IMPORTANT COMMUNICATION FROM THE COALITION " ÇA SUFFIT COMME ÇA " ABOUT THE ATTEMPTED ASSASSINATION OF JEAN CHRISTOPHE OWONE NGUEMA. IMPORTANTE COMMUNICATION DE LA COALITION "ÇA SUFFIT COMME ÇA" Á PROPOS DE LA TENTATIVE D'ASSASSINAT SUR JEAN CHRISTOPHE OWONE NGUEMA


François Ondo Edou and/et Jean Christophe Owone Nguema




English version



The Coalition Ça Suffit Comme Ça reacts to the assassination attempt against Jean-Christophe Owone Nguema


Press release


Tuesday, 8 January 2013 at 4 pm, Jean-Christophe Owone Nguema, former PDG Mp and now member of the opposition narrowly escaped an assassination attempt. He was coming from a visit to the home of André Mba Obame when his car was chased by five people wearing police armbands who also fired shots in his direction.


Jean Christophe Owone Nguema n’a dû son salut qu’à sa maîtrise du volant. Ayant réussi à semer ses assaillants qui circulaient à bord d’un pick-up Nissan double cabine de couleur blanche n’ayant qu’une seule plaque d’immatriculation.


Jean Christophe Owone Nguema owes his life to his steering control. Having managed to escape his assailants who were traveling in a white Nissan pick-up truck 2 cabs with only one license plate.


This is the second time by the way that Jean Christophe Owone Nguema's family is the victim of such an attack from the security forces. Six weeks ago, his son was kidnapped, taken to the headquarters of the Judicial Police and detained for long hours under the pretext of an imaginary fatal accident that the driver of the car did not declare, while no complaint had been filed, no record of any accident victim identified nor recorded.


Investigation conducted on the incident yesterday reveals that Jean Christophe Owone Nguema has not received any notice of the Police to which he did not respond. Which could have possibly explained an arrest in the street, but certainly not the gun violence with which it was attempted.


Faced with the foregoing, the coalition Ça Suffit Comme Ça condemns in the strongest terms this act of gratuitous violence against a citizen whose only crime is to have turned his back to the ruling party by denouncing the constitutional amendment through which Ali Bongo has strengthened its powers in excess. This way of operating demonstrates how little care the Gabonese regime gives to due process of inquiry, respect for human rights and individual freedoms. This episode shows especially that the Gabonese regime has chosen to silence its opposition by intimidation and in the worst case by assassination. An incongruous position at a moment when are held in Libreville, the negotiations between the government of the Central African Republic and the opposition who have radicalized their respective positions of refusal of dialogue for the first and of violence for the second.


The coalition Ça Suffit Comme Ça takes for witness the National and International Community on the consequences that could arise from the option to physically eliminate opposition members, taken by the regime which took power three years ago. It reaffirms that faced with this stance of violence, a Sovereign National Conference through which the Gabonese people choose to talk among themselves to decide in all sovereignty the proper mode of governing of their country, is the only way of easing the political situation which is more oriented by the regime towards fire power.


Made in Libreville, 9 January 2013.


Marc Ona Essangui


Coordinator of the coalition






Version française



Le Collectif Ça Suffit Comme Ça réagit à la tentative d'assassinat contre Monsieur Jean-Christophe Owone Nguema


Communiqué de presse


Le mardi 8 janvier 2013 à 16h, Monsieur Jean-Christophe Owone Nguéma, ancien député PDG et membre de l’opposition a échappé de peu à une tentative d’assassinat. Il sortait d’une visite au domicile de André Mba Obame quand son véhicule a été pris en chasse par cinq personnes arborant des brassards de la Police qui ont d’ailleurs tiré des coups de feu dans sa direction.


Jean Christophe Owone Nguema n’a dû son salut qu’à sa maîtrise du volant. Ayant réussi à semer ses assaillants qui circulaient à bord d’un pick-up Nissan double cabine de couleur blanche n’ayant qu’une seule plaque d’immatriculation.


C’est la deuxième fois du reste que la famille de Jean Christophe Owone Nguema est victime d’une telle agression de la part des forces de sécurité. Il y a six semaines, son fils avait été enlevé, conduit au siège de la Police Judiciaire et gardé à vue pendant de longues heures sous le fallacieux prétexte d’un imaginaire accident mortel que le conducteur de la même voiture n’aurait pas déclaré, alors qu’aucune plainte n’avait été déposée, aucun procès-verbal d’accident identifié et aucune victime recensée.


Enquête faite sur l’incident d’hier, Jean Christophe Owone Nguema n’a reçu aucune convocation de la Police à laquelle il n’aurait pas répondu. Ce qui aurait éventuellement expliqué une interpellation dans la rue, certainement pas la violence des armes avec laquelle elle a été tentée.


Face à tout ce qui précède, le collectif Ça Suffit Comme Ça dénonce avec la plus grande énergie cet acte de violence gratuite envers un citoyen dont le seul tort est d’avoir tourné le dos au parti au pouvoir en dénonçant la modification constitutionnelle par laquelle Ali Bongo a renforcé ses pouvoirs à l’excès. Cette manière d’opérer démontre le peu de cas que le pouvoir gabonais fait du respect des procédures légales d’interpellation, du respect des Droits de l’Homme et des libertés individuelles. Cet épisode démontre surtout que le pouvoir gabonais a choisi de réduire son opposition par l’intimidation et au pire des cas par l’assassinat. Une position incongrue au moment où se tiennent à Libreville les négociations
entre le pouvoir centrafricain et son opposition qui ont radicalisé leurs respectives positions de refus de dialogue pour le premier et de violence pour les seconds.


Le Collectif Ça Suffit Comme Ça prend à témoin la Communauté nationale et Internationale sur les conséquences que pourraient engendrer l’option d’élimination physique des opposants que prend le pouvoir depuis trois ans. Il réaffirme que face à cette posture de violence, une Conférence Nationale Souveraine par laquelle les Gabonais choisissent majoritairement de se parler et de choisir en toute souveraineté le mode de gestion de leur pays est la seule voie de décrispation de la situation politique de plus en plus orientée par le pouvoir vers l’embrasement.


Fait à Libreville le 9 janvier 2013.


Marc ONA ESSANGUI


Coordonnateur du collectif

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE