ANSWER TO A READER CRITICIZING OUR POSTURE REGARDING THE U.S. AMBASSADOR TO GABON. RÉPONSE Á UN LECTEUR CRITIQUANT NOTRE POSTURE FACE Á L'AMBASSADEUR DES USA AU GABON


Eric Benjaminson at shaking Gabonese hands/ saluant des gabonais (photo USAFRICOM)



English version


A reader is calling us on what they say is our lack of realism concerning the U.S. ambassador stationed in Gabon. Below we publish the letter from the reader and our response.


The letter from readers:

A bit of realism

Your lack of realism in politics and analyses of situations in Africa sometimes makes me think that you are really amateurs, let me explain: Some of you live in the United States and Gabon and call every day President Obama, to defend your case on Gabon; however you spend your time criticizing his ambassador sometimes even calling him a liar thinking that the State Department will believe you who have proven nothing on the ground while the U.S. Ambassador is the official representative of the U.S. government in Gabon and is only doing his job in accordance with the policies and directives of his country. Be more realistic because you are about to discredit yourself.

The response from Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

Dear reader, first thank you for freely voicing your opinion that we are publishing even if it expresses a sentiment that goes against the stance of this blog. You see, unlike the Bongo regimes, this blog is not afraid of debates and stands at the ready to defend its posture at anytime and against anyone. Second, let us be emphatic in our declaration that just because one happens to be the United States of America's ambassador's to a small and powerless country like Gabon, does not mean that they should be allowed to deceive public opinion, their own or ours in Gabon and Africa. This blog is not going to stay in catatonic silence like many other Gabonese individuals and media outlet, as an ambassador blatantly lies about their personal involvement in the wasting of precious and scarce Gabonese resources! This blog is not going to remain silent while an Ambassador is helping Ali Bongo undermine the democratic process in Gabon.

Freedom of speech is one of the most precious universal rights human beings have. Our freedom of speech compels us to say that African political history teaches us that the continent has paid a high price for having tolerated these ambassadors from foreign powers who came to Africa to be king makers so our countries and continent could be looted. This is not our opinion, this is simply factual. This sad state of African affairs goes back to the time of independence when world powers started to send to Africa some strange diplomats whose missions were often to conduct covert operations on the continent. Such was the case for Larry Devlin for example, a man who under the cover of diplomacy was the CIA's station chief in Leopoldville (now Kinshasa). He said in his memoirs before his death that he had been sent to the Congo in 1960 with the specific mission to assassinate the Prime Minister Patrice Lumumba. Everybody who is interested can read these accounts in the book " Devlin, Larry (2007), Chief of station, Congo: a memoir of 1960-67. In Gabon, we have had as French Ambassador, people like Maurice Delaunay, a member of the infamous Foccart networks which mission was through murder and other manipulations to keep francophone African countries in line with French policies. They set up the shared currency of French-speaking African countries, attached to the French central bank, fostered the cozy relationship between the French government, French companies and African dictators which created monopolies in African markets. French influence was maintained by the unobtrusive presence of a French official in important African ministries. While conniving in the shadows, people like Devlin and Delaunay were saying that their countries were in Africa to help African development. The truth is they were there to loot Africa.

Like it or not dear reader, things have changed. Gabonese and African people have learned from the past. Just because an ambassador is implementing the policy of his country does not mean that we have to accept it if it is against our interests. If it seems to us that an ambassador is propping up a Gabonese regime that abuses its power and oppresses the people, it is our duty to denounce that ambassador, regardless of the consequences. The Gabonese people should never again accept to be voiceless in the face of lies in the protection of tyranny. The politics of human rights is the politics of human dignity, not ideology, political partisanship or the pursuit of political office. The people fighting for a better Gabon thrive on hopes and dreams of a better future for the country, not the lust for political power or craving for status, position or privilege. We publish this blog everyday not because we believe that our efforts will produce immediate political results or expected structural changes overnight. We stay in for the long haul because we believe that defending, advocating and writing about human rights and righting government wrongs is right, good and the moral thing to do. If this includes denouncing the ambassador from a powerful country, so be it!

The current U.S. Ambassador to Gabon has been for some time now waltzing with Ali Bongo. He is not a fool as he knows full well who Ali Bongo is and how he came to power. In his position, he receives reports and intelligence briefings pointing out what is going on in Gabon at a given time. To feign ignorance about the situation in Gabon, by saying: "I was not there in 2009" is to choose to deliberately ignore the indisputable documentary evidence of the abuse perpetrated by the Bongo regime. Shouldn't the thinking Gabonese people be deeply offended by the hubristic, pompous and insolent remarks of an ambassador asking us to accept our jailor as our legitimate leader? Things have changed and the Gabonese people also are changing!





Version française


Un lecteur nous a fait la remarque de ce qu'il/elle a appelé notre manque de réalisme face à l'ambassadeur américain en poste au Gabon. Ci-dessous, nous vous publions le courrier de ce lecteur et notre réponse.


Le courrier du lecteur:

Un peu de réalisme

Votre manque de réalisme politique et d’analyses sur les situations en Afrique parfois me fait penser que vous êtes réellement des amateurs , je m’explique: Certains d’entres vous vivez aux Etats-Unis ou au Gabon et appeler tout les jours le président Obama à défendre votre cause concernant le Gabon, cependant vous passez votre temps à critiquer son ambassadeur voir parfois à le traiter de menteur en pensant que le Département d’Etat va vous croire vous qui n’avez rien prouvez sur le terrain alors que l’ambassadeur des USA est le représentant officiel du gouvernement Américain au Gabon et ne fait que son travail en respectant la politique et les directives de son pays. Soyez un peu réaliste car vous êtes entrain de vous décrédibiliser.

Réponse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

Cher lecteur, tout d'abord nous venons vous remercier pour avoir exprimé librement votre opinion que nous publions; même si elle évoque un sentiment qui va à l'encontre de la position de ce blog. Vous voyez, contrairement aux régimes Bongo, ce blog n'a pas peur du débat et se tient à défendre ses positions à tout moment et face à n'importe qui. Deuxièmement, nous sommes solennels dans notre déclaration disant que juste parce que l'on se trouve être l'ambassadeur des États-Unis d'Amérique dans un pays petit impuissant comme le Gabon, ne veuille pas dire qu'on devrait être autorisé à tromper l'opinion publique, la leur ou la nôtre au Gabon et en Afrique. Ce blog ne va pas demeurer dans un silence catatonique comme beaucoup d'autres gabonaises et médias, alors qu'un ambassadeur ment de manière flagrante au sujet de son implication personnelle dans le gaspillage de précieuses et rares ressources gabonaises! Ce blog ne va pas rester silencieux alors qu'ambassadeur est en train d'aider Ali Bongo à miner le processus démocratique au Gabon.

La liberté d'expression est l'un des droits universels les plus précieux qu'ont les êtres humains. Notre liberté d'expression nous oblige à dire que l'histoire politique de l'Afrique nous apprend que le continent a payé un lourd tribut pour avoir toléré ces ambassadeurs des puissances étrangères qui sont venus en Afrique pour être des faiseurs de rois afin que nos pays et continent puisse être pillés. Ce n'est pas que notre avis, c'est tout simplement factuel. Ce triste état de chose en Afrique remonte à l'époque de l'indépendance lorsque les puissances mondiales ont commencé à envoyer en Afrique des diplomates étranges dont les missions étaient souvent de mener des opérations clandestines sur le continent. Ce fut le cas pour Larry Devlin, par exemple, un homme qui, sous le couvert de la diplomatie était chef de station de la CIA à Léopoldville (aujourd'hui Kinshasa). Il a dit dans ses mémoires avant sa mort qu'il avait été envoyé au Congo en 1960 avec la mission spécifique d'assassiner le Premier ministre Patrice Lumumba. Tous ceux qui sont intéressés peuvent le lire dans le livre: "Devlin, Larry (2007), Mémoire d'un Agent". Au Gabon, nous avons eu comme ambassadeur français, des gens comme Maurice Delaunay, un membre des infâmes réseaux Foccart dont la mission était, par des assassinats et d'autres manipulations, de tenir les pays d'Afrique francophone en ligne dans le giron de la politique française. Ils mirent en place la monnaie commune des pays africains de langue française, attachée à la banque centrale française; mirent en place les relations intimes entre le gouvernement français, les entreprises françaises et les dictateurs africains; qui ont créé des situations de monopoles sur les marchés africains. L'influence française a été maintenue par la présence discrète d'officiels français dans d'importants ministères africains. Pendant qu'ils complotaient dans l'ombre, des gens comme Devlin et Delaunay disaient pourtant que leurs pays étaient en Afrique afin d'aider au développement des africains. La vérité, est qu'ils étaient là pour piller l'Afrique.

Que vous le vouliez ou non, cher lecteur, les choses ont changé. Les peuples gabonais et africains ont appris du passé. Tout simplement parce qu'un ambassadeur met en œuvre la politique de son pays ne signifie pas que nous devons l'accepter, si elle est contraire à nos intérêts. S'il nous semble qu'un ambassadeur sert de béquille à un régime gabonais qui abuse de son pouvoir et opprime le peuple, il est de notre devoir de dénoncer cet ambassadeur, quelles que soient les conséquences. Le peuple gabonais ne devrait plus jamais accepter d'être sans voix face à des mensonges dans la protection de la tyrannie. La politique des droits de l'homme est la politique de la dignité humaine, et non de l'idéologie, de la partisannerie politique ou de la poursuite des postes. Les gens qui se battent pour qu'un meilleur Gabon se développe, misent sur les espoirs et les rêves d'un avenir meilleur pour le pays, et non la soif de pouvoir politique ou la soif de statut, de position sociale ou de privilège. Nous publions ce blog tous les jours non pas parce que nous croyons que nos efforts produiront des résultats politiques ou des changements structurels dans l'immédiat. Nous restons dans le long terme parce que nous croyons que la défense, la promotion et la documentation des droits de l'homme et la demande de redressement des torts du gouvernement, sont des causes justes, bonnes et ayant un impératif moral. Si cela inclut la dénonciation d'un ambassadeur d'un pays puissant, ainsi soit-il!

L'actuel ambassadeur américain au Gabon depuis un certain temps maintenant valse avec Ali Bongo. Ce n'est pas un imbécile car il sait très bien qui est Ali Bongo et comment il est arrivé au pouvoir. Dans sa position, il reçoit des rapports et briefings de renseignement pointant sur ce qui se passe au Gabon à temps réel. Feindre d'ignorer ce qui se passe au Gabon en disant "je n'étais pas là en 2009", c'est de choisir de passer délibérément sous silence les preuves documentaires incontestables des abus commis par le régime Bongo. Pourquoi le peuple gabonais pensant, ne devrait-il pas être profondément offensé par les propos dédaigneux, pompeux et insolent d'un ambassadeur qui nous demande d'accepter notre geôlier comme chef légitime? Les choses ont changé et le peuple gabonais change aussi!

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT