EXPLANATION OF THE SECOND NATIONAL FORUM OF THE INDIGNANTS OF THE REPUBLIC. EXPLICATION DU DEUXIÈME FORUM NATIONAL DES INDIGNÉS DE LA REPUBLIQUE

English version


Why a second forum of Gabonese Indignants from 14 to 16 of June 2013?

Two key reasons for the organization of the second Forum of Gabonese Indignants:
• the problems raised in the first edition remain intact;
• and the socio-political, economic and environmental situation, instead of improving is ... degrading more.

The political power does not seem to take the actual measure and the extent of the difficult realities that urban and rural population of the country lives. Is it incompetence? The results of the government's actions are pitiful.
The political power does not seem to take the actual measure and the extent of the difficult realities that people in Libreville and those of the deep country experience. Is it blindness or just incompetence? The result of government action is there: pathetic and pitiful.

Before the deafness and inertia of the political power that has for sole and main objective its survival and longevity, the civil society, the Forum of Gabonese Indignants, take as witness the national and international opinion, by the large mobilization to be held from June 7 to 9, 2013 and which wants to be a peaceful and democratic protest.

The Ali Bongo’s regime also intends, at the same time, to organize the second edition of the New York Forum Africa. This communication operation, which purpose has never deceived anybody, does not aim to search for solutions to the problems affecting the life of the Gabonese people daily. It is however only intended to give the impression to the world that Gabon is a country where stability and democracy are present and where foreign investors could confidently, come make juicy placements.

The Forum of Gabonese Indignants is in this context, in his second mission, a counter to the New York Forum for Africa.
 Second edition of the Forum Gabonese Indignants - June 2013
 During the first event of the Indignants in 2012, the authorities used force to forcibly prevent the holding an event to which they had beforehand, refuse authorization.

It is a safe bet that they will use the same procedure, because very recently, they did not agree to the peaceful march the Association Against Ritual Crimes tried to organize from the Rio neighborhood on Saturday, 13 April 2013.

The alien-bongoïste power is now showing all the ugliness of its face as its mask of seduction has definitely fallen. Indeed, how can we accept that they prohibit the people from displaying the expression of their outrage at the irrepressible buildup of ritual crimes for witchcraft purposes? Even the African sacred values of respects for the dead and for ancestors, are desecrated by a regime that has decided to stay in place thanks to the military and mystical forces.

We are far from the democratic state in construction that is strongly emphasizes in the political agenda of the candidate Ali Bongo Ondimba. However, the constitution of Gabon guarantees to every free citizen freedom of thought and action. The fundamental law being subjected to all, the Gabonese Indignants are determined to use their human rights by organizing like last year, against a shaky regime, its second edition.

The First National Forum of Gabonese Indignants focused on the following points:

1. The political crisis due to the illegitimate seizure of power in September 2009 by Ali Bongo Ondimba, who was recently sought by the opposition, the diaspora and the civil society, for the convocation of a Sovereign National Conference (CNS), has opposed an end of inadmissibility to that and offers a political consultation under the national Council for Democracy (CND), revived for the occasion. On the evidence, this political subterfuge which translates to a mock political debate cannot be the answer to the major issues that only the CNS is now able to meet;

2. The democratic crisis highlighted by the unfavorable environment in which lives the free press and the civil society despite the commitments made by Gabon internationally. In this context, a debate in the "public space, civic space" is necessary.

Free newspapers are working under constant threats of being suspended or banned, members the civil society are constantly intimidated and threatened of lawsuits, when they are not convicted by a court orders;

3. The social crisis punctuated by problems of housing evictions accompanied ironically by the absence of the 5000 housing units per year promised by the PDG candidate. It should be added, the shortages of water and electricity in all parts of the capital with the notable exception of the neighborhood of Sabliere where Ali Bongo Ondimba lives, alonside many members of his government;

4. The economic and financial crisis and the high cost of living characterized by inflationary prices of needed goods, making everyday life difficult for the people. And what about the urban transport in Libreville! No consistent action seems to break on the horizon to ease the lives of the Gabonese people despite the pompous announcement of growth rates reaching about 6%. But where do all these riches produced in Gabon go, if the people, the main beneficiary, languished in misery? And in the same time, the national dance of corruption enters its umpteenth waltz;

5. The moral and security crisis highlighted by the ritual crimes whose magnitude is unprecedented with unbearable levels of violence, robberies night and day under the nose of the security forces which nevertheless crisscross all roads in the capital, a partial judiciary that refuses to play its republican role and becomes accomplice to the executive and legislative powers;

6. crisis
The second national forum of Gabonese Indignants will naturally return to the same themes; focusing more than ever on the convening of a sovereign national conference so that the people of Gabon could freely assemble and debate in sovereignty about their own future, since obviously, the usurped power of Ali Bongo Ondimba certainly has a political agenda that is absolutely free from all that gives meaning to political action, and the rule of law; the well-being or happiness of citizens.

As in the first edition, the goals remain the same:
- Mobilize and sensitize all Indignants of the Republic around this issue;
- Collect testimonies of victims of massive destruction of property, victims of land expropriation, the student victims of repression, victims of ritual crimes, etc.. ;
- Mobilize faith leaders to join the cause of the Indignants
- Establish thematic groups.
As for the results, their nature has not changed since the overall situation of the country has hardly improved. It remains the same:
- The thematic groups are constituted;
- A memorandum will clearly require the reform of institutions.
- Mobilize the maximum of compatriots to take their responsibility so we could reclaim our sovereignty and impose that it be respected.
- Develop a program of events;
Finally, at the end of the forum, a large peaceful march will be organized towards the building housing the National Assembly.



Version française


Pourquoi un deuxième Forum des Indignés au Gabon Du 14 au 16 juin 2013?

Deux raisons essentielles justifient l’organisation du deuxième Forum des Indignés au Gabon :
• les problèmes soulevés lors de la première édition restent entiers ;
• et la situation socio-politique, économique et environnementale, au lieu de s’améliorer, elle ...se dégrade davantage.

Le pouvoir politique ne semble pas prendre la réelle mesure et l’ampleur des réalités difficiles que vivent les populations urbaines et rurales du pays. incompétence ? Les résultats de l’action du gouvernement sont pitoyables.
Le pouvoir politique ne semble pas prendre la réelle mesure et l’ampleur des réalités difficiles que vivent les populations de Libreville et celles du pays profond. Cécité ou tout simplement incompétence ? Le résultat de l’action gouvernementale est bien là : pathétique et pitoyable.

Devant la surdité et l’inertie du pouvoir politique qui n’a pour seul et principal objectif que sa survie et sa longévité, la société civile, avec le Forum des Indignés du Gabon, prend à témoin l’opinion nationale et internationale, par la grande mobilisation qui aura lieu du 7 au 9 juin 2013 et qui se veut une manifestation pacifique et démocratique.

Le régime d’Ali BONGO ONDIMBA entend également, dans le même temps, organiser la deuxième édition du New York Forum for Africa. Cette opération de communication, qui n’a jamais trompé personne, ne s’inscrit pas dans la recherche des solutions aux problématiques qui assaillent chaque jour la vie des Gabonais. Elle ne vise qu’à donner l’impression au monde entier que le Gabon est un pays où stabilité et démocratie font bon ménage et où les investisseurs étrangers pourraient, en toute assurance, venir faire de juteux placements.

Le Forum des Indignés du Gabon sera donc dans ce contexte, en sa deuxième mission, un contre New York Forum for Africa.
Deuxième édition du Forum des Indignés du Gabon – Juin 2013
Lors de la première manifestation des Indignés en 2012, le pouvoir avait usé de la force en empêchant manu militari la tenue d’une manifestation dont il avait, au préalable, refusé l’autorisation.

Il est fort à parier qu’il usera du même procédé car, tout récemment, il n’a pas donné son accord pour la marche pacifique que l’association de lutte contre les crimes rituels entendait organiser à partir du quartier Rio, le samedi 13 avril 2013 dernier.

Le pouvoir alien-bongoïste montre désormais toute la laideur de son visage car son masque de séduction est définitivement tombé. En effet, comment comprendre que l’on refuse au peuple de manifester son indignation devant la montée irrépressible des crimes rituels à des fins fétichisto-pouvoiristes ? Même les valeurs sacrées africaines de respects des morts et des ancêtres sont foulées aux pieds par un régime qui a décidé de s’installer et de durer aux affaires grâce à la force militaire et mystique.

Nous sommes loin de l’Etat démocratique en construction fortement souligné dans le programme politique du candidat Ali BONGO ONDIMBA. Pourtant, la constitution du Gabon garantit à tout citoyen libre la liberté de penser et d’agir. La loi fondamentale étant soumise à tous, les Indignés du Gabon entendent user de leurs droits fondamentaux en organisant comme l’année dernière, envers et contre un pouvoir aux abois, sa deuxième édition.

Le premier forum national des Indignés du Gabon mettait l’accent sur les points suivants :

1. Crise politique due à la prise illégitime du pouvoir en septembre 2009 par Ali BONGO ONDIMBA; ce dernier, récemment sollicité par l’opposition, la diaspora et la société civile, pour la convocation d’une conférence nationale souveraine (CNS), a opposé́ une fin de non-recevoir et proposé une concertation politique dans le cadre du conseil national de la démocratie (CND), ressuscité pour l’occasion. A l’évidence, ce subterfuge politique qui traduit un simulacre de débat politique ne peut être à la hauteur des grands enjeux que seule la CNS aujourd’hui est en mesure de relever ;

2.Crise démocratique soulignée par l’environnement défavorable dans lequel évoluent la presse libre et la société civile malgré les engagements du Gabon au niveau international. Dans ce contexte, un débat sur « l’espace public, espace civique » est nécessaire.

Les journaux libres travaillent sous menace constante d’être suspendus ou interdits définitivement, les acteurs de la société civile sont constamment intimidés et menacés de procès quand ils ne sont pas condamnés par une justice aux ordres ;

3. Crise sociale ponctuée par la problématique du logement avec les déguerpissements musclés et tous azimuts accompagnés ironiquement de l’absence des 5.000 logements / an pourtant promis par le candidat du PDG. Il faut ajouter, en sus, les délestages d’eau et de courant dans tous les quartiers de la capitale à l’exception notoire de celui de la Sablière où vivent Ali Bongo Ondimba et nombre des membres de son gouvernement ;

4. Crise économique et financière où la cherté de la vie caractérisée par la montée inflationniste qui touche les produits de première nécessité rend difficile la vie au quotidien des populations. Et que dire du transport urbain à Libreville ! Aucune mesure conséquente ne semble poindre à l’horizon pour adoucir le quotidien des Gabonais malgré l’annonce pompeuse des chiffres de taux de croissance qui atteindraient environ 6%. Mais où vont donc toutes ces richesses produites au Gabon si le peuple, principal bénéficiaire, croupit dans une misère qui dit clairement son nom ? Et dans le même temps, le bal national de la corruption entame sa énième valse ;

5. Crise morale et sécuritaire mise en exergue par les crimes rituels dont l’ampleur est sans précédent avec des pratiques à la violence insoutenable ; des braquages nuit et jour au nez et à la barbe des forces de sécurité qui quadrillent pourtant les carrefours et artères de la capitale ; une justice aux ordres qui refuse de jouer pleinement son rôle républicain car étant complice des pouvoirs exécutif et législatif ;

6. Crise
Le deuxième forum national des Indignés du Gabon reviendra naturellement sur les mêmes thèmes en insistant plus que jamais sur la tenue d’une conférence nationale souveraine afin que le peuple du Gabon se retrouve librement et débatte en toute souveraineté de son avenir car, à l’évidence, le pouvoir usurpé d’Ali Bongo Ondimba a certainement un agenda politique qui s’est absolument affranchi de tout ce qui donne son sens à l’action politique dans un État de droit : le bien-être ou le bonheur des citoyens.

Comme lors de la première édition, les objectifs restent les mêmes :
- Mobiliser et sensibiliser tous les indignés de la République autour de cette cause ;
- Recueillir les témoignages des victimes des destructions massives de biens, des victimes des expropriations de terres, des victimes de la répression estudiantine, des victimes des crimes
rituels, etc. ;
- Mobiliser les confessions religieuses pour qu’elles se joignent à la cause des indignés;
- Constituer des groupes par thématiques.
Quant aux résultats, leurs natures n’ont pas changé́ car la situation globale du pays ne s’est guère améliorée. Ils demeurent identiques :
- Des groupes thématiques sont constitués ;
- Un mémorandum exigera clairement la réforme des institutions.
- Mobiliser le maximum de compatriotes pour qu’ils prennent leur responsabilité afin de nous
réapproprier notre souveraineté et d’imposer qu’elle soit respectée.
- Un programme de manifestation élaboré;
Enfin, au terme du forum, une grande marche pacifique sera organisée en direction de l’Assemblée Nationale.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI