JEAN PING ASKS ALI BONGO TO GET LOST. JEAN PING DEMANDE À ALI BONGO D’ALLER VOIR AILLEURS!

Jean Ping, second from the right
Jean Ping, second à partir de la droite

(Photo : Jean Aimé Mouketou)





English version

Here is in a written format, the full interview that Jean Ping granted to Radio France Internationale (RFI) on 6 December 2014.


Several Gabonese opposition parties, with the diaspora, the civil society or trade unions, are meeting since yesterday until Sunday, in a Congress for change. An initiative to have an exchange of ideas and projects aimed at denouncing the excesses of President Bongo, including blocking his road to the 2016 election. Among the personalities present, there is Jean Ping. Former Gabonese Foreign Minister and former President of the African Union Commission, he is still viewed as one of the most vocal opponent of Ali Bongo.

RFI: You had some pretty virulent words vis-à-vis President Ali Bongo, the Head of State said that you had only hate for him and his party. What do you answer to him today?

Jean Ping: I have no hate against anyone, I do not hate, I just think he is incapable and that he better get lost, that’s all. He is traveling all the time and he leaves the power under a kind of regency that the Gabonese call the Foreign Legion and that has sparked a stir suggesting xenophobia hints. It is not at all the case, we must call a cat, a cat; a dog, a dog; that's all.

RFI: Comment comptez-vous incarner le renouveau alors que vous-même êtes issu de l’ancien système ?

Jean Ping: Have you asked this question to Macky Sall, who was Wade’s Prime Minister, who has set up a democracy? Have you asked this question in Burkina Faso, to former Compaore’s Ministers, who are putting in place a real democracy? I served in that time, a system which, in my opinion, met the criteria that I had for the country. I may have been mistaken, but I do not regret it. Times have changed dramatically. And the regime thinks that it can make Gabon enter history backwards, by re-instituting a dictatorship. In circumstances like that, as elsewhere, there remains only the street. Today, it is the era of democracy; it is not that of the return to the plundering of the country's resources, that's it! Africa was at the beginning of its independence, everywhere, in one-party regimes, dictatorships, because it was believed at the time that was necessary to create a nation. For this we had states but not nations. The results have been catastrophic! Those who do not understand that only have to take a hike. Me, I understand that, I have understood.

RFI: You've been in the same government than Ali Bongo, you were a member of his family as a brother in law, what do you think of the findings of the latest book by Pierre Péan who says that he was adopted?

Jean Ping: It's true that I have had two children with his sister, but I do not consider him a brother in law. Do you have papers that show that I was his brother in law? Do you think that the fact of having a child means you have family and blood ties with that family? Do you need to accept anything from anyone because you would have been of the same family? That's what the regime says to feel good about itself, but I have nothing to do with him or his family.

RFI: It is a good thing that you talked about documents, precisely Pierre Péan in his book has advanced a number of conclusions about his supposed adoption, what do you think of this book?

Jean Ping: But the Gabonese have been talking about it for ten years. We have a colleague called Luc Bengone Nsi who did a book about it and what Péan said today was demonstrated by Mr. Bengone Nsi. We have filed complaints. The first is against the mayor of the 3rd district of Libreville, who issued a false document, no one doubts this. The second complaint: Mr. Ali Bongo has used this false document for his candidacy for the presidency in 2009, so there was forgery and use of forgery, it is indisputable. Other colleagues of the UPG have filed another complaint, a third therefore, to request the destitution of the head of state. So you tell me that Le Monde recently published an article. I assure you categorically that Le Monde has been either influenced or manipulated or deceived.

RFI: So the civil status document published by Le Monde, which would prove that Ali Bongo wass born in Brazzaville in 1959, son of Omar Bongo and Josephine, for you it is also a fake?

Jean Ping: I tell you that this is a new fake document! Go to Brazzaville to inquire, go to Nantes; it's a fake.

RFI: Regarding this adoption story, did you yourself have doubts since you have known him for a long time?

Jean Ping: Me, I just think that when I arrived in Gabon, I did not ask questions, I saw what I saw and for me it was not a problem until the doubt started to come until today, we have convictions. Why has he produced a fake? And we are asking him very simple things, all he has to do is a DNA test, why does he refuse? It might shut up the opposition, saying "this is my DNA!" There is something fishy.

RFI: the Burkina Faso's case is much discussed in Africa, do you think that it could also affect Gabon and serve as an example?

Jean Ping: we cannot transpose the case of a country to another automatically. I want to say that Hollande was loud and clear in Dakar, he warned a number of countries. Usurpation is over.

RFI: Yet President Bongo said that the Constitution will not be touched; so will there be no term limits?

Jean Ping: Dakar was also about the respect of democratic rules and when he spoke about Tunisia, it was not about a constitutional amendment.




Version française

Voici l’intégralité manuscrite de l’interview qu’a accordé Jean Ping à Radio France Internationale (RFI), le 6 décembre 2014.




Plusieurs partis de l'opposition gabonaise, de la diaspora, de la société civile ou encore de syndicats sont réunis depuis hier et jusqu'à dimanche, autour d'un Congrès pour l'alternance. Une initiative pour échanger idées et projets en vue de dénoncer les dérives du président Bongo, et notamment lui barrer la route à l'élection de 2016. Parmi les personnalités présentes, figure Jean Ping. Ancien ministre gabonais des Affaires étrangères, et ex-président de la Commission de l'Union africaine, il s'impose toujours comme l'un des plus virulents opposants à Ali Bongo.

RFI : Vous avez eu des propos assez virulents vis-à-vis du président Ali Bongo, le chef de l’Etat a dit que vous n’aviez que de la haine pour lui et son parti. Qu’est-ce que vous lui répondez aujourd’hui ?

Jean Ping : Je n’ai de haine vis-à-vis de personne, je n’ai pas de haine, je pense simplement qu’il est incapable et qu’il fallait mieux d’aller se voir voir ailleurs, c’est tout. Il est tout le temps en voyage et il laisse le pouvoir à une sorte de régence que les Gabonais ont appelé la Légion étrangère et qui a suscité des remous en parlant de relents de xénophobie. Ce n’est pas du tout le cas, il faut appeler un chat, un chat, un chien, un chien, c’est tout.

RFI: Comment comptez-vous incarner le renouveau alors que vous-même êtes issu de l’ancien système ?

Jean Ping : Avez-vous posé cette question à Macky Sall, qui était le Premier ministre de Wade, et qui a mis en place une démocratie ? Avez-vous posé cette question au Burkina Faso, aux anciens ministres de Compaoré, qui sont en train de mettre en place une véritable démocratie ? J’ai servi à cette époque-là, un régime qui, d’après moi, répondait aux critères que je me faisais du pays. Je me suis peut-être trompé, mais je ne le regrette pas. Les temps ont radicalement changé. Et le pouvoir pense qu’il peut faire entrer le Gabon dans l’histoire à reculons, en restaurant la dictature. Dans des circonstances comme ça, partout ailleurs, il ne reste que la rue. Aujourd’hui, c’est l’aire de la démocratie, ce n’est pas celle du retour au pillage des ressources du pays, c’est fini ! L’Afrique a été au début de son indépendance, partout, sous des régimes de parti unique, de dictatures, parce qu’on estimait à l’époque qu’il fallait créer une nation. Pour cela on avait des Etats mais pas de nations. Les résultats ont été catastrophiques ! Ceux qui ne comprennent pas ça n’ont qu’à se faire voir ailleurs. Moi je comprends, j’ai compris.

RFI : Vous avez été dans le même gouvernement qu’Ali Bongo, vous avez été membre de sa famille en tant que beau-frère, que pensez-vous des conclusions du dernier livre de Pierre Péan qui dit qu’il aurait été adopté ?

Jean Ping : C’est vrai que j’ai eu deux enfants avec sa sœur, mais je ne le considère pas comme un beau-frère. Avez-vous les papiers qui attestent que j’ai été son beau-frère ? Considérez-vous que le fait d’avoir un enfant signifie que vous avez des liens de famille et de sang avec cette famille ? Pensez-vous qu’il faut accepter n’importe quoi de n’importe qui parce que vous auriez été de la même famille ? Ça, c’est ce que dit le pouvoir pour se donner bonne conscience, mais je n’ai rien à voir avec lui, ni avec sa famille.

RFI : Ça tombe bien que vous parliez de papier, justement Pierre Péan dans son livre a avancé un certain nombre de conclusions sur sa supposée adoption, que pensez-vous de cet ouvrage ?

Jean Ping : Mais le Gabonais en parle depuis dix ans. Nous avons un collègue qui s’appelle Luc Bengone Nsi qui a fait un dossier à ce sujet et ce que dit Péan aujourd’hui a été démontré par Monsieur Bengone Nsi. Nous avons déposé des plaintes. Une première concerne le maire du 3e arrondissement de Libreville, qui a délivré un faux, personne ne met en doute ce fait. Deuxième plainte : Monsieur Ali Bongo a utilisé ce faux comme pièce dans la confection de son dossier pour la candidature à la présidence de 2009, donc il y a faux et usage de faux, c’est indiscutable. D’autres camarades de l’UPG ont déposé une autre plainte, une troisième donc, pour demander la destitution du chef de l’Etat. Alors vous allez me dire que Le Monde, récemment, a publié un article. Moi, je vous affirme catégoriquement que Le Monde a été ou influencé, ou manipulé, ou trompé.

RFI : Donc le document d’état civil publié par Le Monde, qui prouverait qu’Ali Bongo est bien né à Brazzaville en 1959, fils d’Omar Bongo et Joséphine, pour vous c’est également une fausse pièce ?

Jean Ping : Je vous dis que c’est une nouvelle fausse pièce ! Allez à Brazzaville vous renseigner, allez à Nantes c’est un faux.

RFI : Concernant cette histoire d’adoption, aviez-vous vous-même des doutes depuis longtemps comme vous le connaissez de longue date ?

Jean Ping : Moi je crois simplement que quand je suis arrivé au Gabon, je ne posais pas la question, j’ai vu ce que j’ai vu et pour moi ce n’était pas un problème, jusqu’à ce que le doute nous gagne, jusqu’à ce qu’aujourd’hui, on a des convictions. Pourquoi a-t-il produit un faux ? Et on lui demande des choses très simples, il n’a qu’à faire un test ADN, pourquoi le refuse-t-il ? Il pourrait clouer le bec à l’opposition en disant « Voici mon ADN ! », il y a anguille sous roche.

RFI : Le cas burkinabè est très discuté en Afrique, Pensez-vous qu’il puisse également toucher le Gabon et servir d’exemple ?

Jean Ping : On ne peut pas transposer le cas d’un pays automatiquement sur un autre. Je voudrais vous dire qu’Hollande a été clair et net à Dakar, il a mis en garde un certain nombre de pays. C’est fini l’usurpation.

RFI : Pourtant le président Bongo dit qu’on ne touchera pas à la Constitution donc il n’y aura pas de limite de mandat ?

Jean Ping : Mais Dakar c’était aussi le respect des règles démocratiques et quand il a parlé de la Tunisie, ce n’était pas une modification de la Constitution.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE