OBAMA’S SPEECH AT THE UNIVERSITY OF CAPE TOWN. WHAT WOULD ALI BONGO UNDERSTAND? LE DISCOURS D’OBAMA À L’UNIVERSITÉ DE CAPE TOWN. QU’EN COMPRENDRA ALI BONGO?


Photo: TheWhiteHouse.gov


English Version


On Sunday night in Cape Town, South Africa, The US President Barack Obama gave the keystone address of his African visit, at the University of Cape Town, the oldest University in South Africa. As you will see in the integral version we post below, this is a speech filled with subtleties, very much on the lines of what people like Ali Bongo and his cronies do not want to hear and will never implement. This is exactly why we think this speech is a must read for our audience.



Remarks by President Obama at the University of Cape Town, Cape Town, South Africa,

June 30 2013

PRESIDENT OBAMA: Thank you! (Applause.) Thank you very much. Thank you. (Applause.) Please, please, everybody have a seat. Hello Cape Town! 

AUDIENCE: Hello!

PRESIDENT OBAMA: Thobela. Molweni. Sanibona. Dumelang. Ndaa. Reperile.

AUDIENCE: Reperile!

PRESIDENT OBAMA: See, I've been practicing. How’s it? (Applause.) Did I leave anybody out? All right, well, I didn't want to leave anybody out here. 

I want to thank Vice Chancellor Max Price, who's here, as well as Archbishop Njongonkulu. It's wonderful to have them in attendance. 

I am so happy to be here today. It is wonderful to see all of these outstanding young people. I just had the honor of going to Robben Island with Michelle and our two daughters this afternoon. And this was my second time; I had the chance to visit back in 2006. But there was something different about bringing my children. And Malia is now 15, Sasha is 12 -- and seeing them stand within the walls that once surrounded Nelson Mandela, I knew this was an experience that they would never forget. I knew that they now appreciated a little bit more the sacrifices that Madiba and others had made for freedom. 

But what I also know is that because they've had a chance to visit South Africa for a second time now, they also understand that Mandela's spirit could never be imprisoned -- for his legacy is here for all to see. It's in this auditorium: young people, black, white, Indian, everything in between -- (laughter) -- living and learning together in a South Africa that is free and at peace.

Now, obviously, today Madiba's health weighs heavily on our hearts. And like billions all over the world, I -- and the American people -- have drawn strength from the example of this extraordinary leader, and the nation that he changed. Nelson Mandela showed us that one man's courage can move the world. And he calls on us to make choices that reflects not our fears, but our hopes -- in our own lives, and in the lives of our communities and our countries. And that's what I want to speak to all of you about today.

Some of you may be aware of this, but I actually took my first step into political life because of South Africa. (Applause.) This is true. I was the same age as some of you -- 19 years old, my whole life ahead of me. I was going to school on a campus in California -- not quite as pretty as this one -- (laughter) -- but similar. And I must confess I was not always focused on my studies. (Laughter.) There were a lot of distractions. (Laughter.) And I enjoyed those distractions.

And as the son of an African father and a white American mother, the diversity of America was in my blood, but I had never cared much for politics. I didn't think it mattered to me. I didn't think I could make a difference. And like many young people, I thought that cynicism -- a certain ironic detachment -- was a sign of wisdom and sophistication.

But then I learned what was happening here in South Africa. And two young men, ANC representatives, came to our college and spoke, and I spent time hearing their stories. And I learned about the courage of those who waged the Defiance Campaign, and the brutality leveled against innocent men, women and children from Sharpeville to Soweto. And I studied the leadership of Luthuli, and the words of Biko, and the example of Madiba, and I knew that while brave people were imprisoned just off these shores on Robben Island, my own government in the United States was not standing on their side. That's why I got involved in what was known as the divestment movement in the United States.

It was the first time I ever attached myself to a cause. It was the first time also that I ever gave a speech. It was only two minutes long -- (laughter) -- and I was really just a warm-up act at a rally that we were holding demanding that our college divest from Apartheid South Africa. So I got up on stage, I started making my speech, and then, as a bit of political theater, some people came out with glasses that looked like security officers and they dragged me off the stage. (Laughter.) Fortunately, there are no records of this speech. (Laughter.) But I remember struggling to express the anger and the passion that I was feeling, and to echo in some small way the moral clarity of freedom fighters an ocean away.

And I'll be honest with you, when I was done, I did not think I'd made any difference -- I was even a little embarrassed. And I thought to myself -- what's a bunch of university kids doing in California that is somehow going to make a difference? It felt too distant from what people were going through in places like Soweto. But looking back, as I look at that 19-year old young man, I'm more forgiving of the fact that the speech might not have been that great, because I knew -- I know now that something inside me was stirring at that time, something important. And that was the belief that I could be part of something bigger than myself; that my own salvation was bound up with those of others.

That's what Bobby Kennedy expressed, far better than I ever could, when he spoke here at the University of Cape Town in 1966. He said, "Each time a man stands up for an ideal, or acts to improve the lot of others, or strikes out against injustice, he sends forth a tiny ripple of hope, and crossing each other from a million different centers of energy and daring, those ripples build a current which can sweep down the mightiest walls of oppression and resistance."

Now, the world was very different on that June day in 1966 when Bobby Kennedy spoke those words. Mandela faced many more years as a prisoner. Apartheid was entrenched in this land. In the United States, the victories of the Civil Rights Movement were still uncertain. In fact, on the very day that Kennedy spoke here, the American civil rights leader, James Meredith, was shot in Mississippi, where he was marching to inspire blacks to register to vote. 

Those were difficult, troubled, trying times. The idea of hope might have seemed misplaced. It would have seemed inconceivable to people at that time -- that less than 50 years later, an African American President might address an integrated audience, at South Africa's oldest university, and that this same university would have conferred an honorary degree to a President, Nelson Mandela. (Applause.) It would have seemed impossible.

That's the power that comes from acting on our ideals. That's what Mandela understood. But it wasn't just the giants of history who brought about this change. Think of the many millions of acts of conscience that were part of that effort. Think about how many voices were raised against injustice over the years -- in this country, in the United States, around the world. Think of how many times ordinary people pushed against those walls of oppression and resistance, and the violence and the indignities that they suffered; the quiet courage that they sustained. Think of how many ripples of hope it took to build a wave that would eventually come crashing down like a mighty stream.

So Mandela's life, like Kennedy's life, like Gandhi's life, like the life of all those who fought to bring about a new South Africa or a more just America -- they stand as a challenge to me. But more importantly, they stand as a challenge to your generation, because they tell you that your voice matters -- your ideals, your willingness to act on those ideals, your choices can make a difference. 

And if there's any country in the world that shows the power of human beings to affect change, this is the one. You've shown us how a prisoner can become a President. You've shown us how bitter adversaries can reconcile. You've confronted crimes of hatred and intolerance with truth and love, and you wrote into your constitution the human rights that sustain freedom.

And those are only the most publicized aspects of South Africa's transformation, because alongside South Africa's political struggle, other battles have been waged as well to improve the lives of those who for far too long have been denied economic opportunity and social justice. 

During my last journey here in 2006, what impressed me so much was the good works of people on the ground teaching children, caring for the sick, bringing jobs to those in need. In Khayelitsha Township -- I'm still working on some of these -- (laughter) -- I met women who were living with HIV. And this is at a time back in 2006, where there were still some challenges in terms of the policies around HIV and AIDS here in South Africa. But they were on the ground, struggling to keep their families together -- helping each other, working on behalf of each other. In Soweto, I met people who were striving to carry forward the legacy of Hector Pieterson. At the Rosa Parks Library in Pretoria, I was struck by the energy of students who -- they wanted to capture this moment of promise for South Africa.

And this is a moment of great promise. South Africa is one of the world's economic centers. Obviously, you can see it here in Cape Town. In the country that saw the first human heart transplant, new breakthroughs are being made in the treatment of HIV/AIDS. I was just talking to your Vice Chancellor. People come to this University from over 100 countries to study and teach. In America, we see the reach of your culture from "Freshly Ground" concerts to the -- (applause) -- we've got the Nando's just a couple of blocks from the White House. (Laughter and applause.) And thanks to the first World Cup ever held on this continent, the world now knows the sound of the vuvuzela. (Applause.) I'm not sure that's like the greatest gift that South Africa ever gave. (Laughter.)

But progress has also rippled across the African continent. From Senegal to Cote D'Ivoire to Malawi, democracy has weathered strong challenges. 

Many of the fastest-growing economies in the world are here in Africa, where there is an historic shift taking place from poverty to a growing, nascent middle class. Fewer people are dying of preventable disease. More people have access to health care. More farmers are getting their products to market at fair prices. From micro-finance projects in Kampala, to stock traders in Lagos, to cell phone entrepreneurs in Nairobi, there is an energy here that can't be denied -- Africa rising. 

We know this progress, though, rests on a fragile foundation. We know that progress is uneven. Across Africa, the same institutions that should be the backbone of democracy can all too often be infected with the rot of corruption. The same technology that enables record profits sometimes means widening a canyon of inequality. The same interconnection that binds our fates makes all of Africa vulnerable to the undertow of conflict.

So there is no question that Africa is on the move, but it's not moving fast enough for the child still languishing in poverty in forgotten townships. It's not moving fast enough for the protester who is beaten in Harare, or the woman who is raped in Eastern Congo. We've got more work to do, because these Africans must not be left behind.

And that's where you come in -- the young people of Africa. Just like previous generations, you've got choices to make. You get to decide where the future lies. Think about it -- over 60 percent of Africans are under 35 years old. So demographics means young people are going to be determining the fate of this continent and this country. You've got time and numbers on your side, and you'll be making decisions long after politicians like me have left the scene.

And I can promise you this: The world will be watching what decisions you make. The world will be watching what you do. Because one of the wonderful things that's happening is, where people used to only see suffering and conflict in Africa, suddenly, now they're seeing opportunity for resources, for investment, for partnership, for influence. Governments and businesses from around the world are sizing up the continent, and they're making decisions themselves about where to invest their own time and their own energy. And as I said yesterday at a town hall meeting up in Johannesburg, that's a good thing. We want all countries -- China, India, Brazil, Turkey, Europe, America -- we want everybody paying attention to what's going on here, because it speaks to your progress.

And I've traveled to Africa on this trip because my bet is on the young people who are the heartbeat of Africa's story. I'm betting on all of you. As President of the United States, I believe that my own nation will benefit enormously if you reach your full potential. 

If prosperity is broadly shared here in Africa, that middle class will be an enormous market for our goods. If strong democracies take root, that will enable our people and businesses to draw closer to yours. If peace prevails over war, we will all be more secure. And if the dignity of the individual is upheld across Africa, then I believe Americans will be more free as well, because I believe that none of us are fully free when others in the human family remain shackled by poverty or disease or oppression.

Now, America has been involved in Africa for decades. But we are moving beyond the simple provision of assistance, foreign aid, to a new model of partnership between America and Africa -- a partnership of equals that focuses on your capacity to solve problems, and your capacity to grow. Our efforts focus on three areas that shape our lives: opportunity, democracy, and peace.

So first off, we want a partnership that empowers Africans to access greater opportunity in their own lives, in their communities, and for their countries.

As the largest economy on the continent, South Africa is part of a trend that extends from south to north, east to west -- more and more African economies are poised to take off. And increased trade and investment from the United States has the potential to accelerate these trends -- creating new jobs and opportunities on both sides of the Atlantic.

So I'm calling for America to up our game when it comes to Africa. We're bringing together business leaders from America and Africa to deepen our engagement. We're going to launch new trade missions, and promote investment from companies back home. We'll launch an effort in Addis to renew the African Growth and Opportunity Act to break down barriers to trade, and tomorrow I'll discuss a new Trade Africa initiative to expand our ties across the continent, because we want to unleash the power of entrepreneurship and markets to create opportunity here in Africa.

It was interesting -- yesterday at the town hall meeting I had with a number of young people, the first three questions had to do with trade, because there was a recognition -- these young people said, I want to start a -- I want to start something. I want to build something, and then I want to sell something. Now, to succeed, these efforts have to connect to something bigger. 

And for America, this isn't just about numbers on a balance sheet or the resources that can be taken out of the ground. We believe that societies and economies only advance as far as individuals are free to carry them forward. And just as freedom cannot exist when people are imprisoned for their political views, true opportunity cannot exist when people are imprisoned by sickness, or hunger, or darkness.

And so, the question we've been asking ourselves is what will it take to empower individual Africans?

For one thing, we believe that countries have to have the power to feed themselves, so instead of shipping food to Africa, we're now helping millions of small farmers in Africa make use of new technologies and farm more land. And through a new alliance of governments and the private sector, we're investing billions of dollars in agriculture that grows more crops, brings more food to market, give farmers better prices and helps lift 50 million people out of poverty in a decade. An end to famine, a thriving African agricultural industry -- that's what opportunity looks like. That's what we want to build with you.

We believe that countries have to have the power to prevent illness and care for the sick. And our efforts to combat malaria and tropical illness can lead to an achievable goal: ending child and maternal deaths from preventable disease. Already, our commitment to fight HIV/AIDS has saved millions, and allows us to imagine what was once unthinkable: an AIDS-free generation. And while America will continue to provide billions of dollars in support, we can't make progress without African partners. So I'm proud that by the end of my presidency, South Africa has determined it will be the first African country to fully manage its HIV care and treatment program. (Applause.) That's an enormous achievement. Healthy mothers and healthy children; strong public health systems -- that's what opportunity looks like.

And we believe that nations must have the power to connect their people to the promise of the 21st century. Access to electricity is fundamental to opportunity in this age. It's the light that children study by; the energy that allows an idea to be transformed into a real business. It's the lifeline for families to meet their most basic needs. And it's the connection that's needed to plug Africa into the grid of the global economy. You've got to have power. And yet two-thirds of the population in sub-Saharan Africa lacks access to power -- and the percentage is much higher for those who don't live in cities.

So today, I am proud to announce a new initiative. We've been dealing with agriculture, we've been dealing with health. Now we're going to talk about power -- Power Africa -- a new initiative that will double access to power in sub-Saharan Africa. Double it. (Applause.) We're going to start by investing $7 billion in U.S. government resources. We're going to partner with the private sector, who themselves have committed more than $9 billion in investment. And in partnership with African nations, we're going to develop new sources of energy. We'll reach more households not just in cities, but in villages and on farms. We'll expand access for those who live currently off the power grid. And we'll support clean energy to protect our planet and combat climate change. (Applause.) So, a light where currently there is darkness; the energy needed to lift people out of poverty -- that's what opportunity looks like.

So this is America's vision: a partnership with Africa that unleashes growth, and the potential of every citizen, not just a few at the very top. And this is achievable. There's nothing that I've outlined that cannot happen. But history tells us that true progress is only possible where governments exist to serve their people, and not the other way around. (Applause.) 

If anyone wants to see the difference between freedom and tyranny, let them come here, to South Africa. Here, citizens braved bullets and beatings to claim that most basic right: the ability to be free, to determine your own fate, in your own land. And Madiba's example extended far beyond that victory. Now, I mentioned yesterday at the town hall -- like America's first President, George Washington, he understood that democracy can only endure when it's bigger than just one person. So his willingness to leave power was as profound as his ability to claim power. (Applause.) 

The good news is that this example is getting attention across the continent. We see it in free and fair elections from Ghana to Zambia. We hear it in the voices of civil society. I was in Senegal and met with some civil society groups, including a group called Y'en Marre, which meant "fed up" -- (laughter) -- that helped to defend the will of the people after elections in Senegal. We recognize it in places like Tanzania, where text messages connect citizens to their representatives. And we strengthen it when organizations stand up for democratic principles, like ECOWAS did in Cote d'Ivoire.

But this work is not complete -- we all know that. Not in those countries where leaders enrich themselves with impunity; not in communities where you can't start a business, or go to school, or get a house without paying a bribe to somebody. These things have to change. And they have to chance not just because such corruption is immoral, but it's also a matter of self-interest and economics. Governments that respect the rights of their citizens and abide by the rule of law do better, grow faster, draw more investment than those who don't. That's just a fact. (Applause.) 

Just look at your neighbor, Zimbabwe, where the promise of liberation gave way to the corruption of power and then the collapse of the economy. Now, after the leaders of this region -- led by South Africa -- brokered an end to what has been a long-running crisis, Zimbabweans have a new constitution, the economy is beginning to recover. So there is an opportunity to move forward -- but only if there is an election that is free, and fair, and peaceful, so that Zimbabweans can determine their future without fear of intimidation and retribution. And after elections, there must be respect for the universal rights upon which democracy depends. (Applause.)

These are things that America stands for -- not perfectly -- but that's what we stand for, and that's what my administration stands for. We don't tell people who their leaders should be, but we do stand up with those who support the principles that lead to a better life. And that's why we're interested in investing not in strongmen, but in strong institutions: independent judiciaries that can enforce the rule of law -- (applause); honest police forces that can protect the peoples' interests instead of their own; an open government that can bring transparency and accountability. And, yes, that's why we stand up for civil society -- for journalists and NGOs, and community organizers and activists -- who give people a voice. And that's why we support societies that empower women -- because no country will reach its potential unless it draws on the talents of our wives and our mothers, and our sisters and our daughters. (Applause.)

Just to editorialize here for a second, because my father's home country of Kenya -- like much of Africa -- you see women doing work and not getting respect. I tell you, you can measure how well a country does by how it treats its women. (Applause.) And all across this continent, and all around the world, we've got more work to do on that front. We've got some sisters saying, "Amen." (Laughter and applause.)

Now, I know that there are some in Africa who hear me say these things -- who see America's support for these values -- and say that's intrusive. Why are you meddling? I know there are those who argue that ideas like democracy and transparency are somehow Western exports. I disagree. Those in power who make those arguments are usually trying to distract people from their own abuses. (Applause.) Sometimes, they are the same people who behind closed doors are willing to sell out their own country's resource to foreign interests, just so long as they get a cut. I'm just telling the truth. (Laughter and applause.)

Now ultimately, I believe that Africans should make up their own minds about what serves African interests. We trust your judgment, the judgment of ordinary people. We believe that when you control your destiny, if you've got a handle on your governments, then governments will promote freedom and opportunity, because that will serve you. And it shouldn't just be America that stands up for democracy -- it should be Africans as well. So here in South Africa, your democratic story has inspired the world. And through the power of your example, and through your position in organizations like SADC and the African Union, you can be a voice for the human progress that you've written into your own Constitution. You shouldn't assume that that's unique to South Africa. People have aspirations like that everywhere.

And this brings me to the final area where our partnership can empower people -- the pursuit and protection of peace in Africa. So long as parts of Africa continue to be ravaged by war and mayhem, opportunity and democracy cannot take root. Across the continent, there are places where too often fear prevails. From Mali to Mogadishu, senseless terrorism all too often perverts the meaning of Islam -- one of the world's great religions -- and takes the lives of countless innocent Africans. From Congo to Sudan, conflicts fester -- robbing men, women and children of the lives that they deserve. In too many countries, the actions of thugs and warlords and drug cartels and human traffickers hold back the promise of Africa, enslaving others for their own purposes. 

America cannot put a stop to these tragedies alone, and you don't expect us to. That's a job for Africans. But we can help, and we will help. I know there's a lot of talk of America's military presence in Africa. But if you look at what we're actually doing, time and again, we're putting muscle behind African efforts. That's what we're doing in the Sahel, where the nations of West Africa have stepped forward to keep the peace as Mali now begins to rebuild. That's what we're doing in Central Africa, where a coalition of countries is closing the space where the Lord's Resistance Army can operate. That's what we're doing in Somalia, where an African Union force, AMISOM, is helping a new government to stand on its own two feet.

These efforts have to lead to lasting peace, not just words on a paper or promises that fade away. Peace between and within Sudan and South Sudan, so that these governments get on with the work of investing in their deeply impoverished peoples. Peace in the Congo with nations keeping their commitments, so rights are at last claimed by the people of this war-torn country, and women and children no longer live in fear. (Applause.) Peace in Mali, where people will make their voices heard in new elections this summer. In each of these cases, Africa must lead and America will help. And America will make no apology for supporting African efforts to end conflict and stand up for human dignity. (Applause.) 

And this year marks the 50th anniversary of the OAU, now the African Union -- an occasion that is more historic, because the AU is taking on these challenges. And I want America to take our engagement not just on security issues, but on environmental issues -- and economic issues and social issues, education issues -- I want to take that engagement to a whole new level. So I'm proud to announce that next year, I'm going to invite heads of state from across sub-Saharan Africa to a summit in the United States to help launch a new chapter in U.S.-African relations. (Applause.) And as I mentioned yesterday, I'm also going to hold a summit with the next class of our Young African Leaders Initiative, because we want to engage leaders and tomorrow's leaders in figuring out how we can best work together. (Applause.)

So let me close by saying this. Governments matter. Political leadership matters. And I do hope that some of you here today decide to follow the path of public service. It can sometimes be thankless, but I believe it can also be a noble life. But we also have to recognize that the choices we make are not limited to the policies and programs of government. Peace and prosperity in Africa, and around the world, also depends on the attitudes of people.

Too often, the source of tragedy, the source of conflict involves the choices ordinary people make that divide us from one another -- black from white, Christian from Muslim, tribe from tribe. Africa contains a multitude of identities, but the nations and people of Africa will not fulfill their promise so long as some use these identities to justify subjugation -- an excuse to steal or kill or disenfranchise others.

And ultimately, that's the most important lesson that the world learned right here in South Africa. Mandela once wrote, "No one is born hating another person because of the color of his skin, or his background, or his religion. People must learn to hate, and if they can learn to hate, they can be taught to love, for love comes more naturally to the human heart than its opposite." (Applause.) 

I believe that to be true. I believe that's always been true -- from the dawn of the first man to the youth today, and all that came in between here in Africa -- kingdoms come and gone; the crucible of slavery and the emergence from colonialism; senseless war, but also iconic movements for social justice; squandered wealth, but also soaring promise. 

Madiba's words give us a compass in a sea of change, firm ground amidst swirling currents. We always have the opportunity to choose our better history. We can always understand that most important decision -- the decision we make when we find our common humanity in one another. That's always available to us, that choice. 

And I've seen that spirit in the welcoming smiles of children on Gorée Island, and the children of Mombasa on Kenya's Indian Ocean coast. That spirit exists in the mother in the Sahel who wants a life of dignity for her daughters; and in the South African student who braves danger and distance just to get to school. It can be heard in the songs that rise from villages and city streets, and it can be heard in the confident voices of young people like you.

It is that spirit, that innate longing for justice and equality, for freedom and solidarity -- that's the spirit that can light the way forward. It's in you. And as you guide Africa down that long and difficult road, I want you to know that you will always find the extended hand of a friend in the United States of America. (Applause.)

Thank you very much. God bless you. (Applause.)







Version Française


Dimanche soir, au Cap, en Afrique du Sud, le président américain Barack Obama a prononcé le discours clé de voûte de sa tournée africaine, à l'Université de Cape Town, la plus ancienne université d’Afrique du Sud. Comme vous le constaterez dans sa version intégrale que nous publions ci-dessous, il s'agit d'un discours plein de subtilités, un discours appelant à ce que des gens comme Ali Bongo et ses acolytes ne veulent entendre et ne seront jamais capable de mettre en œuvre. Voilà exactement pourquoi nous pensons que ce discours soit une lecture incontournable pour notre lectorat.

La traduction est de «Le Gabon Enervant/Annoying Gabon »




Discours du Président Obama à l'Université de Cape Town, Cape Town, Afrique du Sud,

30 Juin 2013

Président Obama: Je vous remercie! (Applaudissements.) Je vous remercie beaucoup. Je vous remercie. (Applaudissements.) S'il vous plaît, s'il vous plaît, tout le monde prenez place. Bonjour Cape Town!

AUDIENCE: Bonjour!

PRÉSIDENT OBAMA: Thobela. Molweni. Sanibona. Dumelang. Ndaa. Reperile.

AUDIENCE: Reperile!

PRÉSIDENT OBAMA: Vous voyez, je me suis préparé. Comment trouvez-vous? (Applaudissements.) Ai-je oublié des gens? Bon, eh bien, je ne voulais laisser personne de côté.

Je tiens à remercier le vice-chancelier Max Price, qui est là, ainsi que l'archevêque Njongonkulu. C'est merveilleux de les avoir dans l’assistance.

Je suis si heureux d'être ici aujourd'hui. C’est magnifique de voir tous ces remarquables jeunes gens. Je viens d'avoir l'honneur d'aller à Robben Island avec Michelle et nos deux filles, cet après-midi. Et ce fut ma deuxième fois, j'ai eu la chance d’y aller en 2006. Mais il y avait quelque chose de différent en y amenant mes enfants. Et Malia est maintenant âgée de 15, Sasha de 12 - et de les observer entre les murs qui entouraient jadis Nelson Mandela, j’ai su que c'était une expérience qu'elles n'oublieraient jamais. Je savais qu'elles mesureraient maintenant un peu plus les sacrifices que Madiba et d'autres ont fait pour la liberté.

Mais ce que je sais aussi, est que parce qu'elles ont eu la chance de visiter l'Afrique du Sud pour la deuxième fois maintenant, elles comprennent aussi que l'esprit de Mandela n’a pu jamais être emprisonné - son héritage est là pour en témoigner. Cet héritage est représenté dans cet auditorium: les jeunes, noirs, blancs, indiens, tout le reste - (rires) - Vivent et apprennent ensemble dans une Afrique du Sud qui est libre et en paix.

Maintenant, évidemment, la santé de Madiba aujourd'hui pèse lourdement sur nos cœurs. Et comme des milliards dans le monde entier, le peuple américain et moi, avons tiré de la force de l'exemple de ce leader extraordinaire, et de la nation qu'il a changé. Nelson Mandela nous a montré que le courage d'un homme peut faire bouger le monde. Et il nous invite à faire des choix qui ne reflètent pas nos craintes, mais nos espoirs - dans nos propres vies et dans la vie de nos communautés et de nos pays. Et c'est ce dont je veux vous parler à tous aujourd'hui.

Certains d'entre vous le savent peut-être, mais en fait j'ai fait mes premiers pas dans la vie politique à cause de l'Afrique du Sud. (Applaudissements). C'est vrai. J'avais le même âge que certains d'entre vous - 19 ans, toute la vie devant moi. J'allais à l'école sur un campus en Californie - pas aussi joli que celui-ci - (rires) - mais semblable. Et je dois avouer que je n'étais pas toujours concentré sur mes études. (Rires.) Il y avait beaucoup de distractions. (Rires.) Et j'ai apprécié ces distractions.

Et en tant que fils d'un père africain et d'une mère américaine blanche, la diversité de l'Amérique était dans mon sang, mais je ne m’étais jamais pour autant senti intéressé par la politique. Je ne pensais pas que c’était important pour moi. Je ne pensais pas que je pouvais faire une différence. Et comme beaucoup de jeunes, je pensais que le cynisme - un certain détachement ironique - était un signe de sagesse et de sophistication.

Mais ensuite, j'ai appris ce qui se passait ici en Afrique du Sud. Et deux jeunes hommes, des représentants de l’ANC, sont venu sur notre campus et ont parlé, et j'ai passé du temps a écouter leur leurs récits. Et j'en ai appris sur le courage de ceux qui ont mené la campagne de désobéissance, et la brutalité portée contre des hommes, des femmes et des enfants innocents, de Sharpeville à Soweto. Et je me suis instruit sur le leadership de Luthuli, et les idées de Biko, et l'exemple de Madiba, et je savais que pendant que de braves gens étaient emprisonnés juste à proximité de ces côtes sur Robben Island, mon propre gouvernement aux États-Unis n’était pas de leur côté. C'est pourquoi je me suis impliqué dans ce qu'on a appelé le mouvement de désinvestissement aux États-Unis.

C'était la première fois que je me m’attachais à une cause. Ce fut aussi la première fois que j’eu à prononcer un discours. Il ne fut long que de deux minutes - (rires) - et j'étais seulement un intervenant en première lors d'un rassemblement que nous tenions exigeant que notre établissement se désinvestisse de l’Afrique du Sud de l'apartheid. Alors je suis monté sur scène, j'ai commencé à faire mon discours, et puis, un peu comme un théâtre politique, des gens sont montés sur scène portant des lunettes qui leur donnaient l’allure d’agents de sécurité et ils m'ont traîné hors de la scène. (Rires.) Heureusement, il n'y a aucun enregistrement de ce discours. (Rires.) Mais je me souviens avoir eu du mal à exprimer la colère et la passion que je ressentais, et à faire écho d’une certaine petite manière de la clarté morale des combattants de la liberté éloignés d’un océan.

Et je vais être honnête avec vous, à la fin de la manifestation, je ne pensais pas avoir fait la moindre différence - j'étais même un peu gêné. Et je me suis dit- Qu’est-ce qu’un groupe de jeunes étudiants en Californie, peut bien faire qui se solde par une différence? Je me sentais trop éloigné de ce que les gens vivaient dans des endroits comme Soweto. Mais avec le recul, quand je regarde ce jeune homme de 19 ans, je suis plus indulgent du fait que le discours n'avait pas été terrible, parce que je savais- je sais maintenant que quelque chose en moi s’agitait à ces temps, quelque chose d'important. Et c'était la conviction que je pouvais faire partie de quelque chose de plus grand que moi, que mon propre salut était lié à celui des autres.

C'est ce que Bobby Kennedy avait exprimé, beaucoup mieux que je ne pourrais le faire, quand il a prononcé un discours ici, à l'Université de Cape Town en 1966. Il dit: «Chaque fois qu'une personne défend un idéal, ou agit pour améliorer le sort des autres, ou lutte contre l'injustice, il envoie une petite vague d'espoir, et se croisant en provenance de millions de différents et audacieux centres d'énergie, ces vagues construisent un courant qui peut balayer les murs les plus puissants de l'oppression et du déni".

Bien entendu, le monde était très différent en ce jour de Juin 1966 quand Bobby Kennedy a prononcé ces mots. Mandela faisait face à de nombreuses années en prison. L’apartheid était enraciné dans ce pays. Aux États-Unis, les victoires du mouvement des droits civiques étaient encore incertaines. En fait, le jour même où Kennedy a parlé ici, le leader américain des droits civiques, James Meredith, était abattu dans le Mississippi, où il protestait pour demander le droit de vote pour les noirs.

Ces moments-là étaient difficiles, troubles, incertains. L'idée d'espoir aurait pu paraitre déplacée. Il aurait été inconcevable aux gens de cette époque - que moins de 50 ans plus tard, un président africain-américain pourrait prononcer un discours devant une assistance mixte, dans la plus ancienne université d'Afrique du Sud, et que cette même université aurait attribué un doctorat honorifique à un président, Nelson Mandela. (Applaudissements.) Cela aurait semblé impossible.

C'est le pouvoir qui vient d'agir sur la base de nos idéaux. C'est ce que Mandela avait compris. Mais ce n'était pas seulement les géants de l'histoire qui ont amené ce changement. Pensez aux plusieurs millions d'actes de conscience qui firent partie de cet effort. Pensez au nombre de voix qui se sont élevées contre l'injustice au fil des ans - dans ce pays, aux États-Unis, dans le monde entier. Pensez à combien de fois les gens ordinaires ont poussés les murs d'oppression et de déni, et à la violence et les humiliations dont ils ont souffert; le courage tranquille qu'ils ont maintenu. Pensez à combien de vagues d'espoir il aura fallu pour construire une déferlante qui allait s'écouler comme un fleuve puissant.

Donc, la vie de Mandela, comme la vie de Kennedy, comme la vie de Gandhi, comme la vie de tous ceux qui se sont battus pour instaurer une nouvelle Afrique du Sud ou une Amérique plus juste - se présentent comme un défi pour moi. Mais plus important encore, comme un défi à votre génération, car elles vous disent que votre voix compte - vos idéaux, votre volonté d'agir pour ces idéaux, vos choix peuvent faire une différence.

Et s'il y a un pays au monde qui montre la puissance des êtres humains à changer les choses, c'est celui-ci. Vous nous avez montré comment un prisonnier peut devenir président. Vous nous avez montré comment des adversaires acharnés peuvent se réconcilier. Vous avez confronté les crimes de haine et d'intolérance à la vérité et l'amour, et que vous avez écrit dans votre constitution les droits de l'homme qui soutiennent la liberté.

Et ce ne sont que les aspects les plus médiatisés de la transformation de l'Afrique du Sud, car à côté de la lutte politique en Afrique du Sud, d'autres batailles ont aussi été menées pour améliorer la vie de ceux qui depuis trop longtemps se sont vu refuser les opportunités économiques et la justice sociale.

Lors de mon dernier voyage ici en 2006, ce qui m'a tellement impressionné furent les bonnes œuvres de personnes sur le terrain enseignant les enfants, soignant les malades, en créant des emplois pour ceux qui en ont besoin. Dans le township de Khayelitsha – J’ai encore des efforts à faire sur quelques prononciations - (rires) - J'ai rencontré des femmes vivant avec le VIH. Et en ces temps en 2006, il y avait encore quelques défis en matière de politiques sur le VIH et le sida ici en Afrique du Sud. Mais elles étaient sur le terrain, luttant pour garder leur famille unie - s'entraider, travaillant pour les uns et les autres. A Soweto, j'ai rencontré des gens qui s'efforcent de préserver la mémoire d’Hector Pieterson. A la Bibliothèque Rosa Parks à Pretoria, j'ai été frappé par l'énergie des élèves qui voulaient propulser ce moment de promesse pour l'Afrique du Sud.

Et nous sommes dans un moment de grande promesse. L'Afrique du Sud est l'un des centres économiques du monde. Évidemment, vous pouvez le voir ici, à Cape Town. Dans le pays qui a vu la première greffe du cœur humain, de nouvelles percées sont réalisés dans le traitement du VIH / SIDA. Je viens de parler à votre vice-chancelier. Les gens viennent à cette université en provenance de plus de 100 pays, pour étudier et enseigner. En Amérique, nous voyons la portée de votre culture par les concert de "Freshly Ground" à la - (applaudissements) - nous avons la Nando juste quelques pâtés de maisons de la Maison Blanche. (Rires et applaudissements). Et grâce à la première Coupe du monde jamais organisée sur ce continent, le monde connaît maintenant le bruit de la vuvuzela. (Applaudissements.) Je ne suis pas sûr que ce soit comme le plus beau cadeau que l'Afrique du Sud ait jamais offert. (Rires.)


Mais les progrès se sont également fait sentir ailleurs sur le continent africain. Du Sénégal à la Côte d'Ivoire au Malawi, la démocratie a survécu à de sérieux défis.

Bon nombre des économies les plus dynamiques dans le monde se trouvent ici en Afrique, où il y a un changement historique qui se déroule, allant de la pauvreté vers l’établissement d’une classe moyenne naissante en croissance. Moins de gens meurent de maladies préventives. Davantage de personnes ont accès aux soins de santé. Plus d’agriculteurs portent leurs produits sur les marchés à des prix équitables. De projets de micro-finance à Kampala, aux opérateurs en bourse à Lagos, à des entrepreneurs de téléphonie cellulaire à Nairobi, il y a ici une énergie qui ne peut être ignorée – l’Afrique se réveille.

Nous savons néanmoins que ce progrès repose sur une base fragile. Nous savons que ces progrès sont inégaux. A travers l’Afrique, les mêmes institutions qui devraient être l'épine dorsale de la démocratie sont un peu trop souvent infectées par la gangrène de la corruption. La même technologie qui permet des profits records signifie parfois l'élargissement d'un canyon d'inégalité. La même interconnexion qui lie nos destins rend toute l'Afrique vulnérable aux conflits sous-jacents.

Donc il n'y a pas de doute que l'Afrique soit en marche, mais elle ne bouge pas assez vite pour l'enfant croupissant encore dans la pauvreté dans les townships oubliés. Elle ne bouge pas assez vite pour le manifestant qui est agressé à Harare, ou la femme qui est violée dans l'Est du Congo. Nous avons encore du travail à faire, parce que ces Africains ne doivent pas être laissés pour compte.

Et c'est là que vous intervenez- les jeunes de l'Afrique. Tout comme les générations précédentes, vous avez des choix à faire. Vous devez décider de quoi sera fait le futur. Pensez-y - plus de 60 pour cent des Africains ont moins de 35 ans. Alors cette démographie signifie que les jeunes vont déterminer le sort de ce continent et de ce pays. Vous avez le temps et le nombre de votre côté, et vous serez en train de prendre des décisions longtemps après que des politiciens comme moi aient quitté la scène.

Et je peux vous promettre ceci: Le monde va observer les décisions que vous prendrez. Le monde aura les yeux sur ce que vous ferez. Parce que l'une des choses merveilleuses qui se passe, est que là où les gens avaient l’habitude de voir seulement la souffrance et des conflits en Afrique, tout à coup, maintenant ils voient des opportunités pour les ressources, pour les investissements, les partenariats, pour l'influence. Les gouvernements et les entreprises du monde entier sont en train de jauger le continent, et prennent des décisions à savoir où investir leur temps et leur énergie. Et comme je l'ai dit hier lors d'un meeting à l’Assemblée à Johannesburg, c'est une bonne chose. Nous voulons que tous les pays - la Chine, l'Inde, le Brésil, la Turquie, l'Europe, l'Amérique - nous voulons que tout le monde prête attention à ce qui se passe ici, parce que cela reflète vos progrès.

Et je suis venu en Afrique pour ce voyage parce que mon pari est sur les jeunes qui sont le cœur de l'Afrique. Je parie sur vous tous. En tant que président des Etats-Unis, je crois que ma propre nation bénéficierait énormément si vous atteignez votre plein potentiel.

Si la prospérité est largement partagée ici, en Afrique, la classe moyenne sera un énorme marché pour nos produits. Si des démocraties solides prennent racine, cela permettrait à nos citoyens et entreprises de se rapprocher de vous. Si la paix l’emporte sur la guerre, nous allons tous être plus en sécurité. Et si la dignité de la personne est confirmée à travers l'Afrique, alors je crois que les Américains seront plus libres aussi, parce que je crois qu'aucun d'entre nous n'est totalement libre quand d'autres dans la famille humaine continuent de subir la contrainte de la pauvreté ou de la maladie ou de l'oppression.

Naturellement, l'Amérique est impliquée en Afrique depuis des décennies. Mais nous allons au-delà de la simple fourniture d'une assistance, l'aide étrangère, vers un nouveau modèle de partenariat entre l'Amérique et l'Afrique - un partenariat d'égal à égal qui met l'accent sur votre capacité à résoudre des problèmes, et votre capacité à croître. Nos efforts se concentrent sur trois domaines qui façonnent nos vies: les opportunités, la démocratie et la paix.

Alors d'abord, nous voulons un partenariat qui permette aux Africains d'accéder à davantage de possibilités dans leurs propres vies, dans leurs communautés et pour leurs pays.

En tant que plus grande économie du continent, l'Afrique du Sud fait partie d'un mouvement qui s'étend du sud au nord, d'est en ouest – de plus en plus d’économies africaines sont prêtes à décoller. Et l'accroissement du commerce et des investissements des États-Unis aura le potentiel d'accélérer ce mouvement - créant de nouveaux emplois et des opportunités des deux côtés de l'Atlantique.

Donc, je vais appeler à ce que l’Amérique élève son jeu quand il s'agit de l'Afrique. Nous avons réuni les chefs d'entreprise de l'Amérique et de l'Afrique pour approfondir notre engagement. Nous allons lancer de nouvelles missions commerciales, et promouvoir l'investissement par nos entreprises. Nous lancerons un effort à Addis pour renouveler la Loi sur la Croissance et les Opportunités, pour continuer de briser les obstacles à la croissance du commerce africain et, demain, je vais discuter d'une nouvelle initiative commerciale en Afrique pour développer nos liens à travers le continent, parce que nous voulons libérer l’énergie de l'esprit d'entreprise et des marchés, pour créer des opportunités ici, en Afrique.

C’était intéressant - hier lors de la réunion de discussion que j'ai eu avec un certain nombre de jeunes gens, les trois premières questions étaient à propos du commerce, parce qu'il y avait une prise de conscience de ces jeunes gens qui disaient: je veux bâtir une... veux initier quelque chose... Je veux construire quelque chose, et puis je veux vendre quelque chose. Maintenant, pour réussir, ces efforts doivent se connecter à quelque chose de plus grand.

Et pour l'Amérique, ce n'est pas qu'une question de chiffres sur une feuille de bilan ou de ressources qui seraient extraites du sous-sol. Nous pensons que les sociétés et les économies ne progressent qu’autant que les individus sont libres de les faire se mouvoir. Et tout comme la liberté ne peut exister lorsque les gens sont emprisonnés pour leurs opinions politiques, les véritables opportunités ne peuvent exister lorsque les gens sont emprisonnés par la maladie, ou la faim, ou l'obscurité.

Et donc, la question que nous nous posons est de savoir que faire pour propulser les africains au plan individuel?

D'une part, nous pensons que les pays doivent pouvoir se nourrir d’eux-mêmes; donc au lieu d’expédier de la nourriture en Afrique, nous aidons des millions de petits exploitants africains à faire un meilleur usage des nouvelles technologies pour cultiver le plus de terre. Et grâce à une nouvelle alliance entre gouvernements et le secteur privé, nous investissons des milliards de dollars dans une agriculture qui cultive plus de plantes, apporte plus de nourriture sur le marché, donne aux agriculteurs de meilleurs prix et contribue à faire sortir 50 millions de personnes de la pauvreté en une décennie. La fin de la famine, une industrie agricole prospère en Afrique – voilà ce à quoi ressemblent les opportunités. C'est ce que nous voulons construire avec vous.

Nous pensons que les pays doivent pouvoir se prévenir de maladie et fournir des soins à leurs malades. Et nos efforts pour lutter contre le paludisme et les maladies tropicales peuvent conduire à un objectif réalisable: mettre fin à la mortalité infantile et maternelle de maladies préventives. Déjà, notre engagement à lutter contre le VIH / sida a sauvé des millions, et nous permet d'imaginer ce qui était impensable par le passé: une génération sans sida. Et tandis que l'Amérique continuera à fournir des milliards de dollars en appui, nous ne pouvons pas progresser sans partenaires africains. Donc, je suis fier de constater que d'ici la fin de ma présidence, l'Afrique du Sud a déterminé qu'elle sera le premier pays africain à gérer pleinement ses programmes et traitements du VIH. (Applaudissements) C'est un énorme succès. La santé maternelle et des enfants en bonne santé, des systèmes de santé publique solides – voilà ce à quoi ressemblent les opportunités.

Et nous croyons que les nations doivent pouvoir connecter leurs citoyens aux promesses du 21 nième siècle. L'accès à l'électricité est fondamental aux opportunités aujourd’hui. C'est à l’éclairage que les enfants étudient; c’est l'énergie qui permet à une idée de se transformer en une véritable entreprise. C'est la ressource nécessaire pour que les familles puissent répondre à leurs besoins les plus élémentaires. Et c'est le lien qui est nécessaire pour brancher l'Afrique au réseau de l'économie mondiale. Vous devez avoir l’électricité. Et pourtant, les deux tiers de la population en Afrique subsaharienne n'a pas accès à l’électricité - et le pourcentage est beaucoup plus élevé pour ceux qui ne vivent pas dans les villes.

Donc, aujourd'hui, je suis fier d'annoncer une nouvelle initiative. Nous nous occupons de l'agriculture, nous nous occupons de la santé. Maintenant, nous allons parler électricité - Africa Power - une nouvelle initiative qui va doubler l’accès en électricité de l’Afrique sub-saharienne. La doubler ! (Applaudissements.) Nous allons commencer par investir 7 milliards de dollars de ressources du gouvernement américain. Nous allons travailler en partenariat avec le secteur privé, qui s’est engagé à contribuer plus de 9 milliards de dollars en investissement. Et en partenariat avec les pays africains, nous allons développer de nouvelles sources d'énergie. Nous allons atteindre plus de ménages non seulement dans les villes, mais dans les villages et les campagnes. Nous allons élargir l'accès pour ceux qui vivent actuellement hors des zones électrifiées. Et nous soutiendrons l’énergie propre pour protéger notre planète et combattre le changement climatique. (Applaudissements.) Alors, la lumière là où actuellement il y a les ténèbres, l'énergie nécessaire pour sortir les gens de la pauvreté – voilà ce à quoi ressemblent les opportunités.

Donc, c'est la vision de l'Amérique: un partenariat avec l'Afrique qui libère la croissance et le potentiel de chaque citoyen, et pas seulement quelques-uns au sommet. Et cela est réalisable. Il n'y a rien que je vous ai présenté qui ne puisse pas se produire. Mais l'histoire nous dit que le vrai progrès n'est possible que si les gouvernements sont au service de leur peuple, et non l'inverse. (Applaudissements.)

Si quelqu'un veut voir la différence entre la liberté et la tyrannie, qu'ils viennent ici, en Afrique du Sud. Ici, les citoyens ont bravé les balles et les coups pour obtenir le droit le plus fondamental: la capacité d'être libre, de déterminer son propre destin, dans son propre pays. Et l'exemple de Madiba s'étend bien au-delà de cette victoire. Maintenant, je l'ai dit hier à la rencontre - comme le premier Président des États-Unis, George Washington, il comprit que la démocratie ne peut être pérennisée que lorsqu’elle est plus importante qu’un individu spécifique. Donc, sa volonté de quitter le pouvoir fut aussi profonde que sa capacité à revendiquer le pouvoir. (Applaudissements.)

La bonne nouvelle est que cet exemple fait des émules à travers le continent. Nous le constatons par des élections libres et équitables du Ghana à la Zambie. Nous l’entendons par la voix de la société civile. J'étais au Sénégal et j’ai rencontré des groupes de la société civile, y compris un groupe appelé Y'en a Marre- (rires) - qui a contribué à défendre la volonté du peuple après les élections au Sénégal. Nous le remarquons dans des endroits comme la Tanzanie, où des SMS relient les citoyens à leurs élus. Et nous le renforçons lorsque des organisations défendent les principes démocratiques, comme la CEDEAO l’a fait en Côte d'Ivoire.

Mais ce travail n'est pas terminé- nous le savons tous. Pas dans les pays où les dirigeants s'enrichissent en toute impunité; pas dans les communautés où vous ne pouvez pas créer une entreprise, ou aller à l'école, ou avoir une maison sans avoir à payer un pot de vin à quelqu'un. Ces choses doivent changer. Et cela doit changer pas simplement parce que cette corruption est immorale, mais c'est aussi une question d’intérêt particulier et d'économie. Les gouvernements qui respectent les droits de leurs citoyens et l’état de droit ont de meilleures performances, une croissance plus rapide, et attirent plus d'investissements que ceux qui ne le font pas. C'est juste une évidence. (Applaudissements.)

Il suffit de regarder votre voisin, le Zimbabwe, où la promesse de la libération a fait place à la corruption du pouvoir, puis l'effondrement de l'économie. Maintenant, après que les dirigeants de cette région - menés par l'Afrique du Sud – aient négocié un terme à ce qui a été une crise de longue durée, les Zimbabwéens ont une nouvelle constitution, l'économie commence à se redresser. Il y a donc une possibilité de progresser - mais seulement s'il y a une élection qui soit libre, juste et pacifique, de sorte que les Zimbabwéens puissent décider de leur avenir sans crainte d'intimidation et de représailles. Et après les élections, il doit y avoir le respect des droits universels sur lesquels repose la démocratie. (Applaudissements.)

Il y a des choses que l'Amérique représentent - pas parfaitement - mais c'est ce que nous représentons, et c'est ce que mon administration représente. Nous ne disons pas aux peuples qui sont leurs dirigeants doivent être, mais nous en sommes avec ceux qui soutiennent les principes qui mènent à une vie meilleure. Et c'est pourquoi nous sommes intéressés à investir non pas dans les hommes forts, mais dans les institutions solides: des systèmes judiciaires indépendants qui peuvent faire respecter la primauté du droit - (applaudissements), les forces de police honnêtes qui peuvent protéger les intérêts des peuples au lieu de leurs propres intérêts, un gouvernement ouvert qui peut apporter de la transparence et de la responsabilité. Et, oui, c'est pourquoi nous soutenons la société civile - pour les journalistes et les ONG, et les organisateurs et militants communautaires - qui donnent au peuple une voix. Et c'est pourquoi nous soutenons les sociétés qui font la promotion des femmes - car aucun pays n’atteindra son potentiel s’il ne s'appuie sur les talents de nos femmes, de nos mères, nos sœurs et de nos filles. (Applaudissements.)

Juste pour éditorialiser ici une seconde, parce que dans le pays d'origine de mon père le Kenya - comme ailleurs en Afrique - vous voyez des femmes travailler sans être appréciée. Je vous le dis, vous pouvez mesurer à quel point un pays avance par la façon dont il traite ses femmes. (Applaudissements) Et partout sur ce continent et dans le monde, nous avons encore du travail à faire sur ce front. Nous avons des sœurs qui disent: "Amen." (Rires et applaudissements).

Mais je sais qu'il y a certaines personnes en Afrique qui m'entendent dire ces choses - qui voient le soutien de l'Amérique pour ces valeurs - et qui disent que c'est de l’ingérence. Pourquoi vous mêlez-vous de nos affaires? Je sais qu'il y a ceux qui soutiennent que des idées comme la démocratie et la transparence sont en quelque sorte des exportations occidentales. Je suis en désaccord. Les gens au pouvoir qui émettent ces arguments, le font généralement afin de tenter de détourner les gens de leur souffrance. (Applaudissements.) Parfois, ce sont les mêmes personnes qui derrière des portes closes sont prêts à vendre les ressources de leur propre pays à des intérêts étrangers, pourvu qu'ils obtiennent une quote-part. Je dis juste la vérité. (Rires et applaudissements).

Mais en fin de compte, je crois que les Africains devraient se faire leur propre opinion sur ce qui sert les intérêts africains. Nous faisons confiance à votre jugement, le jugement des gens ordinaires. Nous pensons que lorsque vous contrôlez votre destin, si vous tenez les rênes de vos gouvernements, ces gouvernements vont promouvoir la liberté et les opportunités, parce que cela va vous servir. Et ce n’est pas seulement l’Amérique qui devrait soutenir la démocratie - Les africains aussi devraient le faire. Donc, ici, en Afrique du Sud, votre histoire démocratique a inspiré le monde entier. Et grâce à la puissance de votre exemple et par votre position dans des organisations telles que la SADC et l'Union africaine, vous pouvez être une voix pour le progrès de l'humanité que vous avez écrit dans votre propre Constitution. Vous ne devriez pas supposer que c'est propre à l'Afrique du Sud. Les gens ont des aspirations similaires partout.

Et voici qui m'amène au dernier domaine dans lequel notre partenariat pourrait aider les gens - la recherche et la protection de la paix en Afrique. Tant que certaines régions d'Afrique continuent d'être ravagées par la guerre et le chaos, les opportunités et la démocratie ne peuvent pas prendre racine. Partout sur le continent, il y a des endroits où trop souvent la peur l'emporte. Du Mali à Mogadiscio, le terrorisme insensé pervertit trop souvent la signification de l'Islam - une des grandes religions du monde - et arrache la vie d'innombrables Africains innocents. Du Congo au Soudan, les conflits s'enveniment – privant hommes, femmes et enfants de la vie qu'ils méritent. Dans de trop nombreux pays, les actions de voyous, de seigneurs de guerre et des cartels de la drogue et trafiquants d'êtres humains retiennent la promesse de l'Afrique, asservir les autres à leurs propres fins.

L'Amérique ne peut pas mettre un terme toute seule à ces tragédies, et vous ne vous attendez pas à cela de nous. C'est une mission pour les Africains. Mais nous pouvons vous aider et nous vous aiderons. Je sais qu'il y a beaucoup de commentaires à propos de la présence militaire américaine en Afrique. Mais si vous regardez ce que nous sommes en train de faire, encore et encore, nous mettons du muscle derrière les efforts africains. C'est ce que nous faisons dans le Sahel, où les pays de l'Afrique de l'Ouest ont pris les devants pour maintenir la paix pendant que le Mali commence maintenant à se reconstruire. C'est ce que nous faisons en Afrique centrale, où une coalition de pays referme l'espace où l'Armée de la Résistance du Seigneur puisse opérer. C'est ce que nous faisons en Somalie, où une force de l'Union africaine, l'AMISOM, aide le nouveau gouvernement à se tenir debout sur ses deux pieds.

Ces efforts doivent aboutir à une paix durable, pas seulement des mots sur un papier ou des promesses qui s'estompent. La paix interne et entre le Soudan et le Sud Soudan, de sorte que ces gouvernements se consacrent aux travaux d'investir dans leurs populations très pauvres. La paix au Congo avec des nations respectant leurs engagements, de sorte que les droits tant réclamés soient enfin obtenus par les peuples de ce pays ravagé par la guerre, et que les femmes et les enfants ne vivent plus dans la peur. (Applaudissements) La paix au Mali, où les gens vont faire entendre leur voix par de nouvelles élections cet été. Dans chacun de ces cas, l'Afrique doit être le leader et l'Amérique aidera. Et l'Amérique ne fera aucune excuse pour soutenir les efforts africains pour mettre fin aux conflits et défendre la dignité humaine. (Applaudissements.)

Et cette année marque le 50e anniversaire de l'OUA, aujourd'hui Union africaine - une occasion qui est plus historique, parce que l'UA est en train de relever ces défis. Et je veux que l'Amérique prenne son engagement non seulement sur les questions de sécurité, mais aussi sur les questions environnementales - les questions économiques et les questions sociales, les questions d'éducation - je veux mettre cet engagement à un tout nouveau niveau. Je suis donc fier d'annoncer que l'année prochaine, je vais inviter les chefs d'Etat de toute l'Afrique sub-saharienne à un sommet aux États-Unis pour aider à ouvrir un nouveau chapitre dans les relations américano-africaines. (Applaudissements) Et comme je l'ai dit hier, je vais aussi organiser un sommet avec la prochaine promotion de notre « Young African Leaders Initiative », parce que nous voulons faire participer les dirigeants et les leaders de demain pour comprendre comment nous pouvons mieux travailler ensemble. (Applaudissements.)

Permettez-moi donc de conclure en disant ceci. Les gouvernements sont importants. Le leadership politique est important. Et j'espère que certains d'entre vous ici aujourd'hui décideront de suivre la voie du service public. Elle peut parfois être ingrate, mais je crois que cela peut aussi être une vie noble. Mais nous devons également reconnaître que les choix que nous faisons ne sont pas limités aux politiques et programmes gouvernementaux. La paix et la prospérité en Afrique et partout dans le monde, dépendent aussi de l'attitude des gens.

Trop souvent, la source de tragédie, la source de conflit implique des choix que les gens ordinaires font qui nous divisent les uns des autres - le noir du blanc, le chrétien du musulman, tel tribu contre une autre. L’Afrique contient une multitude d'identités, mais les nations et les peuples d'Afrique ne pourront pas atteindre leurs promesses tant que certains utiliseront ces identités pour justifier l'assujettissement – comme une excuse pour voler ou tuer ou priver les autres.

Et finalement, c'est la leçon la plus importante que le monde a appris ici en Afrique du Sud. Mandela a écrit: «Personne ne naît haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau ou de son origine ou sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s'ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur apprendre à aimer, car amour vient plus naturellement au cœur de l'homme que son contraire ". (Applaudissements.)

Je crois que c'est vrai. Je crois que ça a toujours été vrai - de l'aube du premier homme à la jeunesse d'aujourd'hui, et tous ce qui s’est produit entre les deux ici en Afrique – les royaumes qui sont apparus et ont disparu; le creuset de l'esclavage et l'émergence du colonialisme, la guerre insensée, mais aussi les mouvements emblématiques de la justice sociale; la dilapidation des richesses, mais aussi la possibilité des promesses.

Les paroles de Madiba nous donnent une boussole dans une mer de changement, une terre ferme au milieu de courants tourbillonnants. Nous avons toujours la possibilité de choisir notre meilleure histoire. On peut toujours comprendre cette importante décision - la décision que nous prenons lorsque nous découvrons en l’autre notre humanité commune. Ce choix nous est toujours disponible.

Et j'ai vu cet esprit dans les sourires accueillants des enfants sur l'île de Gorée, et les enfants de Mombasa sur la côte de l'océan Indien du Kenya. Cet esprit existe chez la mère dans le Sahel qui veut une vie digne pour ses filles, et en l'étudiant sud-africain qui brave le danger et la distance pour se rendre à l'école. Il peut être entendu dans les chansons qui montent des villages et des rues des villes, et il peut être entendu dans la voix confiante de jeunes gens comme vous.

C'est cet esprit, ce désir inné pour la justice et l'égalité, pour la liberté et la solidarité - c'est cet esprit qui peut éclairer la voie à suivre. Il est en vous. Et pendant que vous guidez l'Afrique à travers cette longue et difficile route, je veux que vous sachiez que vous trouverez toujours la main tendue d'un ami dans les Etats-Unis d'Amérique. (Applaudissements.)

Merci beaucoup. Que Dieu vous bénisse. (Applaudissements.)

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE