WHY THIS BLOG SUPPORTS THE HOLDING OF THE SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE. POURQUOI CE BLOG SOUTIENT LA TENUE DE LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE



Marc Mvé Békalé who thinks the Sovereign National Conference is a waste of time
Marc Mvé Békalé qui pense que la Conférence Nationale Souveraine est une perte de temps
(Photo Marc Mvé Békalé)


Some politicians and members of the civil society during a meeting about the Sovereign National Conference
Quelques politiciens et membres de la société civile pendant un meeting au sujet de la Conférence Nationale Souveraine
(Photo Marc Ona Essangui)




English version


In a very elegant text both in its form and substance, and scientifically well documented; our compatriot Marc Mvé Békalé, an academic and author of many books, express to us his skepticism when it comes to the scope and even the need for an appeal for a sovereign national conference to be held; because for our compatriot, this approach cannot unseat the regime in Gabon and could even be a distraction or an inappropriate exercise in futility. This blog appreciates the strait talk of our compatriot and we are just as happy to see a Gabonese intellectual decide to step into the arena to express his views on what is, is not, and should be in our country. This blog has also never understood why the majority of people who present themselves as intellectuals in Gabon, never write or say anything and just wait for events to occur. So we say Congratulations to Marc Mve Békalé, who enriches the debate and fertilizes it with his positioning. In this post this blog would like to join our compatriot down in the arena of contradictory debate and propose to the readership an argument explaining our support for the Sovereign National Conference. We invite others to join us with their contributions either on this blog, or anywhere else, the important thing is that we could read and learn from them.


WHY THIS BLOG SUPPORTS THE HOLDING OF THE SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE


"Everything old is new again," said the author; what this means in this context is that people have been revolting against tyranny for time immemorial. Populist and revolutionary movements are well documented by history on every continent and in every culture. However, if the protagonists and outcomes of these revolutions are variable, a calm and impartial analysis and judgment of history tells us that no populist or revolutionary movement has ever succeeded without being canalized through an organized movement. A mass of people is only one component for revolutionary change; but this mass must be led by an organized group of people able to take over if and when a regime falls. This blog sees the Sovereign National Conference, not as a panacea that is going to solve all problems, but as an organizational tool that could allow the Gabonese people and their chosen leaders to come together and decide on a common future and common strategy. This conference is for this blog a momentum builder, a launching pad.

We Gabonese people should not misread history and misunderstand its lessons. The Cuban, Tunisians, Egyptians, before that centuries ago, the French people etc., did not just take to the street and overthrow their dictators; these actions were the culminating points of a methodical build up by very courageous and organized members of these societies. Human history has established that overtime, oppression brings people together, builds bridges of understanding between people of very dissimilar origins, outlooks and capacities; and establishes a forward looking relationship between these people who at other times would prefer to operate in isolation. Such is the situation in Gabon these days, where there is a unanimous consensus that the country is in shambles; that things must change. Taken individually, most Gabonese citizens would recognize this fact and would even say that they are ready to join the fight to make this change happen. The problem has always been to have all these Gabonese people operating in isolation to look in the same direction and work together for the common goal. The 45 years of Bongo regimes have successfully fragmented the Gabonese people into small islands of personal and individual worries at the expense of a solid common central sense of goals and this blog sees the Sovereign National Conference as a tool which if used effectively and judiciously, could allow the plurality of the Gabonese people to look in the same direction and act accordingly. It is clear that the regime is going to torpedo these attempts but this is the occasion to demonstrate the strength of the people. But if the plurality of the Gabonese opposition or those who think that they represent the Gabonese public opinion cannot organize a conference bringing their constituents together, how could they organize a regime change in Gabon? More than 10000 people have already signed up for the conference. This is a huge number because if this conference takes place and produces resolution asking for the country to be ruled differently, what would Ali Bongo do? Send his army to kill 10000 people? From a successful Sovereign National Conference, a real grass roots regime change movement could grow.

For this blog, there is therefore no contradiction between the organization of the Sovereign National Conference and a popular uprising asking for Ali Bongo to relinquish power; we even see both events as complementary. A successful Sovereign National Conference would make it more likely for the Gabonese people to have confidence in their capabilities to determine their own future. The Sovereign National Conference should not be done in the name of a single political party, but of a coherent body of doctrine for the entire Gabonese people asking to take control of their destiny. This blog believes that from this social, political and intellectual ferment, could really be formed a coalition between opposition leaders and the popular masses that could push Ali Bongo out. But some would argue that the Egyptians or Tunisians did not need a Sovereign National Conference; that they took to the street and won decisive victories against their dictators. This type of analysis would be wrong since it is a known fact that the Egyptian has been the result of a process that has been brewing over the past 10 years. It was the culmination of a chain reaction that started with the street protests of the year 2000 in solidarity with the Palestinian intifada, and also Mubarak's war against the Muslim Brotherhood in the 1990s. For those who do not remember, in the year 2000, tens of thousands of Egyptians demonstrated and the Egyptians police brutally crushed the peaceful protests and arrested hundreds of people. In March 2003 more than 30,000 Egyptians were attacked by the police when they tried to hold a meeting in Tahrir Square. In 2004 Egyptian activists launched the “Kefaya movement”, which was an anti-Mubarak and his family movement. The Kefaya activists used social media to shift the political culture in the country and ask millions of Egyptians to no longer be afraid of Mubarak, something unimaginable a few years before. In December 2006, textile workers in Egypt went on strike to protest the government, something unheard of before. In April 2008, a revolt took place in Egypt over the price of bread. Security forces put down the uprising in two days, leaving at least three dead and hundreds detained and tortured. From that revolt onward, Egypt continued to witness almost on a daily basis strikes and sit-ins by workers, and smaller gathering by activists in downtown Cairo and the provinces holding meetings. These daily economic and political meetings and protests against the regime meant that the legitimacy of Mubarak was continuously eroding. By October 2010, the larger Egyptian public had been definitely well prepared socially and politically to play its part in the overthrow of the dictator. Dissent had reached its peak.

This blog strongly believes that a parallel trajectory has been occurring in Gabon for some time; for year even. The departure of Ali Bongo from power will be the result of a long process that started under his father. We can already see that in Gabon, the wall of fear is falling bit by bit. The key to our success is that the sense of the possibility to remake Gabon in our collective image must be effectively transmitted to the widest possible Gabonese audience. Nothing aids the erosion of a dictator more than knowing that there is solidarity of all citizens against him; that all Gabonese people share the same desire for liberation and are ready to take action. We believe that the Sovereign National Conference is a step in that collective direction.

Some people would question why we are talking about strategy out in the open, because now the regime knows what we think and could prepare against it. Our response to them is that there is no secret about what people want in Gabon and if the popular goal is to have a change in regime, Ali Bongo cannot stop a determined population.




Version française


Dans un texte très élégant aussi bien dans la forme que dans le fond et scientifiquement bien documenté, notre compatriote Marc Mvé Békalé, universitaire et auteurs de nombreux ouvrages académiques nous fait part de son scepticisme quand a la portée et même la nécessité d'un appel a la tenue de cette conférence nationale souveraine car pour notre compatriote, cette approche ne saurait désarçonner le régime en place au Gabon et pourrait même être une distraction inopportune ou un exercice en futilité. Ce blog apprécie le langage tranché de notre compatriote et nous sommes tout aussi heureux de voir un intellectuel gabonais descendre dans l'arène se prononcer sur ce qui est, n'est pas, et devrait être dans notre pays. Ce blog n'a d'ailleurs jamais compris pourquoi la majorité des gens qui se présentent comme intellectuels au Gabon, n'écrivent jamais rien, ne disent jamais rien et se contentent d'attendre que les évènements se produisent. Nous disons donc grand bravo à Marc Mve Békalé qui vient enrichir le débat et le fertiliser de son positionnement. Ce blog aimerait dans le présent billet, descendre rejoindre notre compatriote dans l'arène de la contradiction et proposer au lectorat un contre argument qui entaillerait notre soutient pour la conférence nationale souveraine. Nous invitons d'autres gabonais de nous y rejoindre par leurs contributions; soit sur ce blog, ou partout ailleurs, l'essentiel étant qu'on puisse les lire et en tirer des leçons.


POURQUOI CE BLOG SOUTIENT LA CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE

«Tout ce qui est vieux redevient nouveau", avait déclaré l'auteur; ce qui signifie dans le contexte de ce billet que les peuples se révoltent contre la tyrannie depuis des temps immémoriaux. Les mouvements populistes et révolutionnaires sont bien documentés par l'histoire sur tous les continents et dans toutes les cultures. Toutefois, si les protagonistes et les résultats de ces révolutions sont variables, une analyse posée et impartiale ainsi que le jugement de l'histoire, nous apprennent qu'aucun mouvement populiste ou révolutionnaire n'a jamais réussi sans être canalisé par le biais d'un groupe organisé. Une masse populaire n'est qu'une des composantes du changement; mais cette masse doit être menée par un groupe organisé d’individus capables de prendre le relais si et quand un régime tombe. Ce blog voit la Conférence Nationale Souveraine non pas comme une panacée résolvant tous les problèmes, mais comme un outil d'organisation qui pourrait permettre au peuple gabonais et à ses dirigeants choisis, de se réunir et de décider d'un avenir et d’une stratégie commune. Cette conférence est pour ce blog un constructeur d’élan, une rampe de lancement.

Nous gabonais ne devons ni mal lire l’histoire, ni mal comprendre ses leçons. Les cubains, les tunisiens, les égyptiens, il y a des siècles le peuple français, etc., ne sont pas comme ça simplement descendus dans la rue et renversés leurs dictateurs; ces actions ont été les points culminants d'une avancée méthodique par des membres très courageux et organisés de ces sociétés. L'histoire humaine établie qu’à la longue, vivre sous l'oppression rassemble les gens, construit des ponceaux de compréhension entre personnes d'origines, de perspectives et de capacités très différentes, et fini par établir une relation de coopération tournée vers l'avenir entre ces gens qui, en d’autres circonstances, préfèreraient fonctionner en vase clos. Telle est la situation au Gabon par les temps qui courent, où il se dégage un consensus quasi irréfutable que le pays soit en déliquescence, que les choses doivent changer. Pris individuellement, la plupart des citoyens gabonais reconnaîtraient ce fait et pourraient même dire qu'ils sont prêts à se battre pour réaliser ce changement. Le problème a toujours été d’arriver à orienter tous ces gabonais fonctionnant en vase clos vers un regard porté dans une direction commune et de les faire travailler ensembles pour un objectif collectif. Les 45 ans de régimes Bongo ont fragmenté avec succès le peuple gabonais en petits îlots de soucis personnels et individuels, au détriment d'un solide sens d'objectifs centraux communs et ce blog voit la Conférence Nationale Souveraine comme un outil qui, s'il est utilisé de manière efficace et judicieuse, pourrait permettre à la pluralité du peuple gabonais de regarder dans la même direction et d’agir en conséquence. Il est clair que le régime va torpiller ces tentatives, mais c'est l'occasion de démontrer la force du peuple. Toutefois, si la multiplicité de l'opposition gabonaise ou ceux qui pensent qu'ils représentent l'opinion publique gabonaise, ne peut pas organiser une conférence réunissant l'ensemble de leurs partisans, comment pourraient-elle conduire à un changement de régime au Gabon? Plus de 10000 personnes se sont déjà inscrites pour la conférence. Il s'agit d'un très grand nombre, car si cette conférence a lieu et produit des résolutions demandant que le pays soit gouverné autrement, que va faire Ali Bongo? Envoyer son armée tirer sur 10000 personnes? Du succès de la Conférence Nationale Souveraine, un véritable mouvement populaire demandant le changement de régime pourrait éclore.

Pour ce blog, il n'y a donc pas de contradiction entre l'organisation de la Conférence Nationale Souveraine et un soulèvement populaire demandant le départ d’Ali Bongo du pouvoir; nous considérons même les deux événements comme complémentaires. Avec la réussite de la Conférence Nationale Souveraine, il serait plus probable que le peuple gabonais gagne en confiance de ses capacités à déterminer son propre avenir. La Conférence Nationale Souveraine ne doit pas être tenue au nom d'un unique parti politique, mais d'un corps de doctrines cohérent pour le peuple gabonais tout entier demandant de prendre le contrôle de son destin. Ce blog est d'avis que de cette effervescence sociale, politique et intellectuelle, pourrait vraiment être formée une coalition solide entre les dirigeants de l'opposition et les masses populaires; coalition qui pourrait pousser Ali Bongo hors du pouvoir. Mais certains diront que les Egyptiens ou les Tunisiens n'ont pas eu besoin d'une Conférence Nationale Souveraine, qu'ils sont descendus dans la rue et ont remporté des victoires décisives contre leur dictateur. Ce type d'analyse serait erroné car il est un fait que ce qui s’est passé en Egypte a été le résultat d'un processus dont la progression s’est déroulée au cours des 10 dernières années. Ce fut le point culminant d'une réaction en chaîne qui a commencé avec les manifestations de rue de l'an 2000 en solidarité avec l'Intifada palestinienne, et aussi de la guerre de Moubarak contre les Frères musulmans dans les années 1990. Pour ceux qui ne s’en souviennent pas, en l'an 2000 des dizaines de milliers d'Egyptiens ont marché et la police a brutalement écrasé ces marches pacifiques et arrêté des centaines de personnes. En Mars 2003, plus de 30000 Egyptiens ont été attaqués par la police alors qu'ils tentaient d'organiser un meeting sur la place Tahrir. En 2004, des activistes égyptiens ont lancé le «mouvement Kefaya», qui était un mouvement anti-Moubarak et famille. Les activistes du mouvement Kefaya ont commencé à utiliser les réseaux sociaux pour changer la culture politique dans leur pays et demander aux millions d'Egyptiens de ne plus avoir peur de Moubarak, quelque chose d'inimaginable quelques années seulement auparavant. En Décembre 2006, les ouvriers du textile en Egypte ont fait grève pour protester contre le gouvernement, quelque chose d'inouï auparavant. En Avril 2008, une révolte a eu lieu en Egypte à cause du prix du pain. Les forces de sécurité ont maté la révolte en deux jours, faisant au moins trois morts et des centaines de blessés, d’arrêtés et de torturés. A partir de ce moment-là, l'Egypte a continué à être le théâtre, presque sur une base quotidienne, de grèves et de sit-in des travailleurs, et de petits rassemblement d’activistes dans le centre du Caire et dans les provinces, tenant des meeting réguliers. Ces meetings quotidiens parlant d’économie et de politique et les protestations contre le régime, signifiaient que la légitimité de Moubarak subissait continuellement une érosion. En Octobre 2010, le grand public égyptien était définitivement bien préparé, socialement et politiquement, à jouer pleinement son rôle dans le renversement du dictateur. La dissidence avait atteint son apogée.

Ce blog est convaincu qu'une trajectoire similaire est en train de se produire au Gabon depuis un certain temps; voir depuis des années. Le départ d'Ali Bongo du pouvoir sera le résultat d'un long processus qui a commencé sous son père. Nous pouvons déjà percevoir qu’au Gabon, le mur de la peur est en train de s’écrouler petit à petit. La clé de notre succès est que le sens de la possibilité de reconstruire un Gabon à notre image collective, doit être nécessairement transmis à l'auditoire le plus large possible de gabonais. Rien ne favorise l'érosion d'un dictateur plus que la certitude de savoir qu'il y ait solidarité de tous les citoyens contre lui; que tous les Gabonais partagent le même désir de libération et sont prêts à prendre des mesures en ce sens. Nous croyons que la Conférence Nationale Souveraine est un pas dans cette direction collective.

Certains compatriotes pourraient se demander pourquoi nous parlons de stratégie de manière si déployée; car le régime va maintenant savoir ce que nous pensons et pourrait se préparer en conséquence. Notre réponse est qu'il n'y a pas de secret à propos de ce que les gabonais désirent et si l'objectif populaire est d'avoir un changement de régime, Ali Bongo même s’il le sait, ne peut arrêter une population déterminée.

Comments

  1. HI,

    This is very good blog, good information i like to visit your blog again and again because of new updates.

    Regards
    Gokakmills

    ReplyDelete
  2. Thanks for your visit and your kind words. We do our best to provide a useful outlet for ideas; something that is missing too often in Gabon.

    Regards

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE