OLAM'S FINANCIAL HEALTH DETERIORATES. LA SANTÉ FINANCIÈRE D'OLAM SE DÉGRADE


Carson Block of/de Muddy Waters



English version


Olam, the Singaporean commodity supplier partly owned by Temasek Holdings Pte, has been in join venture with the government of Gabon, in fact this blog can say that it is a venture specifically with Ali Bongo. These ventures include about 50000 hectares of rubber plantations in Woleu-Ntem; a fertilizer plant in Port-Gentil and a Special Economic Zone in Nkok, in the suburbs of Libreville. But things started to sour for Olam in November 2012 when Muddy Waters published a report describing Olam's acquisitions and accounting practices as questionable and warning that the Singaporean firm may well collapse as did Enron. In reaction, Olam dismissed these charges as lacking substance and declared that it had enough liquidity to sustain any shortcoming of its investments or acquisitions. Then this week, the news came from UBS, the global financial firm headquartered in Switzerland, that Olam was being downgraded; which meant that UBS was urging its client to sell their shares of Olam before the worst happens to that Singaporean firm. Not a good sign for Olam.

1. What is the meaning of a financial downgrade?

UBS AG is a Swiss global financial services company which provides investment banking, asset management and wealth management services for private, corporate and institutional clients worldwide. It is also the largest bank in Switzerland, operating in more than 50 countries with about 65,000 employees. Firms such UBS have thousands of financial analysts whose job it is to analyze thousands of companies around the world and make recommendations to UBS clients or investors on the expected performance of these companies looking forward. These recommendations can be to buy, hold, accumulate, neutral, or sell a particular stock. These recommendations change on the basis of the data compiled by these analysts. A stock that is upgraded is one that analysts recommend to their clients as a buy because its value is likely to increase; while one that is downgraded is one that analysts recommend as a sell because its value is likely to fall. Therefore, an analyst may downgrade a stock from a buy to a sell, after they obtain information about the fact that a company's operation is likely to experience some significant problems.

2. What are the consequences for Gabon?

The problem for Gabon is that in its announcement of the downgrade of Olam, UBS said that this action was caused by UBS concerns over the costs of Olam's fertilizer project in Gabon and Olam’s overall financial health. Since October 2012, the value of Olam’s stock has declined by more than 50%. In its explanation of its decision, UBS said explicitly that they believed a 'sell' rating to be warranted and they were waiting for clarity on the Gabon project costs because they anticipate declining return on invested capital and equity etc. In other word, UBS is telling us that Olam’s is making bad investments in Gabon. UBS has consequently declared Olam to be below financial health levels and above distress, which is a strong signal that the company may go bankrupt. Given this very dramatic prognosis by a financial house such as UBS, it is curious that no one in the Gabonese presidential inner circle or in the Gabonese official press has said as much as a word about this development. The question we may ask is why Ali Bongo regime continues to say that Olam is adding value to Gabon’s economic profile when outside entities are saying that these investments are doomed to failure? Who is the regime trying to fool?

Olam continues to say that it faces no risk of insolvency. But as more and more people look into its finances, problems are becoming more alarming. When Muddy Waters first said that Olam was a house of cards, the response was that Muddy Waters wanted to attack Olam for its own profit. Now that UBS is saying the same thing, what would Olam say? More importantly, what would the Gabonese government reaction be?





Version française


Olam, la firme singapourienne en partie détenue par Temasek Holdings Pte, est en joint venture avec le gouvernement gabonais; en fait ce blog peut même dire que c'est une association directe en particulier avec Ali Bongo. Ces projets comprennent environ 50000 hectares envisagés pour des plantations d'hévéas dans le Woleu-Ntem; une usine d'engrais à Port-Gentil et une zone économique spéciale à Nkok, dans la banlieue de Libreville. Mais les choses ont commencé à se dégrader pour Olam en Novembre 2012, lorsque Muddy Waters a publié un rapport décrivant les acquisitions et les pratiques comptables d'Olam comme étant douteuses et avertissant que la firme singapourienne pourrait bien s'effondrer comme cela avait été observé pour Enron. En réaction, Olam a rejeté ces accusations comme manquant de substance et a déclaré qu'elle avait suffisamment de liquidités pour compenser toute lacune de ses investissements ou acquisitions. Alors cette semaine, les nouvelles sont venues d'UBS, la firme financière mondiale dont le siège est en Suisse, qui a annoncé qu'elle rétrogradait Olam; ce qui signifiait qu'UBS exhortait ses clients à vendre leurs actions d'Olam avant que le pire n'arrive à cette société singapourienne. Ce n'est pas un bon signe pour Olam.

1. Quel est le sens d'une dégradation de note financière?

UBS AG est une société Suisse de services financiers qui a une envergure mondiale et offre des services bancaires, d'investissements, de gestion d'actifs et de patrimoine; pour des clients privés, des entreprises et institutions à travers le monde. C'est aussi la plus grosse banque Suisse, présente dans plus de 50 pays avec environ 65000 employés. Des entreprises telles qu’UBS ont des milliers d'analystes financiers dont le travail consiste à analyser les entreprises à travers le monde et faire des recommandations aux clients ou investisseurs d’UBS, sur les performances futurs de ces entreprises. Ces recommandations peuvent être d'acheter, de détenir, d'accumuler, neutre, ou de vendre un titre en particulier. Ces recommandations changent sur la base des données recueillies par ces analystes. Une action qui est promue en est une que les analystes recommandent à leurs clients pour achat parce que sa valeur est susceptible d'augmenter; tandis que celle qui est dégradée est une que les analystes recommandent à la vente parce que sa valeur est susceptible de tomber. Par conséquent, un analyste peut procéder au déclassement d'une action d'un ordre d’achat vers celui d'une vente, après avoir obtenu des informations sur le fait que les opérations d'une entreprise données sont susceptibles de connaître des problèmes importants.

2. Quelles sont les conséquences pour le Gabon?

Le problème pour le Gabon est que dans son annonce de l'abaissement de la note d'Olam, UBS a déclaré que cette décision a été causée par des préoccupations sur les coûts du projet d'usine d'engrais d'Olam au Gabon et la santé financière globale de ce groupe. Depuis Octobre 2012, la valeur de l'action d'Olam a diminué de plus de 50%. Dans leur explication de cette décision, les analystes d'UBS ont déclaré explicitement penser qu'une recommandation de vente était justifiée et qu'ils attendaient plus de clarification sur les coûts du projet au Gabon parce qu'ils anticipent un mauvais retour sur le capital investi, sur les avoirs, etc. En d'autres termes, UBS est en train de nous dire qu'Olam fait de mauvais investissements au Gabon. UBS a par conséquent déclaré qu'Olam était en dessous du niveau de bonne santé financière et au dessus du niveau de détresse; ce qui est un signal fort que cette entreprise peut faire faillite. Compte tenu de ce pronostic très dramatique par une maison financière comme UBS, il est curieux que personne dans le cercle présidentiel gabonais ou dans la presse officielle gabonaise n'ait dit le moindre mot à propos de ce dernier développement. La question que nous pouvons poser est pourquoi le régime d'Ali Bongo continue de dire qu'Olam apporte une valeur ajoutée certaine au profil économique du Gabon quand des entités extérieures affirment que ces investissements sont voués à l'échec? Qui donc, ce régime tente de tromper?

Olam continue à dire qu'il ne court aucun risque d'insolvabilité. Mais plus les experts se penchent sur les finances d'Olam, plus les problèmes découverts sont alarmants. Lorsque Muddy Waters a d'abord dit qu'Olam était un château de cartes, la réponse d'Olam a été que Muddy Waters voulait les attaquer pour son propre profit. Maintenant qu'UBS dit la même chose, que va dire Olam? Plus important encore, quelle serait la réaction du gouvernement gabonais?

Comments


  1. Gabon : La vie chère, un nouveau grand assassin.

    -1 pain à 125 f cfa
    -1 petite boite de lait concentré sucré bonnet bleu a 650 f cfa
    -1 petite boite de lait Nestle a 750f
    -1 grosse boite de lait concentré sucré Bonnet Rouge a 1500 f cfa
    -1 grosse boite de lait Nestle 1700 f cfa
    -1 oeuf a 125 f cfa
    -5 doigts de bananes à 2000 f cfa
    -1 plaque de beurre à 750 f cfa
    -4 sardines fumées à 500 f cfa
    -6 atangas à 2000 f cfa
    -1 bâton de manioc à 300 f cfa
    -1 tas de crabes ( 3) à 3000 f cfa
    -1 bouteille d'huile a 1300 f cfa
    -1 paquet d'épinard à 500 f cfa
    -1 kg de cuisse de poule à 1200 f cfa
    -1 kg de cuisse dur à 1400 f cfa
    -1 kg de cotis à 1800 f cfa
    -1 kg de queue a 2500 f cfa
    -1 kg d'aile de poule à 1300 f cfa
    -1 kg d'aile de dinde à 1400 f cfa
    -1 kg de rognon à 1300 f cfa
    -1 kg de poisson frais à 2500 f cfa
    -1 kg de viande fraîche a 2500 f cfa
    - le riz, le taro, le tubercule de manioc, le tas de feuilles de manioc etc...
    - La consultation à l'hôpital en médecine générale entre 10 000 f cfa et 12 000 f cfa ( juste pour avoir une ordonnance médicale )
    - Le transport urbain officiellement à 100 f cfa "saucissonnage oblige" soit le triple du tarif.
    - Le louer - studio en dur - 1 chambre - salon - cuisine & douche interne selon les zones à partir de 130 000 f cfa.
    -Le parpaing ( brique ), la tôle, la planche, le chevron, le camion de sable, le sac de ciment etc...
    - Et tous les autres produits de consommation bref...

    - Le SMIG à 80 000 f cfa / mois au Gabon ( nombreux sont ceux qui travaillent encore pour moins que çà )
    - Une famille c'est au minimums 8 personnes sans oublier le cercle familial "africain"...

    La vie chère devient devant nos impuissants regards une cause de mortalité au Gabon frappant les plus démunis - comme d'habitude - et touchant même les classes moyennes sans aucune statistiques officielles - comme d'habitude - Que faisons-nous ?

    Tout action nécessite une prise en compte au préalable du phénomène perturbateur pour qu'à tous les niveaux de responsabilité des actions concrètes et efficaces soient menées pour juguler et stopper le phénomène. Citoyennement au-delà de nos divergences et positions et même ambitions, humblement je vous propose de signer la pétition AVAAZ Contre la vie chère au Gabon comme première approche au problème et espérant que d'autres compatriotes proposent ou posent les bases de la solution.

    "Mamo la vie chère au Gabon tue en silence !"



    Pétition AVAAZ CARTON ROUGE CONTRE LA VIE CHERE AU GABON
    http://www.avaaz.org/fr/petition/Carton_rouge_contre_la_vie_chere_au_Gabon_1/?wEEzkdb

    L'ACTION CONTINUE.


    N.B: ACTION CITOYENNE APOLITIQUE / VOTRE SOUTIEN EST PRECIEUX POUR LE GABON.

    SOURCE : http://www.lesaffairesdenousmemesnousmemes.com/2013/01/gabon-la-vie-chere-un-nouveau-grand.html

    ReplyDelete
  2. Ainsi va la vie de tous les jours au Gabon

    Charlie

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>