ACCROMBESSI ON TIPTOES AND RENE NDEMEZO'OBIANG POSITIONING HIMSELF AS A CENTRISTE. ACCROMBESSI SUR LA POINTE DES PIEDS ET RENE NDEMEZO'OBIANG QUI SE POSITIONNE EN CENTRISTE







English version


1. Accrombessi is gone!

Upon his return in Gabon, Andre Mba Obame gave to Maixent Accrombessi, who is Ali Bongo’s Cabinet Director, about 15 days to leave Gabon. The curious thing about that ultimatum is that normally, Andre Mba Obame, a private citizen, has no power to ask the president’s staff to do anything. But dear readers, Gabon is not an ordinary country. This weekend coincided with the expiration of the delay given by Andre Mba Obame and during his speech on Saturday, when prompted by his audience to give an update about the whereabouts of Maixent Accrombessi, Andre Mba Obame announced that as he had asked, Maixent Accrombessi had left Gabon.

This blog wanting to have an independent confirmation communicated with two contacts in Libreville who told us that indeed, Maixent Accrombessi had already moved his family outside Gabon some time ago; and recently left the country for an unknown destination. This is a very significant development as this is the first time an opposition actor has dictated an ultimatum to the regime and obtained exactly what was expected. Several questions remain: how was Andre Mba Obame able to achieve the departure of Accrombessi? What pressure mechanism does he have to make the regime buckle? The answers to these questions would help understand what would be possible if Andre Mba Obame was to put these instruments at the disposal of the Gabonese people. This is a developing story and this blog will continue to garner as much information as possible; but what can be said at this very moment, is that regarding Maixent Accrombessi, it is Andre Mba Obame who has scored a major public relation coup in making Ali Bongo, once more, look powerless and totally unable to control the events.

2. Rene Ndemezo’Obiang moves toward the center

Even if in Gabon, it would be a stretch to say that there is a right wing and a left wing, for the sake of this post, let us put the party PDG is the right wing and the Party Union Nationale on the left. Given that the other political formations are muted at the moment, we would not mention them in this post. In the Gabonese political landscape, Rene Ndemezo’Obiang can be considered a heavyweight of the PDG. Since 1990, he is one of a handful of people who have had significant roles within that Party and within the Bongos power apparatus.

It is therefore significant that this past week, Rene Ndemezo’Obiang met with his constituents of the city of Bitam in the North of Gabon, to discuss his political future. He sent a very cryptic message to both his partisans and the Ali Bongo regime. This blog believes that Rene Ndemezo’Obiang wanted to affirm his new independence from Ali Bongo and his way of ruling Gabon, by taking enough distance with the core of the PDG, without having to leave that political party. Here are a few subjects and opinions given by Rene Ndemezo’Obiang to his constituents:

a. Regarding foreigners in Gabon: he said that the Gabonese people were tolerant of foreigners, but could not accept that these foreigners treat them with disdain and condescension. This is clearly a swap to Maixent Accrombessi who is the foreigner in question and to Ali Bongo who is the one who elevated Accrombessi to these highly strategic functions.

b. Regarding the Olam Rubber plantation project in Wolen-Ntem: Rene Ndemezo’Obiang is circumspect at best, not really endorsing the project, but not rejecting it as well. It looks like he is still looking for a way not to overtly take sides. But since he is a man of the regime, being neutral about such a pivotal project for that regime is akin to not supporting it.

c. Regarding the city of Bitam: Rene Ndemezo’Obiang was critical of the fact that Bitam had been neglected. This is new since he had rarely, if ever, mentioned the state of that city previously. This is a new beginning for him. He is now calling the regime to account.

d. Regarding the call by the opposition for a Sovereign National Conference: Rene Ndemezo’Obiang declared himself in favor of that conference and urged Ali Bongo to join him in support of that initiative coming from the opposition. As such, Rene Ndemezo’Obiang becomes officially the first member of the PDG party to acknowledge the necessity of that conference. Given the resistance to this point by Ali Bongo, this is a major departure for Rene Ndemezo’Obiang from the rest of his party.

Dear readers, these positions by Rene Ndemezo’Obiang lead us to conclude that he is distancing himself from the core of the PDG and from Ali Bongo, and he is now adopting what we have to call a centrist position, meaning one who takes a position in the political center; neither with the left wing nor the right. It appears that Rene Ndemezo’Obiang is attempting to declare his independence from his former party the PDG. But in a country where a political center is not tolerated, it would be interesting to see how his friends of the PDG would react to his new independent posture. The newspaper La Griffe of this week would certainly provide us with an indication that may be measure by the volume of insults printed against Rene Ndemezo’Obiang, in that issue.




Version francaise


1. Accrombessi est parti!

À son retour au Gabon, André Mba Obame a donné à Maixent Accrombessi, qui est le Directeur de Cabinet d'Ali Bongo, environ 15 jours pour quitter le Gabon. Ce qui est curieux à propos de cet ultimatum, est que normalement, André Mba Obame, un citoyen privé, n'a pas le pouvoir de demander au personnel de la présidence de faire quoi que ce soit. Mais, chers lecteurs, le Gabon n'est pas un pays normal. Ce week-end a coïncidé avec l'expiration du délai donné par André Mba Obame et pendant son discours de samedi, lorsqu’induit par son auditoire à faire le point sur le sort de Maixent Accrombessi, André Mba Obame a annoncé que, comme il l'avait demandé, Maixent Accrombessi a quitté le Gabon.

Ce blog, désireux d'avoir une confirmation indépendante, a communiqué avec deux contacts à Libreville qui nous ont dit qu'en effet, Maixent Accrombessi qui avait déjà déménagé avec sa famille hors du Gabon il y a quelques temps, a récemment quitté le pays pour une destination inconnue. Il s'agit d'un développement très important car c'est la première fois qu'un acteur politique de l’opposition dicte un ultimatum au régime et obtient exactement ce qu'il exigeait. Plusieurs questions demeurent: comment André Mba Obame a-t-il été en mesure d'obtenir le départ d’Accrombessi? Quel mécanisme de pression possède-t-il pour faire fléchir le régime? Les réponses à ces questions aideraient à comprendre ce qui serait possible si André Mba Obame mettait ces instruments à la disposition du peuple gabonais. Il s'agit d'une actualité en développement et ce blog continuera de recueillir autant d'informations que possible; mais ce qui peut être déjà dit, est qu’en ce qui concerne Maixent Accrombessi, c'est André Mba Obame qui a marqué un majeur coup de relation publique qui fait apparaitre Ali Bongo, une fois de plus, comme quelqu’un de faible, d’impuissant et totalement incapable de contrôler les événements.

2. René Ndemezo'Obiang se positionne vers le centre

Même si au Gabon, il serait exagéré de dire qu'il y ait une droite et une gauche, juste pour ce billet, mettons le PDG à droite et le parti Union nationale à gauche. Étant donné que les autres formations politiques sont silencieuses pour le moment, nous ne les mentionnerons pas dans ce billet. Dans le paysage politique gabonais, René Ndemezo'Obiang peut être considéré à juste titre comme un poids lourd du PDG. Depuis 1990, il fait partie d'une poignée de personnes qui ont eu un rôle important au sein de ce parti et au sein de l'appareil du pouvoir Bongo.

Il est donc significatif que la semaine écoulée, René Ndemezo'Obiang a rencontré ses électeurs de la ville de Bitam dans le nord du Gabon, pour discuter de son avenir politique. Il a envoyé un message très énigmatique à la fois à ses partisans et au régime Ali Bongo. Ce blog est d'avis que René Ndemezo'Obiang ait voulu affirmer son indépendance par rapport à Ali Bongo et à sa manière de gouverner le Gabon, en prenant suffisamment de distance avec le noyau du PDG, sans avoir à quitter ce parti politique. Voici quelques sujets traités et avis donnés par René Ndemezo'Obiang à ses électeurs de Bitam:

a. En ce qui concerne les étrangers au Gabon: il a dit que le peuple gabonais étaient tolérants des étrangers, mais ne pouvait accepter que ces étrangers les traitent avec mépris et condescendance. Il s'agit clairement d'une reference à Maixent Accrombessi qui est l'étranger en question et à Ali Bongo, qui est celui qui a élevé Accrombessi à ces fonctions hautement stratégiques.

b. En ce qui concerne le projet Olam de plantation d’hévéas dans le Wolen-Ntem: René Ndemezo'Obiang est circonspect, au mieux. N’approuvant pas vraiment le projet, mais ne le rejetant pas ouvertement non plus. On dirait qu'il cherche à ne pas prendre parti formellement. Mais comme il est un homme du régime, être neutre sur un tel projet important pour ce régime s'apparente à ne pas l'appuyer.

c. En ce qui concerne la ville de Bitam: René Ndemezo'Obiang s’est lamenté du fait que Bitam ait été négligée. Voici une nouveauté, puisqu'il a rarement, sinon jamais, mentionné l'état de cette ville auparavant. C'est un nouveau départ pour lui. Il semble appeler maintenant le régime à rendre des comptes.

d. En ce qui concerne l'appel lancé par l'opposition à la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine: René Ndemezo'Obiang s'est prononcé en faveur de cette conférence et a exhorté Ali Bongo de se joindre à l'appui de cette initiative venant de l'opposition. En tant que tel, René Ndemezo'Obiang devient officiellement le premier membre du PDG à reconnaître la nécessité de cette conférence. Compte tenu de la résistance sur ce point par Ali Bongo, c'est un démarquage important de René Ndemezo'Obiang par rapport au reste de son parti.

Chers lecteurs, ces positions de René Ndemezo'Obiang nous amènent à conclure qu'il soit en train de se distancer de la base du PDG et d’Ali Bongo, et qu’il adopterait désormais ce que nous devons appeler une position centriste, ce qui signifie celui qui prend place dans le centre politique, ni avec la gauche ni avec la droite. Il semble que René Ndemezo'Obiang tente de déclarer son indépendance par rapport à son parti le PDG. Mais dans un pays où le centre politique n'est pas toléré, il serait intéressant de voir comment ses amis du PDG vont réagir face à son attitude nouvelle d’indépendance. Le journal La Griffe de cette semaine va certainement nous donner une indication qui pourrait être mesurée par le volume d’injures imprimées contre René Ndemezo'Obiang, dans cette livraison.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)