THE GREAT PROTESTS AND MARCHES AGAINST DESPOTIC REGIMES IN HISTORY, WERE ALL "ILLEGAL". LES GRANDES MANIFESTATIONS ET MARCHES CONTRE LES RÉGIMES DESPOTIQUES DANS L'HISTOIRE, ONT TOUTES ÉTÉ "ILLÉGALES"



A citizen shot in the leg by Ali Bongo’s security forces
Un citoyen atteint à une jambe, par balle tirée par les milices d’Ali Bongo



English version

Dear readers, after first denying that there were fatalities in its crackdown of an opposition rally, the Ali Bongo regime has been confronted with the irrefutable evidence of the lethality of its brutality. Now, through its television networks, RTG as well as Tele-Africa, this regime is now saying that the opposition rally was illegal and therefore should not have even been attempted because the Union Nationale party did not have an authorization to hold that rally. Civil disobedience is the act of disobeying a law on grounds of moral or political principle. It is an attempt to influence society to accept a dissenting point of view. History teaches us that many brave acts against tyranny were once considered to be illegal. Here are a few examples:

1. Rosa Parks and the Montgomery bus boycott

Racial Segregation was a law in the US. Jim Crow was the name of a set of laws in the United States enacted between 1876 and 1965, which mandated racial segregation. These laws were systematic and permeated the economic, the educational, the political and social systems. In Alabama, one such law required that in public transportation the first 10 rows of seats were to be reserved to white people. Blacks sat in a few seat at the back but they mostly stood because the back of the buses was mostly for standing. This was the law at the time, anybody who did not observe this law was a criminal. On December 1, 1955, Rosa Parks, a 42-year-old black woman boarded a Montgomery City bus to go home from work. She sat in the middle of the bus. When a white man entered the bus, the driver, following the standard practice of segregation insisted that she stood up and gave up her seat so that the man could sit there. Mrs. Parks quietly refused to give up her seat. Her action was spontaneous and not pre-meditated and yet, on that bus and on that day, Rosa Parks initiated a new era in the black American quest for freedom and equality. She was arrested and convicted of violating the laws of segregation. Her arrest drew the attention of civil rights activists, among them a young man by the name of Martin Luther King, who initiated a boycott of the Montgomery bus system and went on to change America for ever. Today, any black person has the same rights as anybody else in the USA, because of people like Rosa Parks who were courageous enough to resist against oppression, even when such resistance was considered to be a criminal offense.

2. The events of Sharpeville

Apartheid was a political and social system that in 1948 legislated and institutionalized laws touching every aspect of social and political life and rendering blacks inferior to whites in every endeavor. This system imposed heavy penalties on any political or social protest. Blacks who broke these laws were usually sentenced to death, or imprisoned for life. On 21 March 1960, the ANC and the Pan-Africanist Congress organized a peaceful protest against apartheid laws by marching in the town of Sharpeville. Such demonstrations and marches were prohibited by apartheid laws and the apartheid police forces opened fire on the demonstrators and marchers. Sixty-seven unarmed demonstrators were killed and over 180 injured. Most of those killed and injured were women and children. But instead of backing down, the ANC organized more demonstrations, protests, marches and strikes the following week. On March 30, 1960, given the radicalization of many blacks, the apartheid government has to declare the state of emergency and detain more than 18000 people. The ANC was officially targeted and most of its leaders had to go into exile. This is the period during which a young leader by the name of Nelson Mandela became prominent in underground ANC activities. That was the long march to freedom that saw him spend 27 years in prison, yet emerge as a victor because his group, his organization and his people never stopped the fight despite even when they were being told that they were breaking the laws. Today when Gabonese people go to study of shopping in South Africa, do they remember the sacrifices made by the South African people?


3. The Mau Mau uprising in Kenya

When the British came to Kenya, the land was owned by various chiefdoms. They decided that since Kenya was now part of the British empire, that meant that all the land was now owned to the colonial establishment and the local people had to pay taxes to use that land. The people of Kenya universally considered that decision to be outright theft. This loss of land meant the loss of economic independence. Kenyans could no longer farm on their own land, they had to serve as laborers working in the British settlements. This amounted to little more than serfdom. This was the new law brought upon by the British and any Kenyan who did not observe it was a criminal. The largest ethnic group in Kenya, the Kikuyu, started to organize a resistance group dubbed the Mau-Mau. It quickly grew and afraid of the consequence, the colonial government declared the Mau-Mau illegal and anybody suspected to belong to the group was arrested and sometimes tortured and killed. But The Mau-Mau continued to exist and to fight against the colonial order. They survived as a fighting force because they had the popular support of the people. In 1952, the colonial government saw the Mau-Mau as a serious threat to colonial rule in Kenya and declared the state of emergency and martial law. Jomo Kenyatta and over one hundred other leading members of the rebellion were arrested. As in the case of Mandela, others continue the fight while Kenyata was in Jail and he would turn out to be the father of Kenya independence. Once more, by breaking the law, these Kenyans were able to free all of Kenya from British rule.


Dear readers, as we have shown above, there is a difference between the concept of law and the concept of justice. A law can be unjust and when it is so, it is the duty of good people not to respect such a law. It was Martin Luther King who famously said that "one has a moral responsibility to disobey unjust laws". In the case of Gabon, just like in Alabama, South Africa or Kenya in the past, if a law does not serve justice, that law cannot be obeyed. Prohibiting the movement of people trying to express their freedom should never be considered a valid law.




Version française

Chers lecteurs, après avoir d'abord nié qu'il y avait eu perte de vie au cours de sa répression d'un rassemblement de l'opposition, le régime Ali Bongo a été confronté à la preuve irréfutable de la létalité de sa brutalité. Maintenant, par ses réseaux de télévision, Gabon Télévision et Télé-Africa, il affirme que le rassemblement de l'opposition était illégal et n’aurait donc pas dû avoir lieu parce que l'Union Nationale n'a pas eu l'autorisation de tenir ce meeting. La désobéissance civile est l'acte de résistance sur la base d'un principe moral ou politique. Il s'agit d'une manière d'influencer la société à résister à une gouvernance ou un pouvoir tyrannique. L'histoire nous apprend que de nombreux actes de bravoure contre la tyrannie ont été autrefois considérés comme illégaux. En voici quelques exemples:

1. Rosa Parks et le boycott des bus de Montgomery

La ségrégation raciale était une loi aux Etats-Unis. Jim Crow était le nom d'une série de lois adoptées aux États-Unis entre 1876 et 1965, qui ont mandaté la ségrégation raciale. Ces lois étaient systématiques et pénétraient tous les domaines: l’économie, l'éducation, les systèmes politiques et sociaux etc. En Alabama, une telle loi exigeait que dans les transports publics, les 10 premières rangées de sièges soient réservées aux Blancs. Les Noirs ne pouvaient s’assoir qu’à l'arrière; mais ils restaient surtout debout parce que l'arrière des autobus n’avait que peu de sièges. C'était la loi à l'époque, quiconque ne respectait pas cette loi était un criminel. Le 1er Décembre 1955, Rosa Parks, une femme de 42 ans de race noire monta à bord d'un autobus de la ville de Montgomery pour rentrer chez elle après le travail. Elle s'assit au milieu du bus. Quand un homme de race blanche monta dans le bus, le chauffeur, faisant respecter la pratique de la ségrégation, insista pour que Rosa Parks se leva et céda son siège pour que l'homme puisse s’assoir. Mme Parks refusa tranquillement de donner sa place. Son action fut spontanée et non préméditée, et pourtant, dans ce bus ce jour-là, Rosa Parks a contribué à lancer une nouvelle ère dans la lutte des noirs américains pour la liberté et l'égalité. Elle fut arrêtée et condamnée pour avoir violé les lois de ségrégation. Son arrestation a attiré l'attention des militants des droits civiques, parmi eux, un jeune homme du nom de Martin Luther King, qui a lancé un boycott des bus de Montgomery et à partir de là, l’engrenage se mit en place pour un changement définitif. Aujourd'hui, toute personne noire a les mêmes droits que n'importe qui d'autre aux Etats-Unis. Ceci, à cause de gens comme Rosa Parks, qui ont été assez courageux pour résister à l'oppression, même si une telle résistance était considérée comme infraction pénale.

2. Les évènements de Sharpeville

L'apartheid fut ce système politique et social qui en 1948 imposa et institutionnalisa des lois touchant tous les aspects de la vie sociale et politique qui rendaient les Noirs inférieurs aux Blancs dans tous les domaines. Ce système imposait de lourdes sanctions sur toute contestation politique ou sociale. Les Noirs qui enfreignaient ces lois étaient généralement condamnés à mort ou emprisonnés à vie. Le 21 Mars 1960, l'ANC et le Congrès Panafricain organisèrent une manifestation pacifique contre les lois de l'apartheid en marchant dans la ville de Sharpeville. Ces manifestations étaient interdites par les lois d'apartheid et les forces de police de l'apartheid ouvrirent le feu sur les manifestants et les marcheurs. 67 manifestants non armés furent tués et plus de 180 furent blessés. La plupart des personnes tuées et blessées étaient des femmes et des enfants. Mais au lieu de reculer, l'ANC a organisé de nouvelles manifestations, des protestations, des marches et grèves, la semaine suivante. Le 30 Mars 1960, compte tenu de la radicalisation de nombreux Noirs, le gouvernement de l'apartheid déclara l'état d'urgence et arrêta plus de 18000 personnes. L'ANC fut officiellement ciblée et la plupart de ses dirigeants durent s'exiler. C'est la période au cours de laquelle un jeune leader du nom de Nelson Mandela est devenu important dans les activités clandestines de l'ANC. Ce fut le début de la longue marche vers la liberté, qui l'a vu passer 27 ans en prison et en sortir vainqueur car son groupe, son organisation et son peuple n'avaient jamais arrêté le combat en dépit même du fait qu’on disait qu'ils étaient hors la loi. Aujourd’hui quand les gabonais vont faire leurs études ou leurs courses en Afrique du Sud, se souviennent-il des sacrifices fait par les sud-africains?

3. Le soulèvement des Mau-Mau au Kenya

Lorsque les Britanniques sont arrivés au Kenya, la terre était la propriété de différentes chefferies locales. Les anglais décidèrent, puisque le Kenya faisait désormais partie de l'empire britannique, que cela signifiait que toutes les terres kenyanes étaient maintenant propriétés coloniales et les populations locales devaient alors payer un tribut pour utiliser ces terres. Les peuples du Kenya universellement considérèrent que cette décision était le vol pur et simple de leur patrimoine foncier. Cette perte des terres a entraîné la disparition de l'indépendance économique des autochtones. Les Kenyans ne pouvaient plus cultiver sur leurs propres terres, ils devaient servir comme ouvriers travaillant pour les colons britanniques. Cela équivalait à peu près à de l’esclavage. Il s'agissait de la nouvelle loi imposée par les Britanniques et tout kenyan ne l’observant pas était considéré comme criminel. Le plus grand groupe ethnique au Kenya, les Kikuyus, a commencé à organiser un groupe de résistants baptisé Mau-Mau. Ce groupe s’est rapidement développé et ayant peur des conséquences de cette croissance, le gouvernement colonial a déclaré les Mau-Mau d’illégaux et quiconque soupçonné d'appartenir à ce groupe était systématiquement arrêté et parfois torturé et tué. Mais les Mau-Mau ont continué d'exister clandestinement et de lutter contre l'ordre colonial. Ils survécurent comme force de combat parce qu'ils avaient le soutien de la population. En 1952, le gouvernement colonial, devant la menace des attaques Mau-Mau contre la domination coloniale au Kenya, déclara l'état d'urgence et la loi martiale. Jomo Kenyatta et plus d'une centaine d'autres membres influents de la rébellion, furent arrêtés. Comme dans le cas de Mandela, d'autres continuèrent le combat alors que Kenyatta était en prison et ce dernier se révéla être le père de l'indépendance du Kenya. Une fois de plus, en enfreignant la loi, ces quelques milliers de Kenyans réussirent à libérer tout le Kenya de la domination britannique.

Chers lecteurs, comme nous l'indiquons ci-dessus, il y a une différence entre le concept de loi et la notion de justice. Une loi peut être injuste et quand c'est le cas, il est du devoir des citoyens de ne pas la respecter. C'est Martin Luther King qui avait déclaré ceci: «on a une responsabilité morale de désobéir aux lois injustes». Dans le cas du Gabon, tout comme dans l'Alabama, l'Afrique du Sud ou au Kenya par le passé, si une loi ne sert pas la justice, cette loi ne peut pas être observée. Tout texte interdisant à des personnes qui tentent d'exprimer leur droit à aspirer à la liberté ne devrait jamais être considéré comme valide et observable.

Comments

  1. if that's a bullet then im th queen of england! Mais essayez de nous mentir correctement quand meme!

    ReplyDelete
  2. Unfortunately, there is already a Queen of England. But do not despair, Gabon is a nascent monarchy so the role of Queen of Gabon could be yours.

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

THE BONGOS AND THE KING OF MOROCCO HAVE USED FARGEON TO CLEAN UP THE ROAD FOR NOURREDINE. LES BONGO ET LE ROI DU MAROC ONT UTILISÉ FARGEON POUR DÉBLAYER LA ROUTE À NOURREDINE