OUR THOUSANDTH POST COINCIDES WITH THE RETURN OF ANDRE MBA OBAME TO GABON: NOTRE MILLIÈME BILLET COINCIDE AVEC LE RETOUR D'ANDRÉ MBA OBAME AU GABON

(Photos Marc Ona-Essangui)


English version

Dear readers, as they say, times flies when you are having fun. This post is the one thousandth we have written since we began in 2010. As it happens, this milestone occurred as the event of the return of Andre Mba Obame to Gabon was unfolding. We would like to take the time to thank all of you who make it a point everyday to take your precious time and dedicate it to the reading of what this blog has to say. We are greatly honored to have such a vigorous, loyal and more importantly, intelligent readership.

First, let us give you some statistics about our blog:

• Our first posting only recorded 30 readers.
• During the first few weeks, we only had on average 100 readers a day; sometimes less, sometimes more.
• But we were never discouraged and we continued to work hard and build our blog. Slowly but surely the readership grew to a few thousands a day.
• Then we started to receive indications that there was an English speaking readership that was interested to know what was going on in Gabon and when we started to publish in English, our readership really exploded.
• Today, our readership is almost equally divided between francophone and non francophone countries.
• On average, at this point, about 8000 to 9000 people visit the blog every day. Some article have doubled this daily audience but others also have only been at 4000 thousand. The norm for this blog on a daily basis is now about 8000-9000 visits.

We certainly could never have accomplished this growth without your interest and the strong word to mouth that has served to popularize this blog.



Second, let us say a few worlds about the return of André Mba Obame:

• Never has the regime paid this much attention to "a non event"

The Ali Bongo regime said that they considered the return of André Mba Obame to be a non event. However, from the deployment of the security forces in Libreville, to the posture of the official government controlled media, it is clear that they regime was paying close attention to this "non event".

• All the optics demonstrated that people want change

The mobilization of the population was there. More importantly and crucially, this mobilization was spontaneous; something Ali Bongo can never accomplish. People came to the airport because they wanted to be there and not because they had to be there.

• The population showed that it was no longer afraid

The regime did everything it could to discourage the people from going to the airport. But to no avail. Several sources have indicated that thousands of people came to the airport. This is the worst nightmare of this regime: the Bongos are afraid of the fact that independent people in Gabon are beginning to get organized as a force that could remove them from power. It was this fear that leads to the unprecedented and permanent scenes of repression being witnessed in Gabon. Such as students being arrested and tortured; newspapers being suspended, dissidents being prevented from leaving the country; well know activist and civil rights organization being threaten and sometimes arrested, etc.

• People of Gabon are fed up and showing it

The people are fed up. They are tired of having wages that do not keep up with the rate of inflation. They do not have enough money for basic necessities and everyone with a job usually has a whole family that they have to feed, clothe, educate etc; and the cost of utilities is going up all the time. On top of that they have to live under a dictatorship that does not listen to the wishes of the majority. It is now a question of survival. Life conditions are slowly but surely forcing the Gabonese people to take action.

• But there is one big question

Is André Mba Obame the person of the moment; the individual of the situation; the man who can take action and fulfill the wish of the people to see Ali Bongo pack up and sent away? This is the question we should all be applying pressure to obtain a response to. No more Mr. nice guy: Ali Bongo is done. Let us put him out of his misery. Can André Mba Obame deliver?


Version française

Chers lecteurs, comme on dit, le temps passe vite quand on a de bons moments. Ce poste est le millième que nous ayons écrit depuis que nous avons commencé en 2010. Nous traversons cette étape au moment où a lieu l'événement du retour d'André Mba Obame au Gabon. Nous aimerions prendre le temps de remercier tous ceux qui se font un point tous les jours, de prendre leur précieux temps et le consacrer à la lecture de ce que ce blog a à dire. Nous sommes très honorés d'avoir un tel lectorat, vigoureux, fidèle et plus important encore, très intelligent.


Tout d'abord, laissez-nous vous donner quelques statistiques concernant notre blog:

• Notre premier billet n'a enregistré que 30 lecteurs.

• Au cours des premières semaines, nous n'avons eu en moyenne que 100 lecteurs par jour, parfois moins, parfois plus.

• Mais nous ne nous sommes jamais découragés et avons continué à travailler dur pour bâtir notre blog. Lentement mais sûrement, le lectorat a augmenté jusqu'à quelques milliers par jour.

• Ensuite, nous avons commencé à recevoir des indications qu'il y avait un lectorat anglophone qui était intéressé de savoir ce qui se passait au Gabon et quand nous avons commencé à publier en anglais, notre lectorat a vraiment explosé.

• Aujourd'hui, ce lectorat est presque également partagé entre les pays francophones et non francophones.

• En moyenne, à ce stade, environ 8000 à 9000 personnes visitent le blog chaque jour. Certains articles ont doublé cette audience quotidienne, mais d'autres aussi ont seulement attiré 4000 mille visites. La norme pour ce blog sur une base journalière est maintenant d'environ 8000-9000 visites.

Nous n'aurions certainement jamais pu avoir cette croissance sans votre intérêt et le très fort bouche à oreille qui a servi à populariser ce blog.



Deuxièmement, nous aimerions dire quelques mots a propos du retour d'André Mba Obame:

• Jamais le régime n'a autant prêté attention à un "non événement"

Le régime d'Ali Bongo a déclaré qu'ils considéraient que le retour d'André Mba Obame était un non événement. Cependant, du déploiement des forces de sécurité dans Libreville, à la posture des médias officiels contrôlés par le pouvoir, il est clair qu'ils régime a été très attentif à ce non événement.

• Toutes les optiques démontrent que les gens veulent le changement

La mobilisation de la population était là. Plus important encore et surtout, cette mobilisation a été spontanée; quelque chose qu'Ali Bongo ne peut jamais accomplir. Les gens sont venus à l'aéroport parce qu'ils voulaient être là et non pas parce qu'ils devaient être là.

• La population a montré qu'elle n'avait plus peur

Le régime a tout fait pour décourager les gens d'aller à l'aéroport. Mais en vain. Plusieurs sources ont indiqué que des milliers de personnes sont venues à l'aéroport. C'est le pire cauchemar du régime: les Bongos ont peur du fait que des personnes indépendantes, au Gabon, commencent à s'organiser en une force qui pourrait les écarter du pouvoir. C'est cette peur qui conduit à des scènes inédites et permanentes de répression, en cours au Gabon: tels que les arrestations et tortures d'étudiants; la suspension des journaux, l'empêchement aux dissidents de quitter le pays; les menaces et arrestations d'activistes de la société civile et des droits de l'homme, etc.

Les gabonais en ont marre et le démontrent

Les gens en ont marre. Ils sont fatigués d'avoir des salaires qui ne suivent pas le taux d'inflation. Ils n'ont pas assez d'argent pour les nécessités de base et tout le monde qui a un emploi a généralement toute une famille à nourrir, vêtir, éduquer, etc., et le coût des services publics qui augmente tout le temps. En plus de cela, ils doivent vivre sous une dictature qui n'écoute pas les désirs de la majorité. C'est maintenant une question de survie. Les conditions de vie sont lentement mais sûrement en train de forcer le peuple gabonais à prendre des mesures définitives.

Mais il une grande question demeure

André Mba Obame est-il la personne de l'heure, l'individu de la situation, l'homme qui peut prendre des mesures à même de satisfaire le souhait des populations de voir Ali Bongo plier bagage et dégager? C'est la question à laquelle nous devrions tous demander réponse en appliquant une pression pour obtenir des actions. Il n'est plus question de jouer au gentil garçon: Ali Bongo est cuit. Mettons-le hors d'état de nuire. André Mba Obame peut-il accomplir cette mission?

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE