THE GABONESE JUSTICE SYSTEM REFUSES TO RECEIVE THE COMPLAINT OF THE OPPOSITION AGAINST ALI BONGO. LA JUSTICE GABONAISE REFUSE DE RECEVOIR LA PLAINTE DE L’OPPOSITION CONTRE ALI BONGO

Sidonie Flore Ouwe (photo: Gabonreview)




English version

The article below is from Jonas Moulenda, an independent Gabonese journalist.



THE COURT OF LIBREVILLE DECLARES ITSELF UNSUITED


THE Court of First Instance of Libreville has declared itself an incompetent jurisdiction on the subject of the request by the members of the United Front of the Opposition against President Ali Bongo Ondimba for forgery (fake birth certificate).

At a press conference held the late morning this Saturday, the Prosecutor of Libreville, Sidonie Flore ouwe, said that the President of the Republic could only be prosecuted before the High Court of Justice, a not permanent court.

Thus, the Libreville court ruled that the procedure would not move forward for lack of standing by the applicants and multiplicity of interests. Leaning on Article 78 of the Constitution, Sidonie Flore ouwé said that only the parliament, the constituted institutions may apply to the High Court of Justice for high treason and violation of oath.

On 18 November, the Gabonese opposition, represented by Mr. Jacques Adiahenot, Casimir Oye Mba, Luke Bengone Nsi, and many others, filed a complaint with the Civil Court for false writing about the birth certificate of the President of the Republic deemed fake.

On friday night, the Libreville court therefore declared itself not competent to hear the case, arguing that it can only be treated by the High Court of Justice. "Only MPs and senators can charge the current President and send him to the highest court. The office of president is protected, this protection extends to the person occupying it," concluded the Prosecutor of Libreville.

Commentary by Annoying Gabon:

1. Can a president be sued? In almost all countries of the world, the president enjoys immunity generally covering all the acts committed in the exercise of this function. But in cases of serious crime against the nation, the High Court of Justice must be called to initiate the impeachment of the president.

2. What happens when the acts the president is accused of occurred prior to taking office? In this case, physical and legal persons may file complaints against the individual who became president, and these complaints should be heard by the competent courts. By refusing to accept the complaint of the opposition, the Prosecutor of the Republic, Madame Sidonie Flore ouwé, has conducted a legal abuse. Let us clearly explain this point so as to be understood by all: remember dear readers that in 1998, when he was President of France, a complaint was filed against Jacques Chirac by a Parisian taxpayer accusing him of forgery and use of forgery in the award of fictitious jobs in the Paris City Hall, while he was mayor there, of members of his party. The Court of Paris decided to open the instruction on 6 January 1999, for forgery of official documents, illegal taking of interest, embezzlement, concealment, complicity and destruction of evidence, against the French President in office and his accomplices. The Chirac camp invoked presidential immunity, but the Court of Appeal of Paris ruled that the charges were not covered by that immunity and that the complaint should continue its course, but the penalty, if there was one, could only be served after the departure of Chirac from power.

On 30 January 2004, the Criminal Court of Nanterre delivered a guilty verdict against the protagonists. During the deposition, the current President at the time was heard in his defense. On 16 May 2007, Chirac left the Presidency; but on 21 November 2007, the investigating judge convicted Jacques Chirac for "embezzlement".

3. Conclusion: it is a misreading of the law to think that the Presidential immunity applies to the case of the birth certificate of Ali Bongo. The Legal proceedings should continue regardless of the presence of Ali Bongo at the head of Gabon. Indeed, there is high treason and the High Court of Justice must be seized to dismiss him; but there is also the crime of forgery which puts in complicity Ali Bongo, Akagassa and others. The prosecutor cannot declare herself incompetent to deal with that complaint because it is from the beginning a crime of forgery, simply put; even if the President is an accomplice, and it ends as a crime against the constitution because the forgery was used to go around the constitution. So there is a convergence of crimes: first the forgery of public documents; then use this forgery by Ali Bongo, then the acceptance of this forged document by the CENAP and the Constitutional Court, which affirmed that it was no wrong by rejecting the complaint of Luc Bengone Nsi; and finally the crime of having an impostor at the presidency of Gabon who, by providing false documents, made himself eligible when he was not. It's heavy, dear readers, and this is serious. The prosecutor cannot reject the complaint because the crimes are too clear and Ali Bongo’s complicity too obvious; similarly, the High Court of Justice cannot refuse to hear the matter because the Gabonese constitution was shredded by Ali Bongo and his accomplices. In saying that only the High Court of Justice has jurisdiction in this matter, Ms. ouwé deliberately deceives and is simply obstructing the justice that the people are asking for. She knows that the parliament will never request the involvement of the High Court of Justice, and the non-admissibility of the complaint by the tribunal of Libreville locks in Gabon any judicial proceedings against the treachery of Ali Bongo.

If the case of Jacques Chirac’s fictitious jobs that was not a constitutional violation, could be heard by the courts in France, while Chirac was president; what prevents Ali Bongo’s case which is a thousand times more severe, to be heard? In any case, not the presidential immunity, which does not apply here! For those who ask, on this issue of presidential immunity, the Gabonese and French constitutions are almost identical.




Version française

L’article ci-dessous est de Jonas Moulenda, Journaliste Gabonais indépendant.



LE TRIBUNAL DE LIBREVILLE SE DÉCLARE INCOMPÉTENT


LE tribunal de première instance de Libreville se déclare incompétent au sujet de la requête des membres du Front uni de l'opposition contre le président Ali Bongo Ondimba pour inscription en faux (faux acte de naissance).

Lors d'une conférence de presse tenue ce samedi en fin de matinée, le procureur de Libreville, Sidonie Flore Ouwé, a déclaré que le président de la République en exercice ne peut être poursuivi que devant la Haute Cour de justice, une juridiction non permanente.

De fait, le tribunal de Libreville a déclaré la procédure irrecevable pour défaut de qualité des réquérants et multiplicité d'intérêts. S'appuyant sur l'article 78 de la Constitution, Sidonie Flore Ouwé a rappelé que seul le parlement, les institutions constituées peuvent saisir la Haute Cour de Justice pour acte de haute trahison et de violation de serment.

" Pour le caractère sacré de sa fonction, le président de la République ne peut pas être attrait devant un tribunal de droit de commun. C'est une disposition qu'on trouve dans tous les pays du monde. Le tribunal de Libreville ne pouvait pas donner l'autorisation d'assigner le président de la République," a expliqué Mme Ouwé.

Le 18 novembre dernier, l'opposition gabonaise, représentée par Messieurs Jacques Adiahenot, Casimir Oyé Mba, Luc Bengone Nsi et tutti quanti, avait introduit une requête auprès du tribunal civil pour inscription de faux au sujet de l'acte de naissance jugé faux du président de la République.

Vendredi soir, le tribunal de Libreville s'est donc déclaré incompétent pour connaître de cette affaire, estimant que celui-ci ne peut être traité que par la Haute Cour de Justice. " Seuls les parlementaires, les députés et les sénateurs, peuvent inculper le président en exercice et l'envoyer devant cette haute juridiction. La fonction du président étant protégée, cette protection s'étend à la personne qui l'occupe," a conclu le procureur de Libreville.


Le commentaire de Gabon Enervant :

1 Peut-on poursuivre un Président? Dans presque tous les pays du monde, le président de la République jouit généralement d'une immunité couvrant tous les actes qu'il commettrait dans l’exercice de cette fonction. Mais en cas de crime grave contre la nation, la Haute Cour de Justice doit être saisie pour engager la destitution du président.

2 Que se passe-t-il quand les actes reprochés au président sont antérieur à sa prise de fonction? Dans ce cas, des personnes physiques et morales peuvent déposer des plaintes contre l’individu devenu président, et ces plaintes doivent être entendues par les tribunaux compétents. En refusant de recevoir la plainte de l’opposition, le Procureur de la République, Madame Sidonie Flore Ouwé, a procédé à un abus juridique. Nous nous expliquons clairement sur ce point de manière à être compris de tous: souvenez-vous chers lecteurs, qu’en 1998, alors qu’il était président en exercice en France, une plainte fut déposée contre Jacques Chirac par un contribuable parisien l’accusant de faux et usage de faux dans l’attribution d’emplois fictifs à la Mairie de Paris, alors qu’il y était maire, à des membres de son parti. La Cour de Paris se prononça pour l’ouverture de l'instruction le 6 janvier 1999, pour faux en écritures publiques, prise illégale d'intérêt, détournement de fonds publics, recel, complicité et destruction de preuves, contre le Président Français en exercice et ses complices. Le camp Chirac invoqua l’immunité présidentielle, mais la Cour d'Appel de Paris jugea que les faits reprochés n’étaient pas couverts par cette immunité et que la plainte devait poursuivre son cours, mais la sentence infligée, si sentence il y avait, ne pourrait être servie qu’après le départ de Chirac du pouvoir. Le 30 janvier 2004, le tribunal correctionnel de Nanterre prononça un jugement de culpabilité contre les protagonistes. Au cours des dépositions, le Président en exercice, fut entendu pour sa défense. Le 16 Mai 2007, Chirac quitta la Présidence; mais le 21 novembre 2007, le juge d’instruction mettait Jacques Chirac en examen pour « détournement de fonds publics ».

3 Conclusion : c’est une mauvaise lecture du droit de penser que l’immunité Présidentielle s’applique à l’affaire de l’acte de naissance d’Ali Bongo. L’instruction juridique devrait se poursuivre indépendamment de la présence d’Ali Bongo à la tête du Gabon. Effectivement, il y a haute trahison et la Haute Cour de Justice doit s’en saisir pour le destituer ; mais il y a aussi le crime du faux et usage de faux qui lui, met en complicité Ali Bongo, Akagassa et les autres. Le Procureur de la République ne peut se déclarer incompétente à traiter de cette plainte car c’est au départ un crime en écriture tout simplement, même si le Président en exercice en est complice, et à l’arrivée un crime contre la constitution parce que le faux en écriture a été utilisé pour escamoter la constitution. Il y a donc une convergence de crimes: d’abord le faux en écriture publique ; puis l’usage de ce faux par Ali Bongo, puis l’acceptation de ce faux par la CENAP et la Cour Constitutionnelle qui a affirmé que le faux n’existait pas en rejetant la plainte de Luc Bengono Nsi; puis finalement le crime d’avoir un imposteur à la présidence du Gabon qui, muni de faux papiers, s’est rendu éligible alors qu’il ne l’était pas. C’est lourd, chers lecteurs, et c’est grave. Le procureur de la République ne peut pas rejeter cette plainte, car les éléments criminelles sont trop clairs et la complicité d’Ali Bongo, trop évidente; de la même façon, la Haute Cour de justice ne peut pas refuser d’instruire la question, car la constitution gabonaise a été déchirée par Ali Bongo et ses complices. En disant que seule la Haute Cour de Justice a juridiction dans cette affaire, Madame Ouwé se trompe délibérément et fait simplement obstruction à la justice que demande le peuple. Elle sait que le parlement ne saisira jamais la Haute Cour de Justice, et que la non recevabilité de la plainte par le Tribunal de Libreville verrouille au Gabon, toute procédure judiciaire contre la forfaiture d’Ali Bongo. Si l’affaire des emplois fictifs de Jacques Chirac, qui n’était pas une violation constitutionnelle, a pu être entendue par les tribunaux en France, alors que Chirac était président ; qu’est-ce qui dispense Ali Bongo d’être entendu dans une affaire mille fois plus grave ? En tout cas, pas l’immunité présidentielle, qui n’est pas applicable ici ! Pour ceux qui le demanderont, sur cette question de l’immunité présidentielle, les constitutions gabonaises et françaises sont quasi-identiques.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>