THE PROSECUTOR OF LIBREVILLE MISHANDLES THE LAW; EXPLANATION!. LE PROCUREUR DE LIBREVILLE MALMÈNE LE DROIT; EXPLICATION!

Sidonie Flore Ouwé (photo: Gabonreview)




English version

Given what's happening right now in Gabon, where the Prosecutor of Libreville Sidonie Flore ouwe has just declined the ability of her jurisdiction to receive the complaint of some members of the Gabonese opposition regarding the use of false civil status documents by Ali Bongo, in his bid for the presidency in 2009; Here we reframe the problem and demonstrate to the thing reader, for or against, that there is no legal reason for Libreville’s Prosecutor to refuse to investigate the matter, unless she really feels that she is incompetent in the true sense, in which case other members of the judiciary could step in.

The first thing to note here is that the law has the distinction of being one of the fields of study and practice in which precedents play a fundamental role. Indeed, in the law, the "precedents" are the court decisions in cases similar to the one that one is examining at the moment. These precedents, in addition to the written law, i.e. the set of rules of law, are the fabric that serves to lawyers, prosecutors, etc., to orient themselves in the legal world. These precedents are therefore part of the legal map to follow to reach a decision.

In Gabon, here is the complaint filed by physical and legal persons; all Gabonese citizens having their civil status documents in good and due form, and whose parents are the true parents in the biological and legal sense and some having completed extensive studies of the law:


FALSE PUBLIC WRITING REGISTRATION (Article 171 & Other of Procedure of the Civil Code)

Date: 12 November 2014

Document Affected: birth certificate used by Mr. Ali BONGO (see Exhibit 1)

By ADIAHENOT Jacques; AMOUGHE MBA Pierre; EYEGHE NDONG Jean; KOMBILA KOUMBA Pierre André; MALOLAS Jean Marcel; MAYOMBO MBENDJANGOYE Fulbert; MBA NDONG Albert; MISSAMBO Paulette; MOUITY NZAMBA Benoit; MYBOTO Zacharie; NTOUTOUME NGOUA Jean; OYE MBA Casimir; PING Jean; ROUGOU Jean Pierre.

Components: This fake birth certificate was given to several administrations, including the Autonomous and Permanent National Electoral Commission, hence the knowledge of its existence by the plaintiffs.

False enunciations:
1- The birth certificate states that Mr. Ali Bongo was born on 9 February 1959 in Brazzaville. False.

All persons born before 1960 were, for Central Africa, in the administration of French Equatorial Africa. The civil status of this administration is located in Nantes in France. Nantes services say they have not registered the birth of Mr. Ali Bongo (cf. Pi7ce 2)

2- The birth certificate has the father's name as Albert Bernard Bongo. False.

In 1959, Mr. Omar Bongo Ondimba had for unique first name Albert until he joined the Government on 24 September 1965. He would take the name of Bernard on the 1 September 1966 when he was promoted to Vice President of the Government.

This birth certificate contains in its fundamental provisions some false statements. This is a blatant fake that should be included as Principal false in accordance with Articles 163 and 171 of the Code of Civil Procedure.


Dear readers, you understand that this complaint is very simple. Can anybody think that there is one Gabonese unable to understand the content of this complaint? Any citizen interested in preserving the integrity of the Republic has the right, if not the duty, to alert the authorities, to lodge a complaint against x or y when that citizen believes that the recommended and protected procedure of our constitution is violated in a manner that endangers the foundation of the nation. Every citizen has the duty to control the use made of our laws. Besides, if everyone could do the same in their sector, Gabon perhaps would be much better! Let us explain: civil status documents are sacrosanct in that they allow the proper functioning of a country because we know who is who, who did what to whom, who owns what, who has studied in a particular area for which diploma, who is the father or mother of whom etc. When people with false civil status documents dissolve themselves into the administrative apparatus, it penalizes the whole nation, because these people usurp all as they are not who they say they are and do not meet the constitutional requirements extended to all honest citizens who collectively become the victims of the counterfeiters. It is up to the judicial system to protect society against counterfeiting and forgery.

By this complaint, these Gabonese citizens alert the public prosecutor responsible for the protection of society, that there has been a case of fraud, by bringing all the elements available and that may be exploited and reviewed by the prosecutor in her investigation of the case. But the prosecutor of Libreville found that she could not receive the complaint on the grounds that: first, that these people do not have a common interest, which is absurd in the terms as these people in the protection of the Gabonese constitution, have a common interest; and secondly, because the fraudulent birth certificate in question is that of the President of the Republic of Gabon, the complaint can only be received by an exceptional court mandated by the Parliament, which is a ridiculous reading of the law and this is where, luckily for thinking Gabonese, the notion of judicial precedents comes to play.

Indeed, dear readers, being head of state in office does not in any way prevent criminal responsibility for acts committed outside of the office of the Presidency. In all the republics, it is the position of President which is protected and not the individual who happens to be president for a time; there is a huge legal mix up that the Prosecutor of Libreville is engaged in here. Judicial precedents that inform us of the admissibility of a complaint concerning the acts prior to the Presidents taking function are numerous; but to simplify and shorten our demonstration that could become endless, we will retain only two recent cases that took place in France. One involving Jacques Chirac and the other Nicholas Sarkozy, both while they were in function.

Jacques Chirac held the Paris Mayor's office from 1977 to 1995; then that of the President of France from 1995 to 2007. In December 1998, while Chirac was President, a citizen filed a complaint against him and his party for fictitious jobs offered to members of Chirac's party by the city of Paris from the time Chirac was mayor. Jacques Chirac signature in person appeared on contracts issued by the City of Paris for officers officially assigned to the office of mayor, but actually used for jobs unrelated to the municipality. In January 1999, that is to say within 30 days after the filing of the complaint, the Instruction Judge Xavière Simeoni took on the matter. The dossier covered the period from 1983 to 1995. The Paris court did not speak of incompetence to accept the case. If Chirac could not be momentarily worried, the instruction of the case however could continue and his collaborators at the Paris City Hall went to court: Robert Pandraud, Daniel Naftalski Michel Roussin and Remy Chardon etc. Jacques Chirac himself was summoned by the judge, but the Court of Appeals declared that Chirac could not be worried until after his term. But the process was never interrupted. At the end of the presidential term of Jacques Chirac in 2007, he was convicted and indicted. From start to finish, the Paris Court was competent to receive and investigate the complaint, which, however, affected a sitting president.

The Bettencourt case broke out on 16 June 2010, and highlighted the fact that billionaire Liliane Bettencourt had illegally funded the presidential campaign of Nicolas Sarkozy in 2007. Although Nicholas Sarkozy was President and was directly implicated in this case, the Court of Paris-Nanterre did not declare itself incompetent to follow the instruction of this illegal act dating back to before the presidency of Sarkozy. Here too, people close to Sarkozy will be brought to justice and Sarkozy himself will be picked up at the end of his term. At no time the legal proceedings were interrupted for incompetence in any French court due to the fact that the main person involved was the President of the French Republic.

Dear readers, thanks to these judicial precedents, you will understand that to say that the Libreville Court cannot receive the complaint introduced by these citizens, is a denial of the law; an abuse of the law. No element of jurisprudence can logically explain the decision of the Prosecutor of Libreville. The reasons for the declaration of incompetence are to be found elsewhere for in the law, they are missing!



Version française

Vue ce qui se passe en ce moment au Gabon, où le procureur de Libreville, Madame Sidonie Flore Ouwé, vient de se déclarer incompétente à recevoir la plainte de certains Gabonais membres de l’opposition concernant l’utilisation de faux documents d’état civil par Ali Bongo, dans son dossier de candidature pour la présidentielle 2009; nous voulons ici recadrer la problématique et démontrer au lecteur pensant, pro ou contre, qu’il n’y a aucune raison juridique pour le Procureur de Libreville de refuser d’instruire cette affaire, à moins qu’elle ne se sente réellement incompétente au sens propre, auquel cas, d’autres membres du corps judiciaire pourraient s’en charger.

La première chose à signaler ici est que le droit à la particularité d’être l’un des domaines d’étude et de pratique, dans lesquels les précédents jouent un rôle fondamental. En effet, en jurisprudence, les «précédents» sont les décisions judiciaires rendues dans des cas semblables à celui qu’on examine dans le moment. Ces précédents, en plus de la loi écrite, c’est à dire l’ensemble des règles de droit, constituent la trame qui sert aux avocats, aux procureurs, etc., de situer un cas dans l’univers juridique. Ces précédents font donc partie de la cartographie juridique à suivre pour arriver à bon port.

Au Gabon, voici la plainte qu’ont déposée des personnes physiques et morales ; toutes de nationalité Gabonaise, possédants leurs documents d’état civil en bonne et due forme, et dont les parents sont les vrais parents au sens biologique et juridique et certains ayant fait des études poussées de droit:


INSCRIPTION DE FAUX EN ECRITURE PUBLIQUE (Article 171 &Suivant du Code de Procédure Civil)

Date : 12 Novembre 2014

Document concerné : acte de naissance utilisé par Monsieur Ali BONGO (cf. Pièce n°1)

Par : ADIAHENOT Jacques ; AMOUGHE MBA Pierre ; EYEGHE NDONG Jean ; KOMBILA KOUMBA Pierre André ; MALOLAS Jean Marcel ; MAYOMBO MBENDJANGOYE Fulbert ; MBA NDONG Albert ; MISSAMBO Paulette ; MOUITY NZAMBA Benoit ; MYBOTO Zacharie ; NTOUTOUME NGOUA Jean ; OYE MBA Casimir ; PING Jean ; ROUGOU Jean Pierre.

Eléments : Ce faux acte de naissance a été remis à plusieurs administrations, notamment à la Commission Electorale Nationale autonome et Permanente, d’où la connaissance de son existence par l’inscripteur.

Enonciations fausses :
1- L’acte de naissance énonce que Monsieur Ali BONGO est né le 9 février 1959 à Brazzaville. Faux.

Toutes les personnes nées avant 1960 l’ont été, pour l’Afrique centrale, dans l’administration de l’Afrique Equatoriale Française. L’Etat civil de cette administration se trouve à Nantes en France. Les services de Nantes disent ne pas avoir enregistré la naissance de Monsieur Ali BONGO (cf. Pi7ce n°2)

2- L’acte de naissance énonce comme nom du père Albert Bernard BONGO. Faux.

En 1959, Monsieur Omar BONGO ONDIMBA avait pour seul prénom Albert jusqu’à son entrée au Gouvernement le 24 septembre 1965. Il ne prendra le prénom de Bernard que le 1er Septembre 1966 lorsqu’il est promu Vice-Président du Gouvernement.

Cet acte de naissance contient en ses dispositions fondamentales des énonciations fausses. Il s’agit d’un faux patent qu’il convient d’inscrire en faux Principal conformément aux dispositions des articles 163 et 171 du Code de Procédure Civile.



Chers lecteurs, vous aurez compris que cette plainte est ce qu’il y a de plus simple. Peut-on penser qu’il existe un seul Gabonais incapable de comprendre la teneur de cette plainte? Tout citoyen soucieux de préserver l’intégrité de la république a le droit, sinon le devoir, d’alerter les autorités, de porter plainte contre x ou y quand ce citoyen estime que la procédure protégée et recommandée par notre constitution est violée d’une manière qui met en danger le socle de la nation. Tout citoyen a le devoir de contrôler l'usage qui est fait de nos lois. D’ailleurs, si tout le monde pouvait en faire autant dans son secteur, le Gabon irait peut-être beaucoup mieux! Nous nous expliquons: les documents d’état civil sont sacro-saints en ce sens qu’ils permettent le bon fonctionnement d’un pays car on sait qui est qui, qui fait quoi à qui, qui possède quoi, qui a fait des études dans tel ou tel domaine pour quel diplôme, qui est le père ou la mère de qui etc. Quand des gens munis de faux documents d’état civil se dissolvent dans l’appareil administratif, cela pénalise toute la nation, car ces gens usurpent de tout vu qu’ils ne sont pas qui ils disent être et ne remplissent pas les conditions constitutionnelles élargies à l’ensemble des citoyens honnêtes qui eux deviennent collectivement les victimes de ces faussaires. Il appartient donc au système judiciaire de protéger la société contre le faux et usage de faux.

Par cette plainte, ces citoyens Gabonais alertent le ministère public, chargé de la protection de la société, qu’il y ait eu un cas de fraude, en y apportant tous les éléments disponibles et susceptibles d’être exploités et examinés par le procureur dans son instruction du dossier. Mais le procureur de Libreville a jugé qu’elle ne pouvait recevoir cette plainte au motif que: premièrement, que ces personnes n’aient pas un intérêt commun, ce qui est absurde dans les termes puisque ces personnes ont dans la protection de la constitution gabonaise, un intérêt commun; et que deuxièmement, vu que l’acte de naissance frauduleux en question est celui du Président de la République Gabonais, la plainte ne puisse être reçue que par une cour d’exception mandatée par le Parlement, ce qui est une lecture outrancière du droit et c’est ici qu’interviennent heureusement pour les Gabonais pensants, la notion des précédents judiciaires.

En effet, chers lecteurs, la qualité de chef d’État en exercice, n’empêche en aucun cas la responsabilité pénale pour des actes commis hors de la fonction Présidentielle. Dans toutes les Républiques, c’est la fonction de Président qui est protégée et non l’individu qui se trouve être Président pour un temps; il y a un énorme amalgame juridique dont se rend coupable le Procureur de Libreville. Les précédents judiciaires qui nous informent de la recevabilité d’une plainte portant sur les actes antérieurs à la fonction de Présidents, sont nombreux; mais pour simplifier notre démonstration et écourter ce billet qui risquerait de devenir kilométrique, nous n’en retiendrons que deux récents cas s’étant déroulés en France. L’un impliquant Jacques Chirac et l’autre Nicholas Sarkozy, les deux étant en fonction.

Jacques Chirac occupa le fauteuil de Maire de Paris de 1977 à 1995 ; puis celui de Président de la France de 1995 à 2007. En Décembre 1998, alors que Chirac est Président, un citoyen dépose une plainte contre lui et son parti pour emplois fictifs offerts à des membres du parti de Chirac par la mairie de Paris, du temps de Chirac. La signature de Jacques Chirac en personne figure sur des contrats établis par la Ville de Paris pour des chargés de missions officiellement affectés au cabinet du maire, mais qui en réalité étaient employés à des tâches sans aucun rapport avec la municipalité. En Janvier 1999, c'est-à-dire dans les 30 jours qui suivent le dépôt de la plainte, la juge d'Instruction Xavière Simeoni se saisie de l'affaire. Le dossier porte sur la période allant de 1983 à 1995. La cour de Paris n’a pas parlé d’incompétence à instruire le dossier. Si Chirac ne pouvait être momentanément inquiété, l’instruction elle devait se poursuivre et ses collaborateurs à la mairie de paris passèrent devant les tribunaux: Robert Pandraud, Daniel Naftalski, Michel Roussin et Rémy Chardon etc. Jacques Chirac lui-même fut convoqué par le juge, mais la cour de cassation, en appel, déclara que Chirac ne pouvait être inquiété qu’après son mandat. Mais la procédure ne fut jamais interrompue. A la fin du mandat présidentiel de Jacques Chirac en 2007, il fut reconnu coupable et mis en examen. De bout en bout, la cour de Paris fut compétente à recevoir et instruire cette plainte, qui pourtant, touchait un président en exercice.

L'affaire Bettencourt éclate le 16 juin 2010, et met en évidence le fait que la milliardaire Liliane Bettencourt ait illégalement financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Bien que Nicholas Sarkozy soit Président en exercice et directement impliqué dans cette affaire, la Cour de Paris-Nanterre ne se déclare pas incompétente à suivre l’instruction de ces faits illégaux qui remontent à avant la présidence de Sarkozy. Ici aussi, des proches de Sarkozy passeront devant la justice et Sarkozy lui-même sera cueilli à la fin de son mandat. A aucun moment la procédure judiciaire n’a été interrompue pour cause d’incompétence d’une quelconque cour française, du fait que la principale personne impliquée ait été le Président de la République Française.

Chers lecteurs, grâce à ces précédents judiciaires, vous aurez donc compris que de dire que la Cour de Libreville ne saurait recevoir la plainte citoyenne introduite, est une négation du droit; un abus du droit. Aucun élément de jurisprudence ne peut logiquement expliquer la décision du Procureur de Libreville. Les raisons de cette déclaration d’incompétence sont à chercher ailleurs car dans le droit, elles sont absentes!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI