WHY DOES ALI BONGO WANT TO ABSOLUTLY SETTLE SCORES WITH JEAN CHRISTOPHE OWONE NGUEMA? POURQUOI ALI BONGO TIENT-IL TANT QUE ÇA Á RÉGLER SON COMPTE Á JEAN CHRISTOPHE OWONE NGUEMA?


Jean Christophe Owone Nguema




English version


The news that Jean Christophe Owone Nguema has been chased and shot at by Ali Bongo security forces is serious enough, but what is even more alarming is that this latest episode follows a series that started months ago and continues to escalate. At first, Jean Christophe Owone Nguema was accused of having hired a pyromaniac to set Libreville on fire. The recording presented as proof by the Gabonese authorities was debunked as a fake by this blog; we never heard again of that recording. Then Jean Christophe Owone Nguema's son was abducted by security forces under the false pretense of a fictitious traffic accident. Then, the event of yesterday when security forces opened fire on Jean Christophe Owone Nguema. What would be next? Why is the regime persecuting this Gabonese citizen? What crime has he committed?

Jean Christophe Owone Nguema is known for being a businessman, one of the few self made men of Gabon. He created the driving school Lyno of which he was the CEO, before entering politics and becoming a member of the PDG and a parliamentarian. Upon Ali Bongo arrival to power, he opposed a constitutional amendment which gave to Ali Bongo imperial power. He was sanctioned for this action by his party which suspended his salary despite the fact that members of parliament are paid through the national treasury and not by their parties, but in Gabon, these fine details of the law are not observed by those in power. In the end, he left the PDG party and joined the ranks of the opposition. Since then, he has been at the receiving end of a very dangerous intimidation campaign from Ali Bongo security forces. Why is this particular individual more of a target of the regime? Why does the regime what to quiet him?

It is clear to all who have eyes to see and ears to hear, that Ali Bongo enjoys taking people’s freedom away. He is very found of firing people from some administration jobs for no reason at all, or because he estimates that they are supporters of the opposition; he enjoys to prevent members of the opposition from travelling, just because he has the power to do so, no particular reason. As if it is his way of asking them: "what does it feel like to have no freedom?" Given Ali Bongo's arrogance, as a regards himself as the highest authority in the land, he cannot stomach to have somebody like Jean Christophe Owone Nguema tell him no. Tell him that they disagree with him and that they are not willing to go along with their nonsense; and for that Jean Christophe Owone Nguema much pay because Ali Bongo, as al dictators, do not want to be seen as softhearted. So in his own mind, he must be very strict with his rules and apply the toughest consequences. Ali Bongo believes that his opinion is the only rule that exists and the actual law is subordinate to his opinion. Ali Bongo seems to want to make an example of Jean Christophe Owone Nguema so others would know just how tough Ali Bongo is.

Ali Bongo like other dictators believes that to remain powerful, he needs to make sure that no one ever makes a stand and fight back against him. For this purpose, he uses the Gabonese security forces to inflict physical intimidation, as well as emotional and psychological terror, to frighten those who oppose him and bring them down to submission. Whatever happens to Jean Christophe Owone Nguema is likely to be used as an example to others as what will happen to them if they oppose Ali Bongo again. The Gabonese people must say no these intimidation tactics and prepare to strike back if and when Ali Bongo attempts to intimidate the opposition by using political violence.






Version française


La nouvelle de la filature de Jean-Christophe Owone Nguema, suivie de coups de feu nourris par les forces de sécurité d'Ali Bongo, est suffisamment grave; mais ce qui est encore plus alarmant, est que ce nouvel épisode fait suite à une série qui a commencé il y a des mois et continue son escalade. Dans un premier temps, Jean-Christophe Owone Nguema fut accusé d'avoir engagé un pyromane afin de mettre le feu à Libreville. L'enregistrement présenté comme preuve par les autorités gabonaises a été discrédité comme un faux, par ce blog; nous n'avons plus jamais entendu parler de cet enregistrement. Puis le fils de Jean Christophe Owone Nguema a été enlevé par les forces de sécurité sous le faux prétexte d'un accident de la circulation fictif. Enfin, les évènements d'hier, qui ont vu les forces de sécurité ouvrir le feu sur Jean-Christophe Nguema Owone. Quel serait la prochaine étape? Pourquoi le régime persécute ce citoyen gabonais? Quel crime a-t-il commis?

Jean-Christophe Owone Nguema est connu pour être un homme d'affaires, l'un des rares self made men au Gabon. Il a créé l'auto école Lyno dont il était le PDG, avant d'entrer en politique et devenir membre du PDG et parlementaire. Après l'arrivée au pouvoir d'Ali Bongo, il s'est opposé à des amendements constitutionnels qui donnaient à Ali Bongo des pouvoirs impériaux. Il a été sanctionné pour cette action par son parti qui a suspendu son salaire, en dépit du fait que les députés sont payés par le trésor public et non par leurs partis; mais au Gabon, ces petits détails de la loi ne sont pas respectés par ceux au pouvoir. En fin de compte, il a quitté le PDG et a rejoint les rangs de l'opposition. Depuis lors, il au centre d'une campagne d'intimidation très dangereuse par les forces de sécurité d'Ali Bongo. Pourquoi cette personne en particulier est-elle plus une cible du régime que bien d'autres? Pourquoi le régime veut le réduire au silence?

Il est clair pour tous ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, qu'Ali Bongo affectionne d'arracher aux gens leur liberté. Qu'il adore congédier les gens de certaines administration sans aucune raison du tout, ou parce qu'il estime qu'ils sont des partisans de l'opposition; il exalte d'empêcher les membres de l'opposition de voyager, simplement parce qu'il a le pouvoir de le faire; sans aucune autre raison particulière. Comme si c'était sa façon de leur demander: "qu'elle impression ça fait de perdre sa liberté?" Compte tenu de l'arrogance d'Ali Bongo, se considérant comme la plus haute autorité du pays, il ne peut pas supporter que quelqu'un comme Jean-Christophe Owone Nguema lui dise non. Lui dise qu'il est en désaccord avec lui et qu'il n'approuve pas de ses bêtises; et pour cela Jean Christophe Owone Nguema doit payer le prix fort, parce qu'Ali Bongo, comme tous les dictateurs, ne veut pas être considéré comme mou. Ainsi, dans son esprit, il faut être très strict avec ses règles et appliquer les plus sévères conséquences. Ali Bongo croit que son opinion est la seule règle qui existe et que la loi réelle soit subordonnée à son opinion. Ali Bongo semble vouloir faire un exemple de Jean-Christophe Owone Nguema pour que les autres sachent à quel point s'opposer à Ali Bongo est périlleux.

Ali Bongo comme d'autres dictateurs estime que pour rester au pouvoir, il doit veiller à ce que personne ne se dresse jamais sur son chemin et ne le défie. Pour ce faire, il utilise les forces de sécurité gabonaises pour infliger des intimidations physiques, ainsi que la terreur émotionnelle et psychologique, dont le but est d'effrayer ceux qui s'opposent à lui et de les ramener à la soumission. Quoi qu'il arrive à Jean-Christophe Owone Nguema, il est clair que ses mésaventures sont susceptibles d'être utilisées comme exemples pour les autres; exemples de ce qui va leur arriver s'ils s'opposent de nouveau à Ali Bongo. Le peuple gabonais doit dire non à ces tactiques d'intimidation et se préparer à riposter si et quand Ali Bongo tente d'intimider l'opposition par la violence politique.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI