MARC ONA ESSANGUI OR THE PUGNACITY OF AN UNCOMMON INDIVIDUAL. MARC ONA ESSANGUI OU LA PUGNACITÉ D'UN HOMME Á PART




(photo Gabonedito.com)



English version


"No man is a prophet in his own country," were we tempted to conclude after reading the excellent interview of Marc Ona Essangui published on the very promising site "Gabonedito.com." Indeed, this biblical proverb taken from Matthew 13:57, which tells us that in general remarkable individuals are never appreciated in their fair value where they were born, fits Marc Ona Essangui like a glove. What we find remarkable about Marc Ona Essangui and others, even if they are still too few in numbers; is that in a country where poverty is primarily intellectual, spiritual and moral, to the point where honor and dignity are sold to the highest bidder and bought cheaply, and money has become the sole prism of the existence of many parasites in our country; we have a fellow who has succeeded in being competent, happy, internationally recognized, making a difference in the country and having an undeniable impact; by engaging in an interesting, exciting and citizen activity that is not especially lucrative. For this blog, sane Gabonese people recognize the sacrifices of Marc Ona Essangui; but others, those accustomed to parasitism, who do not know what to do when they face a group of individuals taking actions in line with the willingness to help others, to share a little piece of citizenship; for those, the engagement of Marc Ona Essangui is totally alien to their matrix and even suspicious. So, not knowing what to do, they try repression, without success; they try slander, with even less success. They forget the basics and this is why they will always lose against Marc Ona Essangui; they forget that from his wheelchair, he yields more pugnacity and personality that all these parasites who claim to govern Gabon. Unfortunately for them, personality can not be bought; one either has it, or does not! Below is the interview published in Gabonedito.com



OPEN CONVERSATION WITH MARC ONA

Published January 14, 2013

Marc Ona Essangui, President of the NGO Brain Forest

Gabonédito: WHO IS MARC ONA?

Marc Ona: Marc Ona is a Gabonese citizen. I was born September 7, 1962 in Oyem. I had my 50th birthday last September. I did all my schooling in my village, at CES Angone in Oyem and at Immaculée and Omar Bongo University in Libreville. I worked for 4 years at the Economic and Social Council from 1993 to 1997. I was then a consultant to the Presidency of the Republic in matters of NGOs for a contract that lasted from 1998 to 2000. From 2000 to 2006, I served in the French Cultural Center (CCF), the current French Institute as Head of IT and for your information; it is I who also launched the website of the CCF. I left the French Cultural Center in 2006, contrary to what is written, I resigned to devote myself entirely to Brainforest because I wanted it to be a reference, not only in Gabon but also, in central Africa in terms of organization of civil society, a civic organization, a social enterprise, and I am proud of that today. Because we have an organization that is structured with 24 permanent besides myself, I myself, am a Brainforest employee. We have many partners both nationally and internationally.

Gabonédito: WHAT COMPELLED YOU TO CREATE AN NGO IN LIEU OF A POLITICAL PARTY WHEN EVERYONE KNOWS THAT YOU ARE ACTIVELY INVOLVED IN THE POLITICAL LIFE OF THIS COUNTRY?

Marc ONA: I Gabonese citizen, and I can make any choice. One serves his country by committing to governance and not to eat, by pledging to help the country to solve a number of problems. And a political party is not necessarily the place where one can validly serve his country. To occupy a ministerial position, be an advisor in an office is not necessarily the indicated place. It is for this reason that Gabon does not advance. Gabon has not advanced because we have always thought everyone must do politics. If everyone does politics, who will develop the country? I am a social entrepreneur, I founded an NGO. I employ 24 Gabonese citizens, and I myself am an employer. That means that I contribute to the reduction of unemployment. I bring funding for the operation of my structure for project development. I am committed to good governance, to the protection of the environment and for a real democracy in my country. I think it stops there. It is an activist citizen who speaks, the rest I leave it to those who are in need of inspiration to comment on me. I have absolutely nothing to apologize for. I made a choice and I am very happy with that choice. And it is not finished, I intend to go further. Three years ago, I made the challenge of transforming Brainforest into an NGO as powerful as the WWF and WCF which are international NGOs. I wanted a national NGO to be able to have the same relevance, the same expertise than these international NGOs. I was able to do it. Today Brainforest has nothing to envy to those international NGOs, on the contrary, most of these international NGOs want to have a partner in Gabon called Brainforest. So this is what motivated us to create this NGO with partnerships with English, American, French, Italian Friends and several other partners with whom we started this challenge. Today I am very proud of what has become of Brainforest.

Gabonédito: AT THIS POINT CAN YOU GIVE A PROGRESS REPORT OF YOUR NGO?

Marc ONA: A progress report, yes. Created in 1998. We had experienced stalled moments of at the start. Although the creation of an NGO is not easy. Say, we have gone beyond the great start of Brainforest since 2008. In 2008 we organized a retreat to Cocobeach to define Brainforest strategic line. And it is this strategic line that makes Brainforest today one of, if not the largest of national NGOs, in terms of jobs, in terms of expertise. And I can tell you today that at Brainforest, there are no more volunteers. All staffs are salaried. From myself to the cleaning lady, to the driver, to the custodian. Everyone is assured at the CNSS. So this is a company that is running. We have teams, projects, departments and a very professional operation. I invite all those who have doubts about Brainforest to come visit, to look around the structure. And find that we are at the forefront.

Gabonédito: IN VIEW OF THAT REPORT, WHAT ANALYSIS DO YOU DO OF THE PROTECTION OF THE ENVIRONMENT AND SYSTAINABLE DEVELOPMENT IN GABON ?

Marc ONA: The protection of the environment and sustainable development in Gabon are sitting on a lot of communication. The tangible results are in contradiction with all the publicity that is around, inside and outside of Gabon and on videos. Everything is much more based on three Ds. That is to say, they product videos and infomercials that are published internationally. They write wonderful books but nothing on the ground. If you compare what is written in books, what you see in movies, videos in terms of advertising, what is claimed on major international forums, and what happens on the ground, it is day and night. And I say that those who think that advertising, these operations of communication, can serve them, are only speaking for themselves. We, we do field work, background work. We are engaged in projects, for example participatory mapping, the rights of populations, monitoring the activities of multinationals here, whether the multinational oil companies, agro-industry and loggers to be much more critical, much more picky especially in respect of our laws and I think we reach our goal. It is imperative that the protection of the environment becomes a real fact, instead of being highly political propaganda, which serves absolutely no purpose. If you compare, from 2002 to now, the national parks have reached ten years old in 2012. Ten years of national parks. You compare the budgets that have been invested in conservation in Gabon, since we have created parks and the results on the ground, there is no match. There has been more money invested to manage the contradictions between individuals than to develop parks. No National Park in Gabon meets international standards of a park ten years later, but in the meantime we do a lot of advertising. National Parks do not have structures to accommodate tourists. Structures that are Lopé and Pongara exist before the creation of so-called national parks. No other park has an infrastructure that can properly receive tourists. There is a big scam.

Gabonédito: ACCORDING TO WHAT YOU HAVE TO SAID, WHAT IS BRAINFOREST POSITION IN RELATION TO OLAM PROJECT AND THE EXTRACTION OF IRON IN BELINGA?

ONA Marc: We are very critical of Olam projects. Because Olam projects are unique in that there's a certain opacity. Not only opacity, there are also pass-rights. There is, I would say a kind of blank check that Olam gets to do anything it pleases. Serious studies are not conducted. And those who want to have a critical look at Olam projects are not only vilified, threatened and their image is tarnished by newspapers close to the Presidency. We say, and I repeat it often, that if Olam Gabon became a business of President Ali and his entourage, we will never accept that. Because if the Head of State can go around to visit Olam projects, he should also tour the projects of all other operators who invest in Gabon. All operators are equal. There is no reason for Olam to invest in the PDG campaign. The entire communication campaign of the PDG during the legislative elections in December 2011 was funded by Olam. Most of the major events of the PDG party, the President's family and even Patience Dabany's concert in France, when you look at the ads, are financed by Olam. Why does Olam feel obliged to participate in projects of the presidential family? Because there is some confusion that we condemn and that we cannot accept. There is no question that when investors are in collusion with politicians, it creates corruption. And it is this corruption that we are fighting against that multinational.

Gabonédito: DON'T YOU THINK THAT IT IS THIS CRITICAL DISCOURSE BY BRAINFOREST THAT CAUSES YOUR DETRACTORS TO SAY THAT YOU ARE A MEMBER OF THE OPPOSITION?

Marc ONA: I am an opponent. I am opposed to the way things are done in Gabon. I object to the way we practice politics. Yes, I admit it, and it did not start today. Since the university I've always been an opponent. I have never advocated that we continue to be maintained in this opaque political governance. which does not respect the rules of a country of law, which does not respect the rules of democracy. Why would I deny that? And it is an honor for me to be an opponent. Because I could never condone how Gabon has been ruled for 45 years by a single party, a single family, we are not a monarchy, we are a republic and democracy rules should apply to a republic. When they trample the constitution you want me as a citizen to be happy? If there are people who condone this, not me Marc ONA. I am opposed, I claim it loudly and I'm proud.

Gabonédito: WHERE ARE THINGS WITH THE ORGANIZATION OF THE SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE THAT YOU ASKED FOR AS A CIVIL SOCIETY?

Marc ONA: The national conference is moving along. We started the process of registration which is the first step in organizing the Sovereign National Conference. Today with the online registration we are at 1168, and on paper we have more than 10,000 registered just for Libreville. We put up a website for those who cannot come to Louis. Then we will deploy inside the country for registration. This means that we are serious, unlike some people think. The second step that we will start in a week or two is to enroll in commissions. The third step is convening the Sovereign National Conference. The last step is the application of acts of the Sovereign National Conference. It is sovereign because it is the people who convene.

Gabonédito: IS THERE ALREADY AN AGENDA?

Marc ONA: Yes the calendar has been determined. We believe that we could start the Sovereign National Conference around March. Because all the previous steps have allowed us to evaluate the political parties, civil society and the Diaspora especially; how we can spread this agenda on the ground. All the steps I have mentioned will be completed between January and February. So, in early March we will call the Sovereign National Conference.

Gabonédito: IS YOUR MESSAGE UNDERSTOOD AT ITS FAIR VALUE. IF NOT WHERE DO YOU THINK THERE ARE FAILURES?

Marc ONA: understood or not, the most satisfied of my message is myself. Because this message is consistent with my conscience. Now, it incomes to those who can understand something and those who do not, to own it. But I have said publicly what I think. Instead of ruminating as many do, who think something and are not able to assume publicly. I am a free man, I own everything I do and say. I have no reservation about saying what I think. This is my conscience. I am responsible to my conscience. When it is at peace, I am at peace. When it is not, I am not.

Gabonédito: BEFORE WE CONCLUDE IF THERE IS SOMETHING WE FORGOT TO MENTION, LET US KNOW

Marc ONA: What you forget is to think that Gabon can be built without a real democracy. No country in the world has been built without real democracy. Political governance is central to any development. If you have institutions that do not operate within the rules in Africa, the country is on the ground. This breads corruption, embezzlement. Institutions in Gabon must be independent and reputable and able to work. We do not need for politicians to dictate their whims to institutions. The President of the Republic, the Senate, and the National Assembly ... are all institutions. There is no reason why a single institution is above the others. The constitution does not allow this. This is my fight. A battle for real democracy in Gabon, good governance and development in the country with respect for the law, first the Gabonese constitution.

Gabonédito: WE WILL CONCLUDE WITH YOUR LAST WORD

Marc ONA: It is I who thank you. I encourage initiatives like yours. This is a site closely followed. I discovered your site by accident and I realized that it is very interesting, there is plenty of ambition behind. I encourage you to engage in new technologies. Because the future is in new information technologies. In some great democracies, paper is now disappearing. We are moving towards digital information with Smart phones, computers, G3 ...




Version française


"Nul n'est prophète en son pays," avons-nous été tentés de conclure après avoir lu l'excellente interview de Marc Ona Essangui parue sur le très prometteur site "Gabonedito.com". En effet, ce proverbe d'origine biblique tiré de Matthieu 13:57, qui nous dit qu'en général les individus remarquables ne sont jamais appréciés à leur juste valeur là où ils sont nés, va à Marc Ona Essangui comme un gant. Ce que nous trouvons remarquable en Marc Ona Essangui et en certains autres aussi même s'ils sont encore trop peu nombreux, est que dans un pays où la misère est d'abord intellectuelle, spirituelle et morale, au point où l’honneur et la dignité se vendent au plus offrant et s'achètent en monnaie de singe, l'argent étant devenu le seul prisme de l'existence de bien de parasites chez nous, nous avons un compatriote qui a réussi le pari d’être compétent, heureux, reconnu internationalement, de faire la différence dans le pays et avoir un impact indéniable, par une activité intéressante, passionnante et citoyenne n’étant pas spécialement lucrative. Pour ce blog, les gabonais saint d'esprit reconnaissent les sacrifices de Marc Ona Essangui; mais les autres, ceux habitués au parasitisme, qui ne savent que faire quand ils ont face à eux un groupe d'individus posant des actes allant dans le sens de la volonté d’aider l’autre, de partager un petit lopin de citoyenneté, ceux-là trouvent l'engagement de Marc Ona Essangui totalement étranger à leur matrice et même louche. Alors, ne sachant que faire, ils essaient la répression, sans succès; la calomnie, avec encore moins de succès. Ils oublient l'essentiel et c'est en cela qu'ils perdront toujours face à Marc Ona Essangui; ils oublient que ce dernier assis dans son fauteuil roulant, a plus de pugnacité et de personnalité que l'ensemble des parasites qui prétendent diriger le Gabon. Malheureusement pour eux, la personnalité ne s'achète pas; soit on l'a, soit on ne l'a pas! Ci-dessous l'interview parue dans Gabonedito.com



MARC ONA, A CŒUR OUVERT

Publié le 14 janvier 2013 

Marc ONA ESSANGUI, Président de l’ONG Brain Forest


Gabonédito : QUI EST MARC ONA ?

Marc ONA : Marc ONA est un citoyen gabonais. Je suis né le 7 septembre 1962 à Oyem. J’ai eu mes 50 ans en septembre dernier. J’ai fait toute ma scolarité dans mon village, au CES d’Angone à Oyem et à Immaculée et à l’université Omar BONGO de Libreville. J’ai travaillé pendant 4ans au Conseil Economique et Social de 1993 à 1997. J’ai ensuite été consultant à la Présidence de la République pour des questions des ONG pour un contrat qui a duré de 1998 à 2000. De2000 à 2006 j’ai servi au Centre Culturel Français actuel Institut Français en qualité de responsable de l’informatique et pour votre gouverne, c’est d’ailleurs moi qui ai lancé le site internet du CCF. Je suis parti du Centre Culturel Français en 2006 contrairement à ce qui est écrit, j’ai démissionné pour me consacrer entièrement à Brainforest, parce que je voulais en faire une référence, non seulement au Gabon mais aussi, aussi au niveau de l’Afrique Centrale en termes d’organisation de la société civile, une organisation citoyenne, une entreprise sociale, et j’en suis fier aujourd’hui. Parce que nous avons une organisation qui est structurée avec 24 permanents et d’ailleurs moi-même je suis employé de Brainforest. Nous avons beaucoup de partenaires tant au plan national qu’au plan international.

Gabonédito : QU’EST-CE QUI VOUS POUSSE A CREER UNE ONG AU LIEU D’UN PARTI POLITIQUE QUAND ON SAIT QUE VOUS PARTICIPEZ ACTIVEMENT A LA VIE POLITIQUE DE CE PAYS ?

Marc ONA : Je suis citoyen gabonais, et je peux faire n’importe quel choix. On sert son pays, en s’engageant pour la gouvernance et pas pour manger, en s’engageant pour aider le pays à résoudre un certain nombre de problème. Et un parti politique n’est pas forcément ce lieu où on peut valablement servir son pays. Occuper un poste ministériel, un poste de conseiller dans une administration n’est pas forcément le lieu indiqué. C’est pour cela que le Gabon n’avance pas. Le Gabon n’avance pas parce qu’on a toujours pensé que tout le monde peut faire de la politique. Si tout le monde fait de la politique qui va développer le pays ? Moi je suis un entrepreneur social, j’ai créé une ONG. J’emploie 24 gabonais, et moi-même je suis employeur. Ça veut dire que je contribue à la résorption du chômage. Je draine des financements pour le fonctionnement de ma structure et pour développer des projets de ma structure. Je suis engagé pour la bonne gouvernance, pour la protection de l’environnement et pour une réelle démocratie dans mon pays. Je crois que ça s’arrête là. C’est un citoyen, activiste qui parle, le reste je laisse à ceux qui sont en manque d’inspiration de redire sur moi. Je ne me reproche absolument rien du tout. J’ai fait un choix et je suis très content de ce choix. Et ce n’est pas fini, je compte aller plus loin. Il y’a trois ans, j’avais fait le pari de faire de Brainforest une ONG aussi puissante que le WWF et le WCF qui sont des ONG internationales. Je voulais qu’une ONG nationale soit en mesure d’avoir la même pertinence, la même expertise que ces ONG internationales. Je suis arrivé à la faire. Aujourd’hui, Brainforest n’a rien à envier à ces ONG internationales, au contraire la plupart de ces ONG internationales veulent avoir un partenaire au Gabon qui s’appelle Brainforest. Donc, voilà ce qui nous a motivé à créer cette ONG avec le partenariat des amis anglais, américains, français, italiens et de plusieurs autres partenaires avec qui nous avons lancé ce challenge. Aujourd’hui je suis très fier de ce que Brainforest est devenu.

Gabonédito : A CE STADE, POUVEZ-VOUS NOUS FAIRE UN BILAN D’ETAPE DE VOTRE ONG ?

Marc ONA : Un bilan d’étape, oui. Créé en 1998.Nous avions connu des moments de perte de vitesse au départ. Bien sur la création d’une ONG n’est pas facile. Disons, nous avons franchi le grand démarrage de Brainforest depuis 2008. En 2008 nous avions organisé une retraite à Coco Beach pour définir la ligne stratégique de Brainforest. Et c’est cette ligne stratégique qui fait de Brainforest aujourd’hui un des plus grandes ONG, sinon la plus grande ONG nationale, en termes d’emplois, en termes d’expertise. Et je pourrais vous dire aujourd’hui qu’à Brainforest, il n’y a plus de bénévoles. Tout le personnel est salarié. De moi-même à la technicienne de surface, jusqu’au chauffeur, au gardien. Tout le monde est assuré à la CNSS. Donc c’est une entreprise qui tourne. Nous avons des équipes, des projets, des départements et un fonctionnement très professionnel. J’invite tous ceux qui ont des doutes sur Brainforest à venir visiter, à faire le tour des structures. Et constater que nous sommes à la pointe.

Gabonédito : AU VU DE CE BILAN QUELLE EST L’ANALYSE QUE VOUS FAITES DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT AU GABON ET LE DEVELOPEMENT DURABLE ?

Marc ONA : La protection de l’environnement au Gabon et le développement durable sont assis sur beaucoup de communication. Les résultats palpables sont en contradiction avec toute la publicité qu’on fait autour, à l’intérieur et à l’extérieur du Gabon sur des vidéos. Tout est beaucoup plus basé sur les trois D. C’est-à-dire on produit, des vidéos et des publi-reportages que l’on envois à l’international. On écrit de très beaux livres mais sur le terrain rien. Si vous comparez ce qui est écrit dans les livres, ce que vous regardez dans les films, les vidéos en termes de publicité, ce qui est vanté sur les grandes tribunes à l’international et, ce qui se fait sur le terrain c’est le jour et la nuit. Et moi, je dis que ceux qui pensent que cette publicité, cette opération de communication peut leur servir, n’engage qu’eux .Nous, nous faisons un travail de terrain, un travail de fond. On s’est engagés dans des projets, par exemples la cartographie participative, la défense des droits des populations, le contrôle des activités des multinationales ici, que ce soit les multinationales du pétrole, de l’agro-industrie et du bois pour être beaucoup plus critique, beaucoup plus pointilleux surtout dans le respect de nos lois et je pense que nous atteignons notre objectif. Il faut absolument que la protection de l’environnement soit un fait réel, au lieu d’être une propagande hautement politique, qui ne sert absolument à rien. Si vous faites la comparaison, de 2002 à maintenant, les parcs nationaux ont eu dix ans en 2012. Dix ans de parcs nationaux. Vous comparez les budgets qui ont été investis pour la conservation au Gabon, depuis qu’on a créé les parcs et les résultats sur le terrain, il n’y a pas match. Il y a eu plus d’argent, investi pour gérer les contradictions entre les individus que de développer les parcs. Aucun parc national au Gabon ne répond aux normes internationales d’un parc dix ans après, mais, entre temps on fait beaucoup de publicité. Les parcs nationaux n’ont pas de structures pour accueillir les touristes. Les structures qui sont à la Lopé et à Pongara existent avant la création des dits parcs nationaux. Aucun autre parc ne dispose des structures d’accueil capables de recevoir convenablement les touristes. Là c’est une grosse arnaque.

Gabonédito : PAR RAPPORT A CE QUE VOUS VENEZ DE DIRE, QUELLE EST LA POSITION DE BRAINFOREST PAR RAPPORT AU PROJET D’OLAM ET A L’EXTRACTION PROCHAINE DU FER DE BELINGA ?

Marc ONA : Nous sommes très critiques sur les projets d’Olam. Parce que les projets d’Olam ont ceci de particulier, il y’a une certaine opacité. Non seulement l’opacité, il y’a aussi des passes droits. Il y’a, je dirai une sorte de chèque en blanc qu’on signe à Olam pour faire n’importe quoi. Les études sérieuses ne sont pas menées. Et ceux qui veulent avoir un regard critique sur les projets d’Olam sont non seulement vilipendés, sont menacés et leur image est ternie par des journaux proches de la Présidence. Nous disons, et je ne fais que le répéter, si Olam Gabon est devenu un business du Président Ali et son entourage nous n’accepterons jamais. Parce que si le Chef d’Etat peut se déplacer pour faire le tour des projets d’Olam, il faudrait aussi que le chef d’Etat se déplace pour faire le tour des projets de tous les autres opérateurs qui investissent au Gabon. Tous les opérateurs se valent. Il n’y pas de raisons qu’Olam s’investisse dans la campagne du PDG. Toute la campagne de communication du PDG pendant les élections législative de décembre de 2011 a été financée par Olam. La plus part des grands financements du parti PDG, de la famille du Président et même le concert de Patience DABANY en France, quand vous regardez les publicités, ont été financés par Olam. Pourquoi Olam est obligé de s’impliquer dans les projets de la famille présidentielle. Parce qu’il y a une certaine confusion que nous condamnons et que nous ne pouvons accepter. Il n’est pas question que les investisseurs soient de connivence avec les hommes politiques, ça crée la corruption. Et c’est cette corruption qui, encoure dans tout ce que nous sommes en train de combattre auprès de cette multinationale.

Gabonédito : NE PENSEZ VOUS PAS QUE C’EST CE DISCOURS CRITIQUE DE BRAINFOREST QUI FAIT DIRE A VOS DETRACTEURS QUE VOUS ETES OPPOSANT ?

Marc ONA : Je suis opposant. Je m’oppose à la manière donc les choses sont faites au Gabon. Je m’oppose à la manière donc on fait la politique. Oui, je le reconnais et cela ne date pas d’aujourd’hui. Depuis l’université j’ai toujours été opposant. Je n’ai jamais milité pour que nous continuions à être maintenus dans cette gouvernance politique opaque, qui ne respecte pas les règles d’un pays de droit, qui ne respecte pas les règles démocratiques. Pourquoi je le refuserais ? Et c‘est un honneur pour moi d’être opposant. Parce que je ne pourrais jamais cautionner la manière dont le Gabon est gouverné depuis 45 ans par un seul parti, par une seule famille, nous ne sommes pas une monarchie, nous sommes une république et les règles de démocratie doivent s’appliquer à une république. Quand on piétine la constitution vous voulez que moi citoyen je sois content. S’il y a des gens qui cautionnent cela n’est pas moi Marc ONA. Je suis opposant, je le réclame haut et fort et j’en suis fier.

Gabonédito : OU EN EST –ON AVEC L’ORGANISATION DE LA CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE QUE VOUS AVIEZ DEMANDIEZ ENTANT QUE SOCIETE CIVILE ?

Marc ONA : La conférence nationale souveraine est en marche. Nous avons démarré le processus des inscriptions qui est la première étape de l’organisation cette Conférence Nationale Souveraine. Aujourd’hui nous sommes avec les inscriptions en ligne à 1.168, et sur le papier nous sommes à plus de 10.000 rien que pour Libreville. Nous avions mis un site internet sur pied pour ceux qui ne peuvent venir s’inscrire à Louis. Ensuite nous allons nous déployer à l’intérieur du pays pour les inscriptions. Cela veut dire que nous sommes sérieux, contrairement à ceux pensent certains. La deuxième étape que nous allons commencer dans une ou deux semaines consiste à s’inscrire dans les commissions.la troisième étape est la convocation de la Conférence Nationale Souveraine. La dernière étape est l’application des actes de la Conférence Nationale Souveraine. Elle est souveraine parce que c’est le peuple qui la convoque.

Gabonédito : EST-CE QU’IL Y A UN CALENDRIER DEJA ARRETE ?

Marc ONA : Oui le calendrier est arrêté. Nous pensons que nous pouvons démarrer la Conférence Nationale Souveraine autour du mois de mars. Parce que toutes les étapes préalables nous ont permis d’évaluer avec les partis politiques, la société civile et surtout la diaspora comment nous pouvons étaler ce chronogramme en fonction du terrain. Toute les étapes que je vous ai édicté, nous allons les remplir entre le mois de janvier et le mois de février. Donc, début mars nous allons convoquer la Conférence Nationale Souveraine.

Gabonédito : VOTRE DISCOURS EST-IL COMPRIS A SA JUSTE VALEUR. SINON OU NOTER VOUS DES MANQUEMENTS ?

Marc ONA : Compris ou pas compris, le plus satisfait de mon discours c’est moi-même. Parce que ce discours est conforme à ma conscience. Maintenant, il appartient à ceux qui peuvent comprendre quelque chose et à ceux qui ne comprennent pas de s’en approprier. Mais j’aurais dit publiquement ce je pense. Au lieu de le ruminer comme beaucoup qui pensent quelque chose et ne soient pas capable de l’assumer publiquement. Moi je suis quelqu’un de libre, j’assume tout ce que je fais, et tout ce que dis. Je n’ai aucun complexe à dire ce que je pense. C’est ma conscience. Je suis responsable devant ma conscience, quand elle est tranquille, je suis tranquille. Quand elle n’est pas tranquille, je ne suis pas tranquille.

Gabonédito : AVANT DE CONCLURE S’IL Y A QUELQUE CHOSE QUE NOUS AVIONS OUBLIE D’EVOQUER VOUS AVEZ LA PAROLE.

Marc ONA : Ce que vous avez oublié c’est de penser que le Gabon peut se construire sans une réelle démocratie. Aucun pays du monde ne s’est construit sans réelle démocratie. La gouvernance politique est au centre de tout développement. Si vous avez des institutions qui ne fonctionnent pas dans les règles de l’art en Afrique, le pays est à terre. C’est la corruption, le détournement. Il faut que les institutions au Gabon soient des institutions fiables indépendantes et qui fonctionnent. On n’a pas besoin que les hommes politiques dictent leur loi aux institutions. Le président de la république, le sénat, l’assemblée nationale… sont autant d’institutions. Il n’y a pas de raison qu’une seule institution soit au-dessus des autres. La constitution ne le prévoit pas. Voilà mon combat à moi. Un combat de démocratie réelle au Gabon, de bonne gouvernance et de développement du pays avec le respect des lois gabonaises d’abord la constitution.

Gabonédito : NOUS ALLONS CONCLUIRE PAR VOTRE MOT DE LA FIN.

Marc ONA : C’est moi qui vous remercie. Les initiatives comme les vôtres je les encourage. C’est un site très suivi. J’ai découvert votre site d’information Gabon édito par hasard et je me suis rendu c’est très intéressant, il y a beaucoup d’ambition derrière. Je vous encourage à se lancer dans les nouvelles technologies. Parce que l’avenir c’est dans les nouvelles technologies de l’information. Dans certaine grande démocratie le papier est en train de disparaitre. On s’achemine vers l’information numérique avec les smart phones, les ordinateurs, les G3…

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>