THE RECORDING OF JEAN CHRISTOPHE OWONO NGUEMA IS A PIECE OF AUDIO EDITING. L'ENREGISTREMENT DE JEAN CHRISTOPHE OWONO NGUEMA EST UN MONTAGE AUDIO






English version

For some days now, the media controlled by Ali Bongo, principally Gabon Television and Tele-Africa have been airing an audio document purported to be a conversation between Jean Christophe Owono Nguema, who is considered as an enemy by the regime; and another individual. This conversation is alleged to be about setting fires in Libreville. Knowing that the Ali Bongo regime lies quite routinely, this blog recorded that audio document from Gabon Television, during a newscast anchored by Mathieu Koumba, and sent the recording to a friend of this blog who had contacts in the department of Mechanical Engineering, section Vibrations, Acoustics and Fluid-Structure Interaction, of McGill University in Montreal Canada.

After a few days, we received the answer that the recording was a chopped up piece of editing, and not a continuous fluid conversation. The technical expert sent us a series of very complicated analytical charts that would have been very difficult for non experts to understand. We asked the expert to write for us a small report explaining his analysis of the document, findings and conclusion, in as simple a language as possible. Below is the document he sent to us on Tuesday.


Hi Charles,

I did exactly what you asked me, to try to simplify the explanation and not be too technical so the audience of your blog could understand. But I must tell you that it is difficult to explain this stuff without getting too technical. This is as watered down as I can make my explanation.

I put your recording through software that analyzed the following parameters:

1. Voiceprint analysis and voice elimination
2. Acoustical compliance
3. Audio Enhancement

As I told you on the phone, we could not perform the voice audio authentication, because in order to do so, we would have needed the individual voice as positive control. Since we did not have this individual voice as a control, we could not determine if the person speaking in the recording is actually that individual. However what we could do with the range of technical tools mentioned above was to determine whether or not this was an authentic recording in the sense that it was a single conversation recorded at one point in time between two people in a continuous manner.

1

The first curious aspect of the recoding is that from the beginning, the conversation is buried in a noisy background that is very recurrent, as if the background is played over and over behind the voices. If as you told me over the phone, this is supposed to be a telephone conversation, both voices should be dominant in their frequencies because both mouths are closest to the microphone and the background noise should be at a distance. What we have here is a background noise that distorts the voice frequencies, making it appear as if it was added on purpose to camouflage the voices. See on picture 1 how even when we used noise reduction settings, the background noise is still there. This is telling us that that background is superimposed on the conversation and not occurring at the same time as the conversation.

2

The most important anomaly we have found is the progression of the sound wave of the recording. In the middle of the recording, the background sound and the tone of the recording change dramatically. In that part, it appears that one of the two individual takes a phone call, may be on a different line. The problem is that the background noise should not have completely disappeared because that noise was associated with both voice sounds and not just with one. In that part, the background noise disappears and the conversation becomes clear. The other anomaly is that the person that he is talking to, is not heard. If the phone is bugged, they should have recorded everything that when through that phone both ways. This shows manipulation of the recording. Picture 2 explains it very clearly. On the left side of the picture you can see what a normal sound wave should look like. This is the end of the part of the conversation that is clear and has little background. Then on the right side of the picture, where the red arrow is, represents the sound wave when the person reconnects with his previous interlocutor and you can remark that the amplitude and the frequency of the sound waves are different. Actually, the frequency is now lower and the noisy background is back again, but more importantly the sound wave is cut as I have marked with a red arrow. This cut of the sound wave shows that these fragments of conversations were spliced together and were not flowing normally. The physics of sound do not allow for natural cut in the middle of the wave. The only way this could have occurred is by artificially cutting and splicing different pieces of conversations, trying to make them appear to be from a single exchange. This is pretty blatant anomaly that suggests to me that this is a mix and match of various pieces. You can tell the recording has been interrupted here because the sound of the background is back, the frequency is lower and the speech pattern has changed. The continuity of the conversation is dramatically different.

I think this recording has been tempered with, because there are too many anomalies and there is no way the frequency of the voice’s sound should change during a normal conversation.

Call me if you have any question.


Dear readers, when a dictatorial regime lies about its citizens, we must confront it with the solid truth, at every corner. Deception should be allowed to flourish.



Version française

Depuis quelques jours, les médias contrôlés par Ali Bongo, principalement Gabon Télévision et Télé-Africa diffusent un document audio qui est présenté comme une conversation entre Jean-Christophe Owono Nguema, qui est considéré comme un ennemi par le régime, et un autre individu non identifié. Cette conversation est censée porter sur un plan de mise à feux de certains endroits de Libreville. Sachant que le régime Ali Bongo ment très régulièrement, ce blog a enregistré ce document audio sur la télévision gabonaise, au cours d'un journal télévisé de Mathieu Koumba, et envoyé l'enregistrement à un ami de ce blog qui a des contacts au département de Génie Mécanique, section Vibrations, Acoustique et Interaction Fluide-Structure, de l'Université McGill à Montréal, au Canada.

Après quelques jours, nous avons reçu la réponse indiquant que l'enregistrement était un montage haché de segments de conversations et non un entretien fluide en continu. L'expert technique nous a envoyé une série de graphiques analytiques très compliqués qui auraient été très difficiles, pour les non-spécialistes, à comprendre. Nous avons demandé à l'expert d'écrire pour nous un petit rapport expliquant son analyse de l’enregistrement, ses résultats et sa conclusion, dans un langage aussi simple que possible. Ci-dessous le résumé qu'il nous a envoyé ce mardi.


Salut Charles,

J'ai fait exactement ce que tu m’as demandé, c’est à dire essayer de simplifier l'explication et ne pas être trop technique pour l'audience de votre blog. Mais je dois vous dire qu'il est difficile d'expliquer ce genre de choses sans être trop technique. Voici l’explication la plus simple que je puisse proposer.

J’ai soumis votre enregistrement à un logiciel qui a analysé les paramètres suivants:

1. Analyse d’empreinte vocale et élimination de voix
2. Conformité acoustique
3. Amélioration sonore

Comme je te l'ai dit au téléphone, nous n'avons pas pu effectuer l'authentification de la voix, parce que, pour ce faire, il nous aurait fallu un enregistrement témoin authentique de la voix de l’individu comme control positif. Étant donné que nous n'avons pas cette voix comme contrôle, nous ne pouvons pas déterminer si la personne qui parle dans l'enregistrement est en fait la personne soupçonnée. Cependant, ce que nous avons pu faire avec la gamme d'outils techniques mentionnée ci-dessus fut de déterminer si oui ou non il s'agissait d'un enregistrement incontestable dans le sens que c'était une conversation normale enregistrée à un moment donné entre deux personnes de manière continue.

Le premier aspect curieux de cet enregistrement, est que dès le début, la conversation est enfuie dans un environnement bruyant qui est très récurrent, comme si le bruit de fond est joué en boucle derrière les voix. Si, comme tu m'as dit au téléphone, cet enregistrement est censé être une conversation téléphonique, alors les deux voix devraient être dominantes dans leurs fréquences parce que les deux bouches sont plus proches du microphone des téléphones et le bruit de fond devrait être perçu à distance. Curieusement, ce que nous avons ici, c'est un bruit de fond qui fausse les fréquences vocales, ce qui fait apparaître ce bruit de fond comme s’il a été ajouté dans le but de camoufler les voix. Voir sur l’image 1 comment, même lorsque nous avons utilisé les réglages de réduction des bruits de fond, ceux-ci étaient toujours présents. Cela nous indique que ce bruit de fond est superposé à la conversation et ne se produit donc pas en même temps que la conversation.

L'anomalie la plus importante que nous ayons trouvée est la progression de l'onde sonore de l'enregistrement. Au milieu de l'enregistrement, le bruit de fond et le ton de l'enregistrement changent de façon spectaculaire. Dans cette partie, il apparaît que l'un des deux individus reçoit un appel téléphonique, peut-être sur une ligne différente. Le problème est que normalement le bruit de fond ne devrait pas complètement disparaitre parce que ce bruit est associé aux deux sons vocaux et non pas seulement à l’un. Mais ici, le bruit de fond disparaît totalement et la conversation devient claire. L'autre anomalie est que la personne à qui l’intéressé s’adresse, n'est pas entendue. Si le téléphone est sur écoute, on aurait normalement tout enregistré dans les deux sens. Ceci démontre la manipulation de l'enregistrement. L’image 2 l'explique très clairement. Sur le côté gauche de l'image, vous pouvez voir ce à quoi ressemble une onde sonore normale. C'est la fin de la partie de la conversation qui est claire et a peu de bruit de fond. Puis, sur le côté droit de l'image, où j’ai indiqué par la flèche rouge, est représentée l'onde sonore lorsque la personne reprend contact avec son interlocuteur initial et vous pouvez remarquer que l'amplitude et la fréquence des ondes sonores sont maintenant différentes. En fait, la fréquence est maintenant inférieure et le bruit de fond sonore est de retour; mais surtout l'onde sonore est coupée comme je l'ai indiqué d'une flèche rouge. Cette coupe de l'onde sonore indique que ces fragments de conversations sont accolés ensembles et ne sont pas fluides. La physique du son ne permet pas de coupure naturelle au milieu de la propagation d’une onde sonore. Le seul moyen d’obtenir cet effet, est d’artificiellement couper des segments de conversations et procéder à l'épissage des différents morceaux en essayant de les faire apparaître comme émanant d’un seul échange fluide. Ceci est une anomalie assez flagrante qui me conduit à penser qu'il s'agit d'un mélange de diverses pièces de conversations. On peut voir que l'enregistrement a été interrompu ici parce que le bruit de fond est de retour, la fréquence est plus basse et la façon de parler a changée. La continuité de la conversation est radicalement différente.

Je pense que cet enregistrement a été truqué, car il y a trop d'anomalies et il n'y a aucune explication scientifique qui justifie que la fréquence du son de la voix de quelqu’un puisse changer au cours d'une conversation normale.

Appelle-moi si tu as des questions.


Chers lecteurs, quand un régime dictatorial ment au sujet de ses citoyens, nous devons le confronter à l’aide de vérités solides, à chaque fois que le besoin se fait sentir. Le mensonge ne devrait pas être autorisé à prospérer.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)