STATEMENTS BY THE CIVIL SOCIETY AND FLAVIENNE ADIAHENOT REGARDING THE REGIME CRACKDOWN IN GABON. COMMUNIQUÉS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET DE FLAVIENNE ADIAHENOT, SUR LA RÉPRESSION POLICIÈRE AU GABON





Flavienne Adiahenot



English version

Statement by the civil society about repression in Gabon


On Wednesday, August 15, 2012 thousands of Gabonese citizens, opposition activists and civil society members, who were to participate in a joint meeting of the opposition and civil society, in the neighborhood of Cocotiers in Libreville; did suffer a savage repression by the national police and militias acting under Ali Bongo’s order.

Several people were injured by live ammunition from the militias infiltrated into the national police forces who were wearing hoods. In this repressive madness, a 22 year old lady died due to police brutality.

During the repression of this rally, 66 people including a majority of youths under 30 years old and women were arrested and are currently held in a cell of 10 m2 at the police Camp (FOPI), denied food, forced to urinate and make bowel movements on the ground.

Additionally, prisoners are being subjected to all kinds of torture, including physical, moral and psychological intimidation and blackmail, to force them to make false statements and confessions under duress, on public television which is controlled by ALI BONGO and his clan. Currently 57 people are still incarcerated.

This is an unacceptable assault on human rights, to the dignity of the human person. These inhumane treatments reaffirm the tyrannical character of the ALI BONGO regime and confirm that Gabon is under the influence of lawless people who have no regard for human beings and whose sole ambition is the sustainability of their power.

For all practical purposes, holding public meetings, organizing marches, contribute to the exercise of civil and political rights which are constitutionally recognized in Gabon and universally enshrined in the International Covenant on Civil and Political Rights ratified by Gabon since 1983.

For the Movement «Ça Suffit Comme Ça » these rights are inalienable, non-negotiable.The Movement That's «Ça Suffit Comme Ça» argues that the opposition and civil society, also have the right to hold public meetings or peaceful marches to demand the convening of a Sovereign National Conference as well as all other citizens of Gabon wishing to speak on this crucial debate and that the illegitimate government of ALI BONGO could in no way prohibit the holding of this meeting because at the same time, on Tuesday, August 14, 2012 hundreds of young people, recruited and paid by the regime, had organized a march against the proposed Sovereign National Conference.

Also, the Movement «Ça Suffit Comme Ça» demands the immediate and unconditional release of all those arrested and detained during the demonstration.

The Movement «Ça Suffit Comme Ça» is taking the national and international community as witnesses about the risks of unrest in the country following the irresponsible choice of Mr. Ali Bongo and his clan, who facing the people's legitimate aspirations for the restoration of democracy, the rule of law and better social justice, routinely utilize violence and brutality by using foreign mercenaries against the defenseless populations.

The horrible memories of the massacres orchestrated in 2009 in Port Gentil by a gang of foreigners infiltrated our military remain vibrant in the minds of Gabonese and the International Community.

Faced with these authoritarian and suicidal tendencies, the Movement «Ça Suffit Comme Ça» asks the international community to put themselves on the side of the Gabonese people facing a lawless regime which does not hesitate to torture its people and which is at risk of plunging the country and the sub region in a catastrophe of incalculable consequences.

The Movement «Ça Suffit Comme Ça» reaffirms the need to organize a Sovereign National Conference, the only way out of the current deep crisis, guaranteeing peace, stability and social cohesion in Gabon.

Libreville, August 19, 2012

Press contacts:
- Marc Ona Essangui, Coordinator of the Movement «Ça Suffit Comme Ça», President of Brainforest GOLDMAN ENVIRONMENTAL Prize in 2009: (241) 07294140: ona_essangui@yahoo.com
- George Mpaga, spokesperson of the Movement «Ça Suffit Comme Ça», Chairman of the Board of Directors Network of Free Civil Society for Good Governance in Gabon (ROLBG): (241) 07519932: gmpaga@yahoo.fr
- Dieudonne MINLAMA MINTOGO, Spokesperson 2 of the Movement «Ça Suffit Comme Ça». Chairman of the National Observatory of Democracy: (241) 07948719: minlamadd@yahoo.fr
- Alain MOUPOPA, President of the NGO Afrique Horizons of Human Rights: afrique.horizons @ gmail.com, moupopa.alain @ gmail.com (241) 07751503





Statement by Flavienne Adiahenot following the repression



TO THE FAMILIES OF OUR BEAUTIFUL COUNTRY: GABON

Our young compatriot Miss Elizabeth NWANDA, who had her future ahead of her, died on 15 AOUT 2012 although she was not participating in the march or rally. In such a tragic moment for her family, we must remember that her death is the result of a police and dictatorial state which does not hesitate to use force in a premeditated way against the popular and democratic expression of the people.

The peaceful demonstration on 15 August 2012 caused multiple scars in the ranks of activists and supporters of our Party, the Opposition and the Civil Society, in the families whose members were involved in some way and sometimes faced the police violence that occurred.

I stated on the Facebook page Info Kinguélé, the death of two young compatriots, following information provided to us at the headquarters of the UN party by their families (unfortunately wrongly), whom following the events panicked due to the inability to get in touch with family members. I apologize to anyone who might have been "hurt" by my post. My intention was primarily to inform all our compatriots, especially those living outside Libreville and weaned of factual information on the country.

We are investigating some more regarding other people seriously injured and arrested, in the context of generalized psychosis within which this regime wants to lock us up as it did last night at National Headquarters at SOBRAGA.
Ali Bongo himself confirmed in his speech of August 16 that he had no sympathy for the victims of his impious regime.

To counter this regime that opposes every day the outbreak of Truth, we encourage all families to come to declare at our National Headquarters of SOBRAGA any suspicious disappearance of a relative or a parent these days. We can then investigate to the extent of our capabilities but also with our information networks and thus provide an extra truth in our Country. This is a civil right that we are asking you to exercise.

This is the same right of citizenry that will be the basis of our commitment to the organization of the Sovereign National Conference we all want. Let us remember our brothers who died in Port-Gentil in September 2009. More than ever, they must show us the way of courage in our Country.




Version française


Communiqué de la société civile sur la répression policière au Gabon



Le mercredi 15 aout 2012 des milliers de citoyens gabonais, militants de l’opposition et de la société civile devant participé à un meeting conjoint de l’opposition et de la société civile au quartier Cocotiers de Libreville ont subit une sauvage répression de la police nationale et des milices agissant sous les ordres d’ALI BONGO .

Plusieurs personnes ont été blessées par balles réelles provenant des milices infiltrées aux forces de police nationale qui portaient des cagoules. Dans cette folie répressive une jeune fille de 22 ans est morte suite aux brutalités policières.

Durant la répression de cette manifestation 66 personnes dont une majorité de jeunes de moins de 30 ans et de femmes ont été interpellées et sont actuellement détenues dans une cellule de 10 m2 au camp de la Force de Police d’Intervention( FOPI) , privées de nourriture, obligées d’uriner et de faire des selles sur le sol. 

En outre, les détenus subissent toutes de sortes de tortures physiques, morales et psychologiques y compris les intimidations et le chantage pour les obliger à faire des déclarations et des aveux mensongers sous la contrainte à la télévision publique contrôlée par ALI BONGO et son clan. Présentement, 57 personnes sont toujours enfermées.

Il s’agit ici d’une atteinte inadmissible aux droits de l’homme, à la dignité de la personne humaine. Ces traitements inhumaines réaffirment le caractère tyrannique du régime d’ALI BONGO et confirment que le Gabon est sous l’emprise de personnes sans foi ni loi qui n’ont aucune considération pour l’être humain et qui ont pour seule ambition : leur pérennité au pouvoir.

A toutes fins utiles, tenir des réunions publiques, organiser des marches concourent à l’expression des droits civils et politiques constitutionnellement reconnus au Gabon et universellement consacrés dans le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques ratifié par le Gabon depuis 1983.

Pour le « Mouvement Ca Suffit Comme ça » ces droits sont inaliénables non négociables.
Le « Mouvement Ca Suffit Comme ça » considère que l’opposition et la société civile ont aussi le droit d’organiser des meetings populaires ou des marches pacifiques pour exiger la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine au même titre que tous les autres citoyens gabonais souhaitant s’exprimer sur ce débat qui revêt une importance capitale, et que le Gouvernement illégitime d’ALI BONGO ne pouvait aucunement interdire la tenue de cette rencontre étant donné que dans le même temps, le mardi 14 aout 2012 une centaine de jeunes , recrutés et payés par le régime, avaient organisé une marche contre le projet de Conférence Nationale Souveraine. 

Aussi, « le Mouvement ça suffit comme ça » exige la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes interpellées et incarcérés au cours de cette manifestation. 

Le « Mouvement ça suffit comme ça » prend la communauté nationale et internationale à témoin face aux risques d’embrasement du pays suite aux choix irresponsables de Monsieur Ali BONGO et son clan, qui face aux aspirations légitimes du peuple pour la restauration de la démocratie, de l’état de droit et pour une meilleure justice sociale, répondent systématiquement par la violence et la brutalité en utilisant des mercenaires étrangers contre les populations désarmées. 

Les souvenirs horribles des massacres orchestrés en 2009 à Port Gentil par une bande d’étrangers infiltrés dans notre armée restent encore vivaces dans la conscience des Gabonais et de la Communauté Internationale.

Face à cette dérive autoritaire et suicidaire, « le Mouvement ça suffit comme ça » demande à la Communauté Internationale de se mettre, d’ores et déjà, aux côtés du peuple gabonais face à un pouvoir sans foi ni loi qui n’hésite pas à martyriser son peuple et qui court le risque de plonger le pays et la sous-région dans une catastrophe aux conséquences incalculables. 

Le « Mouvement ça suffit comme ça » réaffirme l’exigence de l’organisation d’une Conférence Nationale Souveraine, seule issue susceptible de sortir le Gabon de la crise profonde actuelle en préservant la paix, la stabilité et la cohésion sociale. 

Libreville, le 19 aout 2012

Contacts presse: 
- Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur du Mouvement ça Suffit Comme ça, Président de Brainforest, Prix GOLDMAN ENVIRONNEMENT 2009 : (241) 07294140 : ona_essangui@yahoo.com 
- Georges MPAGA, Porte parole 1 du Mouvement ça Suffit Comme ça, Président du Conseil d’Administration du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon ( ROLBG) : (241) 07519932 : gmpaga@yahoo.fr 
- Dieudonné MINLAMA MINTOGO, Porte parole 2 du Mouvement ça Suffit Comme ça Président de l’Observatoire National de la Démocratie : (241) 07948719 : minlamadd@yahoo.fr 
- Alain MOUPOPA, Président d’Afrique Horizons ONG des Droits de l’Homme : afrique.horizons@gmail.com, moupopa.alain@gmail.com (241) 07751503





Déclaration de Flavienne Adiahenot suite à la répression policière



AUX FAMILLES DE NOTRE BEAU PAYS LE GABON - 

Notre jeune compatriote Mlle Elisabeth NWANDA qui avait l’avenir devant elle est décédée le 15 AOUT 2012 alors qu'elle ne participait ni à la marche ni au meeting. Dans un moment aussi tragique pour sa famille, nous nous devons de rappeler que sa mort est le fait d’un régime policier et dictatorial qui n’hésite pas à employer la force de façon préméditée contre l’expression démocratique et populaire du plus grand nombre.

La manifestation pacifique du 15 Août 2012 a causé de multiples peines dans les rangs des militants et sympathisants de notre Parti, de l’Opposition ou de la Société Civile, dans celui des familles dont des membres ont pu être impliqués de près ou de loin et parfois à corps défendant dans les violences policières qui sont intervenues.

J'ai déclaré sur l'espace INFOS KINGUELE le décès de 2 jeunes compatriotes, suite aux informations qui nous ont été fournies au siège de l'UN par leurs familles (malheureusement à tort) qui suite aux évènements ont cédé à la panique faute de rentrer en contact avec les membres de leur famille. Je présente mes excuses à tous ceux qui auraient pu être "blessé" par mon post. Mon intention était d’informer principalement tous nos compatriotes, notamment ceux vivants hors de Libreville et sevré d’informations factuelles sur le pays.

Nous enquêtons davantage sur les autres blessés graves et personnes arrêtées, dans le contexte de psychose généralisée dans lequel ce régime veut nous enfermer comme il l’a fait hier soir au Siège National à SOBRAGA.
M. Ali BONGO ONDIMBA a lui-même confirmé dans son discours du 16 Août qu’il n’avait aucune compassion pour les victimes de son régime impie.

Pour contrer ce régime qui s’oppose tous les jours à l’éclosion de la Vérité, nous incitons toutes les familles à venir déclarer à notre Siège National de SOBRAGA toute disparition suspecte d’un proche ou d’un parent ces derniers jours. Nous pourrons alors enquêter dans la mesure de nos possibilités mais aussi grâce à nos réseaux d’information et ainsi lever un pan supplémentaire de Vérité dans notre Pays. C’est un droit citoyen que nous vous demandons d’exercer.

C’est le même droit citoyen qui sera la base de notre engagement à Tous pour l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine que nous souhaitons Tous. Souvenons-nous de nos Frères morts à Port Gentil en Septembre 2009. Plus que jamais, ils doivent nous montrer la Voie du courage dans notre Pays.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)