DOMINIQUE FLAUX OF THE ECOFIN AGENCY ATTEMPS TO SAVE ALI BONGO, BUT IN VAIN! DOMINIQUE FLAUX DE L’AGENCE ECOFIN TENTE UN SAUVETAGE D’ALI BONGO, MAIS EN VAIN!


To read the content of the article click here/pour lire le contenu de l'article, cliquer ici





English version

The Ecofin Agency on its website is said to be an African economic information agency based primarily in Geneva, Switzerland. This website contains a blog annex in which one Dominique Flaux, in a consciously oriented article, is trying to divert the debate of Ali Bongo’s forfeiture, by reducing it to small and banal considerations. No Mister Flaux; this case is of utmost importance to the present and the future of Gabon and you cannot misinform the Gabonese nor the Africans and people who really want to understand the essence of the rejection of Ali Bongo by the Gabonese people, by offering slanted analyzes as you have done. Your article is very poorly articulated and its conclusions are only tangential to the facts in question. We will respond to your article point by point to clearly demonstrate to readers how much you wade in amalgamation.

Dominique Flaux wrote:

The concept of ivoirity cost the Ivory Coast 10 years of nightmares and thousands of deaths. It was invented by Henri Konan Bédié to prevent the current president who has now his support, from coming to power. Today the Gabonese opposition disputes the gabonity of President Ali Bongo, as part of the Congolese opposition claims that Joseph Kabila would be Rwandans. In the US, some American neo-conservatives had also tried to cast doubt on the origins of Barack Obama, even seeing in his official papers, falsification evidence.

Annoying Gabon answers:

The concept of gabonity, Mr. Flaux, is it you who are inventint it, because there is no question about that in Gabon, and you know it. Unlike what happened in Ivory Coast, no one is disputing Ali Bongo gabonity. Recently in Paris, on the airwaves of Africa 24 and France 24, Bruno Ella Nguema of the Convention of the Gabonese Diaspora, and Marc Ona Essangui who is a well-known leader of the Gabonese civil society, were firm on that point: Ali Bongo is a Gabonese citizen; there is no debate about that. However, it is the case that the Gabonese constitution does not allow a Gabonese of recent adoption to be eligible to the Presidency of the country before the fourth generation. It is the case that the evidence tends to show that Ali Bongo was adopted from Biafra and arrived in Gabon in 1968 and was formally adopted by the Bongo family in 1969; which does not allow him to be President of Gabon, under Article 10 of the Gabonese Constitution. Mr Flaux, the problem is not more complicated than that. The gabonity has not been raised by anyone; Ali Bongo is simply illegitimate before the Constitution. For comparison with what happened with regard to the US President Barack Obama, it is true that some of his compatriots were not certain that he was born in one of the 50 states of that country, such as required by the Constitution. Indeed, to be US President, in addition to having to be an American citizen, one must be born on American soil. To cut short the controversy, Obama presented his genuine birth certificate proving he was born in the archipelago constituting the State of Hawaii, and the debate was closed. In contrast to the clarity of the Obama case, Mr Flaux, the Gabonese were presented by Ali Bongo, with two false birth documents; a totally fraudulent birth certificate established in Libreville in 2009, which was used for his bid for the presidential election; and a declaration of birth also a forgery, which was published in the newspaper Le Monde. Mr Flaux, are you asking the Gabonese people to accept this way of doing? Would you want the Gabonese people to accept a president who presented himself for election using false documents? Would you accept that in Switzerland?

Dominique Flaux wrote:

Today some Congolese who claim to be of the "Alliance of Patriots" are asking a DNA test to Joseph Kabila in order to prove that it is not Rwandans, like the Gabonese opposition is calling for one from Ali Bongo who for them would be of Nigerian origins. How can Jean Ping, who presided over the highest African functions, engage in such villainy and defend the concept of gabonity to settle scores, obviously very personal? In all latitudes, parentage is proved when parents recognize the parenthood of the child. A DNA test, fortunately, cannot break this relationship. Fortunately, because nature being what it is, worldwide, a sizeable percentage of fathers are not the true progenitors of their child. If tomorrow, politicians have to undergo DNA tests to prove their biological origin, there would immediately be an opponent who would explain that the mother of some heads of state, or candidate, at the time had a lover from abroad to cast doubt in the minds of the gullible voters. Is Mohammed VI really the son of Hassan II? Isn’t the real father of Angela Merkel Polish? Didn’t Macky Sall's mother have a Malian lover? What if Bouteflika had finally French blood? Only DNA tests could remove these suspicions...

Annoying Gabon answers:

Mister Dominique Flaux, regarding Ali Bongo, the situation is very simple. It was he who introduced, on his own, the false papers in his application for the candidacy. Knowing that the constitution forbade him the presidency, he made up a false story of Birth in Brazzaville which was a pack of lies; he created a “biological” mother whom everyone knows to be sterile and has never had children. Given the accumulation of falsehoods and forgeries perpetrated by Ali Bongo to circumvent the constitution, the Gabonese people are entitled to demand a DNA test between him and his so called biological mother, to clear things up. But Ali Bongo cannot submit to such a test, and you know that Mr. Flaux, because his forfeiture would be demonstrated conclusively. That's why people like you are trying to defuse the bomb Ali Bongo himself introduced in Gabon. The examples you give are totally missing the point, because even if Angela Merkel father is Polish, as the father of Jean Ping is truly Chinese however, these two people would meet all the requirements necessary to be Chancellor and President of their respective countries before their constitution, because their maternal ascendant cannot be doubted. The Gabonese people do not seek a quarrel with Ali Bongo, they just want the constitution to be respected and cannot tolerate a forger to be president of their country. Switzerland is a Federal State, a Confederation headed by the President of the Swiss Confederation and administratively led by the Chancellor of the same Federation. The Swiss Federal Constitution states that naturalized Swiss citizens do not enjoy the same rights to the accession to the Federal Council as the others citizens; then Mr. Flaux, why do you want Africa to be more permissive than Switzerland, France, Germany or the United States on this? In the US, Arnold Schwarzenegger cannot be president because he was born in Austria. Is it for you a good or bad thing? Are Americans xenophobic? Let’s be serious Mr. Flaux; in all countries of the world the Presidency is reserved for citizens of integrity and whose roots in the country are clear. It is a universal constant. In Japan, it is unacceptable that a Korean becomes Prime Minister and vice versa. We saw Alberto Fujimori, a Peruvian whose family is of Japanese origin, access to the Presidency of Peru. But this Fujimori family has been established in Peru for nearly a century and Alberto Fujimori himself was born in Lima in 1938, did all his studies there and attended the University La Molina. So he is someone whose history is Peruvian end to end. But Ali Bongo; who is he? Where does he come from? Can you respond to that? If someone came to the Federal Chancellery of the Swiss Council, by using false documents, would you accept that? Why do you expect Africans to accept this?

Dominique Flaux wrote:

The current Gabonese regime is obviously subject to questions and must not go without criticism. But it should be noted as well that in the recent days, FAO commended Gabon for having reached the first stage of the Millennium Development Goal (MDG) one year ahead of schedule, while the ITU announced that the Gabon became the francophone African countries most developed ICT. If the Gabonese opposition believes it can do better, it must explain to its fellow citizens its program, its options, its projects and it must stimulate a reasoned democratic debate. But it is probably easier to use the concept of gabonity, a dishonorable concept for the apprentice sorcerer's handling it, whether in Abidjan, Kinshasa, Libreville and Washington.

Annoying Gabon answers:

But you have some gall Mr. Flaux; Did Gabon achieve the Millennium Development Goals? Are you aware of the unprecedented rise in unemployment in Gabon? Are you aware of the state of hospitals in Gabon? Are you aware of the state of education in Gabon? Are you aware of the fact that students are right now incarcerated in Gabon? Are you aware of the suspension of almost all ongoing projects in Gabon? Are you aware, Mr. Flaux, that the Fitch rating agency has just downgraded Gabon recently? You talk about the millennium goals that would have been achieved; are you serious?

Dear readers, the time when people took citizens of African countries for less than nothing is over. We are ready to confront, argument for argument, anyone, Gabonese or from outside, on the crisis taking place at the moment in Gabon. The exercise of Mr. Flaux has done is of a staggering incoherence and we cannot allow this kind of reasoning to pollute the Gabonese debate. Ali Bongo was caught red-handed in imposture. The solution is his removal. Any other alternative is now an attempt to drag the inevitable because Ali Bongo is a rotten fruit that is about to fall from the Gabonese tree.



Version française

L’Agence Ecofin sur son site internet, se dit être une agence d'information économique africaine basée principalement à Genève en Suisse. Ce site internet contient un annexe blog dans lequel, un certain Dominique Flaux, dans un article sciemment orienté, tente de détourner le débat de la forfaiture d’Ali Bongo, en le ramenant à des considérations légères et terre à terre. Non Monsieur Flaux; cette affaire importe au plus haut point au présent et à l’avenir du Gabon et vous ne pouvez désinformer ni les Gabonais, ni les Africains et les gens qui veulent vraiment comprendre l’essence du rejet d’Ali Bongo par le peuple Gabonais, en proposant des analyses détournées comme vous le faites. Votre article est très mal articulé et ses conclusions ne sont que tangentielles aux faits en présence. Nous répondons donc à votre article point par point pour bien démontrer aux lecteurs combien vous pataugez dans l’amalgame.

Dominique Flaux a écrit:

Le concept d’ivoirité a coûté à la Côte d’Ivoire 10 années de cauchemars et des milliers de morts. Il avait été inventé par Henri Konan Bédié pour barrer la route vers le pouvoir à celui qui préside aujourd’hui le pays avec son soutien. Aujourd’hui l’opposition gabonaise conteste la gabonité du président Ali Bongo, tout comme une partie de l’opposition congolaise affirme que Joseph Kabila serait Rwandais. Aux USA, certains néo-conservateurs américains avaient également tenté de semer le doute sur les origines de Barack Obama, voyant même dans ses papiers officiels des indices de falsification.

Gabon Enervant répond:

Le concept de gabonité, monsieur Flaux, c’est vous qui l’inventez car il n’en est nullement question au Gabon, et vous le savez. Contrairement à ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire, personne ne conteste la gabonité d’Ali Bongo. Dernièrement à Paris, sur les antennes d’Africa 24 et de France 24, Bruno Ella Nguema de la Convention de la Diaspora Gabonaise, et Marc Ona Essangui qui est un leader de la société civile gabonaise qu’on ne présente plus, ont été fermes là-dessus: Ali Bongo est Gabonais; là n’est pas le débat. Par contre, il se trouve que la constitution gabonaise n’autorise pas un Gabonais de récente adoption, à être éligible à la Présidence du pays avant la quatrième génération. Il se trouve que les évidences démontreraient qu’Ali Bongo ait été adopté du Biafra et soit arrivé au Gabon en 1968, puis officiellement adopté par la famille Bongo en 1969; ce qui ne l’autorise pas à être Président au Gabon, au regard de l’article 10 de la constitution gabonaise. Monsieur Flaux, la problématique n’est pas plus compliquée que cela. La gabonité n’a été inventée par personne; Ali Bongo est simplement illégitime devant la Constitution. Pour la comparaison avec ce qui s’est passe aux USA concernant le Président Barack Obama, il est vrai que certains de ses compatriotes n’étaient pas certains qu’il soit né dans l’un des 50 Etats de ce pays, comme l’exige la Constitution. En effet, aux USA pour être Président, en plus d’avoir la nationalité américaine, il faut être né sur le territoire américain. Pour couper court à la controverse, Barack Obama a présenté son authentique acte de naissance prouvant qu’il était né dans l’archipel constituant l’Etat d’Hawaï, et le débat fut clos. En contraste à la limpidité du cas Obama, Monsieur Flaux, les Gabonais ont eu droit de la part d’Ali Bongo, à deux faux documents de naissance; un acte de naissance totalement frauduleux établi à Libreville en 2009, qui a servi à son dossier de candidature pour l’élection présidentielle; et un certificat de naissance tout aussi faux, qui a été publié dans le journal Le Monde. Monsieur Flaux, êtes-vous en train de demander aux Gabonais d’accepter cet état de fait ? Voudriez-vous que le peuple Gabonais accepte un président s’étant présenté à l’élection avec des faux papiers ? Accepteriez-vous cela en Suisse ?

Dominique Flaux a écrit:

Aujourd’hui des Congolais qui se proclament « Alliance des Patriotes », exigent un test ADN pour Joseph Kabila afin de prouver qu’il n’est pas Rwandais, tout comme l’opposition gabonaise en réclame un pour Ali Bongo qui serait selon eux d’origine Nigériane. Comment Jean Ping, qui a présidé aux plus hautes fonctions africaines peut-il se livrer à une telle vilenie et défendre le concept de gabonité pour régler des comptes, visiblement très personnels ? Sous toutes les latitudes, la filiation est avérée dès lors que les parents reconnaissent la paternité ou la maternité de l’enfant. Un test ADN, heureusement, ne peut pas rompre cette filiation. Heureusement, parce que la nature étant ce qu’elle est, partout dans le monde, un pourcentage non négligeable de pères ne sont pas les vrais géniteurs de leur enfant. Si demain, des hommes politiques devaient se soumettre à des tests ADN pour prouver leur origine biologique, alors il se trouverait immédiatement un opposant pour expliquer que la mère de tel ou tel chef d’Etat, ou candidat, avait à l’époque un amant étranger, afin de jeter un doute dans l’esprit des électeurs les plus crédules. Mohammed VI est-il vraiment le fils d’Hassan II ? Le vrai père d’Angela Merkel ne serait-il pas polonais ? La mère de Macky Sall n’aurait-elle pas eu un amant malien ? Et si Bouteflika était finalement de sang français ? Seuls des tests ADN pourraient lever ces suspicions...


Gabon Enervant répond:

Monsieur Dominique Flaux, en ce qui concerne Ali Bongo, la situation est très simple. C’est lui-même qui a introduit des faux papiers dans son dossier de candidature. Sachant que la constitution lui interdisait la Présidence, il s’est fabriqué une fausse histoire d’une naissance à Brazzaville qui n’est qu’un tissu de mensonges; il s’est doté d’une mère «biologique» que tout le monde sait stérile et donc qui n’a jamais eu d’enfant. Vu l’accumulation de faux et usage de faux de la part d’Ali Bongo pour contourner la constitution, le peuple Gabonais est en droit d’exiger un test d’ADN entre lui et sa mère dite biologique pour couper court au débat. Mais Ali Bongo ne peut s’y soumettre, et cela vous le savez Monsieur Flaux, car sa forfaiture serait démontrée de manière irréfutable. C’est pourquoi des gens comme vous tentent de désamorcer la bombe qu’Ali Bongo lui-même a introduite au Gabon. Les exemples que vous donnez sont totalement à côté de la plaque, car même si le père d’Angela Merkel est Polonais, tout comme le père de Jean Ping est véritablement Chinois par ailleurs, ces deux personnages rempliraient toutes les conditions nécessaires pour être respectivement Chancelier et Président de leur pays respectif devant leur constitution, par la filiation maternelle qui elle ne peut être mise en doute. Les Gabonais ne cherchent pas noise à Ali Bongo, ils veulent simplement que la constitution soient respectée et ne peuvent tolérer qu’un faussaire soit président dans leur pays. La Suisse est un Etat fédéral, une confédération ayant à sa tête le Président de la Confédération Suisse et dirigé administrativement par le Chancelier de la même fédération. La Constitution Fédéral Helvétique stipule que les citoyens Suisses naturalisés ne jouissent pas des mêmes droits à l’accession au Conseil Fédéral que les autres; alors Monsieur Flaux, pourquoi voulez-vous que l’Afrique soit plus permissive que la Suisse, la France, l’Allemagne ou les Etats-Unis sur ce point? Aux USA, Arnold Schwarzenegger ne peut être Président parce qu’il est né en Autriche. Est-ce pour vous une bonne ou une mauvaise chose? Les Américains sont-ils xénophobes? Soyez sérieux Monsieur Flaux ; dans tous les pays du monde la Présidence est réservée à des citoyens au-dessus de tout soupçon et dont les racines dans le pays sont clairement établies. C’est une constante universelle. Au Japon, on ne saurait accepter qu’un coréen devienne Premier Ministre et vice versa. On a vu Alberto Fujimori, un Péruvien dont la famille est d’origine Japonaise, accéder à la Présidence du Pérou. Mais cette famille Fujimori est établie au Pérou depuis près d’un siècle et Alberto Fujimori lui-même est né à Lima en 1938, y a fait toute ses études et fréquenté l’Université La Molina. C’est donc quelqu’un dont l’histoire est péruvienne de bout en bout. Mais Ali Bongo; qui est-il ? D’où vient-il ? Pouvez-vous y répondre ? Si quelqu’un se présentait à la Chancellerie du Conseil Fédéral Helvétique, muni de faux documents, l’accepteriez-vous ? Pourquoi tenez-vous à ce que les Africains l’acceptent ?

Dominique Flaux a écrit:

Le pouvoir gabonais actuel est bien évidemment critiquable et il ne faut pas se priver de le critiquer. Mais on notera toute de même que, ces derniers jours, la FAO a félicité le Gabon pour avoir atteint la première étape des Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) un an avant l’échéance prévue, pendant que l’UIT annonçait que le Gabon était devenu le pays d’Afrique francophone le plus développé en matière de TIC. Si l’opposition gabonaise estime qu’elle peut faire mieux, qu’elle explique à ses concitoyens son programme, ses options, ses projets et qu’elle anime un débat démocratique argumenté. Mais il est sans doute plus facile de recourir au concept de gabonité, un concept déshonorant pour les apprentis sorciers qui le manipulent, que ce soit à Abidjan, à Kinshasa, à Libreville ou à Washington.

Gabon Enervant répond:

Mais vous avez un sacre culot Monsieur Flaux; le Gabon a atteint les objectifs du millénaire ? Etes-vous au courant de la montée sans précédent du chômage au Gabon ? Êtes-vous au courant de l’Etat des hôpitaux au Gabon ? Êtes-vous au courant de l’Etat du système éducatif au Gabon ? Êtes-vous au courant du fait que des étudiants soient en ce moment même incarcérés au Gabon ? Êtes-vous au courant de l’arrêt de la quasi-totalité des projets en cours au Gabon ? Êtes-vous au courant, Monsieur Flaux, que la note attribuée au Gabon par l’agence Fitch ait été récemment revue à la baisse ? Vous nous parlez des objectifs du millénaire qui auraient été atteint; êtes-vous sérieux ?

Chers lecteurs, le temps où on prenait les ressortissants des pays Africains pour des demeurés est révolu. Nous sommes prêts à confronter, argument pour argument, n’importe quel intervenant, Gabonais ou extérieur, sur la crise qui sévit en ce moment au Gabon. L’exercice de Monsieur Flaux est d’une incohérence sidérante et nous ne saurions laisser ce genre d’argumentaire venir polluer le débat Gabonais. Ali Bongo a été pris la main dans le sac de l’imposture. La solution c’est sa destitution. Toute autre alternative n’est aujourd’hui qu’une tentative de faire trainer l’inévitable car Ali Bongo est un fruit pourri qui s’apprête à tomber de l’arbre Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>