PRESS RELEASE OF THE ASSOCIATION AGAINST RITUAL CRIMES. COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE LES CRIMES RITUELS

Jean Elvis Ebang Ondo and a victim's mother
Jean Elvis Ebang Ondo et la mère d’une victime
















English version


This press release was published by Mr. Jean Elvis Ebang Ondo, President of the Association for the Fight against Ritual Crimes (ALCR) in Gabon, on March 13, 2013 in Geneva, Switzerland.


A.L.C.R

Association of Fight Against Ritual Crimes

B.P.13 497 Libreville / Gabon: Tel. (241) 07 36 08 57/07 87 97 04

Receipt No.: 194 / MISI / GS / CE - email mbeng_felixl@yahoo.fr

Acct No. 00062680001

GABON: Communication from the President of the ALCR to the Universal Periodic Review

(Geneva, March 13, 2013)


Dear human rights defenders,

Thank you for the invitation and also for the platform opened to me at this meeting, to deliver this communication to express to you our concerns regarding the work done in the fight against ritual crimes. This report will focus much more on the right to life which is neglected in our country. Gabon promises and voluntarily makes commitments to respect human rights, but these are not specific, measurable and verifiable. Gabon was elected on November 12, 2012 to the Council of Human Rights of the United Nations and is holding that seat since January 1, 2013, for a term of three years.

The ALCR as a NGOs has the right to submit information on the situation of human rights in Gabon to the UPR, although excluded and victimized with many injustices by the current system in power because of its humanitarian campaign: fight against cannibalism. It must ensure the implementation of the UPR recommendations, participate in national consultations organized by Gabon and finally speak to the Council of Human Rights during the adoption of this current report submitted by Gabon.

In our country, a popular adage says: "kill, steal and murder and promotions await you" Yet, Gabon which has only 1.5 million inhabitants, has ratified and signed several international conventions and treaties. What would be the contribution of Gabon in this council if it does not respect the right to life?

Ladies and Gentlemen!

"In some areas of Africa and particularly in Central Africa, children and even adults continue to disappear without a trace or be recovered in the form of mutilated corpses, which shows that this is in most cases: Ritual Crimes," Proceedings of the Regional Symposium of UNESCO on Ritual Crimes of Libreville, 19-20 July 2005.

The followers of these practices recover the vital organs of the victim still alive, called "spare parts" (sex, ears, tongue, eyes, ears, heart, kidneys, blood, flesh and skin) and deliver them to the sponsors who consume the ‘body meats’. The blood removed in drunk in temples. These body parts are supposed to offer: youth, health, wealth, promotion, success and especially honor and power. Children and women are the main victims. Lawless, these are secret networks. They have a calamitous mismanagement of the country's assets and act with impunity, corruption, tribalism, solidarity, they form an ecclesiastical aristocracy. Gabon becomes the kingdom of abominations, the most cynical country of the sub region of Central Africa: crimes, desecration of graves, disappearances, cannibalism and witchcraft. This communication will focus on three points.

- The brief presentation of our Association;

- The current phenomenon of ritual crimes;

- The prospects against this scourge.

* The date of March 3, 2005, marks the killing and maiming of our children. This abominable act led us to constitute ourselves as a collective first, then in an association legally recognized since June 16, 2006. The main objective remains the same: to defend human lives by breaking the taboo that inhabits the vulnerable and the fight against impunity. Life is a divine grace no community authorizes its trivialization. We try to provide forms of support to the families of victims, to conduct educational missions to combat this form of violence, to strengthen the capacity of our members to attend national and international meetings on the respect and protection of the right to life.

With courage, professionalism and perseverance in the fight, the Embassy of the United States of America works in partnership with us. The Government has set up two republican institutions: the Observatory of Children's Rights and the National Commission on Human Rights. The Catholic Church supports us, and has retained on its calendar each year, December 28th as the Day of the Holy Innocents or in memory of innocent people murdered in Gabon. The ALCR is a force for critics and proposals.

* A monitoring – evaluation- of the intervention of the Head of State in April 2012, brings us to a disappointment because the phenomenon persists. Some leaders of republican institutions responsible for proposing, voting enforce the laws substitute themselves to civil society to come and denounce this scourge to put the people to sleep and entertain them, the announcement effects. Other administration officials are conducting publicized conferences and meetings to justify the recommendations made in Geneva in November 2012 by the Commission. They block our activities and exclude us although elected in some institutions.

There is no revision of the penal code, no change of mentality, impunity remains. Other actions and events (peaceful marches, media messages in local languages in state media and complaints) are without effect. The lifting of the parliamentary immunity of a senator from the ruling party in December 24, 2012 remains ineffective. All eyes are turned to the justice system which plays overtime and where the dossiers of ritual crimes are never fully examined.

From 1 January 2013 until 6 March 2013, ALCR identified 13 cases of victims, and the sponsors remain unpunished. Stop shedding the blood of innocents. Thou shalt not kill! The figure is far from accurate since our structure does not cover the entire national territory. Yesterday bodies were discovered in the open air, now they are buried everywhere, some bodies disappear without a trace.

Some bodies are buried without head, heart, cut to pieces as this Cameroonian killed in Ndjolé leaving behind 17 children. Other networks are raping and murdering girls by putting pieces of wood in their sex after the act. Finally, little children found dead in cars and or houses. These murders disguised as fire are never elucidated.

The ritual crimes are institutional crimes in Gabon (in the majority of institutions, sponsors very supportive of each other’s, hide and are indexed by the population).

In addition, some esoteric-religious movements are not well appreciated by the people because, for them, they are at the origin of infanticide among us.

* Given the trivialization with which the Gabonese authorities treat human beings, the impunity of these criminal networks and to bring forward this dossier of human rights and wanting to protect the right to life, the ALCR wants to put an end to this well organized and supported genocide.

We seeks to work with Amnesty International and the Government to identify all cases of ritual crimes committed in Gabon since 2000, to facilitate judicial procedures, support the victims' families, within the Council of Human Rights of United Nations until 2015.

We solicit a formal hearing with the Special Rapporteur on the right to education, who is currently asking for permission to visit Gabon. A meeting to share experiences with her and asked experts from friendly countries victim of this scourge. She wants the establishment of a special tribunal to prosecute all cases of ritual murders.

To the Council of Human Rights of The United Nations (UN) we ask that they recommend to the Gabonese authorities to apply and enforce agreements, conventions, protocols and other instruments ratified by Gabon.

Ladies and Gentlemen!

This phenomenon constitutes a threat against humanity that the United Nations must address. I ask the international community to come touch this reality, to support us, to protect us and put pressure on the Gabonese government to release the politicized justice system, to respect and uphold its obligations to protect the right to life.

Thank you.





Version française


Ce communique a été rendu public par M Jean Elvis Ebang Ondo, le président de l'Association de Lutte contre les crimes rituels (ALCR) au Gabon, le 13 Mars 2013 à Genève en Suisse


A.L.C.R

Association de Lutte Contre les Crimes Rituels

B.P.13 497 Libreville / Gabon : Tél. (241) 07 36 08 57 / 07 87 97 04

N° récépissé : 194/ MISI/SG/CE – e-mail mbeng_felixl@ yahoo.fr

N° Cpte 00062680001

GABON : Communication du Président de l’ALCR à l’Examen Périodique Universel

(Genève le 13 mars 2013)



Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Chers défenseurs des droits humains,

Je vous remercie de l’invitation et aussi de la tribune qui me sont offertes à cette rencontre, pour vous livrer cette communication et vous exprimer nos préoccupations par rapport au travail fait pour la lutte contre les crimes rituels. Le présent rapport mettra beaucoup plus d’accent sur le droit à la vie banalisé dans notre pays. Le Gabon présente des promesses et des engagements volontaires à l’égard des droits humains, mais ne sont pas précis, mesurables et vérifiables. Il a été élu le 12 novembre 2012 au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et occupe ce siège depuis le 1er janvier 2013, pour une durée de trois ans.

L’ALCR en tant que ONG a le droit de soumettre des informations sur la situation des droits de l’Homme du Gabon à l’EPU, bien qu’étant exclu et victime de plusieurs injustices par le système actuel à cause de son combat humanitaire : lutter contre le cannibalisme. Elle doit veiller à la mise en œuvre les recommandations de l’EPU, participer aux consultations nationales organisées par le Gabon et enfin prendre la parole au Conseil des droits de l’Homme lors de l’adoption de ce présent rapport présenté par le Gabon.

Chez vous, un adage populaire dit ceci: « tuer, assassiner et voler les promotions vous attendent » Pourtant, le Gabon à peine 1,5 millions d’habitants, a ratifié et signé plusieurs conventions et traités internationaux. Quel sera l’apport du Gabon dans ce conseil s’il ne respecte pas le droit à la vie ?

Mesdames et Messieurs !

« Dans certaines zones de l'Afrique et particulièrement en Afrique Centrale, les enfants et même les adultes continuent de disparaître sans trace ou à être retrouvés sous forme de cadavres mutilés, ce qui montre qu'il s'agit dans la plupart des cas : des Crimes rituels. » Actes du Colloque sous régional, de l’UNESCO sur les Crimes Rituels de Libreville, 19-20 Juillet 2005.

Les adeptes de ces pratiquent récupèrent les organes vitaux de la victime encore vivante, appelés « pièces détachées » (sexe, oreilles, langue, yeux, oreilles, cœur, reins, sang, chair et peau) et les livrent aux commanditaires qui consomment le « corps viande ». Le sang retiré est but dans les temples. Ces organes sont censés offrir : jeunesse, santé, richesse, promotion, réussite mais surtout honneur et pouvoir. Les enfants et les femmes en sont les principales victimes. Sans foi ni loi, ce sont des réseaux secrets. Ils ont une gestion calamiteuse des biens du pays et brillent dans l’impunité, la corruption, le tribalisme, la solidarité, forment une aristocratie ecclésiastique. Le Gabon devient le royaume des actes abominables, le pays plus cynique de la sous région d’Afrique Centrale: les crimes, les profanations des tombes, les disparitions, le cannibalisme et la sorcellerie. Cette communication s’articulera sur 3 points.



- La présentation brève de notre Association ;

- Le contexte actuel du phénomène des crimes rituels;

- Les perspectives d’avenir contre ce fléau.



* La date du 03 Mars 2005, marque l’assassinat et la mutilation de nos enfants. Cet acte abominable nous a poussé de nous constituer en collectif d’abord, puis en association légalement reconnue depuis le 16 juin 2006. L’objectif principal reste le même : défendre les vies humaines en brisant ce tabou qui habite les personnes vulnérables et lutter contre l’impunité. La vie est une grâce divine aucune communauté autorise sa banalisation. Nous essayons d’apporter des soutiens multiformes aux familles des victimes, à mener des missions pédagogiques pour combattre cette forme de violences, à renforcer les capacités de nos membres et à assister aux rencontres nationales et internationales sur le respect et la protection du droit à la vie.



Avec le courage, le sérieux et la persévérance dans la lutte, l’Ambassade des Etats unis d’Amérique travaille en partenariat avec nous. Le Gouvernement a mis en place deux institutions républicaines : l’Observatoire des Droits de l’Enfant et la Commission Nationale des Droits de l’homme. L’église catholique nous soutient, et a retenu chaque année dans son calendrier, le 28 décembre comme Journée des Saints Innocents ou journée à la mémoire des personnes innocentes assassinées au Gabon. L’ALCR est une force de critiques et de propositions.

* Un suivi - évaluation de l’intervention du Chef de l’Etat en avril 2012, nous amène à une déception car, le phénomène persiste. Certains responsables des institutions républicaines chargés de proposer, de voter et d’appliquer la loi se substituent à la société civile pour venir dénoncer le fléau pour endormir et divertir le peuple : les effets d’annonce. D’autres responsables de l’administration mènent des grandes conférences et réunions médiatisées comme par le passé pour venir justifier les recommandations faites à Genève en novembre 2012 par la commission. Ils bloquent nos activités et nous exclus bien qu’étant élu dans les institutions.

Il n’y a pas de révision du code pénale, pas de changement des mentalités, l’impunité demeure. Les autres actions et manifestations (marches pacifiques, messages médiatiques en langues dans des médias d’Etat et plaintes) sont sans effets. La levée de l’immunité parlementaire d’un Sénateur du parti au pouvoir le 24 décembre 2012 demeure toujours sans effets. Tous nos regards sont tournés vers la justice qui joue aux prolongations et où les dossiers des crimes rituels n’aboutissent jamais.

Du 1er Janvier 2013 jusqu’au 6 mars 2013, l’ALCR a recensé 13 cas de victimes, et les commanditaires toujours impunis. Arrêter de faire couler le sang des innocents. Tu ne tueras point! Le chiffre avancé est infiniment insuffisant car, la structure ne couvre pas toute l'étendue du territoire national. Hier les corps étaient découverts à l’air libre, aujourd’hui, ils sont enterrés partout, certains corps disparaissent sans traces.

Certains corps sont enterrés sans tête, sans cœur, bien dépecés comme ce Camerounais assassiné a NDJOLE et laissant 17 enfants. D’autres réseaux violent assassinent les jeunes filles en mettant les morceaux de bois dans leur sexe après l’acte. Enfin les petits enfants retrouvés morts dans des voitures et ou des maisons. Ces meurtres maquillés en incendies ne sont jamais élucidés.



Les crimes rituels au Gabon sont des crimes institutionnels (dans la majorité des institutions, les commanditaires très solidaires se cachent et sont indexés par la population).

De plus, certains mouvements ésotérique-religieux ne sont pas bien appréciés par les populations car, pour eux, elles sont à l’origine de l’infanticide chez nous.

*Devant la banalisation avec laquelle les autorités gabonaises traitent l’Etre humain, l’impunité des réseaux criminels et pour faire aboutir ce dossier des droits de l’Homme et soucieux de protéger le droit à la vie, l’ALCR veut mettre définitivement fin à ce génocide bien organisé et soutenu.

Elle sollicite travailler avec Amnesty International et le Gouvernement, pour recenser tous les cas des crimes rituels commis au Gabon depuis l’année 2000, faciliter les procédures judiciaires, soutenir les familles des victimes, au sein du Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies jusqu’enfin 2015.

Elle sollicite une audience officielle auprès du rapporteur spécial sur le droit à l’éducation qui demande actuellement l’autorisation de se rendre au Gabon. Une rencontre de partage des expériences avec lui et une demande des experts des pays amis victimes de ce fléau. Elle souhaite la mise en place d’un tribunal spécial chargé de juger tous les cas des crimes rituels.

Au Conseil des Droits de L’Homme des Nations Unies (ONU) de recommander aux autorités Gabonaises d’appliquer et faire appliquer les accords, conventions, protocoles et autres instruments relatifs ratifiés par le Gabon.

Mesdames et Messieurs !

Ce phénomène constitue un danger contre l’humanité que les Nations Unies doivent traiter. Je demande à la communauté internationale de venir toucher du doigt cette réalité, de nous soutenir, nous protéger et faire pression à l’Etat Gabonais, de libérer la justice politisée, de respecter et faire respecter ses engagements pour la protection du droit à la vie.

Je vous remercie.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE