THERE SEEMS TO BE A CIVIL WAR WITHIN THE REGIME; CLOSER LOOK! IL Y AURAIT COMME UNE GUERRE CIVILE AU SEIN DU POUVOIR; DECRYPTAGE!






English version

Following every one of our posts, there is usually a flurry of emails both praising and chastising us for what we may have exposed or written. It was the case again for our posts regarding Raymond Ndong-Sima being contradicted by Alain Claude Bilié Bi Nze and those of Raymond Ndong-Sima in Woleu-Ntem and the high voltage powerlines being installed above densely populated areas. What is new is that we have now received two very substantive emails by someone placing themselves at the hearth of the PDG, who is telling us that everything we and the Gabonese people are noticing is the result of an ongoing civil war within the regime. We have verified the identity and credentials of this person and we can tell you that this person is credible as a mid level functionary in the Gabonese administration and close to the secretary general of the PDG. However, we will respect our agreement with our interlocutor not to reveal his identity because, as you understand dear readers, he does not wish to be identified because of obvious repercussions.

1. Why did we choose to publish this person's remarks?

Because this is the first time we have received emails from people claiming part of the regime that were very substantive and deep in term of analysis and also self examination. This is the first time we received a communication from someone who is a supporter of the regime and is honest about its short coming. Finally this is the first somebody who is a supporter of the regime has been willing to write to us to explain the dynamics within their ranks and how things are being perceived from their side. We believe that this is perspective and a point of view that would be of benefit to our readers.

2. This is what our interlocutor told us

a. Members of the PDG see the same thing the other Gabonese are witnessing

"I have been reading you for some time. I do not always agree with you but I must be honest and say that at least you are consistent with your position and your analyses. What I want to tell you is that sometimes your reasoning seems as if you think that people who are members of the PDG or support Ali Bongo are heartless and insensitive to the plight of the Gabonese people. That is not true. When there is a power outage in Libreville or anywhere in the country, there is power outage for both PDG members and the rest of the Gabonese people. We suffer the same problems. The difference is that when we see a power outage we say that this is something the president has to correct, but you see that as a sign of incompetence by the president."

b. Ali Bongo has dreadful advisers

"Just like you do everyday, we have also noticed that the president sometimes makes baffling decisions. But for us, these are the results of the bad advice he receives from people who know very little about our country. As you are well aware, there are a lot of very influential advisers who are not Gabonese and these are the people who are telling the president to do things that seem crazy to all of us, like organizing a boat competition at a time when a lot of Gabonese families are looking for real improvement in their lives. But of course you are going to say that why is the president surrounding himself with these advisers and not better Gabonese ones? My theory is that the president's family was very hurt by the election in 2009 and they lost confidence in a lot of Gabonese people. We have discussed this openly within the PDG, we need to rebuild trust among the president and the Gabonese people. Because of the elections in 2009, when the president came to power, he surrounded himself with a lot of foreigners because he thought that he could trust them. But we are seeing what a mistake that was because these foreigners are not in Gabon to help the country, but they are here to make money. They are business men and not statesmen. All the shady businesses around the president, they are the ones responsible, because they only want money. A lot of us are asking for these foreigners to be dismissed from their high positions. We are waiting to see if the president will listen to us."

c. There is a war between 3 clans around Ali Bongo and this battle is very detrimental to the Prime Minister's authority

"You have remarked as we did that the Prime Minister, Raymond Ndong-Sima, who is a good and honest man, is having a lot of trouble being effective as leader of the government. It is because there are too many decision centers in this power structure. There are actually 3 powerful poles vying for supremacy around the president. First, there is the president's family and they control the security forces and the economic power. For the economic power, they have made BGFI bank, the quasi central bank of the country. We think this is a mistake but right now all state's transactions have to go trough BGFI bank. Second, there is the PDG which control the National Assembly and the Senate and has the internal political power; this is the clan of Gabonese people. Third, there is the clan of foreigners and they control all the projects. These people do not understand the needs of the country but they decide which project gets done and funded and which one does not. These 3 groups have all the power and there is nothing left for the Prime Minister who is like a puppet with really no power. For example, when Olam came to Gabon, no credible important Gabonese person was involved in evaluating the type of projects Olam was going to do in the country. It is only now that the populations of Woleu-Ntem are rebelling against the project, as you wrote yesterday, that they are asking Raymond Ndong-Sima to go bring calm to the population. This is a bad strategy because it makes the Prime Minister into somebody who is in favor of a bad project that gives land to foreigners. This weakens the Prime Minister. Another example is how they sent Raymond Ndong-Sima to go perform the ceremony after the death of the British boat pilot. At that point, the entire Gabonese population had a negative opinion about that competition, but the people who were responsible for this competition, the foreigners advising the president, did not take responsibility for this catastrophe, Raymond Ndong-Sima was seen as the person who was responsible, but the truth is that he did not even know that this competition was going to take place. He had nothing to do with it. Another case was when Raymond Ndong-Sima was trying to solve the student crises and he was able to meet with them and they had decided on a series of measures that were to be taken, then without warning, the security forces went inside the campus and arrested about 20 students. All the work the Prime Minister had done was wasted because these security forces do not take their orders from him. You see, the Prime Minister is the victim of the battle between these 3 clans. When they mess things up, it is the Prime Minister who has to come clean it up. This leads to the perception of the Prime Minister is very weak because even when he is negotiating with students, the security forces can undermine him."


d. We all recognize that there are problems in the country

"You and others in the opposition have said that the PDG was afraid to talk openly about what is going wrong in the country. I hope that you see that I am willing to discuss with you without any reservation. But if you ask me if we need a sovereign national conference, my answer to you would be: it depends. We need to know what this conference is going to accomplish. Talking is certainly better than not talking, and we must respect the opposition and the opposition must respect us. I respect you and I can honestly tell you that I agree with you that the country has several crises ongoing simultaneously. I think that we have an electricity and water crisis; too many compatriots do not have adequate access to electricity and water. Too many power outages. It is a crisis. We have a crisis in our hospitals because we don't have a lot of equipments and medicine. We have a crisis in our university as we have some students in jail right now. I can go on and on, but what is important is that we all recognize what is not going right in our country and I am not the only one. It does not help us to deny that there are crises when the people can see for themselves that their lives are not going well. I know that the spokesperson of the presidency said that there were no crisis in Gabon, but I think this again was an indication of the war between factions around the president. Some of them, especially the foreigners and the security people who want the president to give nothing to the opposition. But some of us are more realistic and recognize that certain adjustments have to be made. I don't know if you read L'Union today (the official newspaper in Gabon), there was an interview by Seraphin Ndao. He is saying in the newspaper L'Union that the country is in crisis. This is showing that many of us are willing to be honest and tell the truth, but others have their own interests. Some in the opposition think that the PDG does not want to help the population. This is not true, if it appears that the president is insensitive to the Gabonese people, it is because some people are giving him the wrong advice because they want to preserve their own interests. It is these people that we must throw out of the presidential palace."


Dear readers, these were the observations this individual made to us. Although we took issue with some of his position, we wanted to publish his remarks so you could see that some within the PDG are beginning to understand that something needs to change in Gabon, even if they want to negotiate the type of change, while others within the PDG are still acting as if their party can keep the Gabonese people muzzled forever. This battle between factions within the PDG and the regime seem to be getting serious as some of them are now wiling to express these differences out in the open.




Version française


Après chacun de nos billets, il y a généralement une avalanche de courriels à la fois pour nous faire des éloges et nous châtier pour ce que nous pouvons avoir exposé et écrit. Ce fut encore le cas pour nos billets concernant la contradiction entre Raymond Ndong-Sima et Alain Claude Bilié Bi Nze et ceux au sujet du passage de Raymond Ndong-Sima dans le Woleu-Ntem et des lignes haute tension en cours d'installation au-dessus de zones densément peuplées. Ce qui est nouveau, est que nous ayons reçu deux e-mails très consistants de quelqu'un qui se place au foyer du PDG, qui nous dit que tout ce que nous avons remarqué comme dysfonctionnements, est le résultat d'une guerre civile en cours au sein du régime. Nous avons vérifié l'identité et les informations personnelles que nous a données ce monsieur et nous pouvons vous dire que cette personne est crédible en tant que fonctionnaire de niveau intermédiaire dans l'administration gabonaise et il a une certaine proximité au secrétaire général du PDG. Toutefois, nous respecterons notre accord avec notre interlocuteur de ne pas révéler son identité parce que, comme vous le comprendrez chers lecteurs, il ne souhaite pas être identifié en raison des risques de répercussions évidents.

1. Pourquoi avons-nous choisi de publier les remarques de cette personne?

Parce que c'est la première fois que nous recevions des courriels de quelqu'un se présentant comme un cadre du régime et dont le contenu était très substantiel, intéressant en termes d'analyse et aussi d'auto-examen. C'est la première fois que nous recevions une communication de quelqu'un qui est un partisan du régime et est honnête au sujet des manquements de ce régime. Enfin c'est la première fois qu'un partisan du régime nous écrivait pour expliquer la dynamique au sein de leurs rangs et comment les choses sont perçues de leur côté. Nous pensons que c'est une perspective et un point de vue qui serait bénéfique pour nos lecteurs.


2. Voici ce que notre interlocuteur nous a dit

a. Les membres du PDG observent les mêmes choses que les autres gabonais

"Je vous lit depuis un certain temps. Je ne suis pas toujours d'accord avec vous mais je dois être honnête et dire qu'au moins vous êtes constants dans votre position et vos analyses. Ce que je veux vous dire est que parfois, votre raisonnement semble suggérer que vous pensez que les gens qui sont membres du PDG ou qui soutiennent le président, n'ont pas de cœur et sont insensibles à la détresse du peuple gabonais. Ce n'est pas vrai. Quand il y a une panne d'électricité à Libreville ou n'importe où dans le pays, il y a panne de courant pour les deux camps, celui des membres du PDG et celui du reste des gabonais. Nous souffrons des mêmes problèmes. La différence est que lorsque nous voyons une panne de courant, nous disons que c'est quelque chose que le président doit corriger; alors que vous voyez cela comme un signe d'incompétence du président."

b. Ali Bongo a des conseillers exécrables

"Tout comme le vous faites savoir tous les jours, nous aussi avons remarqué que le président prend parfois des décisions déconcertantes. Mais pour nous, ce sont les résultats de mauvais conseils qu'il reçoit de gens qui savent très peu de choses sur notre pays. Comme vous le savez bien, il y a beaucoup de conseillers très influents qui ne sont pas gabonais et ce sont ces gens qui disent au président de faire des choses qui semblent extravagantes pour nous tous, comme l'organisation d'une course de bateaux à un moment où beaucoup de familles gabonaises sont à la recherche d'amélioration de leur niveau de vie. Mais bien sûr que vous allez demander pourquoi le président préfère s'entourer de ces conseillers et non pas de meilleurs gabonais? Ma théorie est que la famille du président a été très blessée par l'élection en 2009 et ils ont perdu la confiance qu'ils avaient en beaucoup de personnes au Gabon. Nous avons discuté de cela ouvertement au sein du PDG, nous devons rétablir la confiance entre le président et le peuple gabonais. A cause des élections en 2009, lorsque le président est arrivé au pouvoir, il s'est entouré de beaucoup d'étrangers parce qu'il pensait qu'il pouvait leur faire confiance. Mais nous voyons que ce fut une erreur parce que ces étrangers ne sont pas au Gabon pour aider le pays, mais ils sont ici pour se faire de l'argent. Ce sont des hommes d'affaires et non pas des hommes d'état. Toutes les affaires louches autour du président, ils en sont responsables, parce qu'ils veulent l'argent. Beaucoup d'entre nous demandent que ces étrangers soient démis de leurs fonctions. Nous attendons de voir si le président va nous écouter."

c. Il y a une guerre entre 3 clans autour d'Ali Bongo et cette bataille est très fatale à l'autorité du Premier Ministre

"Vous avez remarqué comme nous que le premier ministre Raymond Ndong-Sima, qui est un honnête homme, a beaucoup de mal à être efficace en tant que chef du gouvernement. C'est parce qu'il y a trop de centres de décision différents dans cette structure du pouvoir. Il y a en fait 3 pôles puissants en lice pour la suprématie autour du président. Tout d'abord, il y a la famille du président et ils contrôlent les forces de sécurité et de le pouvoir économique. Pour le pouvoir économique, ils ont fait de la BGFI Bank, la quasi banque centrale du pays. Nous pensons que c'est une erreur, mais en ce moment toutes les transactions de l'état font un passage par la BGFI Bank. Deuxièmement, il y a le PDG qui contrôle l'Assemblée nationale et le Sénat et a le pouvoir politique interne; on peut appeler ce groupe le clan des Gabonais. Troisièmement, il y a le clan des étrangers et ils contrôlent tous les projets. Ces gens ne comprennent pas les besoins du pays, mais ils décident quel projet est retenu et financé et lesquels ne le sont pas. Ces 3 groupes ont tous les pouvoirs et il ne reste plus rien pour le Premier Ministre qui est comme une marionnette dépourvue de tout pouvoir. Par exemple, lorsqu'Olam est venu au Gabon, pas un personnage gabonais important et crédible n'a été impliqué dans l'évaluation du type de projets qu'Olam allait réaliser dans le pays. C'est seulement maintenant, vu que les populations du Woleu-Ntem se rebellent contre le projet, comme vous l'avez écrit hier, qu'on demande à Raymond Ndong-Sima d'aller ramener le calme au sein de la population. Il s'agit d'une mauvaise stratégie, car elle fait du Premier Ministre la personne qui est en faveur d'un épouvantable projet et qui donne les terres à des étrangers. Cela affaiblit le Premier Ministre. Un autre exemple est que c'est Raymond Ndong-Sima qui fut envoyé officier la cérémonie après la mort du pilote de bateau britannique. Mais à ce moment-là, les Gabonais dans leur ensemble avaient déjà une opinion négative de cette course; mais les personnes qui étaient responsables de cette compétition, les étrangers qui conseillent le Président, n'ont jamais reconnu leur responsabilité dans cette catastrophe. C'est donc Raymond Ndong-Sima qui a joué le rôle de responsable; mais la vérité est qu'il ne savait même pas que cette compétition allait se dérouler. Il n'avait rien à voir avec cet événement. Un autre cas fut quand Raymond Ndong-Sima tentait de résoudre la crise étudiante et il pu les rencontrer et obtenu qu'une série de mesures soit prise pour calmer la situation. Puis, sans avertissement, les forces de sécurité ont pénétré le campus et ont arrêté environ 20 étudiants. Tout le travail du Premier Ministre avait été gaspillé parce que ces forces de sécurité ne dépendaient pas de lui. Vous voyez, le premier ministre est la victime de la bataille entre ces 3 clans. Quand les choses se gâtent, c'est le Premier Ministre qui doit venir faire le nettoyage. Cela conduit à l'impression que le premier ministre est très faible parce que, même quand il est en négociation avec les étudiants, les forces de sécurité peuvent nuire à ses plans."

d. Nous reconnaissons tous qu'il y a des problèmes dans le pays

"Vous et d'autres dans l'opposition ont dit que le PDG avait peur de parler ouvertement de ce qui va mal dans le pays. J'espère que vous voyez que je suis prêt à discuter avec vous sans aucune réserve. Mais si vous me demandez si nous avons besoin d'une conférence nationale souveraine, ma réponse pour vous serait: ça dépend. Nous avons besoin de savoir ce que cette conférence va accomplir. Se parler est certainement mieux que de ne pas se parler, et nous devons respecter l'opposition et l'opposition doit nous respecter. Je vous respecte et je peux honnêtement vous dire que je suis d'accord avec vous que le pays traverse plusieurs crises en ce moment. Je pense que nous avons une crise de l'électricité et de l'eau; trop de compatriotes n'ont pas un accès adéquat à l'électricité et l'eau; il y a trop de coupures. Il s'agit bien d'une crise. Nous avons une crise dans nos hôpitaux, car nous n'avons pas beaucoup d'équipements et de médicaments. Nous avons une crise dans notre université car nous avons des étudiants en prison en ce moment. Je peux en citer d'autres, mais ce qui est important c'est que nous reconnaissons tous ce qui ne va pas dans notre pays et je ne suis pas le seul à le faire. Il ne nous sert à rien de nier qu'il y a des crises, lorsque les gens peuvent voir d'eux-mêmes que leurs vies ne s'améliorent pas. Je sais que le porte-parole de la présidence a déclaré qu'il n'y avait pas de crise au Gabon, mais je pense que cette déclaration était une indication de la guerre entre factions autour du président. Certains d'entre eux, en particulier les étrangers et les personnes qui dirigent la sécurité du président, ne veule rien donner à l'opposition. Mais certains d'entre nous sont plus réalistes et reconnaissent que certains ajustements doivent être faits. Je ne sais pas si vous avez lu L'Union d'aujourd'hui (le journal officiel au Gabon), il y avait une interview de Séraphin Ndao dans laquelle il dit que le pays est en crise. Cette interview montre que beaucoup d'entre nous sont prêts à être honnête et dire la vérité, mais d'autres ont leurs propres intérêts. Certains dans l'opposition pensent que le PDG ne veut pas aider la population. Ce n'est pas vrai; s'il apparaît que le président est insensible aux Gabonais, c'est parce que certaines personnes le conseillent mal parce qu'ils veulent préserver leurs propres intérêts. Ce sont ces personnes que nous devons jeter hors du palais présidentiel. "

Chers lecteurs, voila les observations que cette personne nous a livrées. Bien que nous ayons un certain nombre de problèmes avec ses positions, nous avons voulu publier ces remarques afin que vous puissiez voir que certains au sein du PDG commencent à comprendre que quelque chose doit changer au Gabon, même s'ils veulent négocier le type de changement, tandis que d'autres au sein du PDG agissent toujours comme si leur parti pouvait maintenir le peuple gabonais muselé à jamais. Cette bataille entre factions au sein du PDG et du régime semble être sérieuse, car certains d'entre eux jugent désormais opportun d'exprimer ces différences librement.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)