AN OPEN LETTER TO ERIC D. BANJAMINSON. LETTRE OUVERTE A ERIC D. BENJAMINSON





Eric D. Benjaminson



Désiré Ename




English version


This a very frank letter written by concerned Gabonese citizens, represented by Desire Ename, to the attention of the US Ambassador to Gabon, Eric D. Benjaminson. This letter was published in the latest edition of “Echos du Nord”.


Open Letter to His Excellency
Eric Benjaminson,
Ambassador
Head of the diplomatic mission of the United States to Gabon


Mr. Ambassadeur,

We are writing this letter to express our astonishment and concern regarding your actions, your doctrine and your fixism since you have been accredited as head of the diplomatic mission of the United States of America in our country. Since your appointment as the head of that diplomatic mission, in fact, not only have you never displayed an open mind when listening to opinions different from those favorable to the regime in power but, in addition, on the contrary, as months have passed, you have moved away from measure, circumspection, weighting, and the distance one would expect from a diplomat. You must know first, Mr. Ambassador, that we would have rather preferred to avoid the temptation to write this letter to you which would not have been possible just a few months ago. But in the space of a few weeks, you have intentionally crossed the acceptable red line. Your incomprehensible actions are what prompted us to decide to send this open letter to you. Maybe, a feeling of omnipotence has pushed you to believe that you could do anything, say anything and there will never be a Gabonese to answer you, anyway. Let us tell you Mr. Ambassador that you are mistaken. This time, we must meddle in what concerns us, even at the price of a call by the Gabonese military police. Whatever the consequences on our freedom, physical integrity and on our miserable lives! In any case, it would not have been acceptable for our humanity to let these indignities sit, these humiliations which make us indignant, not to speak of the consequences they will induce inevitably and permanently on our future.

Mr. Ambassadeur,

On December 28, 2012, in an interview with the online news site "Gabonreview," you saw seen fit to justify the dissolution of the Union Nationale party and advise its leaders to create another political party. You have a curious conception, M. Ambassador, of the rule of law, of freedom and political competition! This is amazing! Do you know that the provisions of the Gabonese Constitution do suggest in any way the dissolution of a political party? Do you know for example that in the general principles of law, unless a group aims in its Constitution and explicitly calls for murder or hatred of others, there is no dissolution of political parties in a democracy? Do you know, Mr. Ambassador, you who call for the leaders of the Union Nationale to change their name – that your friend Ali Bongo took with an astonishing diligence an order with the sole purpose of preventing the leaders of the Union Nationale to found another political party?

How to understand this attitude from the representative of a country where the "Ku Klux Klan" exists since 1865 without- freedom oblige- ever being any question of dissolving it? As appalling as is its sole purpose, which is summarized in the destruction of ethnic minorities, as horrifying as are its calls to assassinate the U.S. President himself, that organization continues to exist in the country you come from, on grounds of the sacred principles of freedom of association and expression. How can you justify and support the dissolution of a political party which incidentally has never been violent, nor advocated violence, or even have as its goals violence as an instrument of access to power? How a citizen and representative at such a high level of a State which in its declaration of independence says: " We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the pursuit of Happiness. " could accommodate such situations? How a representative of a country which is so convinced that it embodies a profoundly universal destiny, a country that proclaims the cause of humanity to be its cause, which says that its land is an asylum to all persecuted for freedom, can remain so blithely indifferent to the dissolution of the largest opposition party in a country where they are accredited? How the representative of a country that wages wars in the name of defending democracy, freedom and human rights in the world can be so against non-violent unarmed citizens who just claim their legitimate rights to live in a democracy, the rule of law and to seek their own happiness?

Mr. Ambassador, obviously, the only thing you propose to the Gabonese opposition is the injunction to turn the other cheek to be slapped even stronger, by the regime in power. You suggest to them to stop thinking and stop disrupting the sumptuous life of a nabob that your best friend Ali Bongo leads to the chagrin of our people.

Does this regimentation and allegiance of the opposition toward the regime, that you want at all cost correspond to the idea you have of democracy? Are these the teachings you have received during your training in History of Institutions and Political Ideology at the University of Oregon? Does this correspond to your faith as a man of God, committed to the truth?

Mr Ambassador,

Your distressing statements about the fact that Gabon is a democracy where human rights are fully respected are an insult to the intelligence or at least the common sense of the people of Gabon. And even France which is known by all to appoint our Heads of State here in Gabon and guarantee their longevity in power and their drifts, their ambassador in our country, does not show such an ostensible bias in favor of the dictatorship under which we suffer here in Gabon.

Could it be accepted accept in the United States that any public event that the Republican Party would want to organize, be subjected to the discretion of an official of the Obama administration and, more importantly, who is a zealous partisan of the Democratic Party? Could it be accepted in the United States that President Obama appoints as Chief Justice of the Federal Supreme Court - which is equivalent to our Constitutional Court, a member of his family who would then judge elections in which President Obama and his party would be candidates? It is not necessary for you to answer these rhetorical questions. We know that your answers will be negative. Well, imagine, Your Excellency, that we either do not support this! We are also beings of flesh and blood. What your fellow Americans take for intolerable is the same also for us! The indignation and nausea that such situations would cause in your country are equal to our indignation and nausea! That we too would like to experience the excitement and pride to finally have a President who was elected by a majority of Gabonese people! We also would like to have the opportunity to hold our leaders accountable and punish them electorally if necessary.

As if that was not enough - and this is the one trampling too many - you have seen fit to cancel without further ado the trip of Me Oyane Ondo who was to participate in a program of the State Department of your country in the category of "Women political leader!"

You allege, Mr. Ambassador, to justify the cancellation of this trip, which Me Oyane Ondo never sought, the excessive politicization of that event by the Press. Politicization of the information in the press you say? Really? The United States of America would direct their diplomacy at the whims of information and interpretations of the local Gabonese press? We are surprised to learn that America – the leading power in diplomacy, military and largest democracy - is so fragile!

A country whose diplomacy flickers and varies according to comments made in the Gabonese Press! Can you tell us exactly what it is? The truth liberates, it soothes, it assembles. And we can handle the truth!

Anyway, Mr. Ambassador, your attempt using unconvincing argument to explain the reasons for the cancellation of this trip is also an insult to the intelligence of Gabonese people, we are not simpletons! Why fabric inaccuracies, which we dare not call lies?

To our knowledge, Me Oyane Ondo is not running an NGO that cares for AIDS orphans. Nor does she direct the Women's Cooperative producers of cassava from Agnisock (whom we respect and value by the way). But she is the founder of an NGO whose purpose is precisely to defend human rights and promote democracy! What can there be more political than such a mission as it is precisely the public power that violates essentially human rights in Gabon and that it is still the regime which denies the people democracy? Excellence, if not politics, what would have Me Oyane Ondo talk about during this trip?

Excellency Mr. Ambassador

We love America. We like some of its history of struggle to defeat the British colonization. We have infinite admiration for the great men and women who have made history: Thomas Jefferson, George Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc... We are impressed by the willingness of America to preserve and defend freedom at all costs, even in the most painful circumstances! We adore, like many young Africans, its culture that inspires us so much. We are fascinated by its creative genius and innovation. We are most excited about the incredible vitality of its great democracy and its balanced political system with has evolved through centuries without many wrinkles. Alas, that your attitude is contrary to the ideals proclaimed by America, dismays us! For by acting as you do since your arrival in Gabon, you block the hopes of democracy for the Gabonese people; you stifle the desire for freedom the Gabonese have to write their history and the right to choose their destiny, you trample our human rights, you cultivate frustration, you want to encourage us - against our will - to hate America and display toward her a hatred that is not registered, as in some parts of the world, in our depths.

Your Excellency, you have taken too much water, your liabilities are starting to become a problem for you to continue to officiate here in Gabon, with credibility and relevance! You should know "leave things before they leave you," says a popular wisdom. It is true that your legitimacy comes from those who have appointed you. But objectively and in good faith, what role would you continue to play in our country only if your only contacts are your friends from the presidential palace?

What remains for your effectiveness if other politicians and members of the civil society no longer give you the minimum esteem and confidence necessary for the mission which is yours?

You soil voluntarily, Mr. Ambassador, the image and discourse of America in Gabon. Therefore, we call on President Obama to proceed with your replacement. And hope following your departure, to host an ambassador who will not cause his country to shrink, who will not forget America's mission in the world and the dream she arises in our countries including in the most remote areas.

We imagine obviously the sarcasm that this claim will elicit in you. But let us say that each week we will send a letter to the White House and the State Department about it until such time you are definitively relieved of your duties in Gabon. For your contempt for the Gabonese people who have the bad luck and bad idea to contradict your friends in Power in Gabon, is too obvious and unbearable!

Thereafter, nothing will prevent you from coming back, as a private citizen, in our country as you seem to appreciate the hospitality.

Thanking you in advance for the urgent and positive response that you will give this sincere and frank invitation to leave Gabon on your own, we beseech you, Excellency Mr. Ambassador, to kindly accept the assurance of our consideration.

For the committee, Desiré ENAME,
Journalist, defender of Human Rights



Version française


Voici une lettre très franche écrite par des citoyens gabonais, représentés par Désiré Ename, à l'attention de l'Ambassadeur américain au Gabon, Eric D. Benjaminson. Cette lettre a été publiée dans la dernière édition du journal "Echos du Nord".


Lettre ouverte à Son Excellence
Monsieur Eric BENJAMINSON,
Ambassadeur,
Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis au Gabon


Monsieur l'Ambassadeur,

Nous vous écrivons cette lettre pour exprimer notre étonnement et notre préoccupation à l’égard de vos actes, votre doctrine et votre fixisme depuis que vous êtes accrédité comme Chef de la mission diplomatique des Etats-Unis d'Amérique dans notre pays. Depuis votre arrivée à la tête de cette mission diplomatique, en effet, non seulement vous ne vous êtes jamais illustré par une grande ouverture d'esprit en écoutant des opinions différentes de celles favorables au Pouvoir mais, en plus, et au contraire, vous vous êtes au fil des mois, éloigné de la mesure, de la circonspection, de la pondération, des convenances et la distance qu'on est en droit d'attendre d'un diplomate. Sachez tout d'abord, Monsieur l’ambassadeur, que nous aurions préféré échapper à la tentation de vous écrire cette lettre qui n'eût pas été possible il y a encore quelques mois. Mais en l'espace de seulement quelques semaines, vous avez délibérément franchi la ligne rouge du tolérable. Ce sont vos agissements incompréhensibles qui nous ont décidés à vous adresser cette lettre ouverte. Sans doute, un sentiment de toute-puissance vous a-t-il poussé à croire que vous pouvez tout faire, que vous pouvez tout dire et qu'il n'y aura jamais de toute façon un Gabonais pour vous répondre. Permettez-nous de vous dire Monsieur l'ambassadeur que vous vous êtes trompé. Cette fois, il faut bien qu'on se mêle de ce qui nous regarde fût-ce au prix d'une convocation par la police militaire du Gabon. Qu'importe les conséquences sur notre liberté, notre intégrité physique et nos misérables vies! En tout cas, il n'eut pas été acceptable pour notre humanité de laisser passer ces deux affronts, de telles humiliations qui nous indignent et nous insupportent sans compter les conséquences qu'ils induiront inévitablement et durablement sur notre avenir.

Monsieur l’Ambassadeur,

Le 28 décembre 2012, dans une interview accordée au site d'informations en ligne " Gabonreview ", vous aviez cru bon de justifier la dissolution de l'Union nationale et de conseiller à ses leaders de créer un autre parti politique. Vous avez une curieuse conception Monsieur l'ambassadeur de l'Etat de droit, de la liberté et du combat politique! C'est très étonnant ! Savez-vous que les dispositions de la Constitution gabonaise n'évoquent en aucune manière la dissolution d'un parti politique ? Savez-vous par exemple que dans les principes généraux du droit, sauf hypothèse où un groupement a pour objet dans sa constitution et mentionne explicitement l'appel au meurtre ou à la haine de l'autre, on ne dissout pas les partis politiques dans une démocratie ? Savez-vous, Monsieur l'ambassadeur -vous qui appelez les dirigeants de l'Union nationale à changer de nom -, que votre ami Ali Bongo a pris avec une diligence étonnante une ordonnance avec pour unique objet d'empêcher les leaders de l'Union nationale de fonder un autre parti politique?

Comment comprendre cette attitude venant du représentant d'un pays où le " Ku Klux Klan " existe depuis 1865 sans que -liberté oblige – il n’ait jamais été question de le dissoudre ? Aussi détestable que soit son seul objet, qui se résume en la destruction des minorités ethniques, aussi horrifiants que soient ses appels à assassiner le président américain lui-même, cette organisation continue d’exister dans le pays d’où vous venez, au nom des principes sacrés de liberté d’association et d’opinion. Comment pouvez-vous justifier et soutenir la dissolution d'un parti politique qui au demeurant n'a jamais posé ni d'acte de violence, ni prôné la violence, ni même avoir dans ses buts et ses statuts la violence comme instrument d'accès au pouvoir ? Comment le ressortissant et représentant à un niveau si élevé d'un Etat qui met dans le Préambule de sa constitution que: " Nous tenons pour évidentes par elles-mêmes les vérités suivantes: tous les hommes sont créés égaux; ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur " peut-il s'accommoder de telles situations ? Comment le représentant d'un pays qui est tellement convaincu qu'il
incarne un destin profondément universel, un pays qui proclame que la cause de l'humanité est sa cause
qui dit que sa terre est l'asile de tous les persécutés de la liberté peut-il si allègrement rester insensible à la dissolution du plus grand parti de l'opposition dans un pays où il est accrédité? Comment le représentant d'un pays qui fait des guerres au nom de la défense de la démocratie, de la liberté et des droits humains dans le Monde peut-il être à ce point contre des citoyens non-violents et sans armes qui justement revendiquent leurs droits légitimes à vivre dans une démocratie, dans un Etat de droit et de rechercher leur propre bonheur?

Monsieur l'ambassadeur, manifestement, la seule chose que vous proposez à l'opposition gabonaise, c'est l'injonction de tendre l'autre joue au Pouvoir pour se faire gifler encore plus fort. Vous lui suggérez d’arrêter de penser et de cesser de perturber la vie somptuaire et de nabab que mène votre meilleur ami Ali Bongo au grand dam de notre Peuple.

Cet embrigadement et cette allégeance de l'opposition au Pouvoir que vous souhaitez tous azimuts correspondent-ils à l'idée que vous vous faites de la démocratie ? Sont-ce là les enseignements que vous avez reçus dans le cadre de votre formation en Histoire des Institutions et de l'Idéologie politique à l'Université de l'Oregon ? Cela correspond-il à votre foi d'Homme de Dieu, attaché à la vérité ?

Monsieur l'ambassadeur,

Vos navrantes déclarations sur le fait que le Gabon est une démocratie où les droits de l'Homme sont parfaitement respectés sont une insulte à l'intelligence ou au moins, au bon sens du Peuple gabonais. Et même la France qui de notoriété publique nomme nos chefs d'Etat ici au Gabon et se porte garante de leur longévité au pouvoir et de leurs dérives, son ambassadeur en poste dans notre pays, s’interdit de manifester un tel parti pris ostensible en faveur de la dictature sous le joug de laquelle nous ployons ici au Gabon.

Peut-on accepter aux Etats-Unis que la moindre manifestation publique que souhaiterait organiser le Parti Républicain soit soumise à l'appréciation discrétionnaire d'un fonctionnaire de l'administration Obama et, qui plus est, partisan zélé du Parti Démocrate ? Peut-on accepter aux Etats-Unis que le Président Obama désigne comme Président de la Cour Suprême fédérale – qui équivaut à notre Cour constitutionnelle-, un membre de sa famille qui serait ensuite juge des élections auxquelles le Président
Obama et son parti se présentent ? Inutile que vous répondiez à ces questions purement rhétoriques. Nous savons que vos réponses seront négatives. Et bien, figurez-vous, Excellence, que nous non plus ne supportons pas cette situation ! Nous aussi sommes des êtres de chair et de sang. Ce que vos concitoyens Américains tiennent pour intolérable l’est aussi pour nous ! Que l'indignation et la nausée que de telles situations provoqueraient dans votre pays soient égales à notre indignation et notre nausée ! Que nous aussi nous aimerions éprouver l'émotion et la fierté d'avoir enfin un Président qui a été choisi par une majorité de Gabonais ! Que nous aussi nous aimerions avoir la possibilité de demander des comptes à nos dirigeants et de les sanctionner électoralement si besoin est.

Comme si cela ne suffisait - et c'est le piétinement de trop - vous avez cru bon d'annuler sans autre forme de procès le voyage de Me Oyane Ondo qui devait participer à un programme du Département d'Etat de votre pays dans la catégorie: " Femmes leader politique " !

Vous alléguez, Monsieur l'ambassadeur, pour justifier de l'annulation de ce séjour, ce que Me Oyane Ondo n'avait par ailleurs pas sollicité, une politisation excessive de la Presse de cet événement. Politisation de l'information par la presse dites-vous ? Vraiment ? Les Etats-Unis d'Amérique conduiraient-ils leur diplomatie au gré des informations et des interprétations de la Presse locale du Gabon ? Nous sommes étonnés de savoir l'Amérique - première puissance diplomatique, militaire et plus grande démocratie - soit si fragile !

Un pays dont la diplomatie vacille et varie au gré des commentaires faits dans la Presse gabonaise ! Pouvez-vous nous dire exactement ce qu'il en est ? La vérité libère, elle apaise, elle rassemble. Et nous sommes capables de supporter la vérité !

Quoi qu'il en soit Monsieur l'ambassadeur, votre tentative d'argumentation peu convaincante pour expliquer les raisons de l'annulation de ce séjour est aussi une insulte à l'intelligence des Gabonais ; nous ne sommes pas à ce point des simplets ! Pourquoi ce tissu d'inexactitudes, pour ne pas dire de mensonges ?

À notre connaissance, Me Oyane Ondo ne dirige pas une ONG qui s'occupe des orphelins du Sida. Elle ne dirige pas non plus la Coopérative des femmes productrices du manioc d’Agnisock (que nous respectons et apprécions par ailleurs). Mais elle est bien fondatrice d'une ONG dont l'objet est précisément de défendre les droits de l'Homme et de promouvoir la démocratie ! Que peut-il y avoir de plus politique qu'une telle mission dans la mesure où c'est précisément la puissance publique qui viole l'essentiel des droits de l'Homme au Gabon et que c'est encore elle qui s'illustre dans le refus de la démocratie ? Excellence, si ce n'est de politique, de quoi Me Oyane Ondo aurait-elle bien pu parler au cours de ce périple ?

Excellence Monsieur l'ambassadeur,

Nous aimons l'Amérique. Nous aimons une partie de son histoire dans son combat pour se défaire de la colonisation anglaise. Nous avons une admiration infinie pour les grands hommes qui ont fait son histoire : Thomas Jefferson, Georges Washington, Abraham Lincoln, Franklin Delano Roosevelt, Martin Luther King, Rosa Parks, etc. Nous sommes impressionnés par la volonté de l'Amérique à préserver et à défendre à tout prix la liberté, même dans les épreuves les plus douloureuses ! Nous adorons, à l’instar de beaucoup de jeunes africains, sa culture qui nous inspire tant. Nous sommes fascinés par son génie créateur et sa capacité d'innovation. Nous nous enthousiasmons pour l'incroyable vitalité de sa grande démocratie et son système politique équilibré ayant traversé des siècles sans prendre une ride. Hélas !, que votre attitude soit contraire aux grands idéaux proclamés par cette Amérique-là nous consterne ! Car en agissant comme vous le faites depuis votre arrivée au Gabon, vous obstruez les espoirs de démocratie
du Peuple gabonais ; vous étouffez la volonté de liberté des Gabonais à écrire leur histoire et le droit de choisir leur destin ; vous piétinez nos droits humains ; vous cultivez la frustration ; vous voulez nous inciter - à notre corps défendant - à détester l'Amérique et à lui vouer une haine qui n'est pas inscrite, comme dans certaines parties du monde, dans nos tréfonds.

Excellence, vous avez pris trop d'eau, votre passif commence à devenir un problème pour que vous continuiez à officier ici au Gabon avec crédibilité et pertinence ! Il faut savoir " quitter les choses avant qu'elles ne vous quittent ", dit une sagesse populaire. Certes votre légitimité vient de ceux qui vous ont nommé. Mais objectivement et en toute bonne foi, quel rôle pourriez-vous continuer à jouer dans notre pays si vos seuls interlocuteurs sont vos amis de la présidence?

Que vous reste-t-il encore comme marge de manœuvre si les autres acteurs politiques de l'autre camp et la société civile ne vous accordent plus le minimum d’estime et la confiance nécessaires à la mission qui est la vôtre ?

Vous brouillez volontairement, Monsieur l'ambassadeur, l'image et le discours de l'Amérique au Gabon. Par conséquent, nous demandons au Président Obama de décréter votre remplacement. Et souhaitons à la suite de votre départ un ambassadeur qui ne rapetissera pas son pays, qui n'oubliera pas la mission de l'Amérique dans le Monde ainsi que le rêve qu'elle suscite dans nos contrées y compris les plus reculées.

Nous imaginons évidemment le sarcasme que cette prétention va susciter chez vous. Mais laissez-nous vous dire que chaque semaine, nous ferons parvenir une lettre à la Maison blanche et au Département d'Etat à ce sujet jusqu'à ce que vous soyez relevés définitivement de vos fonctions au Gabon. Car votre mépris à l'égard des Gabonais qui auraient la malchance et la mauvaise idée d'être des contradicteurs de vos amis du Pouvoir gabonais est trop patent et insupportable !

Par la suite, rien ne vous interdit de revenir, à titre personnel, dans notre pays dont vous semblez tant apprécier l’hospitalité.

Vous remerciant d'avance de la suite positive et urgente que vous voudrez bien donner à cette invitation sincère et franche à quitter par vous-même le Gabon, nous vous prions, Excellence Monsieur l'ambassadeur, de bien vouloir trouver par ailleurs, les assurances de notre considération distinguée.

Pour le comité Désiré ENAME,
Journaliste, défenseur des Droits de l’Homme

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT