, je n’ai pas de privilèges. La famille Mba a toujours été pour la discrétion et la simplicité. Nous ne recherchons pas de privilèges.


Par les réponses de ce jeune homme, nous avons là le contraste entre quelqu’un élevé avec les valeurs de travail, de respect et d’EGALITE entre citoyen, et des gens élevés à la mamelle de l’état comme les Bongo qui pensent qu’il y ait une parfaite fusion entre l’état gabonais et leurs caprices d’enfants gâtés.

La famille Léon Mba apparait comme formée de gens très simples. Il n’est donc pas étonnant qu’en général, ses membres n'aient jamais prêté le flanc aux scandales dont nous ont habitué les Bongo. Même dans la meurtrissure, ils savent garder leur dignité. C’est aussi une famille de gens d’esprit dont certains membres sont des écrivains reconnu comme Lucie Mba. Le jour où un Bongo écrira de sa main un ouvrage intellectuel, on en reparlera. La famille Léon Mba nous rappelle qu’une grande famille publique, doit savoir rester en retrait et savoir s’effacer devant la marche du pays. La famille Bongo quand a elle nous rappelle ce qu’est la vulgarité des gens qui obtiennent le pouvoir sans y être préparés. Par ses comportements, on peut être fier d’avoir une famille du premier président du Gabon qui fasse honneur aux valeurs de désintéressement et de dignité personnelle, et représente de fort belle manière la version gabonaise de ce que nous pouvons appeler sans exagération « noblesse ». Quand aux Bongo, que peut-on dire, tant ces gens manquent totalement de tact et de carrure morale. Mais peut-il en être autrement quand on sait qu’ils sortent du néant comme le célèbre Apolongo du poète ?

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)