PUNISHMENT AND HUMILIATION FOR JEAN REMY PENDY BOUYIKI. PUNITION ET HUMILIATION POUR JEAN REMY PENDY BOUYIKI

Jean Remy Pendy Bouyiki




English Version




Some dance, others giggle, the more circumspect wonder. But those who can read between the lines and know the modus operandi of Bongos’ Gabon, are unimpressed because the Pendy Bouyiki case, yes it is him we are talking about, is a settlement of scores in which like a Swiss clock, the Gabonese judiciary is being used to humiliate someone already stripped of all honor, all sense of responsibility and any support, near or far.



We want to be clear here: Jean Remy Pendy Bouyiki may be a thug, a thief, a bastard ... etc., but this blog will never endorse injustice, even if the victim of the day happens to be a person who took advantage of the dictatorship. No, you have to be square on your principles; either we are for justice for everyone, or we are for justice for no one. Here's why, dear readers, in Pendy Bouyiki’s case, we will not dance with the revelers of others’ misfortune, because it is the effect sought by the regime. Yes the regime is punishing Pendy Bouyiki for haven been disrespectful and not having prostrated himself before Ali Bongo when he had to. Pendy Bouyiki is used as a message to the recalcitrant: look at what will happen if you do not come to bow down faster.



Dear readers, we want to ensure that you understand our position and that is why we are here to deliver an educational exercise in two fairly basic points; maybe too basic for your level, we understand:



1. The judicial system cannot be the instrument of the regime to settle scores with those unfavorable to them



As we told you earlier, Pendy Bouyiki may be a thug. But thug, he has always been! What is new? Why are Ali Bongo and the Gabonese justice system suddenly realizing that this man has unpaid electricity bills? Before writing this post, we have discussed with friends of this blog who have told us that many people, some very relatives of Ali Bongo have unpaid tabs sometimes 20 times higher than that for which supposedly Pendy Bouyiki was arrested, yet these people continue to enjoy their freedom in Libreville while shouting emergence! If Pendy Bouyiki is guilty of these offenses, which we do not dispute by the way, then we should have expected a judicial inquiry according to standards, then a trial and finally a conviction or an acquittal. But in Bongos’ Gabon, everything is upside down, he is arrested and transferred to the central prison while the normal procedure would be that the accused be first heard before a decision of the tribunal would decide whether the facts against him and the evidence load require an immediate transfer to the prison or if detention in a police or gendarmerie station would be more appropriate. But no, in Gabon all is confused and authorities engage in judicial caricature because they know that people delight in this spectacle. No, a judicial system that respects human dignity cannot be used to amuse the small gallery.



2. If Jean Remy Pendy Bouyiki must be incarcerated for an unpaid bill of 30 million CFA francs to SEEG, why are all the other criminals still free?



Of course, 30 million is a lot of money, but when people like Henry Claude Oyima drain the public purse through their BGFI to put billions in tax havens, where is the Gabonese judicial system? Naturally, 30 million is a lot of money, but when Maixen Accrombessi takes the presidential plane to transport prostitutes, drugs and money in cash in the billions of CFA francs to deposit in his home country, Benin, outside of traceability of any bank, which is illegal, where the Gabonese judicial system that is supposed to endure compliance? When Patience Dabany emptied, weapons at hands, coffers of the Bank of Gabon and Luxembourg, why is that lady still enjoying liberty? If Jean Remy Pendy Bouyiki committed property crimes in Gabon, we hope that he would be prosecuted under the provisions of the law, but we want to remind all that the alleged crimes of Pendy Bouyiki are just cat pee compared to those of jean Boniface Assélé, Jean Pierre Lemboumba Lepandou, Pascaline Bongo, Omar Bongo, Marie Madeleine Mborantsuo etc. There are people who have taken buildings belonging to the state, as those in the area "9 Etages" and have assigned these to themselves, and cashing whopping rents for decades. Why are these people free? Where is the Gabonese justice system?



Dear readers, you would understand that Jean Remy Pendy Bouyiki is small fry, this is pure distraction. Jean Remy Pendy Bouyiki is nothing, this is a man who was prefabricated by the Bongos and used as toilet paper, and now that Pendy Bouyiki defied the Bongos by not supporting Ali Bongo in 2009, they decided to flush humiliation upon him and demonstrate to all Gabonese that if Omar Bongo died, his adage that in Gabon dogs are made ministers and ministers are made dogs, was still relevant. Jean Remy Pendy Bouyiki after the initial crossing from dog to minister is now on the reverse path of from a regime’s Baron to a canine. This is far from amusing this blog because this is the way the Bongos hold many executives and managers in fear in Gabon. If you dare to transgress, they will strip you and humiliate you!



So goes the Bongos’ Gabon





Version Française




Les uns dansent, les autres pouffent de rire; les plus circonspect s’étonnent. Mais ceux qui savent lire entre les lignes et connaissent les modes opératoires du Gabon des Bongo, ne sont guère impressionnés car l’affaire Pendy Bouyiki, oui c’est bien de lui dont il s’agit, n’est qu’un règlement de compte dans lequel comme une horloge suisse, la justice gabonaise s’est exécutée pour humilier quelqu’un déjà dépouillé de tout honneur, de tout sens des responsabilités et de tout support, proche ou éloigné.



Nous voulons ici être clairs: Jean Remy Pendy Bouyiki est peut être un voyou, un brigand, un salopard… etc., mais ce blog ne cautionnera jamais l’injustice, même si la victime du moment était une personne qui hier profitait de la dictature. Non, il faut être carré sur ses principes; soit nous sommes pour la justice pour tout le monde, soit nous ne sommes pour la justice pour personne. Voici pourquoi, chers lecteurs, dans l’affaire Pendy Bouyiki, nous nous réserverons de danser avec les jouisseurs du malheur des autres, car c’est l’effet recherché par le régime. Oui le régime est en train de punir Pendy Bouyiki pour lui avoir manqué de respect et pour ne s’être pas prosterné devant Ali Bongo quand il devait le faire. Pendy Bouyiki est utilisé comme message aux récalcitrants: regardez ce qui va vous arriver si vous ne venez pas vous prosterner au plus vite.



Chers lecteurs, nous voulons nous assurer que vous compreniez notre position et c’est pourquoi nous nous livrons ici à un exercice pédagogique en deux points assez élémentaires pour votre niveau, nous en sommes conscient:



1. Le système judiciaire ne saurait être l’instrument des règlements de compte du pouvoir à ceux qui lui sont défavorables



Nous vous le disions plus haut, Pendy Bouyiki est peut être un voyou. Mais voyou, il l’a toujours été! Qu’est-ce qui est nouveau? Pourquoi Ali Bongo et la justice gabonaise s’aperçoivent-ils subitement que ce monsieur a des impayés en facture d’électricité? Avant d’écrire ces lignes, nous avons discutés avec des amis de ce blog qui nous ont affirmé que bien des membres proches et très proches d’Ali Bongo trainent des ardoises parfois de 20 fois supérieures à celle soit disant pour laquelle Pendy Bouyiki a été arrêté; pourtant ces bonshommes et bonnes dames roulent toujours carrosse dans Libreville en criant émergence! Si Pendy Bouyiki est coupable des faits, ce que nous ne contestons nullement, alors nous aurions dû nous attendre à une instruction judiciaire dans les normes, puis un procès et enfin une condamnation ou un acquittement. Mais au Gabon des Bongo, on escamote tout; on arrête quelqu’un, on le transfère à la prison centrale alors que la procédure normale serait que le prévenu soit d’abord entendu avant qu’une décision du tribunal ne statue si les faits qui lui sont reprochés et les preuves à charges nécessitent un transfert immédiat dans le milieu carcéral ou si c’est la détention préventive dans un poste de police ou de gendarmerie qui serait mieux indiquée. Mais non, au Gabon on s’embrouille et on fait dans la caricature judiciaire car on sait que les gens s’en délectent. Non, un système judiciaire qui respecte la dignité humaine ne saurait servir à amuser la petite galerie.



2. Si Jean Remy Pendy Bouyiki doit être enfermé pour une facture de 30 millions impayée à la SEEG, que font alors tous les autres criminels en liberté?



Bien sûr, 30 millions de francs c’est beaucoup d’argent ; mais quand des gens comme Henri Claude Oyima ponctionnent le trésor public via leur BGFI pour placer des milliards dans les paradis fiscaux, où est le système judiciaire gabonais ? Naturellement, 30 millions de francs c’est beaucoup d’argent ; mais quand Maixen Accrombessi prend l’avion présidentiel pour transporter des putes, de la drogue et aller déposer de l’argent cash en milliards de francs CFA chez lui au Benin, hors de toute traçabilité bancaire, fait illégale, où est le système judiciaire gabonais qui veille au grain ? Quand Patience Dabany traine non pas une casserole mais la monumentale cocotte d’avoir vidé armes aux poings les coffres de la Banque du Gabon et du Luxembourg, que fait cette dame en liberté ? Si Jean Remy Pendy Bouyiki a commis des impairs immobiliers au Gabon, nous souhaitons qu’il soit poursuivi selon les dispositions de la loi; mais nous voulons rappeler que les impairs immobiliers présumés de Pendy Bouyiki ne sont que du pipi de chat comparés à ceux de jean Boniface Assélé, de Jean Pierre Lemboumba Lepandou, de Pascaline Bongo, d’Omar Bongo, de Marie Madeleine Mborantsuo etc. Il y a des gens qui ont pris des bâtiments appartenant au patrimoine national comme les immeubles de la zone du « 9 étages » et les ont enregistré à leur propre noms, touchant ainsi des loyers mirobolants depuis de décennies. Que font ces gens en liberté ? Où est la justice gabonaise ?



Chers lecteurs, vous aurez compris que Jean Remy Pendy Bouyiki c’est du menu fretin, c’est de la pure distraction. Jean Remy Pendy Bouyiki ne représente rien ; c’est un homme préfabriqué que les Bongo ont utilisé comme du papier hygiénique, se sont torchés avec et maintenant que Pendy Bouyiki a osé défier les Bongo en ne soutenant pas Ali Bongo en 2009, ils ont décidé de tirer la chasse de l’humiliation et démontrer à tous les gabonais que si Omar Bongo est mort, son adage qui dit qu’au Gabon des chiens sont faits ministres et des ministres sont faits chiens, lui reste d’actualité. Jean Remy Pendy Bouyiki après avoir fait l’initiale traversée de chien à ministre est en train de connaitre le cheminement inverse, de baron à canin. Cela est loin de nous amuser car c’est de cette façon que les Bongo tiennent beaucoup de cadres et responsables gabonais dans la peur. Si vous oser les transgresser, ils vous dépouilleront et vous humilieront!



Ainsi va le Gabon des Bongo

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE