SOME QUESTIONS TO THE SYLVIA BONGO FOUNDATION! QUESTIONS Á LA FONDATION SYLVIA BONGO !




The lady of heart doing her thing, with expensive designer sunglasses!
La dame de Coeur dans ses œuvres, surtout avec des lunettes de soleil hors de prix!






English version


After some Gabonese citizens, certainly jealous as usual (ah those jealous people still preventing others from moving forward), have raised the curiosity of a budget line included in the Finance Act of 2013, for the benefit of the Foundation Sylvia Bongo; this foundation came back with a statement that is hard to believe, indicating to having received these little marks of attention from the state budget completely unwittingly and in fact against their will. Well, let us not be cruel and scourge this Foundation with the whip it holds out to us with this press release straight out of the imagination of someone who obviously does not know how the Finance Act is developed, even in a banana republic like ours. So dear readers, if we take the Foundation at their word, following its release, we could ask to the Foundation, some questions which we hope it could answer in another statement, this time more explanatory and with details.

1. When did the Sylvia Bongo Foundation realize that it had a grant from the state?

This blog believes that the Foundation Sylvia Bongo has an accounting department and a legal department. The accounting department should be able to tell us to the penny, how the Foundation is financed, who the donors are and how the money is spent. This service should also be able to tell us how and when it was alerted to the fact that, as if by magic, a budget line existed in the Finance Act, granting a cool one billion of our CFA, even devalued, to the Foundation Saint Sylvia? This question is retroactive because we must go back in time and look at the previous years too.

2. Throughout the process of developing and adopting the budget 2013 and the Finance Act relating thereto, no member of the Foundation Sylvia Bongo, coexisting in the same area as the services of Ali Bongo, had wind of a budget entry for this foundation?

The Budget and the Finance Act are related but yet different concepts. The budget is the accounting document containing all projected revenues and expenditures for the fiscal year, while the Finance Act is the legal act by which Parliament authorizes the execution of expenditures. So, dear readers, if the budget is an administrative document, the Finance Act is a different story, it is a legal document having the seal of the Gabonese people; it is a law, meaning that it is sacred because of the sovereignty of the people. That said, the Gabonese people are entitled to know how a blatant "mistake" of registration could be made in "their" Finance Act for the benefit of only foundations and charities close to the Presidency of the Republic of Gabon? This question is not trivial, because the Finance Act does not happen as much as many other things in Gabon by spontaneous generation, but by a process comprising several levels of filtration. There is a long and supposedly detailed government phase, during which the needs and lines of credits are discussed between administrative and financial services first, and then ministers before being submitted to arbitration by the Prime Minister and then being proposed to the parliament. In theory this is the process. Therefore, one may wonder when and by whom, the budget line referring to the grant awarded to the Foundation Sylvia Bongo was introduced. It should not be too complicated to find out, because each department knows which part of the document they worked on. Who has dealt with the case of the Foundation Sylvia Bongo? This question should interest the legal department of the Foundation since if it is true that a budget line for the benefit of the Foundation had been introduced in a bill without the Foundation either requesting it or even knowing about it, this would be a proven case of fraud and the guilty should be arrested.

Knowing that the Foundation Sylvia Bongo has at heart to lift the veil on this matter and to bring out the truth, we have no doubt that in the coming days, what are we saying, the hours, the Foundation we give out all the details of this incident and the guilty will be known and brought to justice. The Foundation has the means to do so because they can simply ask Ali Bongo’s office to tell them who introduced the budget line in the Finance Act, not very complicated. We already know one thing, it was not Jean Eyeghe Ndong who did it, or Casimir Oye Mba, much less Ona Essangui or Georges Mpaga!





Version française


Après que quelques gabonais, certainement des jaloux comme d’habitude (ah ces jaloux qui empêchent toujours les autres d’avancer), aient relevé la curiosité d’une ligne budgétaire inscrite dans la Loi de Finances 2013, au bénéfice de la Fondation Sylvia Bongo, cette Fondation vient dans un communiqué à peine croyable, d’indiquer avoir reçu ces petites marques d’attention budgétaire de l’état gabonais totalement à son insu et en fait contre toute sa bonne volonté. Bon on ne va pas être cruel en flagellant cette Fondation avec le martinet qu’elle nous tend par ce communiqué sorti tout droit de l’imagination de quelqu’un qui ne sait manifestement pas comment la Loi de Finances s’élabore, même dans une république bananière comme la nôtre. Donc chers lecteurs, si nous prenons cette Fondation au mot, suite à son communiqué, nous renvoyons à cette Fondation, quelques questions dont nous espérons qu’elle pourrait répondre par un autre communiqué, plus explicatif cette fois et avec des détails.

1. A quel moment la Fondation Sylvia Bongo s’est-elle rendu compte qu’elle disposait d’une subvention de l’état ?

Ce blog estime que la Fondation Sylvia Bongo dispose d’un service comptable et d’un service juridique. Le service comptable devrait être en mesure de nous dire au centime près comment se finance cette Fondation, qui en sont les donneurs et comment l’argent est dépensé. Ce service devrait aussi être capable de nous dire comment et quand a-t-il été alerté du fait que comme par enchantement, une ligne budgétaire existait dans la Loi de Finances, octroyant 1 petit milliard de nos francs CFA, mêmes dévalués, à la Fondation de Sainte Sylvia? Cette question est rétroactive car on doit remonter dans le temps et examiner les années précédentes aussi.

2. Pendant toute la procédure d’élaboration et d’adoption du budget 2013 et de la Loi de Finances y relative, aucun membre de la Fondation Sylvia Bongo, qui coexiste dans le même périmètre que les services d’Ali Bongo, n’a eu vent d’une inscription budgétaire afférée à cette fondation?

Le Budget et la Loi de Finances sont des notions parentes mais différentes. Le Budget est le document comptable contenant l'ensemble des prévisions de recettes et de dépenses pour l’année fiscale; alors que la Loi de Finance est l'acte juridique par lequel le Parlement autorise l'exécution de la dépense. Donc, cher lecteurs, si le Budget n’est qu’un document administratif, la Loi de Finances est une autre paire de manches, c’est un document juridique, donc portant le sceau du peuple gabonais, c’est une loi, donc sacrée car empreinte de la souveraineté du peuple. Ceci dit, le peuple gabonais est en droit de savoir comment une « erreur » aussi flagrante d’inscription a-t-elle pu être faite dans « sa » Loi de Finances, au profit de seuls Fondations et organismes caritatifs proches de la présidence de la république gabonaise ? Cette question n’est pas anodine, car cette Loi de Finances ne survient pas comme beaucoup de choses au Gabon par génération spontanée, mais par un processus comprenant plusieurs niveaux de filtration. Il y a une longue et supposée minutieuse phase gouvernementale pendant laquelle les besoins et lignes de crédits sont discutés entre services administratifs et financiers d’abord; puis ensuite ministres, puis soumis aux arbitrages du Premier ministre avant d’être proposée au parlement. En théorie c’est cela la démarche. Par conséquent, on peut se demander à quel moment et par qui, la ligne budgétaire faisait référence à la subvention octroyée a la Fondation Sylvia Bongo, a–t-elle été introduite ? Il ne devrait pas être trop compliqué de le savoir car chaque service sait ce qu’il a traité. Qui a donc traité le cas de la Fondation Sylvia Bongo ? Cette question devrait intéresser le service juridique de cette Fondation car s’il est vrai qu’une ligne budgétaire au bénéfice de la Fondation ait été introduite dans un projet de loi sans que la Fondation n’ait ni fait la demande, ni même été au courant de la manœuvre ; nous serions là dans un cas de fraude avéré et le(s) coupable(s) devrait(ent) être arrêté(s).

Sachant que la Fondation Sylvia Bongo a à cœur de lever le voile sur cette affaire et d’en faire jaillir toute la vérité, nous n’avons nul doute que dans les jours qui viennent, que disons-nous, les heures, cette Fondation nous donnera tous les détails de cet incident et les coupables seront connus et remis à la justice. Cette Fondation en a les moyens car il leur suffit de demander au bureau d’Ali Bongo de leur dire qui a introduit la ligne budgétaire les concernant dans la Loi de Finances; pas très compliqué. Nous savons déjà une chose ; ce n’est pas Jean Eyeghe Ndong qui l’a fait, ni Casimir Oye Mba, encore moins Marc Ona Essangui ou Georges Mpaga !

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>