ARE SOME IN THE OPPOSITION ARE EXPRESSLY ACTIVATING A MECHANISM OF FAILURE? CERTAINS DANS L’OPPOSITION SONT-ILS EN TRAIN D’ACTIVER EXPRESSEMENT UN MECANISME D’ECHEC ?

Illustration by Annoying Gabon, inspired from a photograph by S. Kombile
Illustration de Gabon Enervant sur inspiration d’une photographie de S. Kombile



English version

A correspondence, of great relevance in our opinion, was sent to us by an insightful reader of this blog and astute observer of Gabonese political vicissitudes. This reader is one of those, increasingly numerous, who are no longer impressed by the superficial posturing of various political actors, but look at the depth of their commitment before taking the position to support or be indifferent to them. We publish below, the thoughts of this compatriot who believes that we are perhaps witnessing once again, the self-scuttling of an opposition decided to let the Bongos continue to lead the country. Read the arguments of this compatriot and tell us if he is not right across the board!





Hello.

I hope you are well.

I would like to draw your attention to the negative turn that the Gabonese opposition has taken in recent weeks. Indeed, if you recall our previous exchanges (although I suspect that you exchange with hundreds of people), you would have noticed that as I have a distaste for the regime in power, so I harbor a nagging suspicion about the current opposition, especially those former barons of the system converted into opposition members, who occupy too much of the center stage, at the expense of real opponents (as Bengone Nsi) or potential leaders with fewer antecedents...

I wrote you my mistrust of the recent influx of former barons of the regime (Divoungui, Ndemezo'o ...) who seemed suspicious and probably riddled with infiltrators, I have never hidden my distrust of Ping (who is being awarded too easily a blank check), and I told you at the publication of Ali’s doubtful birth document in Nantes that were we arriving at a turning point: now we were going to know whether or not the opposition really wants change (and therefore needs to focus on the disqualification of Ali for the upcoming presidential election, and review the general context of elections), or if it is just there to make the game of the regime. Well, I am sorry to tell you, in light of recent events, I think this opposition, or at least those who are the tenors, are there to play the regime’s game. Let me explain:

Mr. Charlie, what I liked about your blog a few years back, was that it was the only blog to hammer a key question: What good is it to take part in elections known to be rigged in advance? Here we are! The current opposition seems determined to go to elections at any cost. Both, those who seem already engage in pre-campaign (Ping, Oye Mba, Divoungui, Maganga), and who carefully avoid the subject of the context: we are witnessing ridiculous squabbles (who has the best CV, who is endorsed by whom etc...), while the bottom line is simple: with the Constitutional Court, the CENAP, the Ministry of Interior and the army at his boot, NO opposition candidate could win a presidential election!! All these former barons who have become opponents know this, but none wants to deal with the problem effectively. The only ones who, oddly, are throwing the cat among the pigeons are Mengara (we must recognize him some consistency on this), Moukagni Iwangou and Bengone Nsi. All the others want, one way or another, go to the election. This is proof to me that they are either stupid or naive (which I doubt), or that it has been whispered in their ears that Ali is no longer supported by France and that the game is open (which also is naive as Françafrique has this habit of convincing many foals that it is betting on them, while it usually has only one candidate); or they just play their role that is to say to go participate in yet another charade to allow the continuation of the regime and even then to negotiate positions in the regime. I have to tell you that I lean for the third hypothesis, because there cannot be a repetition since 1993, of the same mistakes (to go, a dispersed manner, to elections which organizers are recognized vassals of the regime) believing that "this time will be the right one" ... No, no and no. It is insulting to the intelligence of the Gabonese people. A proverb says: to err is human; to persist in error is devilish.

Another thing that comforts me in this pessimistic view is that besides those who seem to run headlong into a campaign for elections played in advance (with the current system), there is another part of the opposition and civil society that is calling for the regime to accept an INCLUSIVE DIALOGUE ... But really, this is nonsense !!! One would think that, periodically, these same people want to bring the regime to a form of negotiation, while the regime shows them that not only does it not care about them (creation of the CND), and in addition there is no balance of power (e.g. general strike) that would force the regime to change its tune. The same opposition and civil society that demanded 2 or 3 years ago, a sovereign national conference, are now demanding an inclusive dialogue!!! One is totally confused, why this regime, which did not bother about the national conference yesterday, would care about an inclusive dialogue today ??? And inclusive dialogue to discuss WHAT??? These people believe that this regime will reform, without constraint, an electoral system that is completely to its benefit??? And with whom do these people want to dialog??? The opposition said that Ali was illegitimate, particularly because of his fraudulent birth certificate of 2009, how can one declare someone illegitimate, and simultaneously wants an inclusive dialogue with the same person??? Either one wants his fall, or they recognize him as legitimate!! Furthermore, in the history of Gabon, inclusive dialogue refers to the Paris agreements, those of Arambo or others ... so many meetings that have as only common denominator: compromises, distribution of positions, etc., etc. ... Is that the purpose of the agitation done by some people?? Again, they should hit where it hurts (the ineligibility of Ali), but one is to believe that they are hell bent to avoid the issue.

In short, all that to say that I have the impression that the opposition, as yesterday, has decided to activate the losing machine. For me, as a citizen, in the current context (CENAP, Constitutional Court, the ministry of Interior at Ali’s orders) whoever speaks of going to elections in the current state, is a collaborator, and I would not waste my time voting for anyone. It is an endless comedy, in which the people seem to be the sucker; but, we have at least the right not to be taken for fools.

Good week and good luck.




Version française

Une correspondance, à notre avis de grande pertinence, nous est parvenue d’un lecteur perspicace de ce blog, et observateur avisé des péripéties politiques Gabonaises. Ce lecteur fait partie de ceux, de plus en plus nombreux, qui ne se laissent plus impressionner par les gesticulations en surface de divers acteurs politiques, mais regarde la profondeur de leur engagement avant de prendre position, pour les soutenir ou encore rester indifférent. Nous publions ci-dessous, les réflexions de ce compatriote qui estime que nous soyons peut-être en train de vivre encore une fois, l’auto-sabordage d’une opposition décidée de laisser les Bongo continuer à diriger le pays. Lisez les arguments de ce compatriote et dites-nous s’il n’a pas raison sur toute la ligne !




Bonjour.

J’espère que vous vous portez bien.

J'aimerais attirer votre attention sur la tournure, négative, que prend l'opposition gabonaise depuis quelques semaines. En effet, si vous vous fiez à nos échanges précédents (quoique, je me doute bien que vous échangiez avec des centaines de personnes), vous aurez noté qu'autant j'ai une répugnance pour le régime, autant je voue une méfiance tenace à l'opposition actuelle, en particulier à ces anciens barons du système reconvertis en opposants et qui occupent un peu trop le devant de la scène au détriment de vrais opposants (comme Bengone Nsi) ou de potentiels leaders ayant moins de casseroles...

Je vous avais écrit ma méfiance envers l'affluence récente d'anciens barons du régime (Divoungui, Ndemezo'o...) qui me paraissait suspecte et sans doute truffée d'infiltrés, je n'ai jamais caché ma méfiance envers Ping (à qui on décerne un peu trop facilement un blanc-seing), et je vous avais dit, lors de la sortie du papier d'état civil douteux d’Ali à Nantes que nous arrivions à un tournant: désormais on saurait si cette opposition veut vraiment l'alternance (et donc doit concentrer ses efforts sur la disqualification d’Ali pour les prochaines présidentielles, et revoir le contexte général des élections), ou si elle est juste là pour faire le jeu du pouvoir. Eh ben, je suis au regret de vous dire, au vu des évènements récents, je trouve que cette opposition, ou du moins ceux qui en sont les ténors, sont là pour faire le jeu du pouvoir. Je m'explique:

Monsieur Charlie, ce qui m'avait plu dans votre blog il y'a quelques années, c'est que vous étiez le seul blog à marteler une question clé: A quoi bon participer à des élections qu'on sait truquées d'avance ? Nous y sommes ! L'opposition actuelle, semble décidée à aller aux élections, coûte que coûte. Aussi bien ceux qui semblent déjà partis en pré-campagne (Ping, Oye Mba, Divoungui, Maganga), et qui évitent soigneusement le sujet du contexte: on assiste à des querelles de clochers (qui a le meilleur CV, qui est adoubé par qui, etc...) alors que le fond du problème est simple: avec la cour constitutionnelle, la CENAP, le ministère de l'Intérieur et l'armée à sa botte, AUCUN candidat de l'opposition ne peut gagner une élection présidentielle!! Tous ces ex-barons devenus opposants le savent, mais aucun ne veut traiter le problème concrètement. Les seuls qui, bizarrement, jettent le pavé dans la mare, sont Mengara (il faut lui reconnaitre une certaine cohérence à ce sujet), Moukagni Iwangou et Bengone Nsi. Tous les autres veulent, d'une manière ou d'une autre, aller aux élections. C'est la preuve, selon moi, que soit ils sont stupides ou naïfs (ce dont je doute), soit on a murmuré à leurs oreilles qu’Ali n'est plus soutenu par la France et que le jeu est ouvert (ce qui relève aussi de la naïveté, car la françafrique a l'habitude de faire croire à plusieurs poulains qu'elle mise sur eux, alors qu'elle n'a en général qu'un seul candidat), soit ils ne font que jouer leur rôle c’est-à-dire aller participer à une énième mascarade pour cautionner le maintien du régime en place, voire négocier des postes ensuite. Autant vous dire que je penche pour la 3ème hypothèse, car on ne peut pas répéter, depuis 1993, les mêmes erreurs (aller affronter, de façon dispersée qui plus est, des élections dont les organisateurs sont des vassaux reconnus du pouvoir) en croyant que "cette fois-ci sera la bonne"... Non, non et non. C'est insulter l'intelligence des gabonais. Un proverbe dit: se tromper est humain, persister est diabolique.

Autre chose qui me conforte dans cette vision pessimiste est que, outre ceux qui semblent se lancer à corps perdu dans une campagne pour des élections jouées d'avance (avec le système actuel), il y'a une autre partie de l'opposition et de la société civile qui appelle le régime à accepter un DIALOGUE INCLUSIF... Mais vraiment, c'est du foutage de gueule !!! C'est à croire que, de façon périodique, les mêmes veulent amener le pouvoir à une forme de négociation, alors que le pouvoir leur montre bien que non seulement il se fiche d'eux (création du CND), et en plus il n'y a aucun rapport de force (par exemple, grève générale) qui le contraindrait à changer son fusil d'épaule. Les mêmes opposants et société civile qui réclamaient il y'a 2 ou 3 ans une conférence nationale souveraine, réclament maintenant un dialogue inclusif !!! C'est à n'y plus rien comprendre: pourquoi ce pouvoir, qui n'a pas fait cas de la conférence nationale hier, ferait-il cas d'un dialogue inclusif aujourd'hui??? Et dialogue inclusif, pour discuter de QUOI ??? Ces gens croient-ils que ce pouvoir va reformer, sans contrainte, un système électoral qui lui est totalement acquis ??? Et avec qui ces gens veulent-ils dialoguer ??? L'opposition a dit qu’Ali est illégitime, notamment par rapport à son acte de naissance frauduleux de 2009, comment peut-on déclarer quelqu'un illégitime, et en même temps vouloir un dialogue inclusif avec cette même personne??? Ou bien on veut sa chute, ou bien on le reconnait légitime !! Et puis, dans l'histoire du Gabon, dialogue inclusif renvoie aux accords de paris, d'Arambo, ou autres...autant de rencontres qui n'ont que pour seuls points communs: compromissions, partage de postes, etc., etc... Est-ce là la finalité de l'agitation de certains?? Encore une fois, ils devraient taper là où ça fait mal (inéligibilité d’Ali), mais c'est à croire qu'ils s'évertuent à noyer le poisson.

Bref, tout ça pour vous dire, j'ai l'impression que l'opposition, comme hier, a décidé d'activer la machine à perdre. Pour ma part, en tant que simple citoyen, dans le contexte actuel (CENAP, cour C, Intérieur aux ordres d’Ali) quiconque parlera d'aller aux élections en l'état est un collabo, et moi je ne perdrais pas mon temps à aller voter qui que ce soit. C'est une comédie sans fin, dont le peuple semble être le dindon, or on a quand même le droit de ne pas être pris pour des bouffons.

Bonne semaine et bonne continuation.

Comments

  1. mon frère a souligné 2 points importants....aller aux élections tel quel et l'appel au dialogue inclusif......pour le 1er point, c'est un appel au boycott qui profiterait au camp au pouvoir qui se fabriquera des partis d’opposition pour se donner une légitimité comme d’habitude.........si des élections se déclenchaient maintenant que fait ou que ferait l'opposition? .......si une grève générale se déclenchait maintenant combien de province suivraient? sensibiliser le plus grand nombre pour des actions futures est important. l’opposition ne l'a jamais fait. je souhaite qu'il y ait plus de monde opposant sur le terrain pour relayer le message......les boycotts ont toujours profité au camp adverse........maintenant ceux qui jettent le pavé dans la mare attendent qui ou quoi pour des actions de contrainte? (sûrement une audience qu'ils ne suscitent pas)........par contre pour le point 2, je suis tout à fait d'accord avec lui....à qui demande -t-on le dialogue inclusif? finalement ali est légitime ou pas?

    ReplyDelete
  2. Merci pour votre intervention qui vient enrichir un débat qui devrait être au centre des préoccupations des Gabonais.

    Charlie

    ReplyDelete
  3. Si la réaction de notre compatriote est saine, elle manque, à mon avis, de proposition d'actions concrètes. On crie à l'illégitimité d'Ali depuis 6 ans. Qu'est-ce que cela a donné ? Si on crie à son inéligibilité maintenant, je ne suis pas certain que cela ait un quelconque effet positif pour nous. Alors, que fait-on ? On boycott ? Prôner le boycott c'est aussi faire le jeu d'Ali/PDG

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE