DR. BITSUTSU’S LETTER TO ALI BONGO. LA LETTRE DU DR BITSUTSU A ALI BONGO






English version


Mr. President and fellow compatriot, it is solemnly that I speak to you through this virtual information channel that is the Internet. Of course, I wish I could have written to you through the Gabonese media channels, but you know better than anyone what you have made of them.

In introducing this letter to your official website, I hope you will read it.

In October 2012, God and the people willing, you would begin your fourth year at the helm of Gabon. In the United States, for a U.S. President this would correspond to the end of their term, to the time to say goodbye. In France, for five years presidential term, it is the beginning of the end, the time of sanctions and great reviews.

In Gabon, even with a seven years term, it is already a little more than half of the course, so the development of an assessment of your work is required.

However, it is not your assessment that motivates my mail.

In fact, in politics more than in life, everyone must take stock of and evaluate their action through a summary table evaluating whether the objectives have been achieved minimally, at medium or maximally. Excuse me for I know I do not teach you anything, so I leave you to draw it and expose it to analysis and criticism.

As a reminder, under the pretext of improving the lives of the Gabonese people; for nearly 3 years, you got on a plane more than 440 times, and during your first 1000 days at the head of the state, you've spent nearly 620 days out of Gabon. At 3 Billion FCFA on average, the cost of a presidential trip, I'll let you do the math. In your luggage, you have first brought the enigmatic company "Bechtel" which manages under your guardianship in opacity, the entire capital budget of Gabon. Then the sultry company "Olam" whose specialty of scorched earth is demonstrated. Both companies have at least one thing in common; they are the most contested in Gabon.

Have you realized that?

Regarding the fate of Gabonese populations, it does not fit into your concerns. In 3 years and despite your many trips abroad, you have initiated no interprovincial tour, no tour of the back country, of our villages, of our rock and poor populations. Even your constituents, those who "voted for you" in 2009, have not had a thank you visit. I will not even get into your tourist trip along the "economic road" during which, to show your closeness to the common man, you enjoyed some "coupé coupé" before an audience of onlookers rushed in there.

The vast majority of Gabonese people see you as both "The Muslim Rais, the President of the Rich Gabonese and of foreigners; The Grand Master of the Masonic Lodges of Gabon." No comment ...

Your government is now stripped of public investment at the benefit of many agencies, all related to your orders. Therefore, the Councils of Ministers annoy you: the average is 1 Council every month or every 2 months. At this rate, you are shadowing Mr. Paul Biya. Let us not talk about your custom modification of our Constitution, which legalizes the strengthening of the powers of the President of the Republic, passing from Super-President to King-President. Worse, the new constitutional provisions grant you the exclusivity of defense and security issues; you are the only one able to declare war or decide to exercise self-restraint.

Mr. President and fellow compatriot, I'll spare you of the benefit of the discussion about the political field. Indeed, there is nothing to say. The figures of the last general election and the representation in the National Assembly speak for themselves.

All this leads me to think that only Gabonese people and historians will judge you on your promises, your achievements and your balance sheet at the head of the state.

I will not allow myself to make you responsible for all the ills of Gabon, but the maintenance and fine tuning of this power structure of another age to which you claim ownership and inheritance, make you the primary responsible for the misery of the Gabonese people.

The Gabonese people without prospects, forced to your offer of emergence, are calling for help

Without gossiping, the current situation of Gabon and of Gabonese is sufficient to show that your objectives have not been reached and the goals of your triptych: "Green Gabon, Gabon of Service, industrial Gabon" have been ignored. And what to say about your main slogan which you placarded Gabon in 2009, "the future with confidence"?

Mr. President and fellow compatriot, you found Gabon with its difficulties and problems but it was a country at peace and united.

Since 2009, the start of your term, we no longer count the dead and prisoners of conscience.

Listening to you, your political opposition boils down to a bunch of irresponsible, forgers and resentful people. In exchange, the opposition does not recognize you as the legitimate President of Gabon. You can see for yourself in what mess we are plunged since 2009.

What about the Gabonese people, submissive and silently facing this situation with the impotence and bitterness of a downtrodden? To the daily violence faced by Gabonese people (decline of purchasing power, rising unemployment, poor education, non-existent public transport, economic crime, medieval health system, dumbing down, freedom of expression under monitoring, Ritual Crimes ...) now is added the violence by security forces. Doesn’t the Emergence often announced close like a trap on the people through the whip, the mouth sewn and finally the shotgun?

To democratic debate, to social demands, to the reform of our institutions, your reply is: identity politics, tribalism and manipulation of the people as currently done in the media such as TV and print controlled by you.

In the political debate, the concept of purchasing power, housing, public transportation, health care, economic growth and good governance have given way to shambles and Tribalism.

What about all the foreigners which you are surrounded yourself in the management of the country? Is this not a form of rejection of Gabonese citizens able to fill these positions or better yet, is it not a tribalist sanction you inflict to the nation of Gabon?

What about the rapid and forced Islamization, your sectarian and partisan actions in favor of Islam or the Free masons, are they not a thumbing nose to the secularism dear to our Republic?

Why Mr. President and fellow compatriot are you accommodating with dictatorship as a form of governance?

Also, without going back to the 2009 elections, to the electoral dispute, to the debate on the legitimacy of your presence at the head of Gabon, even by blindfolding me and assuming for a moment that the figures of CENAP are true and make you the winner by default of that election, it appears that 60% of Gabonese people did not lend their trust to you and it goes without saying that these are the same 60% of Gabonese who are asking for a Sovereign National Conference as a solution to the political and social crisis that our country is into.

All lights are red in the country despite the folk atmosphere that the PDG and other controlled media maintain.

Everything has been said, all has been told to you, but Mr. President and fellow compatriots, until when are you going to ignore the insistence of the Gabonese people?

Mr. President and fellow compatriot, I urge you to refocus the debate on the concerns of the Gabonese people and on a non-exclusive National dialogue (political parties, trade unions, civil society), do not be Excluded from your own accord.

We need all Gabonese for the Reconstruction, for the formation of the third Gabonese Republic, allowing everyone to live with dignity in a country of laws, with economic growth and a better distribution of our wealth, the whole permitting to create the hope of a better life.

Inspired by the history of revolutions, building on recent events of the Arab spring, everyone except you has understood that a people sacrificed and misunderstood always wins.

Should I allow myself to tell you, Mr. President and fellow compatriot, that inevitably if you persist in this posture, your defeat is programmed.

Do I have to tell you, Mr. President and fellow compatriot, that all the foreigners who are influencing you and support you in the showdown against the people of Gabon are going to be the first to abandon ship.

Mr. President and fellow compatriot, as a good father, I trust that you will preserve the life of the Gabonese people and alleviate their suffering. I trust also that you love yourself, you love your life, your happiness, your comfort and that you will not take the risk of setting Gabon ablaze and perhaps you with it.

With all due respect, Mr. President and fellow compatriot, at the top of the rule of law, one cannot be obstinate and blind. Thus, the motto never realized of your party-state the PDG: "dialogue, tolerance and peace", must embody in you an opening for political dialogue for the sake of the future of Gabon.

Eventually, your refusal of political and social dialogue would lead the Gabonese people and the political class as a whole including the one under your boot to your request your Departure. If that is what you wish, after three years at the head of Gabon, you can also take your reverence and would be appreciated for that. All these options are on your table.

Please accept, Mr. President and fellow compatriot, the assurances of my most distinguished salutations.

Thank you.

Dr. Guilou Bitsutsu-Gielessen, Executive Secretary of the Republican Union for Democracy and Progress UDRP, party member CPPA.



Version francaise


Monsieur le Président et cher compatriote c’est avec solennité que je m’adresse à vous par le biais de ce canal virtuel d’informations qu’est le Net. Bien entendu, j’aurais souhaité vous écrire par l’intermédiaire des supports et canaux médiatiques gabonais, mais mieux que quiconque vous savez ce que vous en avez fait.

En introduisant cette lettre dans votre site officiel, j’ai espoir que vous la lirez.

En Octobre 2012, si Dieu et le Peuple le veulent, vous entamerez votre 4ème année à la tête du Gabon.
Aux Etats Unis, pour un Président Américain cela correspondrait à la fin de son mandat, l’heure des adieux. En France, pour le quinquennat du Président c’est le début de la fin, l’heure des sanctions et des grands bilans.

Au Gabon même avec un septennat c’est déjà un peu plus de la moitié du parcours, donc l’élaboration d’un bilan de votre action vous impose.

Toutefois, ce n’est guère votre bilan qui motive mon courrier.

En effet, en politique plus que dans la vie, chacun doit dresser le bilan de son action et évaluer à travers un tableau récapitulatif si les objectifs assignés ont été atteints au minima, au médium ou au maximum. Excusez-moi du peu, je sais, je ne vous apprends rien, aussi je vous laisse le soin de le dresser et l’exposer à l’analyse et à la critique.

Pour rappel, sous prétexte d’améliorer le quotidien des Gabonais depuis près de 3 ans, vous êtes monté dans un avion plus de 440 fois, et sur vos 1000 jours à la tête de l’Etat vous avez passé près de 620 jours hors du Gabon. A 3 Milliards de FCFA le coût moyen d’un voyage présidentiel, je vous laisse le soin de faire le calcul. Dans vos valises, vous nous avez ramené d’abord l’énigmatique société « Bechtel » qui gère sous votre tutelle de façon opaque la totalité du budget d’investissement du Gabon. Puis, la sulfureuse société « Olam » dont la spécialité de la terre brulée n’est plus à démontrer. Ces deux entreprises ont au moins un trait commun, elles sont les plus contestées du Gabon.

Vous en êtes vous rendu compte ?

Quant au sort des populations Gabonaises, il ne rentre pas dans vos préoccupations. En 3 ans et ce malgré vos nombreux déplacements à l’étranger, vous n’avez initié aucune tournée interprovinciale, aucune visite de l’arrière pays, de nos villages, de nos populations rupestres et démunies. Même vos électeurs, ceux qui ont « voté pour vous » en 2009, n’ont pas eu droit à une tournée de remerciements. Je ne parlerai même pas de votre voyage touristique le long de « la route économique » ou pour faire montre de proximité avec vos concitoyens vous vous êtes régalés de « coupé coupé » devant une assistance de badauds dépêchés sur place.

La grande majorité des Gabonais voit à la fois en vous « Le Raïs des musulmans ; Le Président des Gabonais Riches et des Etrangers ; Le Grand Maître des Loges Maçonniques du Gabon ». Sans commentaire…..
Votre gouvernement est désormais dessaisi de l’investissement public, au profit de nombreuses agences, toutes rattachées à vos ordres. Dès lors, les conseils de Ministres vous ennuient : la moyenne est 1 conseil tous les mois voire tous les 2 mois. Avec ce rythme, vous faîtes de l’ombre à Monsieur Paul Biya. Ne parlons pas de votre modification sur mesure de Notre Constitution qui légalise le renforcement des prérogatives du Président de la République qui passe de super-Président à Roi-Président. Pire, les nouvelles dispositions constitutionnelles vous accordent l’exclusivité des questions de défense et de sécurité, vous êtes seul en mesure de déclarer une guerre ou de décider de l’exercice de la contrainte légitime.

Monsieur le Président et cher compatriote, je vous épargne du bénéfice de la discussion sur le domaine politique. En effet, Il n’y a rien à dire. Les chiffres de la dernière élection législative et la représentativité à l’Assemblée Nationale parlent d’eux même.

Tout ceci m’amène à penser que seuls les Gabonais et les historiens vous jugeront sur vos promesses, vos réalisations et votre bilan à la tête de l’Etat.

Je ne me permettrai pas de vous rendre responsable de tous les maux du Gabon mais le maintien et le perfectionnement de ce système de pouvoir d’un autre âge dont vous revendiquez la propriété et l’héritage, font de vous le principal responsable de la misère des Gabonais.

Le peuple Gabonais sans perspectives, contraint à votre offre d’émergence, appelle à l’aide.

Sans médire, la situation actuelle du Gabon et des Gabonais montre à suffisance que votre bilan est atteint au minima et les objectifs phares de votre tryptique : « Gabon vert, Gabon des services, Gabon industriel» ont été ignorés. Et que dire de votre slogan phare dont aviez affublé le Gabon en 2009, « l’avenir en confiance » ?

Monsieur le Président et cher compatriote, le Gabon vous l’avez trouvé avec ses difficultés et ses problèmes mais c’était un pays en paix et uni.

Depuis 2009, date du début de votre magistère, nous ne comptons plus les morts et les prisonniers d’opinion.

A vous entendre, votre opposition politique se résume à une bande d’irresponsables, faussaires et rancuniers. En échange, cette opposition ne reconnait pas en vous le Président légitime du Gabon. Vous constatez vous-même dans quel imbroglio nous sommes plongés depuis 2009.

Que dire du peuple Gabonais soumis et silencieux qui fait face à cette situation avec l’impuissance et l’amertume d’un laissé pour compte ? A la violence quotidienne que vivent les Gabonais (pouvoir d’achat en baisse, chômage en hausse, éducation aux rabais, transport public inexistant, délinquance économique, système de santé moyenâgeux, nivellement par le bas, liberté d’expression sous contrôle, Crimes Rituels…) s’ajoute aujourd’hui la violence des forces de l’ordre. L’Emergence tant annoncée ne se referme telle pas comme un piège sur le Peuple par l’entremise de la chicotte, de la bouche cousue et du fusil pour finir ?

Au débat démocratique, à la demande sociale, aux réformes de nos Institutions vous répondez : repli identitaire, tribalisme et manipulation du peuple comme actuellement dans les médias TV et presse à votre solde.

Dans le débat politique, les notions de pouvoir d’achat, logement, transports publics, santé, croissance économique et bonne gouvernance ont cédé le pas à Chienlit et Tribalisme.
Que dire de tous les étrangers dont vous vous êtes entourés dans la gestion du pays ? N’est-ce pas une forme de rejet des citoyens Gabonais aptes à occuper ces postes ou mieux encore, n’est-ce pas une sanction tribaliste que vous infligez à la nation Gabonaise ?

Que dire de l’islamisation à grand pas et marche forcée, de vos actions sectaires et partisanes en faveur de l’islam ou des Francs maçons, ne sont ils pas des pieds de nez au principe de laïcité cher à notre République ?

Pourquoi Mr le Président et cher compatriote vous vous accommodez de la Dictature comme mode de Gouvernance ?

Aussi, sans revenir sur les élections de 2009, sur le contentieux électoral, sur le débat sur votre légitimité à la tête du Gabon, même en me bandant les yeux et en admettant un seul instant que les chiffres de la CENAP sont vrais et font de vous le vainqueur par défaut de cette élection, il en ressort que 60% de Gabonais ne vous ont pas accordé leur confiance et il va de soit que ce sont ces mêmes 60% de Gabonais qui vous demandent la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine comme solution à la crise politico-sociale que traverse notre pays.

Tous les voyants du pays sont au rouge malgré l’ambiance folklorique qu’entretiennent le PDG et les médias sous tutelle.

Tout a été dit, Tout vous a été dit, mais monsieur le Président et cher compatriote, jusqu’à quand allez-vous ignorer la demande insistante du peuple Gabonais?

Mr le Président et cher compatriote, je vous exhorte à recentrer le débat sur les préoccupations des Gabonais et sur le dialogue National sans exclusivité (partis politiques, syndicats, société civile), n’en soyez pas Exclus de votre propre chef.

Nous avons besoin de tous les Gabonais pour la reconstruction, pour la formation de la 3ème République Gabonaise, permettant à chacun de vivre dignement dans un pays de Droit, par la croissance économique et une meilleure répartition de nos richesses, l’ensemble permettant de créer l’espoir d’une meilleure vie.

En s’inspirant de l’histoire des révolutions, en prenant appui sur les évènements récents du printemps Arabe, tout le monde hormis vous a compris qu’un peuple sacrifié et incompris gagne toujours.

Dois-je me permettre de vous dire, Mr le Président et cher compatriote, qu’inéluctablement si vous persistez dans cette posture, votre défaite est programmée.

Dois-je vous dire, Mr le Président et cher compatriote, que tous les étrangers qui vous entêtent, et vous soutiennent dans le bras de fer que vous avez engagé contre le peuple Gabonais seront les premiers à abandonner le navire.

Mr le Président et cher compatriote, en bon père de famille, j’ose croire que vous allez préserver la vie des Gabonais et alléger leurs souffrances. J’ose croire aussi que vous vous aimez, vous aimez votre vie, votre bonheur, votre confort et que vous ne prendrez pas le risque d’embraser le Gabon et peut-être vous avec.

Sauf votre respect, Mr le Président et cher compatriote, au sommet d’un Etat de droit on ne s’accommode pas de l’entêtement et de l’aveuglement. Ainsi, cette devise non appliquée de votre Parti-Etat le PDG : « dialogue, tolérance et paix », doit incarner en vous une ouverture au dialogue politique pour l’avenir du Gabon.
A terme, Votre refus au dialogue politique et social obligera le peuple Gabonais et la classe politique toute entière y compris celle sous votre botte à demander votre Départ. Si vous le souhaitez, après trois années passées à la tête du Gabon vous pourriez aussi tirer votre révérence vous n’en seriez que grandi. Toutes ces options sont sur votre table.

Prière d’accepter, Monsieur le Président et cher compatriote, l’expression de mes salutations les plus distinguées. Je vous remercie.

Dr Guilou Bitsutsu-Gielessen, Secrétaire Exécutif de l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès URDP, parti membre de la CPPA.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)