JEAN EYEGHE NDONG SPEAKS AND WHIPS! JEAN EYEGHE NDONG PARLE ET FOUETTE!





English version

In a press briefing Friday, August 24, 2012, in Nkembo, the Vice-President of the Union Nationale Party and former Prime Minister, Jean Eyégué Ndong, gave all the details, including very clear and firm explanation to all, especially those who do not want to understand, the circumstances and events of August 15, 2012 in Cocotiers and Nkembo. This briefing was covered by the national independent press, the international press but as would be expected, the Gabonese public press was conspicuous in its absence. Members of that public press have certainly better things to do right now, than cover this exhibition of truths. Poor them, they are not used to the truth!

This blog has received the text of the statement of Mr. Jean Eyégué Ndong, which we hasten to share with you below. A video was promised to us and will be posted as soon as received.



Ladies and gentlemen of the press,

I thank you to have kindly responded to my invitation, invitation motivated by the version that was given by some of the march that took place in the second district of Libreville on 15 August.

Let me first give a thought to the young Elizabeth who left us abruptly at the prime of her life, in the circumstances you know.

If I speak, it is because, being also a citizen of the 2nd district given the noise made by some compatriots of this district after the events in Cocotiers and Nkembo, I have been mentioned namely in the aftermath of what is now considered "the events of the 2nd district." it is only normal that you journalists and through you the Gabonese public, get a different picture.

Ladies and Gentlemen,

The 2nd district since August 15, as we commonly say, in on the tongue of those who proclaim themselves spokesmen of the regime; this because it was the theater of the march that would have simply led the crowd to the location of the big rally calling for the convening of a Sovereign National Conference in Gabon and the restoration of the Union Nationale, a political party which, you know, was illegally dissolved by the Minister of Interior.

According to these spokespersons, the compatriots who marched in Cocotiers and Nkembo, created disorder and ransacked several properties belonging to peaceful citizens. A story coming from a few residents or natives of the 2nd district, all members of the PDG party, you would have noticed, and which was widely distributed by the RTG and relayed daily by L’Union and Gabon Matin. This version is flawed because of it is partial and biased. Therefore, it cannot objectively inform the national and international opinion.

I want to point out first of all that the few skirmishes that took place on August 15 in the 2nd district, where the RTG is located, have curiously not been publicized by the public service broadcasting television of Gabon, yet only located a few hundred meters from the site of the event. Were it not for the private television TV +, the Gabonese people would not have known and seen what happened a few miles from Gabon Television. Then, allow me to be amazed that some people, no doubt to please the one whom they say they support without actually believing it, come strutting an state television to talk about an event which they we did the images. For a TV that wants to be professional, objective and even transparent, agree with me that the Gabonese viewer is well served, and that the degree of frustration is at its peak when it is by foreign media that they are being informed of an event taking place on their soil, while they have the tools and staff capable to meet the public expectations in this regard.

As for the balance of the information, it looks akin to the obscurantist time of the single party system. I believe that in the civilized world today, it is good practice, including for policy matters which requires debate, that when one side blames another, the other side must argue its point of view, which allows everyone to make their views freely. But in these circumstances, what did Gabon Television unfortunately serve us? Not only did they not report the event, but they opened their antennas to these gentlemen of the PDG to condemn those who were marching and the initiators of the meeting. Confirming that it is the sounding board of the PDG.

By placing the August 15 event in its context, we must remember that the thousands of Gabonese who took part in the march had wanted to go to the neighborhood of Cocotiers where a meeting was scheduled. This meeting had been previously and widely announced for several days. If we recognize that the meeting had not been authorized by the Minister of the Interior, it is because the UN which was its initiator is declared dissolved by a ministerial decision that the party leaders have consistently denounced rightly.

Indeed, the Minister of the Interior has never been able to demonstrate the objections made to UN and in addition, the Constitution of our country does not speak of the dissolution of a political party, but only a ban. When referring to international standards, we are well aware that in our country, the Constitution and the law on political parties are in violation of the provisions of these standards which supersede the national law. Therefore, in this context, how could the thousands of Gabonese who identify with this completely blameless political party, express their right recognized under Article I of our Constitution. The argument that the Executive Secretary has committed a "fault" does not hold up. You cannot punish a corporation that is the party on the grounds that one of its members has committed a "fault". Fault that we must consider within its context.

Of course what had to happen happened. The regime facing a political problem, instead of making use of intelligence, political intelligence, which would have helped to give it a semblance of credit, but no, it appealed to the police not unfortunately to secure the event and avoid potential overflows, but to "break" it. Did the regime want to reiterate for the umpteenth time what it had done at the entrance to the City of Democracy and Port-Gentil, during the proclamation of the false results of the presidential election of 2009?

If so, it was able to demonstrate once more the true nature of this regime.

Let us pause a moment to reflect a little together, one question: could the visible presence at the scene of the event of UN officials not bring the regime to its senses, because can you imagine Mr. Myboto, Mr. EYEGHE NDONG, Mr. OYE MBA, Mr. NTOUTOUME NGOUA, Ms. Missambo, Mr. ROGOU and other party officials being present, engage in street disorder? My brothers of Cocotiers and Nkembo neighborhoods were quick to deplore the disorder that occurred on August 15 without the honesty to give their causes. They have not regretted the fact that the police, of course manipulated by the government, was responsible of causing the damages because they charged the crowd with tear gas, thus preventing it to move towards the location of the meeting. What a lack of psychology on the part of the regime and misuse of security forces in the current political context; security forces whose mission it is to protect the Gabonese people and not to attack them.

Everyone knows that opposing the police against citizens who want to exercise their legitimate rights, is to put together gasoline and fire. The mixture is necessarily explosive and this is what happened on August 15, while we can note that on August 11th date of the arrival of our Executive Secretary, the crowd went overwhelmingly to Leon Mba airport and walked to the home of Mba Obame without any recorded incident. We can say that that day, the regime was better inspired.

To answer to a political problem with police brutality, what awkwardness, what political blindness. Yes, it must be said and repeated, the presidential election of 30 August 2009 was disastrous, that is the least we can say. That is the starting political problem, we cannot hide it. That election creates doubts in everyone's minds until today, it is still the subject of conversations in Gabonese homes in both PDG and other Gabonese. This is a problem, it must be said!

Does the election of the current Senegalese president raise doubts? Does the election of the current French President raise doubts? Here, among other things, what justifies the call for holding a Sovereign National Conference. To dissolve a political party for spurious reasons, namely the Union Nationale, thereby depriving the majority of Gabonese people of political expression. To lock elections to make them opaque preventing them from taking place according to the rules of the democratic principle, this justifies the call for holding of a Sovereign National Conference. The Gabonese are doubly frustrated in their status as citizens, it is evident despite the peace and quiet that we observe.

A double illegitimacy is currently before our eyes: the fact that the person who embodies the executive power raises doubts about his election and the fact that the Chamber of Deputies is composed of parliamentarians without a mandate from the people, there is the double illegitimacy that we are witnessing.

So dear compatriots from PDG of the 2nd district, if you have occupied the RTG airways, certainly you were heard, but ask yourself if you were understood and on whose name were you talking? Gentlemen know that your few voices do not count when it comes to addressing the real problems of Gabon. When will come the decision to hold a Sovereign National Conference, the advice of PDG politicians from the 2nd district would be sought, understand this well. Limit yourself to art in which you excel: plot, intrigue, deceit and slander each other’s as is the case currently in Nkembo: I know, I do not need to read it in the press since I am also from the neighborhood.

Just keep the jobs which are still yours; jobs that you owe to the person you vilify today. Look at yourself objectively in the mirror and listen to the little voice that asks you: to whom do you owe the job you have today? For those who harbor animosity and bitterness towards me for not having received an appointment because I could not name the entire village, they can persist in their bitterness. This is not what is going to make the people of the second district refuse their votes to me, if transparent elections took place. They will give me these votes as they did during the partial election of 2010, when I trounced the infernal couple PDG-RPG by more than 80%.

People of the 2nd district of Libreville, I served as Prime Minister in the context that everyone knows. President Omar Bongo by placing me in this position gave me the opportunity to know who is who and who does what. In all conscience, I myself ended these functions resigning despite the material comfort provided by this position and that had not gone to my head. I put an end to it, at the death of President Omar Bongo because I saw the danger coming to my country, the danger we are in today. I ended my functions because with the Gabonese, I wanted to fight for true democracy in our country and am viscerally opposed as are our people, to the "monarchisation" of power. I do not belong to the race of those who assimilate Gabon to a "manger", because it is to ask whether it is a country with sensible men and women, when the political debate is reduced to simple consumption issues.

If the Gabonese people who are presenting political problems in a contradictory manner are qualified as hungry people who want to satisfy their personal ambitions and "eat", if Gabonese people, having served alongside President Omar Bongo, for the simple fact that they express ideas contrary to the current regime on the basis of observed facts, must be considered traitors, well they can hang us. I appeal to serious intellectuals, yes because Gabon has them, to analyze scientifically this state of affairs. What a shame to see such public space infested individuals who tarnish the national press.
In 2009, remember, I was in front of the remains of the late Omar Bongo and I made remarks which, if they are tantamount to treason, well Rehoboam can come punish me with scorpions.

No, gentlemen, the Sovereign National Conference is a national requirement. We go there because all Gabonese people, those in power and those in opposition including civil society, win because it is Gabon that comes out cleansed.

The few from PDG who are after all citizens I have the honor and pleasure of meeting, tell me their intimate adherence to this noble idea.

The restoration of the Union Nationale is a public act of salvation. That is why we demand it.

The crisis is here, it is institutional, it has serious economic and social implications, the crisis is moral because the Gabonese people in their vast majority are frustrated citizens.

Alors, tous les sons de cloches qui nous parviennent aujourd’hui, quels qu’ils soient, ne sont que les préludes et les signes annonciateurs des changements souhaités par les gabonais. Alors, gabonais du 2e arrondissement comme de tout le Gabon, rassurez-vous, tenez le cap, le grand jour arrive pour le changement véritable.

It is not the mobilization of a repressive apparatus that you do not fear, which might slow your progress e but will not prevent it.

Done in Libreville, August 24, 2012




Version française

Dans un point de presse tenu vendredi 24 août 2012, dans sa permanence politique de Nkembo,
le Vice-Président du parti Union Nationale et ancien Premier Ministre Jean Eyégué Ndong, a mis les points sur les « i » en donnant toutes les précisions, y compris les plus détaillées et expliquant très clairement et fermement surtout à ceux qui ne veulent pas comprendre, les circonstances des évènements de Cocotiers et de Nkembo du 15 Aout 2012. Ce point de presse a été couvert par la presse nationale indépendante, la presse internationale mais comme il fallait s’y attendre, la presse publique gabonaise s’est fait remarquer par son absence. Les membres de cette presse ont certainement mieux à faire en ce moment que de couvrir une telle exhibition de vérités. Les pauvres, ils n’ont pas l’habitude!

Ce blog a reçu le texte de la déclaration de M. Jean Eyégué Ndong, que nous nous empressons de vous faire partager ci-dessous. Une vidéo nous a été promise et sera mise en ligne des que reçue.



Mesdames et Messieurs de la presse,

Je vous remercie d’avoir bien voulu répondre à mon invitation, invitation motivée par la version qui a été donnée par certains de la marche ayant eu lieu au 2e arrondissement de Libreville le 15 août dernier. 

Permettez-moi d’abord d’avoir une pensée pour la jeune Elisabeth qui nous a brutalement quittée à la fleur de l’âge dans les conditions que vous savez. 
Si je prends la parole, c’est parce que, étant aussi ressortissant du 2e arrondissement, dans le vacarme fait par certains compatriotes de cet arrondissement après les événements survenus à Nkembo et à Cocotiers, j’ai été nommément indexé au lendemain de ce qui est désormais considéré comme « les événements du 2e arrondissement ». il est donc normal que vous les journalistes et à travers vous le public gabonais, aient un autre son de cloche. 

Mesdames et Messieurs, 

Le 2e arrondissement, depuis le 15 août dernier, est comme on dit communément chez nous dans la « bouche » de ceux qui s’autoproclament porte-paroles du pouvoir, ce, pour avoir été le théâtre de la marche qui devait simplement conduire la foule sur les lieux du grand meeting, meeting appelant à la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine au Gabon et au rétablissement de l’Union Nationale, parti politique dont vous savez qu’il a été illégalement dissout par le ministre de l’Intérieur. 

Selon ces porte-paroles, les compatriotes qui ont marché à Nkembo et aux Cocotiers ont semé le désordre et saccagé plusieurs biens des paisibles citoyens. Une telle version des faits émanant de quelques résidents ou natifs du 2e arrondissement, tous membres du PDG, vous l’aurez remarqué, et qui a été largement diffusé par la RTG et relayé par les quotidiens l’Union et Gabon Matin, cette version pèche par son caractère partiel et partial. De ce fait, elle ne peut éclairer objectivement l’opinion nationale et internationale. 

Je tiens donc à faire remarquer tout d’abord que les quelques échauffourées qui ont eu lieu le 15 août dans le 2e arrondissement, siège de la RTG, n’ont curieusement pas été médiatisé par le service public de radiodiffusion télévision gabonaise, pourtant situé à quelques centaines de mètres des lieux de la manifestation. N’eut été la télévision privée TV+, les gabonais n’auraient pas su et vu ce qui s’est passé à quelques encablures de Gabon Télévision. Ensuite, vous me permettrez de m’étonner que, quelques individus, sans doute pour plaire à celui qu’ils disent soutenir sans y croire réellement, viennent se pavaner dans une télévision d’Etat pour parler d’un événement passé alors que l’on n’en a pas vu les images. Pour une télévision qui se veut professionnelle, objective et même transparente, convenez avec moi que le téléspectateur gabonais est bien servi, et que le degré de sa frustration est à son comble quand c’est par des médias étrangers qu’il est informé d’un événement se déroulant sur son sol, alors qu’il dispose de l’outil et d’un personnel capables de le satisfaire un tant soit peu sur ce plan. 

Quant à l’équilibre de l’information, on se croirait à l’époque obscurantiste du parti unique. Je crois que, dans le monde civilisé d’aujourd’hui, il est de bon ton, notamment en matière de politique, qui exige le débat, lorsqu’un camp vient à accuser un autre, ce dernier doit rétorquer en donnant son point de vue, ce qui permet à tout un chacun de se faire librement son opinion. Mais en la circonstance que nous a servie malheureusement Gabon Télévision ? Non seulement, elle n’a pas rapporté l’événement, mais elle a ouvert ses antennes à ces messieurs du PDG pour condamner ceux qui ont fait la marche et les initiateurs. Confirmant ainsi qu’elle est la caisse de résonnance du PDG. 

En resituant dans son contexte l’événement du 15 août dernier, il faut rappeler que des milliers de gabonais qui ont pris part à la marche comptaient se rendre au quartier Cocotiers où était prévu un meeting. Meeting préalablement et largement annoncé plusieurs jours auparavant. S’il faut reconnaitre que ce meeting n’a pas été autorisé par le ministre de l’Intérieur, c’est bien parce que l’U.N qui en était l’initiateur est déclaré dissout par une décision ministérielle que les responsables de ce parti n’ont pas cessé de contester à juste titre. 

En effet, le ministre de l’Intérieur n’a jamais pu démontrer les griefs faits à l’U.N et de surcroît, la Constitution de notre pays ne parle pas de dissolution de parti politique, mais d’interdiction. Lorsqu’on se réfère aux normes internationales, on se rend bien compte que chez nous, la Constitution et la loi sur les partis politiques sont en violation des dispositions de ces normes qui sont supérieures au droit national. Dès lors, dans un tel contexte, comment pourraient s’exprimer les milliers de gabonais qui se reconnaissent dans ce parti politique totalement irréprochable en droit et qui voulaient exprimer leur droit reconnu par l’article premier de notre Constitution. L’argument selon lequel le secrétaire Exécutif a commis une « faute » ne tient pas. On ne peut pas sanctionner une personne morale qui est le parti sous le prétexte que l’un de ses membres a commis une « faute ». Faute que l’on doit au demeurant situer dans un contexte. 

Bien sûr ce qui devait arriver arriva. Au lieu que le pouvoir, face à un problème politique fasse appel à l’intelligence, intelligence politique, ce qui aurait contribué à lui donner un semblant de crédit, mais non, il fait appel aux forces de l’ordre non pas, comble de malheur, pour encadrer la manifestation et éviter ainsi d’éventuels débordements, mais pour faire la « casse ». Le pouvoir voulait-il réitérer une énième fois ce qu’il avait fait à l’entrée de la Cité de la Démocratie et à Port-Gentil lors de la proclamation des faux résultats de l’élection présidentielle de 2009 ? 

Si oui, il a réussi à démontrer une fois de plus la vraie nature de ce régime. 

Arrêtons-nous un instant, pour réfléchir un peu ensemble ; une question : la présence visible sur les lieux de la manifestation des responsables de l’U.N n’aurait pas pu amener le pouvoir à se ressaisir ; car peut-on imaginer monsieur MYBOTO, monsieur EYEGHE NDONG, monsieur OYE MBA, monsieur NTOUTOUME NGOUA, madame MISSAMBO, monsieur ROGOU et d’autres cadres du parti présents en train de se livrer à un désordre de rue ? Mes frères des quartiers Nkembo et Cocotiers ont vite fait de déplorer le désordre survenu le 15 août dernier sans avoir l’honnêteté d’en donner les causes. Ils n’ont pas regretté le fait que les forces de l’ordre, bien sûr instrumentalisées par le pouvoir, soient à l’origine des dégâts provoqués parce qu’ils ont en chargé la foule avec des gaz lacrymogène, l’empêchant ainsi d’évoluer vers le lieu du meeting. Quel manque de psychologie de la part du pouvoir et quelle mauvaise utilisation des forces de l’ordre dans le contexte politique de l’heure ; forces de l’ordre qui ont mission de protéger les gabonais et non de s’attaquer à eux. 

Tout le monde sait que mettre en opposition les forces de l’ordre et les citoyens qui veulent exercer leurs droits légitimes, c’est mettre en présence l’essence et le feu. Le mélange est nécessairement explosif et c’est ce qui s’est passé le 15 août, alors qu’on peut noter que le 11 août date d’arriver su secrétaire exécutif, la foule s’est rendue massivement à l’aéroport Léon Mba et a marché jusqu’au domicile de Mba Obame sans que l’on ait enregistré un quelconque incident. Nous pouvons dire que ce jour-là, le pouvoir a été bien inspiré. 

Répondre à un problème politique par des brutalités policières, quelle maladresse, quelle cécité politique. Oui, il faut le dire et le répéter, l’élection présidentielle du 30 août 2009 a été calamiteuse, c’est le moins qu’on puisse dire. C’est cela le problème politique de départ, on ne saurait l’occulter.Cette élection suscite pour le moins des doutes dans tous les esprits jusqu’à nos jours, elle est toujours l’objet des conversations dans les chaumières gabonaises tant chez les pédégistes que chez les autres gabonais. C’est un problème, qu’on se le dise. 

Est-ce que l’élection de l’actuel Président sénégalais suscite des doutes ? Est-ce que l’élection de l’actuel Président français suscite des doutes ? Voilà, entre autre, ce qui justifie l’appel à la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine. Dissoudre un parti politique pour des raisons fallacieuses, en l’occurrence l’Union Nationale, priver ainsi la majorité des gabonais de s’exprimer politiquement, Verrouiller les élections jusqu’à les rendre opaques en évitant qu’elles se déroulent dans les règles de l’art démocratique, voilà qui justifie l’appel à la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine. Les gabonais sont doublement frustrés dans leur statut de citoyens, cela est perceptible malgré le silence et le calme que l’on observe. 

Une double illégitimité est en cours sous nos yeux : le fait que celui qui incarne le pouvoir exécutif suscite des doutes quant à son élection et le fait que la Chambre des députés soit composée de parlementaires sans mandat du peuple, voilà la double illégitimité que nous vivons. 

Alors chers concitoyens pédégistes du 2e arrondissement, si vous avez abondamment occupé l’écran de la RTG, certes on vous a entendu, mais demandez-vous bien si on vous a compris et au nom de qui vous vous exprimiez. Sachez messieurs que vos quelques petites voix ne comptent pas lorsqu’il s’agit de traiter les vrais problèmes du Gabon. Lorsque viendra la décision de la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine, on n’aura pas besoin de l’avis des responsables politiques PDG du 2e arrondissement, tenez le pour dit. Limitez-vous à l’art où vous excellez tant : intrigue, manigance, fourberie et autre calomnie dont vous êtes spécialistes au détriment des uns contre les autres comme c’est le cas présentement à Nkembo : je le sais, je n’ai pas besoin de le lire dans la presse puisque je suis moi aussi du quartier. 

Contentez-vous des situations qui sont encore les vôtre, situations que vous avez obtenues naguère grâce à la personne que vous vilipendez aujourd’hui. Regardez-vous en toute objectivité dans la glace et écoutez la petite voix qui vous demande : grâce à qui as-tu le poste que tu occupes actuellement. Quant à ceux qui nourrissent des sentiments d’animosité et d’aigreur envers ma personne pour n’avoir pas bénéficié d’une nomination, car je ne pouvais pas nommer tout le village, qu’ils persistent dans leur amertume. Ce n’est pas à cause de cela que les populations du 2e arrondissement me refuseront leurs suffrages en cas d’élections transparents. Ils m’accorderont ces suffrages comme aux partielles de 2010 quand j’ai battu à plate couture le couple infernal PDG-RPG a plus de 80%. 

Natif du 2e arrondissement de Libreville, j’ai exercé les fonctions de Premier Ministre dans le contexte que tout le monde sait. Le Président Omar Bongo en me plaçant à ce poste m’a donné l’occasion de savoir qui est qui et qui fait quoi. En toute âme et conscience, j’ai moi-même mis fin à ces fonctions en démissionnant nonobstant le confort matériel que confère ce poste et qui ne m’est pas monté à la tête. J’y ai mis fin à la mort du Président Omar Bongo parce que je voyais le danger venir pour mon pays : ce danger, nous y sommes. J’ai mis fin à mes fonctions parce que, avec les gabonais, je voulais militer pour la vraie démocratie dans notre pays et suis viscéralement opposé comme notre peuple à la « monarchisation »du pouvoir. Je n’appartiens pas à la race de ceux qui ramènent l’Etat gabonais à une « mangeoire », car à se demander s’il s’agit d’un pays comme d’hommes et de femmes réfléchis lorsqu’on ramène le débat politique à la simple question alimentaire. 

Si les gabonais qui posent les problèmes politiques de manière contradictoire sont considérés pour des affamés qui veulent assouvir leurs ambitions personnelles et « manger », si des gabonais, pour avoir servi aux côtés du Président Omar Bongo, pour le simple fait qu’ils expriment des idées contraires au pouvoir actuel sur la base des faits observés, doivent être considérés comme des traitres, eh bien qu’on nous pendent. Je fais appel aux intellectuels sérieux, oui parce que le Gabon en a, pour qu’ils analysent scientifiquement cet état de chose. Quel dommage de voir l’espace public infesté de tels individus qui ternissent la presse nationale. 
En 2009, souvenez-vous, je me trouvais devant la dépouille mortelle de feu Omar Bongo et j’ai tenu des propos qui, s’ils sont assimilables à de la trahison, eh bien que Roboam vienne me châtier avec des scorpions. 

Non, messieurs, la Conférence Nationale Souveraine est une exigence nationale. Qu’on y aille car tous les gabonais, ceux du pouvoir et ceux de l’opposition société civile y compris y gagnent puisque c’est le Gabon qui en sort assaini. 
Les quelques pédégistes qui sont d’abord et après tout des citoyens que j’ai l’honneur et le plaisir de rencontrer me confessent leur adhésion intime à cette noble idée. 

Le rétablissement de l’Union Nationale est un acte de salut public. C’est pourquoi nous l’exigeons. 
La crise est là, elle est institutionnelle, elle a des implications économique et sociale graves ; la crise gabonaise est morale car les gabonais dans leur immense majorité sont des citoyens frustrés. 

Alors, tous les sons de cloches qui nous parviennent aujourd’hui, quels qu’ils soient, ne sont que les préludes et les signes annonciateurs des changements souhaités par les gabonais. Alors, gabonais du 2e arrondissement comme de tout le Gabon, rassurez-vous, tenez le cap, le grand jour arrive pour le changement véritable. 
Ce n’est pas la mobilisation d’un appareil répressif dont vous n’avez pas peur, qui freinera peut être votre marche mais qui ne la bloquera pas. 

Fait à Libreville, le 24 août 2012

Comments

Popular posts from this blog

THE ASCENSION OF NOUREDDINE BONGO AT THE HEAD OF GABON. L’ASCENSION DE NOUREDDINE BONGO À LA TÊTE DU GABON

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)