AN OPEN LETTER OF CIVIL SOCIETY TO GABONESE POLITICAL ACTORS. LETTRE OUVERTE DE LA SOCIETE CIVILE AUX ACTEURS POLITIQUES GABONAIS







English version

The serious and persistent crisis facing Gabon for years, and which took a turn especially dramatic since the takeover of Ali Bongo Ondimba in 2009, has led the main organizations of civil society to come together around a common platform, thus giving rise to the Movement «Ça Suffit Comme Ça».

To overcome this crisis, after a thorough analysis, the Movement has offered that all stakeholders adopt a reform plan based on thirteen (13) basic points.

It is based exclusively on these 13 points that «Ça Suffit Comme Ça» has consistently based its relations with politician actors of all stripes. These are also the 13 points that guided the movement's participation in the Paris meeting with members of the political opposition and the Diaspora. This meeting led us to share, among other things, the finding that the holding of a sovereign national conference is the best compromise to organize an exit from the crisis that is peaceful, efficient and sustainable.

The Civil society shared this conviction at various citizen meetings organized for local people. It notes with satisfaction that a large majority of our fellow compatriots welcomes this route.

The Civil Society notes with satisfaction that the issue of sovereign national conference has now fully entered the top of the political agenda of our country

The Civil Society is, however, concerned about several points about which it wishes to call on all political actors.

Firstly, it notes with regret that some politicians are presenting the call for a sovereign national conference as a personal initiative of a specific person, André Mba Obame, and of a specific political organization, the former Union Nationale. This is totally false!

Indeed, «Ça Suffit Comme Ça» had long ago proposed solutions whose spirit is similar to that of the national conference. Already on January 27, 2011, the Civil Society launched an appeal for dialogue and consultation after the ceremony of swearing in of André MBA OBAME while telling all stakeholders "that the act of Mr. MBA OBAME was political and that the only way to answer to it was by a political response."

There can therefore be no question for the Civil Society organized within «Ça Suffit Comme Ça» to blame any political structure whatsoever, to join with dynamism to an idea that it also defends.

But if we welcome all initiatives taken so far by the former Union Nationale and its partners in the CPPA, to promote the establishment of a sovereign national conference, we strongly encourage them to never be tempted to believe that they can succeed alone. However, we encourage them to work hard in mutual respect toward convergence with all political actors, sincerely wanting to work for the well-being of the country so that the ambition to get out of the crisis through the peaceful national conference is carried by the largest number.
The national conference is everybody's business and nobody is its owner.

Another point of concern for the Civil Society is the hostility towards the Sovereign National Conference expressed by some politicians who we assume are sincere in their struggle for the establishment of a true democracy and the rule of law in Gabon. Some merely take to lashing out about this possible instrument to come out of crisis, others defend other tools they consider most effective and others do not hesitate to ethnicize the debate.

If «Ça Suffit Comme Ça» and its member organizations have been fighting for years for a victory of democratic values, and thus a contradictory debate, we believe that given the configuration and severity of the current situation, it is a principle of pragmatism and efficiency that must prevail. Indeed, the question at this time of crisis we are living in, is no longer about who has the best idea, but to work together to make successful the one that has established itself in the public debate and clearly meets the approval of a majority of the population.

In this situation, wanting to be right alone amounts to being wrong. Indeed, to oneself in a position in direct opposition to a proposed national conference already widely adopted is simply to weaken oneself.

We reiterate that we all have to gain by the holding of a sovereign national conference:

- The people who would finally find their voice after being for the past 20 years excluded from the political life
- The opposition will finally be able to actually defend his chances in a true and fair regular political competition
- The current government would be able to maintain a certain ability to stay in the political game that it would be likely to lose completely if this crisis does not end peacefully
- The Civil Society will play its role as a counter power and support of governments without fear.

The Civil Society cannot imagine that some political actors, including from the supposed opposition, would be tempted once again by the status quo or by special arrangements for personal gains at the expense of the popular interest.

May all remember the reaction of the people against the politicians who, having publicly declared not to participate in elections of last December 17 without the introduction of biometrics, broke because of their own interests, this popular pact by denying their oath.

Beware of our responsibility before history and before the people.

The last decade has been marked by a growing rejection by people of their political leaders, people tired of the repeated betrayals and certain silliness by these leaders.

In 2009, the Gabonese people regained some hope and agreed to give another chance to the political class by participating massively in the campaign of the anticipated presidential elections.

But once again the Gabonese political elites failed to rise to the challenge; on the one side by perpetrating an electoral coup and on the other side by being unable to unite before and after election. As a result, the people again largely withdrew its confidence in its political class as evidenced by the lack of popular support for various initiatives taken by both those in power and the opposition during the recent elections.

From the boycott of the legislative elections without guarantee of transparency, to the call for the convening of a sovereign national conference to end the crisis, the Civil Society has seen a renewed enthusiasm and hope of a population that seems again ready to give some credit to its political class provided that it is aware that this time it has to rise to the occasion if it wants to avoid this being the last chance given by the Gabonese people and a break which could be sustainable.

Beware to our responsibility before history and before the people.

The Civil Society is ready to support and assist any process by political actors working for real change in Gabon and for a peaceful from the crisis, as it has been already doing for a long time. But it is also ready to fight with the strongest energy, these political actors who would sacrifice the people on the altar of personal ambition and selfishness.

Finally, the movement «Ça Suffit Comme Ça» calls Republican politicians members of the current presidential majority to support the holding of the Sovereign National Conference.

The Movement «Ça Suffit Comme Ça» invites each other to put the people's interest and the interest of the nation above partisan, tribal, sectarian and temporal interests. As each other remember that "it is the silence of good people that is criminal."

Done in Libreville August 24, 2012

Press Contacts

Marc Ona Essangui, Goldman Prize, Executive Secretary of Brainforest, Coordinator of Publish What You Pay, onamarc@hotmail.com 241 07294140
Georges Mpaga, PCA ROLBG: 241.07519932 gmpaga@yahoo.fr
Dieudonné MINLAMA MINTOGO, President of the National Observatory of Democracy: minlamadd@yahoo.fr 214 07948719
Alain MOUPOPA, President of Horizon Africa, afrique-horizon@yahoo.fr 241 06129378





Version francaise

La crise grave et persistante que connaît le Gabon depuis des années, et qui a pris une tournure particulièrement dramatique depuis la prise de pouvoir d’Ali Bongo Ondimba en 2009, a amené les principales organisations de la société civile à se regrouper autour d’une plateforme commune, donnant ainsi naissance au Mouvement «Ça Suffit Comme Ça».

Pour sortir de cette crise, après une analyse approfondie, le Mouvement a proposé à toutes les parties prenantes l’adoption d’un plan de réformes basé autour de treize (13) points fondamentaux.

C’est sur la base exclusive de ces 13 points que «Ça Suffit Comme Ça» a systématiquement fondé ses relations avec les acteurs politiques de tous bords. Ce sont également ces 13 points qui ont guidé la participation du mouvement à la rencontre de Paris avec des membres de l’opposition politique et de la diaspora. Cette rencontre nous a amené à partager, entre autres, le constat selon lequel la tenue d’une conférence nationale souveraine constitue le meilleur compromis pour organiser une sortie de crise pacifique, efficace et durable.

La société civile a partagé cette conviction lors de diverses rencontres citoyennes organisées à l’attention des populations locales. Elle constate avec satisfaction qu’une large majorité de nos compatriotes accueille favorablement cette voie.

La société civile note, également avec satisfaction, que la question de la conférence nationale souveraine est aujourd’hui pleinement inscrite en haut de l’Agenda politique de notre pays

La société civile relève toutefois, plusieurs points d’inquiétude à propos desquels elle souhaite interpeller l’ensemble des acteurs politiques.

Tout d’abord, elle constate avec regret que certains acteurs politiques présentent l’appel à la conférence nationale souveraine, comme une initiative personnelle d’une personne précise, M. André Mba Obame, et d’une organisation politique bien précise, l’ex Union Nationale. Ceci est totalement faux !

En effet, «Ça Suffit Comme Ça» avait proposé depuis bien longtemps des solutions dont l’esprit est proche de celui de la conférence nationale. Déjà le 27 Janvier 2011, la Société Civile lançait un appel au dialogue et à la concertation après la cérémonie de prestation de serment de M. André MBA OBAME, tout en indiquant à toutes les parties prenantes « que l’acte de Monsieur MBA OBAME était politique et qu’on ne pouvait y apporter qu’une réponse politique »

Il ne peut donc être question pour la société civile organisée au sein de «Ça Suffit Comme Ça», de reprocher à une quelconque structure politique que ce soit, d’adhérer avec dynamisme à une idée qu’elle défend par ailleurs.

Mais, si nous saluons l’ensemble des initiatives prises jusqu’ici par l’ex Union Nationale et ses partenaires de la CPPA, afin de promouvoir la mise en place d’une conférence nationale souveraine, nous ne saurions trop les inviter à ne jamais céder à la tentation de croire y arriver seuls. Par contre, nous les encourageons à travailler sans relâche et dans le respect mutuel à une convergence avec tous les acteurs politiques , voulant sincèrement œuvrer pour un mieux-être du pays afin que l’ambition de sortie de crise par la voie pacifique de la conférence nationale soit portée par le plus grand nombre.

La conférence nationale souveraine est l’affaire de tous et personne n’en n’est le propriétaire.

L’autre point d’inquiétude de la société civile concerne l’hostilité à l’égard de la conférence nationale souveraine manifestée par certains acteurs politiques que nous supposons sincères dans leur lutte pour l’instauration d’une véritable démocratie et d’un état de droit au Gabon. Certains se bornent à tirer à boulets rouges sur ce possible instrument de sortie de crise, d’autres défendent d’autres outils qu’ils estiment plus efficaces et d’autres n’hésitent pas à tribaliser le débat.

Si «Ça Suffit Comme Ça» et ses organisations membres luttent depuis des années pour une victoire des valeurs démocratiques, et donc pour un débat contradictoire, nous pensons qu’au vu de la configuration et de la gravité de la situation actuelle c’est un principe de pragmatisme et d’efficacité qui doit prévaloir. En effet, la question à ce moment de la grave crise que nous vivons n’est donc plus de savoir qui a la meilleure idée mais de s’employer à faire gagner tous ensemble celle qui a su s’imposer dans le débat public et qui de toute évidence rencontre l’assentiment d’une majorité de la population.

Dans la situation présente, vouloir avoir raison tout seul revient à avoir tort. En effet, se positionner en opposition frontale à un projet de conférence nationale souveraine déjà largement adopté revient simplement à s’affaiblir aussi soi-même.

Nous réaffirmons que nous avons tous à gagner à la tenue d’une conférence nationale souveraine:

- le peuple qui retrouverait enfin voix au chapitre après été pendant ces 20 dernières années exclu de la vie politique
- l’opposition qui aura enfin la possibilité de réellement défendre ses chances dans une véritable compétition politique régulière et loyale
- l’actuel pouvoir aurait la possibilité de préserver une certaine capacité à rester dans le jeu politique qu’il aurait toutes les chances de perdre totalement en cas de sortie de crise non pacifique
- la société civile qui jouerait ses rôles de contre-pouvoir et d’accompagnement des gouvernants sans crainte.

La société civile n’ose imaginer que certains acteurs politiques, y compris de l’opposition supposée, soient tentés par un statu quo ou par des arrangements particuliers à des fins personnelles au détriment une nouvelle fois de l’intérêt général.

Que les uns et les autres se souviennent de la réaction du peuple face aux acteurs politiques qui, après avoir publiquement déclaré ne pas participer aux élections législatives du 17 Décembre dernier sans la mise en place de la biométrie, ont, pour des intérêts divers, rompu ce pacte populaire en reniant leur serment.

Attention à notre responsabilité devant l’Histoire et devant le peuple.

La dernière décennie a été marquée par un rejet sans cesse croissant du peuple pour ses responsables politiques, peuple lassé par les trahisons répétées et une certaine incurie de ces derniers.

En 2009, le peuple gabonais a retrouvé un certain espoir et a accepté d’accorder une nouvelle chance à sa classe politique en participant massivement à la campagne et aux élections présidentielles anticipées.

Mais une nouvelle fois les élites politiques gabonaises n’ont pas su se hisser à la hauteur des enjeux, d’un côté en perpétrant un coup d’Etat électoral, de l’autre côté en étant incapable de s’unir avant et après l’élection. En conséquence de quoi, le peuple a de nouveau retiré en grande partie sa confiance à son personnel politique comme le montre l’absence d’adhésion populaire aux différentes initiatives prises tant par le pouvoir que par l’opposition jusqu’aux dernières élections législatives.

Du boycott des élections législatives sans gage de transparence à l’appel pour la tenue d’une conférence nationale souveraine en vue de sortir de la crise, la société civile a constaté un regain d’enthousiasme et d’espérance d’une population qui semble de nouveau prête à accorder un certain crédit à sa classe politique à condition que celle-ci soit consciente qu’elle est cette fois-ci condamnée à se hisser à la hauteur des enjeux si elle veut éviter que ce soit la dernière chance que lui accorde le peuple gabonais et que la rupture avec ce dernier soit cette fois durable.

Attention à notre responsabilité devant l’Histoire et devant le peuple.

La société civile est prête à soutenir et accompagner toute démarche d’acteurs politiques œuvrant pour un changement véritable au Gabon et pour une sortie de crise pacifique, comme elle le fait déjà depuis longtemps. Mais elle est prête également à combattre avec la dernière énergie tout acteur politique qui sacrifierait le peuple sur l’autel de ses ambitions personnelles et égoïstes.

Enfin le Mouvement «Ça Suffit Comme Ça» lance un appel républicain aux acteurs politiques membres de l’actuelle majorité présidentielle à soutenir la tenue de la conférence nationale souveraine.

Le Mouvement «Ça Suffit Comme Ça» invite les uns et les autres à mettre l’intérêt du peuple et l’intérêt de la nation au-dessus des intérêts partisans, claniques, sectaires et temporels. Que les uns et les autres se rappellent que « C’est le silence du juste qui est criminel … ».

Fait à Libreville le 24 Aout 2012

Contacts presse

Marc ONA ESSANGUI, Prix Goldman, Secrétaire Exécutif de Brainforest, Coordonnateur de Publiez Ce que Vous Payez, onamarc@hotmail.com 241 07294140
Georges MPAGA, PCA du ROLBG : gmpaga@yahoo.fr 241.07519932
Dieudonné MINLAMA MINTOGO, Président de l’Observatoire National de la Démocratie : minlamadd@yahoo.fr 214 07948719
Alain MOUPOPA, Président d’Afrique Horizon, afrique-horizon@yahoo.fr 241 06129378

Comments