GUILOU BITSUTSU-GIELESSEN ASKS WHETHER THE GABONESE PEOPLE HAVE A NATIONAL SOUL. GUILOU BITSUTSU-GIELESSEN SE DEMANDE SI LES GABONAIS ONT UNE AME NATIONALE






English version

The compatriot Dr. Guilou Bitsutsu-Gielessen recently published a pamphlet that caught our attention, especially in the socio-political context of the time, in which he wondered if the people who constitute the nation of Gabon had really a national soul. But who is Dr. Guilou Bitsutsu-Gielessen?

He is Executive Secretary of the UDRP (Republican Union for Democracy and Progress) party member of the CPPA.

He has a degree in Management Finance and Stock Markets; in Political Science; PhD in Modern History; Teacher at IFSP (Institute of Finance and Political Science) in Libreville.

He is married and has 5 children.

Here is what Dr. Guilou Bitsutsu-Gielessen published, last August 21. This is followed by a brief commentary by this blog.



Do Gabonese people have a national soul?

Once more, hot news from Gabon and the threat of Mba Obame’s arrest take me out of my distance and challenge me, in fact, beyond the Bongo regime always equal to itself that is an organized kleptocracy that slides toward terror for a lack of solutions to social demands, it is the attitude of the people of the sovereign people of Gabon that baffles me. Everything leads us to believe that the Gabonese people do not feel concerned by the events that take place in their country and their compromisingly guilty silence grieves and saddens me.

See for yourself: in 2009 we had “quiet” massacres in Port-Gentil, it was not serious, they were Orungu, Nkomi and some Punu. Nobody cared. Last week we had a bloody repression in Cocotiers ... It was not serious, they were Fangs, nobody was shaken. Where are we going?

Today with Mba Obame, never the ethnic fiber has been this agitated by the regime. Why? Because the regime knows that in a time of crisis, a scapegoat is needed, a scam. Ali Bongo surrounded by foreigners could not stir up nationalist fiber and in that context, tribalism was more likely to work. Indeed, for the regime, it is ethnically and politically profitable to focus attention on Mba Obame, a former minister, former baron of the system and a Fang, and what is more, a Fang from the north. Thus, the Bongo regime made Mba Obame a national priority at the risk of arresting him and causing a Holocaust.

Yes I know, Mba Obame is far from being a saint; he is even an actor of the Gabonese tragedy but that does not make him a scapegoat to be sacrificed on the altar of tribalism and consensual cowardice. Why do the Gabonese people at the same time wish that Mba Obame rid them of the Bongos and subsequently that he be neutralized? He must be sacrificed because he is a Fang and therefore tribalistic and a former baron. All this ambiguity summarizes the political unconsciousness of a people chloroformed by 50 years of dictatorship who have lost their markers of free conscious and dignified beings. I can afford to say that if Mba Obame does as during the 2009 campaign, takes a step forward and recognize that responsibility in ill-gotten gains, and makes significant commitments in that sense, he could redeem himself in the minds of the Gabonese people.

And I say to you: stop your vampire, every human life counts, every Gabonese must make its contribution to the building of our free Gabon. The illegitimacy of Ali Bongo haunts him to the point that he seems diminished, panicked and agitated before Mba Obame himself slowed down by illness, moving on crutches. So to speak, this indexing and put on the bench of the Fang and of a leader of the opposition who is Fang is aimed at maintaining the domination of the minority of thugs who are looting the country.

The regime in Gabon demonstrates his weakness and lack of a national audience, and must rely increasingly on repression to try to generate some semblance of respect. To the lack of legitimacy is coupled the failure of strategy, visibility and stature of the Head of State. Wanting to make Mba Obame at all costs an example of punishment and incapacitation, Ali Bongo wants to give a strong signal to all those who have an inclination to defy his power. Therefore once again and too many, Ali Bongo disqualifies himself and takes the road toward the unknown.

The Fangs the new horizon of the power?

And to get rid of the ghost that keeps him awake, Ali is ready to do anything, even to sacrifice national unity. The government wants to reduce the Gabonese people to a flock of sheep just by accusing the Fangs of tribalism.

The Gabonese people should be offended and stop indulging in this position that of silence. The Fangs, always the Fangs, still the Fangs, this is what can be heard here and there. The Fangs suffer the condemnation by the minority and weak spirits, they are accused of all evils because they are bubbling, numerous and have the sentiment of being all brilliants. Besides this feeling stirs in them a certain superiority complex which is resented by the "other." So much so that when the Fangs are involved in something the "others" have this phrase "the Fangs! They are too much" and when they have a misfortune it is unanimous "they like to show off too much, so this is good...” Therefore, a long-term relationship of trust must be established between the Fang and "others." The Fangs owe more considerations to "others" and "others" must stop seeing the Fangs as eternal invaders.

Of course, this popular imagination is a godsend for the regime that uses it plentifully to distract, divide, scare people to prevent any federation and move the social and political debate from the demons of ethnicity and tribalism. Let us not lie to ourselves, if we cannot live together, all together, let us take our responsibilities. The Nation is based on the adherence to an ideal of living together. If the social contract is no longer the road, either we change it or we break it. In that case, let us not mince words, it is the Separation. Let us not, therefore, arrive at that end and tools exist for this! The concept of Nation, the feeling of belonging to the people of Gabon, the criteria of a republic one and indivisible must prevail overall, and all.

This whole issue should be part of discussions and a definitive solution during the Sovereign National Conference that we all want. The Gabonese people, avaricious of reactions and personalities who are strongly committed to regroup and prevent the criminal forfeiture that is to oppose the daughters and sons of Gabon. There is a reality that the ethnic debate wants to overshadow above all: the social demands of Grand Party of all Excluded people, those who suffer from corruption and unemployment, the majority of Gabonese live in the sun with less 100 CFA per day, which is opposed to the small party of big robbers lurking in the shadows of affluence.



Commentary of the blog, Le Gabon Enervant/Annoying Gabon

The current crisis in Gabon and the reactions of the regime trying to deal with this condition, raise again the issue of ethnicity and its manipulation in Gabon. But when one examines the ethnic positioning and the use that is made of them, it leads in fact meaning automatically to a problem of perspective. Indeed, the angle and the anchor point ethnic or politics, unfortunately undoubtedly determine the result and probably in advance. Indeed, the one who initially has a sectarian bent can only see in the other a sectarian entity.

And since the look of the form is based on what is apparent in order to define the content, then the meanings are lost, ideas mingle and terms are altered. It is at these moments that even before reading a newspaper article in La Griffe, we already know that there will be articles treating Andre Mba Obame, Paulette Oyane-Ondo, Marc Ona-Essangui and any other person who is ethnic Fang and is not liked by the regime, as an Equatorial Guinean (but what an insult!), as budding terrorists etc., as danger to "national unity." And pulling the strings in the most visible manner, the regime surmises that people of Gabon are fundamentally sectarian and would necessarily fall into the trap that wishes to oppose them against each other and at the same time, grow animosity which should lead to a lack of trust between Gabonese nationals, which would head to the logical conclusion of a divided country with the Bongos as the only guarantors of peace.

But dear readers, the system makes a mistake and is going the wrong way. But having no other offer for Gabon, it bets everything by relying on ethnic division. We all have the evidence, even those of us who sings the most demagogic ethnically divisive choruses as the PDG’s Nzouba-Ndama, that while ethnicity is expressed in us by a strong attachment to inherited values, it is nevertheless true that this heritage can be passed through by intermingling that is occurring in the society and does not interfere with living together or pluralistic political affiliation.

As we are reminded rightly by Dr. Bitsutsu, in Gabon, the regime in power wants for the Gabonese people to not realize this common destiny that transcends the imaginary borders of ethnic bigotry. The regime is desperate to raise ethnic sectarianism into a political project. To do this, this sectarianism is highlighted every day, through different mechanisms, to the level of becoming an "absolute conviction" and the foundation of the "intrinsic awareness" and relationships with others, consequently. The other is the enemy according to the ethnic struggle for national leadership. In other words, this fight becomes the priority that governs any perspective and finally, the very basis of existence. The Fang is pushed to feel rejected, the Punu to beware of a Fang in power and people from the High Ogooué or Ogooué-Lolo to have an existential fear of change. It is on this balance that the regime relies for its survival.

As did Dr. Bitsutsu, we must denounce all these manipulations with the all energy and face this challenge together to build this national soul that transcends our little comforts and sectarian prejudices. We must avoid falling into the trap of opposing to the regime’s use of sectarianism to create antagonism between Gabonese people, another form of sectarianism. Against ethnicity wielded by the regime, let us oppose an offer that brings citizens together and looking like the plurality of Gabon.




Version française

Le compatriote Dr Guilou Bitsutsu-Gielessen a récemment publié un pamphlet qui a retenu notre attention, spécialement dans le contexte socio-politique du moment, dans lequel il se demandait si le peuple qui constitue la nation gabonaise, disposait réellement d’une âme nationale. Mais qui est donc Dr Guilou Bitsutsu-Gielessen?

-Il est Secrétaire exécutif de l’URDP (Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès) parti membre de la CPPA.

-Il est diplômé en Management Finance et Bourse; en Sciences Politiques; Docteur en Histoire Moderne, Enseignant à IFSP (Institut des Finances et des Sciences Politiques) de Libreville.

-Il est marié et père de 5 enfants.

Voici donc ce qu’a publié le Dr Guilou Bitsutsu-Gielessen, le 21 Aout dernier. Ce propos est suivi d’un bref commentaire de ce blog.



Les Gabonais ont-il une âme nationale ?

Une fois de plus l’actualité à chaud du Gabon et le projet d’arrestation de Mba Obame me sortent de ma distance et m’interpellent ; en effet, au-delà du régime des Bongo toujours égal à lui-même c'est-à-dire une kleptocratie organisée qui glisse vers la terreur faute de solutions à la demande sociale, c’est l’attitude du peuple Gabonais souverain qui me déconcerte. Tout laisse à croire que les Gabonais ne se sentent en rien concernés par les évènements qui ont lieu dans leur pays et leur silence coupable compromettant m’afflige et m’attriste. 

Voyez vous-mêmes : en 2009 nous avons eu des massacres à guichet fermé à Port-Gentil ce n’était pas grave, c’étaient des Orungu, des Nkomi et quelques Punu. Personne ne s’en est ému. La semaine dernière nous avons eu une répression sanglante à Cocotiers… Ce n’était pas grave, c’étaient des Fangs, personne ne s’en est ému. Où va-t-on ? 

Aujourd’hui avec Mba Obame, jamais la fibre ethnique n’a été autant agitée par le pouvoir. Pourquoi ? Parce que le pouvoir sait qu’en tant de crise il faut un bouc émissaire, un stratagème. Ali Bongo entouré d’étrangers ne pouvait pas attiser la fibre nationaliste et le contexte aidant, le tribalisme avait plus de chance de fonctionner. En effet, pour le pouvoir, il est rentable ethniquement et politiquement de focaliser l'attention sur Mba Obame, ancien ministre, ancien baron du système et Fang, et qui plus est, Fang du Nord. Ainsi, le pouvoir des Bongo fait de Mba Obame une priorité nationale au risque de l’arrêter et d’en faire un Holocauste. 

Oui je sais, Mba Obame est loin d’être un saint c’est même un acteur de la tragédie gabonaise mais cela ne fait pas de lui une victime expiatoire sacrifiée sur l’autel du tribalisme et de la lâcheté consensuelle. Pourquoi les Gabonais veulent-ils à la fois que Mba Obame les débarrasse des Bongo et par la suite soit neutralisé? Il doit être sacrifié parce qu’il est Fang donc tribaliste et ancien baron. Toutes cette ambiguïté résume bien l'inconscient politique d'un peuple chloroformé par 50 ans de dictature ayant perdu ces repères d'homme libre conscient et digne. Je peux me permettre d'affirmer que si Mba Obame fait comme lors de la campagne de 2009 un certain pas en avant et reconnaître qu’il figure dans le train des biens mal acquis, et prenait des engagements FORTS en ce sens, il pourrait retrouver une certaine estime dans le peuple Gabonais.

Et, je vous le dit : arrêtez votre vampire, chaque vie humaine compte, chaque Gabonais doit apporter sa pierre à l’édifice de notre Gabon libre. L’illégitimité d’Ali Bongo le hante au point de paraître amoindri, paniqué et fébrile devant un Mba Obame lui-même diminué par la maladie, se déplaçant à l’aide de béquilles. Pour ainsi dire, cette indexation et la mise au banc des Fangs et du leader d’origine Fang de l’opposition visent à maintenir la domination de la minorité de bandits qui pillent ce pays. 

Le pouvoir au Gabon affirme sa faiblesse et son manque d’audience nationale, et doit compter de plus en plus sur la répression pour tenter de générer un semblant de respect. Au manque de légitimité s’ajoute le défaut de stratégie, de visibilité et de stature du chef de l’Etat. En voulant faire de Mba Obame coûte que coûte un exemple de châtiment et de neutralisation, Ali Bongo veut donner un signal fort en direction de tous ceux qui ont une velléité de braver son pouvoir. Par conséquent une fois de plus et de trop Ali Bongo se disqualifie et prend la route de l’inconnu. 

Les Fangs nouvel horizon du pouvoir ?

Et pour se débarrasser du fantôme qui l’empêche de dormir, Ali est prêt à tout, même à sacrifier l’Unité Nationale. Le pouvoir veut réduire le peuple Gabonais à une bande de moutons par le simple fait de traiter les Fangs de tribalistes.

Le peuple Gabonais doit s’en offusquer et d’arrêter de se complaire dans cette posture que lui ordonne son silence. Les Fangs, toujours les Fangs, encore les Fangs ce que l’on peut entendre par ci, par là. Les Fangs subissent la vindicte de la minorité et des faibles d’esprits, accusés de tous les maux simplement parce qu’ils sont bouillonnants, nombreux et ont le sentiment tous d’être brillants. D’ailleurs ce sentiment attise en eux un certain complexe de supériorité qui est mal ressenti par les « autres ». A tel point que quand les Fangs sont dans quelque choses les « autres » ont cette phrase « les fangs ! Ils sont trop » et quand ils leur arrivent un malheur c’est unanime « ils aiment trop faire le malin tant pis… ». Aussi, une relation durable et de confiance doit s'installer entre les Fangs et les "autres". Les Fangs doivent plus de considérations aux « autres » et les « autres » doivent arrêter de voir en les Fangs des éternels envahisseurs. 

Bien entendu, cet imaginaire populaire est du pain béni pour le pouvoir qui l’use en abondance pour distraire, diviser, faire peur, empêcher toute fédération du peuple et déplacer le débat social et politique sur les démons de l’Ethnie et du tribalisme. Ne nous mentons pas, si nous ne pouvons pas vivre ensemble, tous ensembles, prenons nos responsabilités. La nation est fondée sur l’adhésion commune à un idéal du vivre ensemble. Si ce contrat social ne tient plus la route, soit on le change, soit on le rompt. Dans ce cas, n’ayons pas peur des mots c’est la Séparation. Evitons donc, d’en arriver à cette extrémité et des outils existent pour ça ! Le concept de Nation, le sentiment d’appartenance au peuple Gabonais, les critères de la République Une et indivisible doivent prévaloir au-dessus de Tout et de Tous.

Toute cette problématique devra faire partie des débats et trouver une solution définitive lors de la Conférence Nationale Souveraine que nous Tous souhaitons. Le peuple Gabonais avare de réactions et de personnalités qui s’engagent fermement doit se ressaisir et empêcher cette forfaiture criminelle qui consiste à opposer les filles et fils du Gabon. Il y a une réalité que le débat ethnique veut occulter par-dessus tout : c’est la demande sociale du Grand Parti des Exclus, de ceux qui souffrent de la corruption et du chômage, la majorité des Gabonais sous le soleil qui vivent avec moins de 100 CFA par jour, qui s’oppose au petit parti des gros pilleurs tapis dans l’ombre de l’opulence.



Commentaire du blog, Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

La situation de crise courante au Gabon et les réactions du pouvoir face à cette condition, soulèvent à nouveau, le problème du fait ethnique et de sa manipulation au Gabon. Mais quand on examine les positionnements ethniques et l’utilisation qui en est faite, on débouche, de fait, c’est à dire automatiquement sur un problème de point de vue. En effet, l’angle de vue et le point d’encrage ethnique ou politique, malheureusement déterminent sans aucun doute le résultat et ce probablement à l’avance. En effet, celui qui a au départ un regard sectaire sur tout, ne peut voir en l’autre qu’une entité sectaire. Et puisque le regard de la forme s’appuie sur ce qui est apparent, en vue d’en définir le contenu, alors les sens se perdent, les idées se mélangent et les termes sont altérés. C’est à ces moments-là qu’avant même de lire un article du journal la Griffe, on sait déjà qu’on va y traiter Andre Mba Obame, Paulette Oyane-Ondo, Marc Ona-Essangui et tout autre personne d’ethnie Fang ne plaisant pas au régime, d’équato (mais quelle injure !), de terroriste en devenir etc., de danger pour la « cohésion nationale ». Tirant les ficelles et ce de la manière la plus visible qui soit, le pouvoir augure que les peuples gabonais étant fondamentalement sectaires, tomberont forcement dans ce piège qui tient à les opposer les uns contre les autres et par la même occasion, cultiver l’animosité qui devrait conduire au manque de confiance entre nationaux, qui lui déboucherait à la conclusion logique d’un pays morcelé dont les Bongo seraient les seuls garant de paix.

Pourtant chers lecteurs, le régime se trompe et fait fausse route. Mais n’ayant aucune autre offre pour le Gabon, il joue son va-tout en tablant la division ethnique. Nous avons tous les preuves, mêmes ceux qui parmi nous sont les chantres les plus démagogues de l’ethnisme façon PDG à la Nzouba-Ndama, que même si l’appartenance ethnique s’exprime en nous par un attachement fort à des valeurs héritées, il reste néanmoins vrai que cet héritage peut être dépassé à travers les rapports qui se constituent dans la société et n’entravent aucunement la vie commune ou l’appartenance politique plurielle.

Comme nous le rappelle fort justement le Dr Bitsutsu, au Gabon, le régime en place tient à ce que les gabonais ne réalisent pas cette communauté de destin qui transcende les frontières imaginaires du sectarisme ethnique. Le régime veut à tout prix élever le sectarisme ethnique en projet politique. Pour ce faire, ce sectarisme est élevé tous les jours, par divers mécanismes, au rang de «conviction absolue » et devient le fondement de la «conscience intrinsèque » et de la relation avec les autres, par voie de conséquence. L’autre devient l’adversaire conformément à la lutte ethnique pour le leadership national. Autrement dit, cette lutte devient la priorité qui régit tout point de vue et enfin, le fondement même de l’existence. On pousse le Fang à se sentir rejeté, le Punu à se méfier d’un Fang au pouvoir et le ressortissant du Haut-Ogooué ou de l’Ogooué-Lolo à avoir tout simplement une peur existentielle de tout changement. C’est sur cet équilibre que table le régime pour sa survie.

Comme l’a fait le Dr Bitsutsu, il nous faut dénoncer toutes ces manipulations avec la dernière énergie et relever ensemble ce défi de construction de cette âme nationale qui transcenderait nos petits conforts et préjugés sectaires. Il faut éviter de tomber dans le piège d’opposer au pouvoir utilisant le sectarisme pour créer des antagonismes entre gabonais, un autre sectarisme. A l’ethnisme que brandi le pouvoir, opposons lui une offre qui rassemble les citoyens et ressemble au Gabon dans sa pluralité.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)