TO COLLABORATE TO ONE OWN DESTRUCTION! COLLABORER Á SA PROPRE DESTRUCTION!



English Version


Dear readers, we received a huge amount of mail during the last 24 hours, the content of which can be summed up in one question: "Why are the Gabonese people like that?" This question is not as simple as it seems. One may wonder that the readers want to mean by "be like that?” We can point to a set of frustrations with the many contradictory behaviors some people have become specialists of; regularly saying one thing and doing with the same regularity, its opposite. Here we will try to answer the most interesting questions from readers about the attitude "of Gabonese people."

1. First reader’s question: "how can Gabonese intellectuals remain silent before what happened this weekend with Sylvia Bongo’s march which was the only one agreed to by the police?"

The response Gabon Annoying / Annoying Gabon: The role of intellectuals in society is to analyze a situation and respond in accordance with principles, either by words or by actions. Their reflections bring some people to active participation, others to passive observation. Some act while others think. But the intellectual can use their position and their qualities for good or for evil, they can be a force for good, or a destructive force. Here in Gabon we have a scarcity of beneficial intellectuals and an abundance of destructive ones unfortunately. Some are brave; others would act only for personal ambition, depending on the context. But simply put, this blog can speak of about two categories of intellectuals: active intellectual and passive intellectuals. But ultimately, all of us, regardless of our social status or degree of participation, are contributing to the establishment of the country's collective memory, and to the judgment that history will make of us who live and make the Gabon of 2013. This blog has a clear and unambiguous position regarding the responsibility of Gabonese intellectuals; we explain it as follows:

The Gabonese people, and we have seen this again this past weekend, are systematically dragged willy-nilly in the wake of the government’s propaganda. Citizens are forced into a one-way street and anyone who dares to resist is humiliated. If most people do not understand the intricacies of the maneuvering of the people in power, intellectuals by contrast, are equipped with an education giving them the opportunity to understand and analyze the situation accurately. This understanding of the operations of the system, gives them an additional responsibility. If we accept that with knowledge comes responsibility, then intellectuals have more responsibility than the general population. There are opportunists who believe and think that they can play both sides, playing the big resistant front, but rushing to Sylvia Bongo’s feet when the need arises. These people were spotted last Saturday, not in Nzeng-Ayong in police vans, but lagging behind Sylvia Bongo. These are jokesters whose positions do not spring from reasoning, but from a mercantile impulse. They are a little more than a handful, and we know who they are, of Gabonese people who stand in systematic, serious and committed resistance, these days.

2. Second question: What attitude should we have when dealing with the collaborators of the regime?

Response The Annoying Gabon / Gabon Annoying: This blog would first like to remove an ambiguity that we think need to be dispatched in order to avoid confusion. For us, inactivity against injustice is not necessarily an act of collaboration. There are people who do not feel at all concerned with the future of the country and it is their absolute right to go about their business while almost everything collapses around them. These people have at least the merit of not being hypocrites. Indeed, dear readers, if the mere inactivity is tantamount to guilt, we would conclude that most Gabonese are guilty. That said, we believe deeply that in our own secret gardens, each person knows the value of their own acts and knows if they act according to the standards dictated by their own conscience. For us, who are the collaborators?

These are all people who want one thing and their opposite. Countrymen who say loudly and clearly that they want change in Gabon but at the same time rely on the Bongos for their tomorrows. For all times, regimes of all stripes have owed their longevity to the subservience and active collaboration of a large part of the population. In this blog, the portrait of the perfect collaborator is that of an individual who is hitched to the trailer of the regime at the cost of miles career acrobatics which make them, the perfect doormats at the Bongos’, their human mops. The perfect collaborator is one who, when caught in the act of collaboration as many have been this past weekend, takes refuge in the persistent lies and intensified stubborn ability to deny the obvious. Fortunately, or rather unfortunately for these collaborators, many Gabonese are now lovers of truth and tolerate less and less obvious attempts at concealment. It is now that we need to let these collaborators know that we observe and note their actions in the face of history. It is now that we must tell the collaborators that playing chameleon and disguise is getting old and that their taste for concealment, their almost masochistic pleasure to get lost in their successive transient appearances, all bathed in the innocence of a falsified bad faith, has run its course. We need to tell these collaborators that their actions will be indelible because we will not allow them to be deleted or transfigured by oblivion and the lies they use to justify them.

The collaborators, we must say, are not the only one to bear the burdens of amnesia. With the controversy surrounding the events of this weekend, we can no longer afford to be complacent about them. If we still descent into ignorance and sclerotic forgetfulness by investing our trust to inveterate collaborators, the shame shall be ours, not theirs. The truth is that yes, amnesia gained room in Gabon, probably because whole generations have been persuaded by a general skepticism towards actors, both political and social. Too many political ulterior motives and treasonous acts of self-justification have glazed the national scene. How can a young Gabonese extend credit to a set of actors who plague each other’s and invariably end up leaving behind an indefinable malaise; the idea that everyone is rotten because it is not appropriate nor possible to be good? Not everyone is rotten, that's why you have to mark the collaborators with a red hot iron.



Version Française


Chers lecteurs, nous avons reçu un courrier énorme durant ces dernières 24 heures dont le contenu peut se résumer en une seule question : «pourquoi les gabonais sont comme ça?» Cette question n’est pas aussi simple qu’elle en donne l’air. On peut se demander que veulent signifier les lecteurs par « être comme ça ? » On peut y entrevoir un ensemble de frustrations devant les nombreux comportements contradictoires dont certains se font les spécialistes, disant régulièrement une chose et faisant avec la même régularité, son contraire. Nous allons ici essayer de répondre aux questions les plus intéressantes de nos lecteurs concernant l’attitude « des gabonais ».

1. Première question de lecteur : « comment les intellectuels gabonais peuvent rester silencieux devant ce qui s’est passé ce weekend avec la marche de Sylvia Bongo qui était la seule que la police a accepté ? »

Réponse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon : Le rôle des intellectuels dans la société est d'analyser une situation donnée et d'y répondre selon des principes, soit par des mots soit par des actions. Leurs réflexions amènent certains à une participation active, d’autres à une observation passive. Certains agissent tandis que d’autres réfléchissent. Mais l’intellectuel peut se servir de sa position et de ses qualités pour le bien ou pour le mal; il peut donc être une force bénéfique ou une force destructive. Chez nous au Gabon nous avons une rareté d’intellectuels bénéfiques et une foison de destructeurs malheureusement. Certains sont courageux, d'autres agiraient par ambition personnelle, selon le contexte. Mais pour faire simple, ce blog peut parler de deux catégories d’intellectuels: les intellectuels actifs et les intellectuels passifs. Mais finalement, nous tous, quel que soit notre rang social ou degré de participation, contribuons à l’établissement de la mémoire collective du pays, et du jugement que l’histoire fera de nous qui vivons et faisons ce Gabon de 2013. Ce blog a une position très claire et non ambiguë en ce qui concerne la responsabilité des intellectuels gabonais; nous l’expliquons comme suit:

Les populations gabonaises, et nous l’avons encore vu ce weekend passé, sont systématiquement trainées de gré ou de force dans le sillon de la propagande du pouvoir. On force les citoyens vers une voie à sens unique et on cherche à humilier ceux qui osent résister. Si la plupart des gens ne comprennent pas toujours les subtilités des manœuvres du pouvoir, les intellectuels par contre, sont outillés d’une éducation leur donnant l’opportunité de comprendre et d’analyser la situation avec exactitude. Cette compréhension des manœuvres du régime, leur donne une responsabilité additionnelle. Si l’on accepte qu’avec la connaissance vient la responsabilité, alors les intellectuels ont plus de responsabilité que la population générale. Il y a des opportunistes qui se croient malin et pensent jouer sur les deux tableaux; jouant les grands résistants de façade, mais accourant aux pieds de Sylvia Bongo quand le besoin se fait sentir. Ces gens ont encore été aperçus samedi dernier, non pas à Nzeng-Ayong dans les fourgons de police, mais à la traine de Sylvia Bongo. Ce sont des fantaisistes dont les positions ne jaillissent pas d’un raisonnement, mais d’une impulsion de positionnement mercantile. Ils ne sont guère plus d’une poignée, et nous savons qui ils sont, au Gabon à se distinguer dans une résistance systématique, sérieuse, et engagée.

2. Deuxième question: quelle attitude devons-nous avoir face aux collaborateurs du pouvoir?

Réponse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon : Ce blog voudrait d’abord lever une équivoque que nous pensons nécessaire à évacuer afin d’éviter toute confusion. Pour nous, l’inactivité face à l’injustice ne constitue pas nécessairement un acte de collaboration. Il y a des gens qui ne se sentent pas du tout concernés par le devenir du pays et c’est leur droit le plus absolu de vaquer à leurs occupations alors que tout ou presque s’effondre autour d’eux. Ces gens ont au moins le mérite de ne pas être des hypocrites. En effet, chers lecteurs, si la simple inactivité équivalait à de la culpabilité, on conclurait que la plupart des gabonais soient coupables. Ceci dit, nous pensons que profondément, dans nos jardins secrets respectifs, chaque personne connait la valeur de ses propres actions et sait si elle a agi selon les normes dictées par sa propre conscience. Pour nous, qui sont les collaborateurs?

Ce sont tous ces gens qui veulent d’une chose et de son contraire. Ces compatriotes qui disent haut et fort vouloir d’un changement au Gabon mais qui en même temps comptent sur les Bongo pour leur assurer leurs lendemains. De tous temps, les régimes de tous bords, n’ont dû leur longévité, qu’à la servilité et la collaboration active d’une grande part de la population. Pour ce blog, le portrait du parfait collabo est celui d’un individu à la remorque du pouvoir, au prix de milles acrobaties carriéristes qui font de ces besogneux rond-de-cuir, les parfait marche pieds des Bongo, leurs serpillères humaines. Le parfait collaborateur est celui ou celle qui, prit en flagrant délit de collaboration comme beaucoup l’ont été ce weekend passé, se réfugie dans le mensonge persistant, assumé et redoublé d’une opiniâtre capacité à nier l'évidence. Mais heureusement ou plutôt malheureusement pour ces collabos, beaucoup de gabonais sont désormais amants de la vérité et supportent de moins en moins les tentatives de dissimulation évidentes. C’est maintenant qu’il nous faut faire savoir à ces collabos que nous les observons et notons leurs actions face à l’histoire. C’est maintenant que nous devons dire aux collabos que le jeu du caméléon et du déguisement se fait vieux et que ce goût de la dissimulation, ce plaisir presque masochiste à se perdre en ses successives apparences qui baignent toutes dans l'innocence falsifiée de la mauvaise foi, a fait son temps. Nous devons dire à ces collabos que leurs actions seront indélébiles car nous ne permettrons pas qu’elles soient effacées, ni transfigurées par l'oubli et le mensonge dont ils se servent pour tout justifier.

Les collabos, faut-il le dire, ne portent pas seuls les fardeaux de l'amnésie. Avec la polémique suscitée par les évènements de ce weekend, nous ne pouvons plus nous permettre d’être complaisants envers eux. Si nous basculons encore dans l’ignorance et l’oubli sclérosé en investissant de notre confiance des invétérés collabos, la honte sera la nôtre et non la leur. La vérité est que oui, l'amnésie a gagné du champ au Gabon, sans doute parce que les générations entières se sont laissées gagner par un scepticisme général à l'encontre des acteurs aussi bien politiques que sociaux. Trop d’arrière-pensées politiciennes et d’autojustifications d’actes de trahison ont émaillés le panorama national. Comment un jeune gabonais pourrait-il accorder du crédit a un ensemble d’acteurs qui accablent les uns pour mieux disculper les autres et qui finissent invariablement par laisser planer, tel un malaise indéfinissable, l'idée que tout le monde soit pourri parce qu'il n'était pas opportun d'être bon? Non tout le monde n’est pas pourri, voilà pourquoi il faut marquer les collabos au fer rouge.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE