A READER SENDS US THEIR REVIEW OF ALI BONGO NEARLY 3 YEARS AFTER USURPING POWER. UNE LECTRICE NOUS ENVOIE SON ÉVALUATION D'ALI BONGO, PRÈS DE 3 ANS APRÈS SON USURPATION DU POUVOIR







English version

While freedom of speech is being restricted in Gabon, this blog would like to continue to invite all those who have anything of substance to say about the situation of the country, to submit their articles to us and we would publish them. This posting below was submitted by a reader who has been corresponding with us for some time. The initials of this reader are B.S.A and their article provides an unvarnished evaluation of Ali Bongo and his family's rule of Gabon for the last 45 years.

An uncompromising Look by a compatriot on the Bongo Family and its Impact on Gabon

As Ali Bongo will soon celebrate three years of reign in Gabon, let us pause for a moment to wonder what the Bongo family has really brought as beneficial to Gabon. What is their contribution to the evolution of Gabon? Its added value?

We would have liked that this family, which wants to be considered illustrious in Gabon, make us dream with their constructive achievements for the country, with benefits that were a reference in Africa and the world. Instead, all it takes is just to stand in a group of people abroad to see appear on their faces, the smiles of derision or compassion. Once, after the presidential elections of 2009 and after what everybody knows, at an international seminar, my co-moderator of the panel upon hearing that I was from Gabon, insisting in presenting their encouragement to me. This shows how we can be proud of the actions of the Bongos!

Upon reflection, we still find no element of pride that could give us some satisfaction of having left Gabon in the hands of this family.

A talented Bongo, recognized useful for Gabon and mankind, remains unknown to us. However, when it comes to tarnishing the image of the country, to sullying national institutions, to corrupting or debasing the people, the facts, while not exhaustive, are plentiful. Judge for yourself. And this, from the beginning of the father Omar Bongo's rule. Whether in cases of murder or complicity to murder, embezzlement, buying consciences, etc…

 Cases of killings

Germain Mba.
Ndouna Depenaud.
Captain Mandza

 Complicity in murder cases
- Macias Nguema (Equatorial Guinea)
- War Biaffra

 Cases of misappropriation of public funds

- BMA. Gabon is illustrated in France by the ill-gotten gains through lawsuits brought by associations
- The BGL Bank bankrupted by Patience Dabany
- FIBA bankrupted by the whole family and their friends
- Narco-jet
- The body search of Sylvia Bongo at Le Bourget airport

 Communication operations that are shameful and lack credibility

- False contributions for countries that have suffered natural disasters, Japan, Sudan, Haiti,
- False donation to UNESCO, $ 2 million US, when you consider that the average Gabonese lives on less than 2 Euros per day.

It is shameful to take such initiatives which do not serve the Gabonese people; how can we claim to want to benefit from grants from UNESCO when you can give it additional contributions? An irresponsible act because dictated by the ego on steroids and by stupidity.

The Bongos have turned the national institutions into a laughingstock for the country at the international level and have caused the Gabonese people to have no confidence in them for several reasons. First, they are held by family members or minions: the Constitutional Court by MMM, the concubine of the father and stepmother to the son, the Audit Courts, the Senate ....

A small country like Gabon is unable, because of its leaders, to offer terms of basic necessities to its population (shelter, food, health care), to provide decent living conditions. In recent times, with the recent demolition of the homes of many Gabonese carried out by order of a Bongo in Libreville, not only would the situation of Gabon get worse, it is feared that the entire population of Libreville would suffer because people thrown into the street into homelessness could become desperate and lawless. So an upsurge of robberies and other acts of incivility more or less serious, could be anticipated.

Sylvia Bongo who pretends to discover that the Gabonese women give birth on the floor in a maternity hospital in Libreville. Where does she come from to make this "great discovery" of the Gabonese realities, of the Gabonese daily lives? Who does she expect to move emotionally by pretending not to know that her father in law and now her husband have never worked for the welfare of the Gabonese population? Ali Bongo has been part of his father's governments since 1990. What has he done since?

B = Shame on the country again and again.
It is time for the Gabonese people to take their responsibilities and act accordingly. How long will we let the Bongo family rob us, humiliate us, insult us?

One of the biggest losses is the loss of bearings. The Bongos have succeeded, in four decades, to make the Gabonese people lose their sense of honor, their sense of traditional values and turn them into puppets or dogs who expect the crumbs they deign to throw from time to time during elections for example. The Bongos have made money, Masonic rites and other sects, the reference values of Gabon.

We cannot stress it enough, people cannot claim to develop and participate in the improvement of their country if they do not valorize their culture. The Bongos are the great destroyers of Gabonese culture which they have at no time had the desire to develop. Quite the contrary. What is the interest of bringing an American rapper at a cost of billions when they cannot support local artists at lower costs? This also is their favorite window dressing.

We are a large number of Gabonese who will be there again and again to denounce

Having reached this point of the devastating review of the Bongos, we believe that Ali Bongo has now the opportunity to make history and finally give to this family the opportunity to redeem itself for all to see. To do this, he has the choice of either to resign to allow the Gabonese people to finally elect in transparency their president; or suicide, a way of disappearing in an elegant manner exemplified by the Japanese yakuza. It is only in this way that he would be able to restore all Bongos and allow us to take them into consideration.


B. S. A.



Version française

Alors que la liberté d'expression est de plus en plus restreinte au Gabon, ce blog souhaite continuer à inviter tous ceux qui ont quelque chose de substantiel à dire sur la situation du pays, à soumettre leurs articles et nous les publierons. L'article ci-dessous a été soumis par une lectrice avec laquelle nous correspondons depuis quelques temps. Les initiales de cette dernière sont B. S. A. et sont article fait une évaluation sans fard d'Ali Bongo et de sa famille qui règnent sur le Gabon depuis 45 ans déjà.



Regard Sans Complaisance d'Une Compatriote sur la Famille Bongo et son Impact sur le Gabon

Au moment où Ali Bongo va fêter ses trois ans de règne sans partage au Gabon, arrêtons-nous un instant pour se demander ce que la famille Bongo a réellement apporté de bien ou de bon au Gabon. Quelle est sa contribution à l’évolution du Gabon ? Sa valeur ajoutée ?

On eut aimé que cette famille qui se veut illustre au Gabon nous fasse rêver de par leurs réalisations constructives pour le pays, par des retombées de référence et Afrique et dans le monde. Au contraire, il suffit de se présenter dans un groupe de personnes à l’étranger pour voir s’afficher sur des visages, des sourires de moquerie voire de compassion. Une fois, après les élections présidentielles de 2009 et la suite que tout le monde connait, lors d’un séminaire international, mon co-animateur du panel apprenant que j’étais Gabonais, a tenu à me présenter ses encouragements. C’est dire combien on peut être fier des agissements des Bongo !

A beau y réfléchir, nous ne trouvons aucun élément de fierté susceptible de nous donner une certaine satisfaction d’avoir laissé le Gabon dans les mains de cette famille.

Un Bongo de talent, reconnu utile au Gabon et à l‘humanité reste inconnu de nous autres. En revanche, pour ternir l’image du pays, salir les institutions nationales, corrompre ou avilir le peuple, les faits, bien que non exhaustifs, sont pléthores. Jugez-en. Et cela, dès les débuts du père Omar au gouvernement. Que ce soit dans les cas d’assassinats ou de complicité d’assassinats, les détournements de fonds, achat des consciences, etc.

 Cas d’assassinats

Germain Mba.
Ndouna Depenaud.
Capitaine Mandza

 Cas de complicité d’assassinat

- Macias Nguéma (Guinée Equatoriale)
- Guerre du Biaffra

 Cas de détournements de fonds publics
- BMA. Le Gabon s’illustre en France notamment par les biens mal acquis grâce aux procès intentés par des associations
- La BGL coulée par Patience Dabany
- La FIBA coulée pas la famille entière et affiliée
- Narco-jet
- Fouille de Sylvia Bongo à l’aéroport du Bourget
-
 Des opérations de communication peu crédibles donc honteuses
- Fausses contributions pour les pays ayant subi des catastrophes naturelles : Japon, Soudan, Haïti,

- Faux don à l’UNESCO, 2 millions de dollars US quand on sait que le Gabonais moyen vit avec moins de 2 euros par jour.

C’est honteux de prendre de telles initiatives qui desservent complètement les Gabonais car, comment prétendre vouloir bénéficier des subventions de l’UNESCO quand on peut lui verser des contributions supplémentaires ? Acte non réfléchi parce que dicté par l’égo gonflé aux stéroïdes et à la bêtise.

Les Bongo ont fait des institutions nationales, la risée du pays au niveau interntional pour amener les Gabonais à n’avoir aucune confiance en elle pour plusieurs raisons. D’abord, elles sont tenues par les membres de la famille ou séides : Cour constitutionnelle par MMM, concubine du père et marâtre du fils ; Cours des Comptes, Sénat, ….

Un petit pays comme le Gabon est incapable, du fait de ses dirigeants, d’offrir des conditions de satisfaction des besoins primaires à sa population (se loger, se nourrir, se soigner convenablement), d’offrir des conditions de vie décente. Ces derniers temps, avec les casses récentes des domiciles de nombreux Gabonais effectuées sur l’ordre d’un Bongo à Libreville, non seulement la situation de ces Gabonais va empirer, il est à craindre que toute la population de Libreville en pâtisse car les gens jetés dans la rue sans toit peuvent se transformer en personnes désespérées sans foi ni loi. Donc recrudescence de braquages et autres actes d’incivilité plus ou moins grave.

Sylvia Bongo qui fait mine de découvrir que des Gabonaises accouchent à même le sol dans une maternité de Libreville. D’où sort-elle pour faire cette « immense découverte » de la réalité des Gabonaises, du quotidien des Gabonais ? Qui espère-t-elle émouvoir en feignant de ne pas savoir que son beau-père et maintenant son époux n’ont jamais travaillé pour le bien-être des populations gabonaises ? Ali fait partie des gouvernements de Bongo père depuis 1990. Qu’a-t-il fait depuis ?

B= Honte du pays encore et toujours.

Il est temps que les Gabonais prennent les responsabilités qui leur incombent et agissent en conséquence. Combien de temps allons-nous laisser la famille Bongo nous piller, nous humilier, nous insulter ?

Une des plus grosses pertes est la perte de repères. Les Bongo ont réussi, en quatre décennies à faire perdre à l‘homme gabonais, le sens de l‘honneur, le sens des valeurs traditionnelles et à en faire un pantin ou un chien qui attend les miettes qu’ils daignent jeter de temps en temps au moment des élections par exemple. Les Bongos ont fait de l’argent, des rites maçonniques et autres sectes, les valeurs de référence du Gabonais.

Nous ne le répéterons jamais assez, l’homme ne peut pas prétendre se développer et participer au développement de son pays s’il ne s’approprie sa culture. Les Bongos sont les grands fossoyeurs de la culture gabonaise qu’ils n’ont à aucun moment eu la volonté de valoriser. Bien au contraire. Quel intérêt de faire venir un rappeur américain à coup de milliards quand on ne peut pas soutenir les artistes locaux à moindre coût ? C’est encore là un coup de poudre aux yeux.

Nous sommes un grand nombre de gabonais qui seront là encore et toujours pour dénoncer

Rendus à ce point du bilan accablant des Bongo, nous pensons qu’Ali a là, l’occasion d’entrer dans la postérité et de donner enfin à cette famille l’occasion de se racheter aux yeux de tous. Pour ce faire, il a le choix soit de démissionner pour permettre enfin au Gabonais d’élire librement et dans la transparence leur président, soit de se suicider, une façon de disparaitre de manière élégante à l’exemple des yakuza japonais. Ce n’est que de cette manière et uniquement ainsi qu’il pourra réhabiliter tous les Bongo et nous permettre de les prendre en considération.


B. S. A.

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)