ALI BONGO PUBLISHES ANOTHER FALSE BIRTH DOCUMENT IN THE NEWSPAPER LE MONDE. ALI BONGO FAIT PUBLIER UN AUTRE FAUX DOCUMENT DE NAISSANCE DANS LE JOURNAL LE MONDE

Image: Le Monde




English Version

Ali Bongo is now a prisoner of the acceleration of his impostures; he can no longer turn back because the rubicon has been long crossed, he must move from crude lies to even more rude rougher fibs, hoping to convince the public that his birth in Brazzaville in 1959 is other than fiction. Unfortunately for him, it is a waste because the more he lies, the more proof to the contrary of what he says is easy to demonstrate.

In the daily Le Monde, Ali Bongo presented two documents, claiming to be genuine:

1. A photograph of a yellowed page supposed to belong to a civil registry of the municipality of Brazzaville. That the Ali Bongo camp claims to have been discovered a few weeks ago.

2. A picture supposed to have been taken in 1963, showing Alain Bongo with members of the Teale family and friend.

The problem Ali Bongo has, is that Brazzaville was the capital of French Equatorial Africa and it was in Brazzaville that could be found the best organized administration of this colonial space. We saw this attempt to add to lies and to falsehoods coming and were prepared for this eventuality. First, dear readers, it is on 15 January 1910 that was created in Brazzaville, the Government General of French Equatorial Africa (AEF). The system of registration of civil status of citizens begun at that time.

On 12 April 1934, the Standing Committee of the Government of AEF issued an order regulating for the first time the natives’ civil status. This order was as follows: "In AEF declarations of birth and death of people governed by local customs, those of marriages and children recognitions occurring following the same customs are declared, received and recorded in accordance with the provisions of this ordinance". Dear readers, what is more important to understand here is that this decree explicitly stated that these guidelines were mandatory especially for military personnel serving and retired and their descendants, for indigenous administrative workforce, for indigenous leaders recognized by the administration and their descendants, the descendants of all people who have been the subject of a previous declaration of civil status.

On 15 June 1939, a decree was published regulating marriages, and the order number 973 of 13 December 1940 implemented the decree: the marriages of native French subjects should be observed by the land, township or tribe chief of the wife’s residence who should be notified at least two months before the celebration. A marriage certificate is issued to them for this purpose. This decree reorganizing native-civil status in AEF made the declaration of weddings mandatory.

The decree of 12 May 1944 number 1054 made obligatory any statements regarding the civil status, including its modifications. To do this, the Government of General of AEF organized throughout the territory of the Middle Congo, a population control system by district. This operation was carried out village by village. This was the first administrative census whose objectives were overall headcount of inhabitants of the administrative district. All information on clans and families were recorded in a register entitled "monograph" open for each village, to be kept and filed with the greatest care into the archives.

In the framework of the Gaston Deferre Act of 1957, civil status within what was to become the Republic of Congo was revised in a decision numbered 78/57 of 12 December 1957, reorganizing the territory of the Middle Congo, the civil status of citizens under local law. This document registered under the symbol 1618/INT-AG of 12/26/58 is in place in Congo Brazzaville until today. So when Alain Bongo was supposedly born in 1959, it is the document which was in effect. So what does this document say?

1. Civil status registration centers and vital statistics staff

The main civil registration centers are located automatically in communal houses of districts in district capitals and administrative control station (PCA). They are led by the mayors or deputy mayors in municipalities, by district heads or PCA in districts or P.C.A.
The officers of civil status of the main centers have jurisdiction of:
- Receiving all the acts of civil status (births, deaths, children recognitions, marriages);
- Making the necessary entries on birth or marriage records deposited in the archives of the main center of civil status.

2. The civil registers

The Vital facts are recorded in the registers. Separate records are established based on the nature of the event (births, deaths, marriage). The register is kept in double with one with detachable cover.
- For births the register comprises: a strain for archiving; a voucher No. 1 completed in the secondary center and destined to the main center of the service.

3. Procedures for registration of acts of civil status

Urban deliveries generally occur in maternity hospitals. Midwives chronologically record all births regardless of the condition of the newborn. For live births the midwife establishes a declaration of birth that is given to the mother of the child. The declaration of birth contains the following information:
-The Date and time of birth.
-The Gender of the child.
-The Choice of names and surnames of the newborn made by parents.
-The Names and residence of the mother and father of the newborn.

Within 30 days following the birth of the child, a parent comes to the civil registration center of the Town, with the declaration of birth and the identification of the father and the mother of the newborn. In the civil status center the declarant is received by the clerk who transcribes the information contained in the declaration of birth and other information in the birth register in one copy. The cost of this activity is 1000 CFA francs. The withdrawal of the birth certificate for the parent is done one or two days after the declaration, and after being signed by the registrar.

Dear readers, we have given you all the information to conclude that the document presented in the newspaper Le Monde is a new false document for the following summarized reasons:

1. In 1959, we are told that Albert Bongo, the alleged father, was a soldier in the French colonial army. Therefore, he was under the weight of the imperative statement to declare every birth of a child. How the son of a soldier in the French army was able to grow up, go to school, without a birth certificate, if he had to go back to the archives of the municipality of Brazzaville to find bits of information in an unidentified? If the birth certificate was lost, when has it lost? We must be able to trace a copy of the original in a school somewhere! It is this original that will be compared to what is in the Nantes archives that have already been visited independently by Pierre Péan and by our blog, and maybe also by other Gabonese, without finding a trace of a birth certificate for Alain Bongo; So if we are suddenly presented with a birth certificate saying that it was found at the bottom of a suitcase, someone will have to explain this magic.

2. Alain Bongo is assumed to have been born at the General Hospital of Brazzaville, which was brand new in 1959 and was the most advanced in all of AEF; it was also in the hands of the Health Services Administration of the French Military. The obstetrician and midwife who delivered the baby certainly issued a declaration of birth with specific information. This declaration of birth was established administratively, that is to say with the authors' names, signatures and stamp of the hospital.

3. It is with this declaration of birth in hand that Albert Bongo and Josephine Nkama went supposedly to the Vital services to get the birth certificate established. The document in Le Monde said that this was done on 10 February 1959. Apparently, Josephine Nkama who fled the hospital the day before, a few hours after cesarean section, because civil war had broken out in Brazzaville, was no longer afraid the next day and went to the administrative services; her civil war certainly had decided to observe a truce to host the Alain Bongo child and enable the establishment of a his birth certificate.

4. It can be assumed that the parents of Ali Bongo handed an official declaration of birth with signatures and stamps proving its authenticity to the civil registration services; but curiously, the transcript that was made by the civil status official of this piece of paper that is not official, that is to say without header, with no indication of detachable vouchers associated in this document, but especially with a unique signature and without administrative stamp, tells us that this piece of paper is by no means an administrative document. Dear readers, a document is administrative only if it is signed and duly stamped. This piece of paper is absolutely nothing and has no administrative value. In addition, the shape of these writings is not consistent with the administrative process of the time, even if the documents were written by hand. When they need go to the next line, the document does not. The sentences are aligned without following the administrative Protocol. This is a fake.

5. Chronologically, it is after receiving the declaration of birth and transcribed the information that the birth certificate was established within 48 hours. We can therefore say that the Bongos were in possession of the birth certificate issued by the administrative service; where is the birth certificate? The problem, dear readers is that the Bongos think that they are clever, they will say that they have lost the birth certificate because all copies are archived in Nantes and if they produce a false birth certificate, people will simply to go check in Nantes to know that it is a fake. They want to limit their affirmation to the transcription of information in the birth register of the municipality; but they do not know that the copies of these registers are also archived in Nantes and Ali Bongo as birth number 47 registered on 10 February 1959 does not exist anywhere. You will also notice that the Bongos present a so-called town hall transcription document, but they do not have the declaration of birth that has been issued by the hospital. They will tell you that this was also lost in the archives of the town hall building. These birth certificates are archived in Nantes and the name Alain Bongo does not appear anywhere.

Dear readers, we could write 10 pages on the subject, but you do realize that with the Bongos we are swimming in full falsehoods. In the next post, we will discuss the ridiculous photo made with the Teale family that could only fool a 2 years child.



Version Française

Ali Bongo est désormais prisonnier de l’engrenage de ses impostures; ne pouvant plus reculer car le rubicond a été passé depuis longtemps, il lui faut aller de grossiers mensonges en canulars encore plus grossiers, pour espérer faire tenir devant l’opinion, que sa naissance à Brazzaville en 1959 ne relève pas de la fiction. Mais malheureusement pour lui, c’est peine perdue car plus il ment, plus la démonstration du contraire de ce qu’il dit est facile est à faire.

Dans le quotidien Le Monde, Ali Bongo a présenté les deux documents suivants, prétendant qu’ils soient authentiques:

1. Une photographie d’une page jaunie supposée appartenir à un registre d’état civil de la mairie de Brazzaville. Que le camp Ali Bongo affirme n’avoir découvert qu’il y a quelques semaines.

2. Une photo supposée avoir été prise en 1963, d’Alain Bongo en compagnie de membres de la famille Teale et amie.

Le problème qu’a Ali Bongo est que Brazzaville fut la capitale de l’Afrique Equatoriale Française et c’est à Brazzaville que se trouvait l’administration la mieux organisée de cet espace colonial. Nous avons vu venir cette tentative d’ajouter du mensonge au mensonge et étions préparés à parer à cette éventualité. Premièrement chers lecteurs, c’est le 15 Janvier 1910 qu’est créé à Brazzaville, le Gouvernement General de l’Afrique Equatoriale Française (AEF). Le système d'enregistrement des états civils des citoyens commence à ce moment-là.

Le 12 Avril 1934, la Commission Permanente du Gouvernement de 1'AEF prit un arrêté réglementant pour la première fois l'état-civil indigène. Cet arrêté se lisait comme suit: "En AEF les déclarations de naissance et de décès des personnes régies par les coutumes locales, celles des mariages et des reconnaissances d'enfants intervenues suivant les mêmes coutumes sont constatées, reçues et enregistrées conformément aux dispositions du présent arrêté". Chers lecteurs, ce qui est plus important de comprendre ici, est que cet arrêté disait explicitement que ces directives étaient impératives surtout pour les militaires en service ou retraites et leurs descendants, les indigènes appartenant aux cadres administratifs, les chefs indigènes reconnus par l'administration et leurs descendants, les descendants de toutes personnes avant fait l'objet d'une précédente déclaration d’Etat-civil.

Le 15 Juin 1939, un décret était publié règlementant les mariages, et l'arrêté numéro 973 du 13 décembre 1940 mettait en application ledit décret : les mariages des indigènes sujets français devraient être constatés par le chef de terre, de canton ou de tribu de la résidence de l'épouse qui devrait en être prévenu au moins deux mois avant leur célébration. Un certificat de mariage leur est délivré à cet effet. Ce décret réorganisant 1'état-civil indigène en AEF rendit obligatoire les déclarations de mariages.

L'arrêté numero1054 du 12 mai 1944 rendit obligatoire toutes les déclarations concernant l'état-civil, y compris ses modifications. Pour ce faire, le Gouvernement General de 1'AEF organisa sur toute l'étendue du territoire du Moyen Congo, un système de contrôle des populations par districts. Cette opération s'effectua village par village. Ce fut le premier recensement administratif dont les objectifs étaient le dénombrement global des effectifs d'habitants de la circonscription administrative. Tous les renseignements sur les clans et les familles étaient enregistrés dans un registre intitulé "monographie", ouvert pour chaque village pour être conservé et déposé avec le plus grand soin aux services d’archives.

Au terme de la loi cadre Gaston Deferre de 1957, l'état-civil en ce qui allait devenir la République du Congo fut révisé dans une délibération numéro 78/57 du 12 décembre 1957, réorganisant dans le territoire du Moyen Congo, l'état-civil des citoyens de statut civil de droit local. Ce document enregistré sous le sigle 1618/INT-AG du 26/12/58 est le texte en vigueur au Congo Brazzaville jusqu’aujourd’hui. Donc quand Alain Bongo est supposément né en 1959, c’est ce document qui était en vigueur. Que dit donc ce document?

1. Les centres d'état-civil et le personnel d'état-civil

Les centres principaux d'état-civil sont situés d'office dans les maisons communes d'arrondissement et dans les chefs-lieux de district et de poste de contrôle administratif (P.C.A). Ils sont tenus, par les maires ou adjoints au maire dans les communes, par les chefs de district ou de P.C.A. dans les districts ou P.C.A.
Les officiers d'état-civil des centres principaux ont compétence pour:
- recevoir tous les actes d'état-civil (naissances, décès, reconnaissances d'enfants, mariages);
- porter les mentions nécessaires sur les registres de naissance ou mariage déposés aux archives du centre principal d'état-civil.

2. Les registres d'état civil

Les faits d'état-civil sont enregistrés sur des registres. Des registres distincts sont établis selon la nature de l'évènement (naissances, décès, mariage). Le registre est tenu en double dont un avec volet détachables.
- Pour les naissances le registre comprend: une souche destinée à l'archivage; un volet no 1 rempli au centre secondaire et destiné au centre principal du ressort.

3. Procédures d'enregistrement des faits d'état-civil

En milieu urbain les accouchements surviennent généralement dans les maternités. Les sages-femmes enregistrent chronologiquement tous les accouchements quel que soit l'état du nouveau-né. Pour les naissances vivantes la sage-femme établit un certificat d'accouchement qu'elle remet à la mère de l'enfant. Le certificat d'accouchement contient les informations suivantes:
-Les dates et heure de naissance.
-Le sexe de l'enfant.
-Les choix des noms et prénoms du nouveau-né faits par les parents.
-Les noms et domicile de la mère et du père du nouveau-né.

Dans les 30 jours qui suivent la naissance de l'enfant, l'un des parents se présente au centre d'état-civil de la Maison Commune de la ville, muni du certificat d'accouchement et des pièces d'identité du père et de la mère du nouveau-né. Au centre d'état-civil le déclarant est reçu par le commis qui transcrit les informations contenues dans le certificat d'accouchement et d'autres informations sur le registre des naissances avec volets et en un seul exemplaire. Le coût de la déclaration s'élève à 1000 F CFA. Le retrait du volet destiné au parent se fait un ou deux jours après la déclaration, et après signature par l'officier d'état civil.

Chers lecteurs, nous vous avons donné tous les renseignements nous permettant de conclure que le document présenté dans le journal Le Monde est un nouveau faux document pour les raisons récapitulatives ci-après:

1. En 1959, on nous dit qu’Albert Bongo, le présumé père, était militaire dans l’armée coloniale française. Par conséquent, il était sous le poids de la déclaration impérative de toute naissance d’un enfant. Comment le fils d’un militaire de l’armée française a pu grandir, aller à l’école, sans acte de naissance, s’il a fallu retourner aux archives de la mairie de Brazzaville pour retrouver des bribes d’information dans un registre non identifié? Si l’acte de naissance s’est perdu, à quel moment s’est-il perdu ? On doit pouvoir retrouver la trace d’une copie de l’original dans une école quelque part ! C’est cet original qui sera confronté aux archives de Nantes qui ont déjà été visités indépendamment par Pierre Péan et pas notre blog, et peut être aussi par d’autres Gabonais, sans y trouver la moindre trace d’un acte de naissance d’Alain Bongo; donc si on nous sort subitement un acte de naissance disant avoir été trouvé au fond d’une cantine, il va falloir nous expliquer cette magie.

2. Alain Bongo est supposé né à l’hôpital General de Brazzaville, tout neuf en 1959 et qui était le plus avancé de toute l’AEF; de surcroit sous administration des services de Santé Militaire Français. L’obstétricien et les sages-femmes qui ont procédé à l’accouchement lui ont certainement délivré un certificat d’accouchement contenant des renseignements spécifiques. Ce certificat d’accouchement était établit de manière administrative, c'est-à-dire avec les noms des auteurs, leurs signatures et le cachet de l’hôpital.

3. C’est avec ce certificat d’accouchement qu’Albert Bongo et Joséphine Nkama se sont supposément présentés aux services d’état-civil pour se faire établir l’acte de naissance. Le document présenté dans Le Monde nous dit que cela s’est fait le 10 février 1959. Apparemment, Joséphine Nkama qui avait fui l’hôpital la veille, quelques heures après sa césarienne parce que la guerre civile avait éclatée à Brazzaville, n’a plus eu peur le lendemain, et s’est rendue dans les services administratifs; sa guerre civile avait certainement décidé d’observer une trêve pour accueillir l’enfant Alain Bongo et lui permettre l’établissement d’un acte de naissance.

4. On peut supposer donc que les parents d’Ali Bongo ont remis un certificat d’accouchement officiel avec signatures et cachets attestant de foi, aux services d’état-civil; mais curieusement, la transcription qui en été faite par l’officiel d’état-civil sur ce bout de papier qui n’a rien d’officiel, c'est-à-dire sans entête, sans indication de volets détachables ayant été associés à ce document, mais surtout avec une signature unique et sommaire et sans cachet administratif, nous dit que ce bout de papier de représente en rien une saisie administrative. Chers lecteurs, un document n’est administratif que s’il est visé et dument cacheté. Ce bout de papier ne représente absolument rien et n’a aucune valeur administrative. En plus, la forme de ces écrits, ne représente pas la saisie administrative conforme à l’époque, même si les documents étaient saisis à la main. Quand il faut aller à la ligne, le document ne le fait pas. Les phrases s’alignent sans suivre le Protocol administratif. C’est un faux.

5. Chronologiquement, c’est après avoir reçu le certificat d’accouchement, et retranscrit l’information que l’acte de naissance était établit dans les 48 heures. Nous pouvons donc dire que les Bongo sont rentrés en possession de l’acte de naissance que leur a délivré l’administration; où est passé cet acte de naissance? Le problème, chers lecteurs est que les Bongo se croient malins, ils vont dire qu’ils ont perdu l’acte de naissance, car toutes les souches sont archivées à Nantes et s’ils produisent un faux acte, il suffira d’aller vérifier à Nantes pour savoir que c’est un faux. Ils veulent se limiter à la transcription d’information dans le registre des naissances de la mairie; mais ils ne savent pas que les souches de ces registres sont aussi archivées à Nantes et Ali Bongo comme naissance numéro 47 enregistrée le 10 février 1959, n’existe nulle part. Vous remarquerez aussi que les Bongo présentent un soit disant document de transcription de la mairie, mais ils ne présentent pas le certificat de naissance qui leur a été délivré par l’hôpital. Ils vous diront que ce document est lui aussi perdu dans les archives de la mairie. Ces certificats de naissances sont archivés à Nantes et le nom Alain Bongo n’apparait nulle part.

Chers lecteurs, nous aurions pu écrire 10 pages sur le sujet, mais vous vous rendez bien compte que nous nageons avec les Bongo en pleine fausseté. Dans le prochain billet, nous traiterons de la ridicule photo faite avec la famille Teale qui ne pourrait tromper qu’un enfant de 2 ans.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR