OPEN FORUM: THE COLLECTIVE OF GABONESE WOMEN GIVES ITS POSITION ON "SYLVIA BONGO’S" MARCH. TRIBUNE LIBRE: LE COLLECTIF DES FEMMES GABONAISES DONNE SA POSITION SUR LA MARCHE « DE SYLVIA BONGO »







English version


We received this very good explanatory analysis from the Collective of Gabonese Women, enlightening the public about its position on the "authorized" march against ritual crimes, under the leadership of Sylvia Bongo, to be held on 11 May 2013. Below is this correspondence in its entirety.


Why we do not want to march with Mrs. Bongo

Regarding the issue of ritual crimes in Gabon, it is important to clarify a few things that can help the Gabonese people choose their companions for the march of May 11.

I am part of the Collective of Gabonese Women which is strongly indignant at the resurgence of ritual crimes in our country in recent months. So we thought that it was wise to work hand in hand with the ALCR which is an NGO recognized nationally and internationally for its fight against ritual crimes.

I personally met with the President of the ALCR to outline our approach which he accepted and welcomed. The Women's Collective has officially contacted the ALCR. Together, we filed on March 28, 2013, the application for authorization of a peaceful march to the Ministry of Interior. That same day, at her request, we had a meeting with an advisor to Ms. Bongo who told us of the desire of her boss to join our fight. From March 28 to April 10, when we received, always together, the President of the ALCR and me, the negative response of the Ministry of Interior, there had been no contact with Ms. Bongo until April 19, when she hosted the President of the ALCR and announced that she was going to march on May 11 with the ALCR.

The Collective of Gabonese Women for which I am the spokesperson does not adhere to this process, and has decided to continue its fight outside the engagement of Ms. Bongo because, if we could have accepted for her to join us for the march in April 13, we do not consent to the attempt at political exploitation that is being done in this case. We believe that Ms. Bongo cannot ignore the actions of those in power alongside her husband. We also believe that if Ms. Bongo wanted to be incensed about the rise of ritual crimes in Gabon, as a woman and as a mother, she could have done so with us on April 13. Now she wants to impose herself as the attraction of the march; she can march, but without the Gabonese people who truly want to end this scourge of another age.

We do not see a positive outcome from her commitment. Moreover, is it necessary for her to march in order to ask her husband to bring to justice the killers and sponsors of the crimes in question? All these questions led us to continue to fight regardless of the ALCR which, although recognized and respected for its work, is outdone by the determination of some Gabonese citizens demanding an end to human sacrifice in Gabon. Because enough is enough! We do not believe that the intrusion of Ms. Bongo can have some effectiveness in this fight.

A year ago or so, she was moved in front of cameras while discovering that Gabonese women gave birth on the floor of the maternity of the hospital of Libreville. She vowed that this would cease to happen in the Gabon led by her president husband. Result: The situation remains the same today. The Gabonese women continue to deliver their baby on the ground at the hospital. What about widows and orphans on behalf of whom she took the cause to international bodies? Harassments continue, more pronounced. The last known case is that of the widow Loembe, a Gabonese of French origin, compelled to go public with the problem of the persecution she was subjected to, along with her children.

In the case of ritual crimes, we believe that her commitment is motivated by the negative image of her husband on the international scene. She wants to improve the image of her husband and demonstrate that the regime has taken the matter in hand when however, not much will happen in practice. We believe. It is also a way for her to try to lower the pressure both nationally and internationally. We know the modus operandi of this regime: first cause a diversion, then isolate, divide and discredit, finally crush the people and make them swallow the pill.

Thus there was a semantic discussion between blood crimes and ritual crimes and then, they take the ALCR hostage to divide the civil society and the population, finally, when the recovery is made, they move to another topic. To organize a march in which Ms. Bongo is the highlight, will not serve the ALCR or past or future victims. We see very clear in their game and we will not let ourselves be abused. We keep and will keep our faith in the ALCR, but we refuse the political exploitation that is taking place. We have a deep respect for the work of this association and its president.

Let me recall that on April 13, despite the ban on the march, we organized the operation "black armbands" at the crossroads of Rio in Libreville for a week of national mourning. On April 20, at the Esplanade of the Church of Jerusalem in Nzeng Ayong, from 10:00 am to 19:00 pm, a rally was attended by hundreds of Gabonese citizen, exposing abuses by the regime. On 11 May, a day called "Day of protest against ritual crimes", we will organize a march and a rally at the roundabout of Nzeng Ayong with actors of the civil society, followed by a concert bringing together engaged artists in this fight and they have already produced a song. One of the objectives of May 11 is to demand an end to the impunity enjoyed by sponsors and criminals.

Thereafter, we will announce the introduction of a complaint in international courts because what is happening in Gabon today is a crime against humanity. We believe that the Minister of the Interior which has authorized Ms. Bongo’s march will have no reason to refuse to send forces to securitize our events.


Version française


Nous avons reçu cette belle analyse explicative du Collectif des Femmes Gabonaises, éclairant l’opinion sur sa position à propos de la marche « autorisée » sous la houlette de Sylvia Bongo, contre les crimes rituels devant se tenir le 11 Mai prochain. Nous vous livrons cette correspondance dans son intégralité ci-dessous.


Pourquoi nous ne voulons pas marcher avec Mme Bongo

S'agissant de la question des crimes rituels au Gabon, il est important d'apporter quelques précisions qui peuvent aider les Gabonais à choisir leurs compagnons de marche le 11 mai prochain.

Je fais partie du Collectif des femmes qui s'est vivement indigné de la recrudescence des crimes rituels dans notre pays, ces derniers mois. C'est ainsi que nous avons pensé qu'il était sage de travailler main dans la main avec l'ALCR qui est une ONG reconnue aux plans national et international pour sa lutte contre les crimes rituels.

J'ai personnellement rencontré le Président de l'ALCR pour lui exposer notre démarche qu'il a acceptée et saluée. Le Collectif des femmes a saisi officiellement l'ALCR. Ensemble, nous avons déposé, le 28 mars 2013, la demande d’autorisation d'une marche pacifique au ministère de l'Intérieur. Ce même jour, à sa demande, nous avons eu un entretien avec une conseillère de Mme Bongo qui nous a fait part du désir de sa patronne de se joindre à nous. Du 28 mars au 10 avril, date à laquelle nous avons reçu, toujours ensemble, le Président de l'ALCR et moi-même, la réponse négative du ministère de l'intérieur, il n'y a plus eu de contact avec Mme Bongo jusqu'au 19 avril, quand elle a reçu le Président de l'ALCR et annoncé qu'elle allait marcher le 11 mai avec l'ALCR.

Le Collectif des Femmes dont je suis porte-parole, ne se reconnaissant pas dans cette démarche, a décidé de continuer sa lutte en dehors de l'engagement de Mme Bongo car, si on pouvait accepter qu'elle se joigne à nous pour la marche du 13 avril, nous n'acceptons pas la tentative de récupération politicienne qui est faite de cette affaire. Nous estimons que Mme Bongo ne peut pas ignorer les agissements des hommes au pouvoir aux côtés de son époux. Nous pensons aussi que si Mme Bongo avait voulu s'indigner de la montée des crimes rituels au Gabon, en tant que femme et en tant que mère, elle aurait pu le faire à nos côtés le 13 avril dernier. Maintenant qu'elle tient à s’imposer comme la vedette de la marche, qu'elle marche, mais sans les Gabonais qui veulent véritablement mettre fin à ce fléau d'un autre âge.

Nous voyons mal le résultat de son engagement. D'ailleurs, est-il nécessaire qu'elle marche pour demander à son époux de faire traduire en justice les assassins et commanditaires des crimes en question ? Tout ce questionnement nous a poussé à continuer à nous battre indépendamment de l'ALCR qui, bien que reconnue et respectée pour son travail, se trouve dépassée par la détermination de certains Gabonais d'exiger la fin des sacrifices humains au Gabon. Car, trop c'est trop ! Nous ne pensons pas que l’intrusion de Mme Bongo puisse avoir une quelconque efficacité dans cette lutte.

Il y a un an ou un peu plus, elle s’émouvait devant les caméras en découvrant que les femmes gabonaises accouchaient à même le sol dans des maternités de Libreville. Elle a juré que cela ne se passera plus dans son Gabon dirigé par son président de mari. Résultat : la situation reste la même aujourd’hui. Des Gabonaises accouchent toujours par terre. Que dire des veuves et des orphelins dont elle a porté la cause jusque devant les instances internationales ? Les spoliations continuent de plus belle. Le dernier cas connu est celui de la veuve Loembe, une Gabonaise d’origine française, contrainte de porter sur la place publique, le problème des persécutions dont ils sont victimes, ses enfants et elle.

Dans le cas des crimes rituels, nous pensons que son engagement est motivé par l’image négative de son époux sur la scène internationale. Elle veut redorer le blason de son époux et démontrer que le pouvoir a pris le dossier en main alors qu’il n’en sera rien dans les faits. Nous en sommes convaincus. C’est aussi un moyen pour elle de faire baisser la pression tant sur le plan national qu’international. Nous connaissons le mode opératoire de ce pouvoir : d’abord causer une diversion, ensuite isoler, diviser et discréditer, enfin écraser le peuple et faire passer la pilule.

C’est ainsi qu’il y a eu une discussion sémantique entre crimes de sang et crimes rituels ; ensuite, on prend l’ALCR en otage pour diviser la société civile et la population, enfin, dès que récupération est faite, on passe à un autre sujet. Organiser une marche dont Mme Bongo est la vedette ne servira ni à l’ALCR ni aux victimes passées ou futures. Nous voyons très clair dans leur jeu et nous ne nous laisserons pas abuser. Nous gardons et garderons toujours notre confiance à l’ALCR, mais nous refusons la récupération qui en est faite. Nous avons un profond respect pour le travail de cette association et pour son président.

Je me permets de rappeler que le 13 avril, malgré l'interdiction de la marche, nous avons organisé l'opération "brassards noirs" au carrefour Rio, à Libreville, pour une semaine de deuil national. Le 20 avril, à l'Esplanade de l'Église de Jérusalem à Nzeng Ayong, de 10h à 19h, un grand rassemblement a réuni des centaines de Gabonais pour dénoncer les exactions du pouvoir en place. Le 11 mai prochain, journée baptisée « Journée de Protestation contre les Crimes rituels », nous organiserons une marche et un grand rassemblement au Rond-Point Nzeng Ayong en compagnie des acteurs de la société civile, suivis d’un concert rassemblant les artistes engagés dans ce combat et qui ont déjà produit un titre. L’un des objectifs du 11 mai est d’exiger la fin de l’impunité dont jouissent les commanditaires et les criminels.

Par la suite, nous allons annoncer l’introduction d’une plainte au niveau des instances judiciaires internationales car ce qui se vit au Gabon aujourd'hui est un crime contre l’humanité. Nous pensons que le ministre de l'Intérieur qui a autorisé la marche de Mme Bongo n'aura aucune raison de nous refuser les forces de l’ordre pour encadrer nos manifestations.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT