IN A DICTATORSHIP, IT IS ALWAYS THE VICTIM'S FAULT. EN DICTATURE, LES VICTIMES ONT TOUJOURS TORT







English version


‘Liberate yourselves from mental slavery, none but ourselves shall free our minds.’
Bob Marley

‘The most powerful weapon in the hands of the oppressor is the mind of the oppressed.’
Steve Biko



In a dictatorship, the people are nothing. Even when they die at the hand of the dictator, it is still their fault. In a dictatorship, if a soldier shoots a peaceful civilian, the regime would say: "but why did this civilian put themselves on the trajectory of the bullet?" In a dictatorship, the dictator is always right and justified. Gabon is not an exception to that rule. Gabon is a dictatorship, a system that derives its "stability" from the perpetual depersonalization of its citizens.

On Wednesday, the Ali Bongo's regime violently cracked down an opposition rally, causing 3 deaths. The official explanation for this crackdown is that the opposition meeting had not been authorized. But this is a circular argument since the regime dissolved that opposition party and is therefore unwilling to have granted the permit for the rally. How can the regime ask for an authorization it knows it would never grant? So is the state of logic in a dictatorship. History tells us that since times immemorial, dictators have always blamed their victims for deserving the harsh treatment they inflicted upon them. The reality is that dictatorships put in place a legal framework that is intended to shackle and enslave the people. If these unjust laws are obeyed, the dictatorship would last for eternity. In such a situation, in the interest of advancing freedom, breaking these laws is essential to creating social and political change. Points in case:

• Gandhi and the salt flats: on 12 March 1930, Mohandas Gandhi protested a law called the Salt Act. This law prohibited Indians from collecting or selling salt and forced them to purchase salt from the British. Gandhi decided that Indians would break this law by making salt from seawater. Gandhi and 78 of his followers were savagely beaten and arrested on 5 May 1930 and arrested for disobeying the law. But by then, it was too late, 60000 people were already following Gandhi and his movement continued while he was in prison. In the end, that movement succeeded in overthrowing British rule in India.

• East Germany: it was against the law to approach the Berlin Wall, the write on the wall and to try to climb that wall. All these activities could get the perpetrator shot on sight without warning. Yet people constantly broke those laws and in 1989, that wall fell and freedom once again won.

• South Africa: blacks could not vote and the ANC was banned. Yet they continued to exist and challenge the apartheid policies and laws. In the end, apartheid fell and freedom won.


Dear readers, reality and facts are not important for a dictatorship. The situation of the country is never their fault. People should never protest about anything because these people would only be asking to be arrested or killed and when that happens, it is their fault because "they broke the law". The Ali Bongo regime is justifying their crack down on peaceful demonstration as a case of police enforcing the law due to the fact that the demonstrators did not have a permit. In other words, it is that old alibi: blaming the victim. This principle and mentality of blaming the victim is sad, dangerous, and irresponsible. Saying things like, “Well, they are breaking the law, therefore they deserve to die” is something that we should never forget and should be used against the perpetrators of these crimes.

As we see in Gabon, the Ali Bongo dictatorship and its cronies, after killing 3 of our compatriots, did not hesitate to disrespect the dead and blame the victims by suggesting that if they died, it was their own fault. Blaming the victims for resisting against the dictatorship and trying to portray them as the enemy deserving of their brutal end, is not something this blog is going to let the Ali Bongo regime get away with. The Gabonese people are victims of a brutal and murderous dictatorship and as far as many are concerned, we do not deserve to die for expressing our desire for change, our desire for freedom.

Gabon is a country where individuals who are bold enough to call for fundamental changes in the system are considered "Troublemakers." This situation characterizes the reality of existence in Gabon. The regime considers that to exercise one constitutional right is akin to "picking fuss" or "causing trouble". It has therefore become the order of the day in Gabon for the people to become victimized because they dare to stand up for their rights; those who dare to have the guts to take on the regime for its undemocratic practices.

The Bongo regime forgets that it will not forever determine our future. More and more Gabonese people are displaying a willingness to exercise their free will. The regime fears a free people because the ideas and beliefs of free people pose an imminent threat to its interests and its ability to sustain a repressive rule. Fortunately for us, we have history on our side; because those who rule by the sword shall someday perish by it. This is a living reality!



Version française


«Libérez-vous de l'esclavage mental, aucune personne autre que nous ne libèrera nos esprits."
Bob Marley

«L'arme la plus puissante entre les mains de l'oppresseur est l'esprit de l'opprimé."
Steve Biko


Dans une dictature, les populations ne représentent rien. Même quand elles meurent de la main du dictateur, c’est toujours leur faute, elles l’ont méritées. Dans une dictature, si un soldat tue un paisible citoyen civil, le régime dirait: "mais pourquoi est-ce que le civil s’est mis sur la trajectoire de la balle?" Dans une dictature, le tyran a toujours raison et ses actions sont toujours justifiées. Le Gabon n'est pas une exception à cette règle. Le Gabon est une dictature, un système qui tire sa «stabilité» de la dépersonnalisation et deshumanisation perpétuelle de ses citoyens.

Ce mercredi, le régime Ali Bongo a violemment réprimé une manifestation de l'opposition, provoquant 3 décès. L'explication officielle de cette répression a été que la réunion de l'opposition n'avait pas été autorisée. Mais c'est un raisonnement circulaire, puisque le régime ayant dissout le parti d'opposition UN, était peu enclin à accorder un permis pour ce meeting. Comment le régime peut-il leur demander une autorisation qu’il sait qu'il ne leur accorderait jamais? Il en va ainsi de la logique dans une dictature. L'histoire nous apprend que depuis des temps immémoriaux, les dictateurs ont toujours pensé que leurs victimes méritaient le traitement brutal qu'il leur infligeait. La réalité est que les dictatures mettent en place un cadre juridique qui ne vise qu’à enchainer et asservir le peuple. Si leurs lois injustes sont respectées, la dictature est assurée de se perpétuer. Dans une telle situation, dans l'intérêt de faire progresser la liberté, la désobéissance à ces lois est essentielle pour la création d’un changement social et politique. Des exemples le prouvent:

• Gandhi et les marais salants: le 12 Mars 1930, Mohandas Gandhi a protesté contre une loi appelée la Loi des sels. Cette loi interdisait aux indiens la collecte ou la vente de sel et les forçait à acheter du sel exclusivement aux britanniques. Gandhi a décidé que les indiens devaient enfreindre cette loi en faisant du sel à partir de l'eau de mer. Gandhi et 78 de ses partisans ont été sauvagement battus et arrêtés le 5 mai 1930 pour avoir désobéi à la loi. Mais il était déjà trop tard car 60000 personnes suivaient le mot d’ordre de Gandhi et son mouvement a continué pendant qu'il était en prison. Au bout du compte, ce mouvement a réussi à renverser la colonisation britannique en Inde.

• Allemagne de l'Est: il y était interdit de s'approcher du mur de Berlin, d'écriture sur ce mur et de tenter de l'escalader. Tous ces actes étaient passibles d’une liquidation physique sans sommation. Pourtant, les gens en permanence contournaient ces lois et, en 1989, ce mur est tombé et la liberté une fois de plus, a triomphé.

• Afrique du Sud: les Noirs ne pouvaient pas voter et l'ANC avait été interdit. Pourtant, ils ont continué d'exister dans la clandestinité et de contester les politiques d'apartheid et ses lois. En fin de compte, l'apartheid est tombé et la liberté fut conquise.

Chers lecteurs, la réalité et les faits ne sont pas importants pour une dictature. La situation du pays n'est jamais leur faute. Les populations ne devraient jamais protester contre quoi que ce soit parce que ces gens ne seraient qu’en train de demander à être arrêtés ou tués; et quand cela arriverait, ce serait leur faute parce qu'ils auraient «enfreint la loi ». Le régime Ali Bongo a justifié sa répression de la manifestation pacifique de l’opposition, comme un cas de tentative de faire respecter la loi en raison du fait que les manifestants n'avaient pas de permis. En d'autres termes, c’est le vieil alibi qui consiste à blâmer la victime. Ce principe et cette mentalité de blâmer la victime sont tristes, dangereux et irresponsables. Dire des choses comme: «eh bien, ils enfreignent la loi; par conséquent ils méritent de mourir», sont des phrases que nous ne devrions jamais oublier et pourrions utiliser contre les auteurs de ces crimes et leurs supporters, le moment venu.

Comme on le voit au Gabon, la dictature Ali Bongo et son entourage, après avoir tué nos compatriotes, n'ont pas hésité à manquer de respect aux morts et blâmant les victimes en suggérant que si elles étaient mortes, c’est de leur propre faute. Blâmer les victimes qui résistent contre la dictature et en essayant de les présenter comme des ennemis méritant leur fin brutale, n'est pas quelque chose que ce blog va laisser passer; le régime Ali Bongo ne va pas s'en tirer à si bon compte. Les Gabonais sont victimes d'une dictature brutale et meurtrière, nous ne méritons pas de mourir pour avoir exprimé notre désir de changement, notre désir de liberté.

Le Gabon est un pays où ceux qui sont assez audacieux pour appeler à des changements fondamentaux dans le système, sont considérés comme des «fauteurs de troubles». Cette situation caractérise la réalité de l'existence au Gabon. Le régime considère que vouloir exercer un droit pourtant garanti par la constitution, s'apparente à du banditisme ou à causer des troubles. Il est donc monnaie courante au Gabon que des gens deviennent victimes parce qu'ils osent s’élever pour revendiquer leurs droits; ceux qui osent avoir le courage de s’en prendre au régime pour ses pratiques antidémocratiques, sont particulièrement indexés.
Le régime Bongo oublie qu'il ne déterminera pas toujours notre avenir. De plus en plus de gabonais font preuves d'une volonté d'exercer leur libre arbitre. Le régime craint un peuple libre parce que les idées et les attentes des personnes libres constituent une menace imminente à ses intérêts et sa capacité à demeurer répressif. Heureusement pour nous, nous avons l'histoire de notre côté, parce que ceux qui gouvernent par l'épée périront par l'épée. Il s'agit d'une certitude vivante et prouvée!

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)