LA DOUCHE FROIDE DE L'EMERGENCE




Au Gabon en général, et à Libreville en particulier, "l'émergence" est à peu près la seule chose dont la douche est garantie. Car les êtres humains éprouvent toutes les difficultés à recevoir l'eau courante. Voyez vous, plusieurs dizaines de milliers de Gabonais sont supposés avoir l'eau et l'électricité à domicile. Mais dans le Gabon "désormais sur la voie de l'émergence" comme nous le rappellent tous les jours les agents de David Ella Mintsa, le très beau frère d'Ali Bongo qui sert aussi de DG de la RTG1, les citoyens cherchent de l'eau potable, désespérément. Le manque d'eau auquel les Gabonais sont confrontés, est particulièrement humiliant, vu que notre pays soit doté de l'un des potentiels hydriques et pluviométriques les plus importants du monde.

Pourtant, dans ses discours "émergents", Ali Bongo dit à qui veut l'entendre que son gouvernement "émergent" place une très haute priorité à la fourniture de l’électricité, à la relance de l'agriculture, à la mise sur pied d'un tissu industriel, au développement de l'artisanat, à la stimulation du commerce, à la mise en place de services fiables et efficaces, à l'adoption de télécommunications de pointe, à une dynamisation des transports, à une meilleur exploitation des mines et la cerise sur le gâteau étant les 5000 logements par an. Inutile de vous dire que sur le terrain, c'est zéro au quotient; que la bouche (comme on dit au quartier). Qu'il est dommage le spectacle qu'offrent nos familles dans les quartiers de Libreville, obligées qu'elles sont, d'aller chercher l'eau loin de chez elles dans des cruches et des bidons, pendant qu'Ali Bongo lui roule en Bentley de 150000000 de francs CFA.

Quelqu'un devrait rapidement rappeler aux "émergents que le développement du capital humain Gabonais sera impossible si l’habitat, l’éducation, la santé, l’accès à l’eau potable, à l'électricité et l’amélioration du cadre de vie des citoyens ne sont pas garantis. Ces préalables sont les conditions indispensables d’un développement accéléré et équilibré du pays et sont aussi porteurs de croissance économique. La diminution du niveau d’accès à l'eau potable, à Libreville, reflète l'échec du bongoïsme et donne du Gabon, l’image d'un pays pas sérieux du tout. Quand on sait que le Gabon produit du pétrole depuis 50 ans, et se retrouve aujourd'hui dans les mêmes difficultés à se fournir en eau que certains pays du Sahel. C'est triste, vraiment triste de voir la pénurie d'eau potable mettre à bout de nerfs des citoyens payants régulièrement leurs factures et de plus en plus désespérés. Ce qui est désastreux, dans la gestion bongoïste du Gabon, est l'impéritie et l'absence de vision cohérence.

Force est de constater que la pénurie d`eau potable entraine des perturbations importantes dans le fonctionnement des installations sanitaires. Que dire aussi du risque que courent les populations qui doivent maintenant utiliser de l`eau provenant de sources douteuses qui peuvent être contaminées. Conséquemment, de nombreux enfants pourraient attraper des maladies causées par un manque d’eau salubre. Le manque d`eau salubre a de nombreuses autres graves répercussions sur la population. Les enfants sont privés de leur droit à l`éducation parce qu`ils doivent passer du temps à aller chercher de l`eau. Les femmes doivent passer une partie importante de leur journée à aller chercher de l`eau.

Les Librevillois n`arrivent pas à comprendre comment dans un pays comme le Gabon et surtout dans une ville comme Libreville, l`équilibre de l`offre et de la demande en eau ne soit pas établi. Voila qui renvoie piteusement aux "émergents", l'image claire et nette de leur incompétence.

Comments

  1. Hotep sn i,

    J'aime tes articles. Pourrais tu me communiquer ton mél? J'ai une proposition a te faire dans le domaine de la rédaction d'un journal. POur commencer je te donne mon mél: bmengone@yahoo.fr.

    En espérant te lire,

    NRAMER

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)