PRESS RELEASE BY THE FRONT. COMMUNIQUÉ DU FRONT








English version


After shooting on sight peaceful citizens, resulting in several deaths, hundreds of wounded and thirty missing, the Ali Bongo’S regime goes to another phase: conduct outright arrest of all Front leaders in an attempt to decapitate the real opposition.

Today 23 December 2014, the Criminal Services of the judicial police have filed notices at the homes of Zacharie MYBOTO, Jean PING, Luc BENGONE NSI, MOUKAGNI IWANGOU, Paulette MISSAMBO, Pierre AMOUGHE MBA, Paul-Marie GONDJOUT, inviting them to obey these summons upon receipt.

The Front leaders take note of that option chosen by Ali Bongo Ondimba to solve the problems of GABON and decide in a republican spirit to go to the police on Wednesday, 24 December at 10 am in front of the officers committed, and of course, to already selected jurisdictions.

Moreover, the Front notes the threats of kidnapping on its members and their families.

Taking the national and international opinion as witness, the Front emphatically argues that nothing and no one will stop the people's determination to achieve the change already begun.

Done in Libreville on 23.decembre 2014



Version française


Après avoir tiré à vue sur de paisibles citoyens, faisant plusieurs morts, des centaines de blessés et une trentaine de disparus, le pouvoir d'Ali BONGO passe à une autre phase: procéder à l'arrestation pure et simple de tous les leaders du Front, pour tenter de décapiter l'opposition véritable. 

Ce jour 23 décembre 2014, les services des affaires criminelles de la police judiciaire ont déposé des convocations aux domiciles de Zacharie MYBOTO, Jean PING, Luc BENGONE NSI, MOUKAGNI IWANGOU, Paulette MISSAMBO, Pierre AMOUGHE MBA, Paul-Marie GONDJOUT, les invitant à déférer auxdites convocations dès réception.

Les dirigeants du Front prennent acte de cette option choisie par ALI BONGO ONDIMBA pour résoudre les problèmes du GABON, et décident dans un esprit républicain de se rendre à la police judiciaire le mercredi 24 décembre à 10 heures devant les officiers commis, et naturellement, devant les juridictions déjà choisies. 

Par ailleurs, le Front relève les menaces d'enlèvement qui pèsent sur ses membres, ainsi que sur leurs familles. 

Prenant l'opinion nationale et internationale à témoin, le Front affirme avec force, que rien, ni personne n'arrêtera la détermination du peuple à réaliser l'alternance déjà engagée. 

Fait à Libreville le 23.decembre 2014

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE