THE CUTTING OF STUDENT EDVIN BALLACK OBAME MEBIAME’S SCHOLARSHIP IS PUNITIVE. EVIDENCE IN THIS VIDEO DOCUMENT! LA SUPPRESSION DE LA BOURSE DE L’ÉTUDIANT EDVIN BALLACK OBAME MÉBIAME EST PUNITIVE. LA PREUVE DANS CE DOCUMENT VIDÉO!








English Version


Dear readers, in a previous post, we told you about the revocation of the scholarship by the Gabonese National Agency of Scholarships, for the student Edvin Ballack Obame Mebiame; the student who was the main interlocutor of the TV channel France 24 when it came to film the unacceptable conditions of studies in which students were floundering at the University of Libreville.

The resulting documentary was broadcasted by 24 France in May 2013 and less than two months later, while academic results for the current school year were still not known, it was announced to the student Edvin Ballack Obame Mebiame that his scholarship was removed for "successive failures”. We have already in a previous post demonstrated the absurdity of this reason with respect to the fact that between the date of grant of the award, in February 2012, and its removal in June-July 2013, only one school year passed and therefore there cannot be any mention of successive failures. But the most convincing argument to realize the unfairness and certainly the punitive nature of this suppression is this video that we propose to you. It is from the Gabon Television program Agora. This program dealt with the problems of university operations in Gabon and mainly about the managing of scholarships.

In the video of this show, from the 16th minute, Etienne Massard Kabinda, the Chairman of the Technical Commission for the Award of Scholarships, presented a paper entitled: "Interim Report on the Situation of scholarships." He specifically read page 37 of that document in the following terms:

"Continue to ensure the equality of all our people before the law. Avoid haphazard management in new scholarships grants."

He then continued to the 19th minute, saying: "Before, the scholarships had to be renewed every year, meaning that a student had to annually renew the grant with all the paperwork you know about. And students spent too much of their time, instead of on their work, collecting these papers. Today, scholarships, as I said, according to the educational aspects of the LMD system, are granted for the duration of one cycle of study. So a student does not need to bother with papers, to resupply the same papers he provided every year, to qualify, preserve or conserve his purse, just the academic results are needed. Finally, ensure a transparent and fair system."

Dear readers, this reading of scholarships management procedures as outlined by Etienne Massard Kabinda are in contradiction with the way the scholarship of the student Edvin Ballack Obame Mebiame was removed, because:

1. If the scholarship was awarded for a course of study, why is it stopped only one year after the award?

2. If the only documents required for the scholarship to be maintained are school results, how is it possible that this scholarship has been stopped long before these academic results for the year 2012-2013 were available? What are the results that were used to justify the suppression?

3. If the academic performances of the student Edvin Ballack Obame Mebiame at the end of the 2011-2012 school year were not satisfactory, why have granted him the scholarship until 2013, to stop it just after the release of the documentary by France 24?

Dear readers, we know that no one from the regime will answer these questions because we all know the reasons for the stoppage of the scholarship. We just wanted to put regimes clowns before their own contradictions. Edvin Ballack Obame Mebiame will survive and succeed in his studies, despite the arbitrariness that is at all costs trying to stifle him.



Version Française


Chers lecteurs, dans un billet précédent, nous vous parlions de la suppression de la bourse d’étude, par l’Agence Nationale des Bourses du Gabon, de l’étudiant Edvin Ballack Obame Mebiame; cet étudiant qui avait été le principal interlocuteur de la chaine de télévision France 24 quand cette dernière est venue filmer les inadmissibles conditions d’études dans lesquelles pataugeaient les étudiants de l’université de Libreville.

Le documentaire qui en résultat fut diffusé par France 24 en Mai 2013 et moins de 2 mois plus tard, alors que les résultats universitaires pour l’année scolaire en cours n’étaient pas connus, il fut notifié à l’étudiant Edvin Ballack Obame Mebiame que sa bourse était supprimée pour "échecs successifs". Nous avons déjà dans un billet précédent fait la démonstration du ridicule de ce motif au regard du fait qu’entre la date d’attribution de la bourse, Février 2012 et de sa suppression en Juin-Juillet 2013, il ne soit écoulée qu’une seule année scolaire et qu’on ne puisse pas parler alors d’échecs successifs. Mais l’argument le plus convainquant pour réaliser le caractère abusif et certainement punitif de cette suppression, est la vidéo que nous vous proposons ci-dessus et qui est celle de l’émission Agora sur Gabon Télévision. Cette émission traitait des problèmes du fonctionnement de l’université au Gabon et principalement des questions de gestion des bourses.

Dans la vidéo de cette émission, à partir de la 16ième minute, Etienne Massard Kabinda, le Président de la Commission Technique d'Attribution des Bourses, présente un document dont le titre est: « Rapport Provisoire sur la Situation des Bourses ». Il fait spécifiquement lecture de la page 37 du dit document dans les termes suivants:

« Continuer de veiller à l’égalité de tous nos compatriotes devant la loi. Eviter le pilotage à vue dans les attributions nouvelles des bourses »

Il continu ensuite à la 19ième minute en disant: «Avant, la bourse était renouvelée tous les ans, c'est-à-dire qu’un étudiant devait tous les ans renouveler la bourse avec toute la paperasse que vous connaissez. Et les étudiants consacraient même une bonne partie de leur temps, au lieu de se mettre au travail, pour pouvoir rassembler les papiers. Aujourd’hui la bourse, conformément, je dirais, aux aspects pédagogiques du système LMD, est octroyée pour la durée d’un cycle d’étude. Donc un étudiant n’a plus besoin de se tracasser avec des papiers, à refournir les mêmes papiers qu’il fournissait tous les ans, pour prétendre préserver, conserver sa bourse, juste ses résultats scolaires. Enfin, la garantie d’un système transparent et équitable ».

Chers lecteurs, cette lecture des procédures de gestion des bourses telles qu’énoncées par Etienne Massard Kabinda, sont mises en contradiction par la suppression de la bourse à l’étudiant Edvin Ballack Obame Mebiame car :

1. Si la bourse lui a été attribuée pour un cycle d’étude, pourquoi est-elle supprimée un an à peine après cette attribution ?

2. Si les seuls documents à fournir pour que la bourse soit maintenue sont les résultats scolaires, comment est-il possible que cette bourse ait été supprimée bien avant que ces résultats scolaires pour l’année 2012-2013 soient disponibles ? Quels sont les résultats qui ont servi à justifier cette suppression ?

3. Si les résultats scolaires de l’étudiant Edvin Ballack Obame Mebiame, dès la fin de l’année 2011-2012 n’avaient pas été satisfaisant, pourquoi lui avoir octroyé cette bourse jusqu’en 2013, pour ne la supprimer que juste après la diffusion du documentaire de France 24?

Chers lecteurs, nous savons que personne du régime ne viendra répondre à ces questions car nous connaissons tous les raisons de cette suppression. Nous tenions seulement à mettre les amuseurs de galerie face à leurs propres contradictions. Edvin Ballack Obame Mebiame survivra et réussira dans ses études, en dépit de l’arbitraire qui tient coûte que coûte à l’étouffer.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT