THE ALI BONGO REGIME TRIES TO CAPITALIZE ON THREATS OF PIRACY AND POACHING, WITH THE U.S. CONGRESS. LE RÉGIME ALI BONGO TENTE DE CAPITALISER SUR LES MENACES DE PIRATERIE ET BRACONNAGE, AUPRÈS DU CONGRÈS AMÉRICAIN




Michael Moussa Adamo, 2nd from left
Michael Moussa Adamo, second à partir de la gauche

(photo: US Congress)



English Version


Recently, a U.S. Congressional panel held an African diplomatic meeting with African diplomatic representatives in the USA, to discuss security issues affecting Africa. The meeting was chaired by Rep. Chris Smith of the U.S. House Subcommittee on Africa. During this meeting, African diplomats made presentations about terrorism, drug trafficking, international crime, piracy etc. Below we present to you the declaration of the Gabonese Ambassador to the USA, Michael Moussa Adamo, during this meeting.

You will certainly be intrigued to learn that the Gabonese government has undertaken enormous efforts to eradicate crimes of all kinds and poaching and piracy in particular. So massive is the effort that it deprives the government of funds to invest in development and social welfare, hence the need for American financial assistance. Do not laugh too hard! This blog will analyze this presentation in the next posting. Here we first leave you to digest the declaration.




Version Française


Récemment, un comité du Congrès américain a tenu une réunion de diplomatie africaine, avec les représentations diplomatiques africaines aux Etats-Unis, pour discuter des problèmes de sécurité affectant l'Afrique. La réunion était présidée par le congressman Chris Smith du Sous-Comité sur l'Afrique. Lors de cette réunion, les diplomates africains ont fait des présentations sur le terrorisme, le trafic de drogue, la criminalité internationale, la piraterie, etc. Ci-dessous nous vous présentons la déclaration de l'ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis, Michael Moussa Adamo, lors de cette réunion. Vous serez certainement intrigués d’apprendre que le gouvernement gabonais entreprend d’énormes efforts pour éradiquer la criminalité en tout genre et le braconnage et la piraterie en particulier. Des efforts tellement massifs que cela prive le gouvernement de fonds pour investir dans le développement et le social; d’où le nécessaire d’une assistance américaine. Ne riez surtout pas trop fort ! Ce blog va analyser cette présentation lors de la prochaine publication. Ici nous vous laissons d’abord en digérer le contenu.



Allocution au Briefing du Congrès sur les Menaces Régionales

Son Excellence Monsieur Michael Moussa-Adamo

Ambassadeur de la République du Gabon aux Etats-Unis 

2200 Rayburn House Office Building

Mercredi le 24 Juillet 2013 - 14:30h



Chairman Smith et Représentant Bass, je vous remercie d'avoir accueilli cette manifestation informative aujourd'hui. J'apprécie d'être en compagnie de mes collègues, les ambassadeurs du Mali, Maurice et de la Zambie, pour discuter avec vous du sujet des menaces à la sécurité régionale en Afrique.

Alors que le terrorisme politique, l'extrémisme religieux, les troubles civils et le trafic de stupéfiants sont des questions importantes qui méritent notre attention, je voudrais mettre l'accent sur deux autres sujets médiatisés qui sont pertinents à la question plus large de la sécurité régionale - à savoir, la piraterie maritime et le braconnage de la faune.

Tant la piraterie que le braconnage constituent des menaces pour la stabilité régionale en Afrique centrale.

Permettez-moi d'abord de parler de piraterie. Le romancier Nick Harkaway a défini la piraterie comme «vol avec violence, menant souvent au meurtre, au viol et aux enlèvements. C’est l'un des crimes les plus effrayants du monde ".

Non seulement il est effrayant. J'ajouterais qu'il se propage.

Certains d'entre vous ont peut-être lu dans les journaux qu’un navire qui a été saisi par des pirates près de Port Gentil, au Gabon, il y a quelques jours. Heureusement, le navire et son équipage de 24 membres ont été libérés mardi, sans faire de victimes.

Pour vous donner une idée de la dimension internationale de ce problème, ce seul navire était immatriculé à Malte, exploité par une société turque, commandé par un équipage indien, et saisi par des pirates africains près de la côte gabonaise.

Ce qui est remarquable au sujet de cet incident, c'est qu'il est le premier du genre depuis plus de cinq ans près du Gabon. Qui plus est, il représente une expansion géographique importante de ce type de piratage.

Un expert cité par Reuters a déclaré que "l'attaque s'est produite à environ 200 miles nautiques plus au sud que la précédente attaque, qui était d'environ 160 mn au sud-ouest de l'île de Bonny (au Nigeria)" en Avril. Ceci « marque une expansion significative de l'aire géographique de la piraterie dans le Golfe de Guinée » et «démontre la nature régionale du commerce illégal de carburant."

Au cours des 10 ou 15 dernières années, la communauté internationale a accordé une attention particulière aux pirates somaliens en Afrique de l'Est. Il y a même eu des films sur ces pirates réalisés pour le cinéma de divertissement. Grace à de solides programmes d'intervention et de répression, la menace de la piraterie somalienne a quelque peu diminué ces dernières années.

Dans les même temps, cependant, la menace a augmenté dans le golfe de Guinée.

Alors que les pirates somaliens visent principalement à recueillir une rançon pour le navire et son équipage, les pirates ouest-africains sont plus intéressés par la cargaison. Ils gardent les bateaux qu'ils capturent pendant quelques jours pour faire un inventaire, puis prennent tout ce qui y est précieux, qui tendent à être les produits pétroliers. Avant la libération du navire, les pirates en pompent des tonnes de pétrole pour les vendre sur le marché noir.

L’expert en sécurité maritime, Michael Strahl, a fait remarquer que les pirates du golfe de Guinée sont «beaucoup plus propices à tirer pour tuer, et ils sont plus brutales avec l'équipage. Cela pourrait être dû en partie au fait qu'ils ne sont pas d'abord intéressés par les otages, contrairement aux pirates somaliens pour lesquels les otages sont le capital réel ".

Selon The Economist, «les experts en sécurité disent que la piraterie au large de l'Afrique de l’Ouest s'aggrave. Les incidents signalés ont sont passés de 44 en 2011 à 62 en 2012. Cette année, avec 28 incidents jusqu'à maintenant, pourrait être la pire. Dix des agressions en 2012 sur des navires dans le golfe étaient des détournements, plus d'un tiers du total du monde entier".

Les pays de la région ne sont pas assis en laissant le piratage s'élargir sans réagir. Le mois dernier à Yaoundé, capitale du Cameroun, plus de 20 chefs d'Etat et de gouvernement à la fois de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) se sont réunis pour un sommet pour discuter de ce sujet en longueur. Le résultat de la réunion fut un engagement écrit pour lutter contre la piraterie dans le golfe de Guinée.

Le code de conduite adopté lors du Sommet de Yaoundé prend l’engagement que les pays participants "vont partager et communiquer des informations, intercepter les navires soupçonnés de se livrer à des activités illégales en mer et s'assurer que les criminels soient poursuivis en justice. Ils devront également s'assurer que les victimes de la criminalité - y compris l'équipage, les passagers et autres personnes en mer - reçoivent les soins appropriés, de bons traitements et le rapatriement ".

Ces pays, dont le Gabon, coopèrent également avec les Etats-Unis et les pays européens, à la lutte contre la piraterie. Nous sommes tous victimes de cette violence. Ce qui menace l’un de nous, menace l'ensemble de la communauté internationale, car cela perturbe les échanges et le commerce et affecte les producteurs et les consommateurs.

Le mois prochain, le Secrétaire de la Marine americaine, Ray Mabus, se rendra au Gabon avec pour mission spécifique de discuter de la piraterie maritime avec son homologue du gouvernement gabonais et avec d'autres officiels, y compris notre président Ali Bongo Ondimba. Le Secrétaire Mabus aura l'occasion d'examiner les efforts du Gabon à l'expansion de nos défenses côtières avec un but de la prévention de la piraterie, comme celle de la saisie du navire turc au large de Port Gentil la semaine dernière.

Le Secrétaire de la Marine américaine discutera également d’un autre sujet avec les responsables gabonais: le braconnage.

À première vue, il n’est peut-être pas évident que le braconnage des éléphants et d'autres animaux soit une question de sécurité régionale. Mais il l’est.

Aujourd'hui, la criminalité envers la faune est en augmentation à travers l'Afrique et une fois de plus la survie de l'éléphant est dans la balance dans une grande partie du continent. Dans certains pays, une guerre meurtrière est menée sur une base quotidienne par le personnel des parcs nationaux qui font face à des bandes armées qui sont prêtes à tuer pour obtenir de l'ivoire et de la corne de rhinocéros.

Les prix de l'ivoire commercialisé illégalement et de la corne de rhinocéros ont augmenté de façon exponentielle. Aujourd'hui, les syndicats du crime impliqués dans les armes, les stupéfiants et le trafic d'êtres humains, traitent également d'ivoire et de corne de rhinocéros. Nos actions au cours de la décennie à venir permettront de déterminer si ces espèces emblématiques survivront.

Plus tôt cette année, le journaliste Keith Somerville notait les circuits de braconnage à travers l'Afrique Centrale "suggèrent une croissance massive et continuel des abatages et plus inquiétant, la participation des groupes militaires et criminelles telles que l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), les miliciens Janjaweed soudanais, les gangs de braconniers tchadiens et un cercle de contrebandiers bien établies du Darfour ».

Alors que la violence transfrontalière est une préoccupation sérieuse qui donne à réfléchir, le braconnage conduit également à la corruption nationale.

En Mars dernier, la police gabonaise a arrêté un officiel de l’Etat qui a admis assister les braconniers d'éléphants dans leurs crimes.

Dans ce cas, le chef du sous-district de Bollossoville dans le nord du Gabon, Athanase Edou Mebiame, a déclaré à la police, le samedi 2 Mars, qu'il avait fourni des armes, des munitions et de la nourriture aux braconniers d'ivoire et transporté cette ivoire à travers les frontières internationales en utilisant des véhicules officiels.

Luc Mathot, le chef du groupe local, Conservation Justice, qui enquête sur les crimes contre la faune, a déclaré: "le fait qu'un fonctionnaire de haut niveau du gouvernement soit impliqué dans le commerce de l'ivoire montre la nature corruptrice du trafic d'espèces sauvages, qui prive le peuple du Gabon de leur patrimoine naturel. "

Le gouvernement gabonais a fait des activités anti-braconnage une haute priorité, et nous espérons renforcer notre coopération avec les États-Unis et d'autres gouvernements dans la lutte contre le braconnage transfrontalier.

Comme on pouvait s'y attendre, cependant, à une époque où les ressources du gouvernement sont limitées, chaque dollar, euro ou franc CFA, que nous dépensons pour la lutte contre le braconnage et la contrebande est un dollar, euro ou franc CFA non disponible pour d'autres activités de police qui peuvent aller des enquêtes sur la petite délinquance à la traque du trafic des stupéfiants, à la lutte contre le trafic des humains et à la participation à des programmes régionaux de lutte contre le terrorisme.

Il soustrait également des fonds qui seraient autrement disponibles pour le développement économique et les programmes de protection sociale.

De toute évidence, alors que le braconnage des éléphants peut sembler être un problème local - ou un problème écologique, ou un problème d’éco-tourisme - c'est, en fait, une question de sécurité nationale et de stabilité régionales.

Ces deux problèmes de sécurité - la piraterie maritime et le braconnage d’animaux sauvages - sont prééminents sur la liste des sujets que mon gouvernement espère aborder dans les mois et années à venir. Nous nous félicitons de l'appui et de la coopération des États-Unis et de nos voisins en Afrique Centrale et Occidentale, et nous espérons la réussite dans la lutte contre ces crimes.

J'espère que ces brèves réflexions stimulerons la discussion et susciterons des questions de votre part.

Je vous remercie pour cette occasion de participer aujourd'hui, et encore une fois merci au Chairman Smith et au Représentant Bass, pour l'invitation et aussi aux autres ambassadeurs ici sur la plate-forme.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT