THE REPEATED FAILURES OF GABON WHERE OTHERS YET SUCCEED: THE CASE OF AVIATION. LES ÉCHECS RÉPÉTÉS DU GABON LÁ OÙ LES AUTRES POURTANT RÉUSSISSENT: LE CAS DE FIGURE DE L’AVIATION









English version


Gabon has the dubious distinction of being one of the few country where every government owned corporation has gone bankrupt; every one of them. The power and water company was bankrupt when it was sold to the French company Veolia. The railway company, Octra, also went bankrupt and no longer exist. Same thing for the telecommunication company that was sold to Morocco. But the more spectacular bust was certainly the collapse of the national airline company Air Gabon. All these Companies were in monopolistic situations, meaning that they were the only operator in their sector in the country, they had the market to themselves, yet they managed the exploit of going bankrupt. In the case of Air Gabon, the excuse some people in Gabon give is that the airline industry is very difficult in Africa, but this blog finds that excuse to be invalid. The real reason is that the people in charge in Gabon are chronically incompetent.

The story of Air Gabon starts in 1951 when French logging companies put up the money to create a private airline. After independence, President Leon Mba transformed what had been Compagnie Aerienne Gabonaise into Transgabon. In 1968 it was renamed Societé Nationale Air Gabon after Omar Bongo came to power. But at that time, Gabon was still part of Air Afrique. In May 1977, Air Gabon was established as the sole national company after Gabon withdrew from the Air Afrique consortium. At its peak, Air Gabon operated as much as 11 planes including a Boeing 747 and was serving 4 destinations in Europe, Paris, Marseilles, Nice and Rome; 10 destinations in Africa and 26 destinations within Gabon. Air Gabon had everything to succeed. All its flights domestically were full all the time. Same thing for the flights toward other African countries. The European destinations were also commercially viable. But Mismanagement by various politically appointed CEOs let to the bankruptcy of Air Gabon in 2006. Then the flying rights of Air Gabon were transferred to Gabon Airlines, a new company established by the Bongo Family. But this company shut down in 2011 and the last thing that was heard of it was that Ethiopian Airlines was auctioning one of its planes because Gabon Airlines abandoned a plane at Ethiopian maintenance facility in Addis Ababa. Such is the sad state of the Gabonese airline industry.

While Gabonese airlines are disappearing, Africa's aviation market is soaring, powered by the robust economic growth principally of the Anglophone countries. Although Africa’s aviation industry is still riddled with issues of poor quality standards, inconsistency, ageing fleet of aircrafts etc., some countries which are far less richer than Gabon per capita have been able to build successful airlines that deliver quality services to passengers and profits to their shareholders. Without even mentioning South Africa Airways, we can list these very successful African airlines:

Air Mauritius: the fourth largest carrier in Sub-Saharan Africa. Owned by the government of Mauritius, it has a fleet of 12 planes and operations in 26 destinations around the world. Air Mauritius is regarded as one of the safest airlines in Africa as it has never had any accident.

Kenya Airways: founded in 1977 by the Kenyan government, it was privatized in 1996 and has a fleet of 33 planes and offers services to 56 destinations around the world. It is a member of the Sky Team alliance alongside Air France, KLM, Alitalia etc.

Ethiopian Airlines: government owned, it is a member of the Star alliance since December, 2011. It operates a fleet of 42 passengers’ planes and 6 freighters and offers services to 62 international and 17 domestic destinations. It is Africa’s most profitable airline with annual revenues of 1.5 billion dollars. It is the only sub-Saharan airline that has a Boeing 787 Dreamliner in its fleet.

Air Namibia: government owned, it has a fleet of 10 planes and serves 15 destinations and has revenues.

There are many more example; but the question the Gabonese people must ask the government is why Gabon keeps on failing to sustain a national airline while other country seem to be able to do that with reasonable success?



Version française


Le Gabon a la honteuse spécificité d'être l'un des rares pays où chaque société appartenant à l’état a fait faillite; toutes autant qu’elles étaient! La compagnie d'eau et d’électricité était en faillite quand elle a été vendue à la société française Veolia. La compagnie de chemin de fer, l’OCTRA, aussi a fait faillite et n'existe plus. Pareil pour la société de télécommunication qui fut vendue aux marocains. Mais l’effondrement le plus spectaculaire est certainement celui de la compagnie aérienne nationale Air Gabon. Toutes ces sociétés étaient en situation de monopole, ce qui signifie qu'elles étaient le seul opérateur dans leur secteur dans le pays, elles avaient le marché pour elles toutes seules; mais elles ont quand même réussi l'exploit de faire faillite. Dans le cas d'Air Gabon, l'excuse que certaines personnes au Gabon avancent est que l'industrie du transport aérien soit très difficile en Afrique. Mais ce blog trouve cette excuse non valide. La vraie raison de ces échecs à répétition étant pour nous que les personnes en charge des affaires du Gabon soient chroniquement incompétentes.

L'histoire d'Air Gabon commence en 1951, lorsque les compagnies forestières françaises financent la création d’une compagnie aérienne privée. Après l'indépendance, le président Léon Mba transforme ce qui était la Compagnie Aérienne Gabonaise en Transgabon. En 1968, elle fut rebaptisée Société Nationale Air Gabon après l’arrivée d’Omar Bongo au pouvoir. Mais à cette époque, le Gabon faisait encore partie d’Air Afrique. En mai 1977, Air Gabon a été établie comme la seule société nationale après que le Gabon se soit retiré du consortium Air Afrique. À son apogée, Air Gabon exploitait jusqu'à 11 avions dont un Boeing 747 et desservait 4 destinations en Europe: Paris, Marseille, Nice et Rome; 10 destinations en Afrique et 26 destinations à l'intérieur du Gabon. Air Gabon avait tout pour réussir. Tous ses vols intérieurs étaient pleins tout le temps. Même chose pour les vols vers les autres pays africains. Les destinations européennes étaient également commercialement viables. Mais la mauvaise gestion par les différents directeurs généraux nommés par le régime vont conduire Air Gabon à la faillite en 2006. Ensuite, les droits de vol d'Air Gabon ont été transférés à Gabon Airlines, une nouvelle société créée par la famille Bongo. Mais cette entreprise a fermé en 2011 et la dernière chose qui a été entendue à son sujet, était qu’Ethiopian Airlines avait mis aux enchères un des avions que Gabon Airlines a abandonné dans les installations de maintenance d’Ethiopia à Addis-Abeba. Tel est le triste état de l'industrie du transport aérien gabonais.

Si les compagnies aériennes gabonaises ont disparu, le marché de l'aviation en Afrique lui est en plein essor, alimenté par la forte croissance économique principalement des pays anglophones. Bien que l'industrie de l'aviation en Afrique soit encore en proie aux questions de normes de qualité, d'incohérence, et de flottes d'avions vieillissants etc., certains pays beaucoup moins riche que le Gabon par tête d’habitant ont été en mesure de bâtir des compagnies aériennes qui offrent des services de qualité aux passagers et des bénéfices à leurs actionnaires. Sans même parler South Africa Airways, nous pouvons énumérer les compagnies aériennes africaines suivantes comme étant des réussites:

Air Mauritius: le quatrième transporteur d’Afrique sub-saharienne. Propriété du gouvernement de l'île Maurice, elle dispose d'une flotte de 12 avions et des opérations dans 26 destinations à travers le monde. Air Mauritius est considérée comme l'une des compagnies les plus sûres en Afrique car elle n'a jamais eu d'accident.

Kenya Airways: fondée en 1977 par le gouvernement Kenyan, elle a été privatisée en 1996 et dispose d'une flotte de 33 avions et offre des services à destination de 56 villes à travers le monde. Elle est membre de l'alliance SkyTeam aux côtés d'Air France, KLM, Alitalia, etc.

Ethiopian Airlines: propriété de l'Etat, elle est membre de Star alliance en compagnie de la Lufthansa et de plusieurs compagnies américaines, depuis décembre 2011. Elle exploite une flotte de 42 avions de passagers et 6 cargos; elle offre des services internationaux vers 62 destinations et 17 destinations intérieures. C’est la compagnie aérienne la plus rentable de l'Afrique avec des revenus annuels de 1,5 milliards de dollars. Elle est la seule compagnie aérienne subsaharienne qui a un Boeing 787 Dreamliner dans sa flotte (en dehors de l’Afrique du Sud).

Air Namibia: propriété de l'Etat, elle dispose d'une flotte de 10 avions et dessert 15 destinations à travers le monde.

Il y a beaucoup plus d’exemples, mais la question que le peuple gabonais doit poser au gouvernement est de savoir pourquoi le Gabon continue à être incapable de maintenir une compagnie aérienne nationale quand d’autres pays semblent en mesure de le faire avec un succès raisonnable?

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI